0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

ac dc tnt 1975 chronique review

Après un premier album très prometteur,  le groupe fait une tournée dans tout le pays. À la suite de l'enregistrement de ce 1er album, plusieurs changements interviennent au niveau de la basse et de la batterie, jusqu'à ce que le groupe embauche Phil Rudd à la batterie et Mark Evans à la basse. C'est avec ce nouveau line-up qu'AC/DC, remet le couvert avec ce deuxième opus qui franchit un nouveau palier dans l'escalade vers les sommets.

En effet, dès l'ouverture, sur le très Ecossais, It's A Long Way To The Top, AC/DC installe définitivement la marque de fabrique du groupe avec un tempo carré au possible, un riff imparable et bien maitrisé, suivi d'un refrain fédérateur, le tout sublimé par un son de cornemuse en forme de gimmick, bref, un hymne incontournable dans la carrière d'AC/DC.
Mais, d'autres grands titres qui allaient devenir, eux aussi, des standards du groupe complètent le contenu de ce deuxième album. D'abord, le très explosif TNT, titre éponyme de l'album, avec son gimmick vocal qui, dans les concerts, séduira, tous les publics du monde. Ensuite, on trouve le très électrique High Voltage, dont le refrain fédérateur est composé avec les notes de musique A, C, D, C (soit le LA, le DO, le RE et le DO à nouveau).
On a, aussi, le très Bluesy et incontournable The Jack, qui figurera dans la setlist à chaque prestation donnée par les Australiens.
A l'opposé, on trouve, dans un esprit bien Rock'n'Roll, le très rapide, Rocker, qui, électrisera les salles pendant quelques temps sur les fins de set.
On se régale, aussi, sur le très bien charpenté, Rock'n'Roll Singer, avec son excellent refrain, mais, aussi, sur le très obsédant, Can I Sit Next To You Girl, distillé avec une intensité parfaitement dosée. Sans oublier le très envoutant, Live Wire, avec son intro qui donne la chair de poule, et, qui, jusqu'en 1978, servira d'introduction à tous les concerts d'AC/DC.
Enfin, en guise de cerise sur le gâteau, le groupe rend hommage au guitariste préféré d'Angus Young, à savoir Chuck Berry. En effet, comme une sorte d'hommage à celui qui aura influencé le jeu de guitare des Frangins Young (ce fut aussi le cas pour Keith Richards), AC/DC reprend School Days, en apportant, dignement, leur pierre à l'édifice, et, que finalement, en écoutant bien, on ne peut que constater que tout cela semblait couler de source, comme une évidence, et, que ce n'était, tout compte fait, qu'un juste retour des choses.
D'ailleurs, sur scène, pendant ses solos, Angus n'a jamais hésité à imiter le fameux Duck Walk, inventé par le Maitre lui-même dans les années 50.

Au final, voilà un deuxième album qui amorce un nouveau démarrage avec des compositions solides qui, concerts après concerts, délivreront toute leur magie auprès du public, et, qui feront, avant leur renommée planétaire, leur petit bonhomme de chemin dans les charts Australiens.  Bref, la machine à tubes est en route, et, ce n'est que le début. 

PS : Comme le premier, cet album n'est sorti qu'en Océanie. Cependant, tous les titres de l'album sont ressortis sur d'autres albums : sept sont présents sur la version internationale de High Voltage qui va suivre, un sur la version internationale de Dirty Deeds Done Dirt Cheap et un sur l'album Volts du coffret Bonfire.

Tracklist :
01. It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll) 05:17
02. Rock'n'Roll singer 05:04
03. The Jack 05:52
04. Live Wire 05:49
05. TNT 03:34
06. Rocker 02:55
07. Can I Sit Next to You Girl (écrit par Angus et Malcolm Young) 04:12
08. High Voltage 04:22
09. School Days (reprise de Chuck Berry) 05:21

am

Line Up :
Bon Scott : chants et cornemuse sur It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll)
Angus Young : guitare solo
Malcolm Young : guitare rythmique
Mark Evans : basse
Phil Rudd : batterie
 
Label : Albert
Sortie : 12/1975
Production : Harry Vanda et George Young

Discographie :
High Voltage (1975) (Australie)
T.N.T. (1975) (Australie)
High Voltage (international) (1976)
Dirty Deeds Done Dirty Cheap (1976)
Let There Be Rock (1977)
Powerage (1978)
If You Want Blood (1978)
Highway To Hell (1979)
Back In Black (chronique par Plunk) (par Claude Scébat) (1980)
For Those About To Rock (1981)
Flick Of The Switch (1983)
'74 Jailbreak (1984)
Fly on the Wall par Fred67  par John Markus (1985)
Who Made Who (1986)
Blow Up Your Video (1988)
The Razors Edge (1990)
Live (1992)
Ballbreaker (1995)
Stiff Upper Lip (2000)
Black Ice (2008)
Let There Be Rock (DVD 2011)
Live At River Plate (DVD 2011)
Rock Or Bust (2014)
 

Power Up (2020)


Liens multimédia - videos



Comments:

You have no rights to post comments

AC/DC - T N T (1975) - Chronique - 4.5 out of 5 based on 2 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 943 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • SAVE THE WORLD - Two - Chronique

    aorgod
    Quand j'ai lu la chronique ...

    Lire la suite...

     
  • SEVENTH CRYSTAL - Delirium : nouvel album - Say What You Need To Say

    Fab
    Entre Sixx Am et Degreed un ...

    Lire la suite...

     
  • LEVARA - Levara - S/T - Chronique

    Fab
    alors attention ce levara est un ...

    Lire la suite...

     
  • WEEZER - Van Weezer - Chronique

    MetalDen
    Bien joué, même si les références ...

    Lire la suite...

     
  • ROBIN McAULEY - Standing On The Edge - Chronique

    Fab
    Je n aime pas ce chanteur en ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

12 Nov 2020 12:44 - John Markus
AC/DC - Power Up (#PWRUP) - Chronique
News
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)