0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

dirty honey send me love letters paris la machine rouge 15 03 2024

Pour promouvoir ce magnifique album intitulé Can't Find the Brakes , Dirty Honey avait décidé de faire une halte à Paris à l'ex-Locomotive aujourd'hui affreusement rebaptisée La machine du moulin rouge.

 Une salle bien garnie Ă©tait venue donc pour accueillir chaleureusement pour la deuxième fois le gang de L.A. Par consĂ©quent, je ne pouvais pas me permettre de les rater compte tenu de l'excellente qualitĂ© de leur dernier opus et c'est donc un peu Ă  la dernière minute que j'avais fait l'acquisition d'un billet. "Comme d'habitude", non ?

En première partie, le quatuor lyonnais Send Me Love Letters, oeuvrant dans un rock sombre parfois brutal le tout accompagné de la voix claire de la chanteuse et guitariste Gabrielle, a la lourde charge "d'ouvrir les hostilités". Les musiciens qui accompagnent la vocaliste arborent un look new wave très 80's à la Orchestral Manoeuvres In The Dark ou bien Tears For Fears et se fendent de riffs saccadés et torturés qui finissent au bout d'un monde par m'exaspérer. Gabrielle quant à elle, est dotée d'une fort belle voix, envoûtante à souhait pour les fans qui sont venus en masse de Lyon, une voix qui, au bout d'un moment finit par me lasser. Définitivement pas pour moi, ce genre de musique et ce, malgré un talent indéniable.


Une bonne demi-heure plus tard après une intro marquée par la diffusion du Rock And Roll Damnation d'AC/DC, Dirty Honey débarque sur la scène de la Machine du Moulin Rouge sur un Can't Find The Brakes des plus détonants. Le son s'avère être d'entrée de jeu très bon. Etonnant de constater à quel point le chanteur Marc Labelle, attifé d'un élégant galurin, reprend les gimmicks de Chris Robinson, ci-devant chanteur des Black Crowes dont on sait que ce dernier est son mentor absolu.
John Notto, lui c'est plutôt un Jimmy Page ou Joe Tyler dans l'attitude (bref, on finit par s'y perdre), mâtiné d'un faciès qui lorgnerait du côté d'un Gary Moore jeune (époque Black Rose de Thin Lizzy).
Le bassiste qui a pour nom Justin Smolian et qui arbore des lunettes fait penser immanquablement à Glenn Hughes alors qu'il secoue hargneusement son épaisse crinière frisée sur California Dreamin' (Labelle nous annoncera à l'issue de ce morceau que la prestation sera enregistrée), Heartbreaker, Get A Little High et Scars délivrés dans des versions particulièrement décapantes.

Sur ce dernier concert européen, le trépidant vocaliste n'a de cesse de faire intervenir le public déjà chaud bouillant. Il le sait alors qu'il tend son micro au dessus de la fosse. Après un Dirty Mind et un Tied Up pour le moins convaincants, les Californiens se lancent dans deux interprétations acoustiques de Coming Home et Honky Tonk Women des Stones, toutes deux réussies. J'imagine que les fans purs et durs des Stones auraient crié au scandale à l'écoute de cette version complètement dépouillée de ce classique intemporel. Nos natifs de Los Angeles s'en sortent parfaitement bien dans cet exercice ô combien exigeant.

Ce qui suit est un titre qui a la carrure d'atteindre le statut de "Classique" avec un grand "C". Don't Put Out The Fire fait partie de ces titres accrocheurs qui vous donnent envie de le réécouter encore et encore et l'ami Labelle l'a parfaitement compris puisqu'il prend un malin plaisir à en proposer une version étirée, sollicitant le public parisien de temps à autre. Je l'ai fait écouter aux élèves de 5ème à la fin d'un cours et ils m'ont fait "Waouh, M'sieur, c'est sympa vot' truc !!!!!".

Ca se poursuit sur un Ride On Satisfied et No Warning qui récoltent les faveurs du public déjà bien chaud et dès que l'occasion leur en est donnée, Marc Labelle, Justin Smolian et John Notto viennent taquiner les premiers rangs pour y balancer des médiators sur lesquels les plus courageux se lancent. La routine, quoi...

Un concert de Dirty Honey (c'était donc mon premier les concernant), on ne s'y ennuie jamais tant les titres défilent à un train d'enfer. C'est ainsi que sont passés en revue Let's Go Crazy, Last Child, The Wire, Another Last Time et le très beau When I'm Gone.
Après une courte pause, le groupe revient pour trois superbes morceaux : Won't Take Me Alive, You Make It All Right et Rolling 7s concluant ainsi un show parfaitement huilé que l'on aura plaisir à revoir d'ici quelques années.

 Album DIRTY HONEY : Paris, la Machine du Moulin Rouge, 15/3/24
dirty honey send me love letters paris la machine rouge 15 03 2024 01

Dirty Honey Setlist La Machine du Moulin Rouge, Paris, France 2024, Can't Find the Brakes Tour
 
walt
PHIL
93 LIZZY
Plus d'infos Ă  propos de l'auteur ici

 



Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

🔥 DIRTY HONEY🔥 + Send Me Love Letters - Paris, La machine du moulin rouge - 15/03/2024 - 4.0 out of 5 based on 1 vote

Connexion

On Line :

Nous avons 1057 invitĂ©s et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • WAKE THE NATIONS Heartrock

    Laigre
    Attention album indispensable !!

    Lire la suite...

     
  • AURAS New Generation

    Laigre
    J'ai découvert cet album ...

    Lire la suite...

     
  • OZ HAWE PETERSSON’S RENDEZ VOUS - Chronique

    aorgod
    Album AOR de bonne facture très ...

    Lire la suite...

     
  • HONEYMOON SUITE - Alive : nouvel album studio des rockeurs canadiens -

    aorgod
    Cet album fait un peu pâle ...

    Lire la suite...

     
  • RUDOLF SCHENKER Ă  propos de son frère MICHAEL : "C'est une personne très extrĂŞme" qui "ne peut pas faire partie d'un groupe"

    Eric Berger
    Pour moi la différence entre ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

04 DĂ©c 2023 04:01 - Oso Garu, Holy Vier, Patrice Du Houblon, Metalden
Hellfest 2023 - DU 15 JUIN 2023  AU 18 JUIN 2023 - Iron Maiden, Kiss, Motley Crue, Slipknot, Pantera, Def Leppard, Alter Bridge, Skid Row, Within Temptation, Sum 41, Papa Roach, Powerwolf, Clutch, The Cult, The Hu, Myrath ...
Live report
20 Oct 2023 17:30 - Eric Berger
BIG MOUTHERS - New Now - Chronique
AOR
02 Jui 2023 11:45 - Fab
GRAND DESIGN  - Rawk - Chronique
AOR
03 Jui 2023 11:14 - Eric Berger
JUKEBOX HEROES - S/T - Chronique
AOR
04 Jui 2023 16:34 - MetalDen
BAD KINGZ - Take Me To Your Kingdom
News
04 Jui 2023 10:45 - Eric Berger
Steve EMM - Dangerous Goods - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)