0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

mastodon hushed and grim nouvel album teadrinker video

Se lancer dans la kro du 8ème album des 4 fantastiques d’Atlanta n’est pas chose aisée. La puissance mélodique, la haute technicité et la densité de l’œuvre (85 minutes pour 15 titres) méritent de multiples écoutes attentives afin de pouvoir s’en imprégner correctement. En particulier si comme moi vous êtes fan.

La période ayant précédé la sortie de ce « Hushed and Grim » (Roadrunner/Warner/Reprise) n’a pas été facile pour le groupe après le décès de leur manager de longue date Nick John fin 2018, et bien sûr la survenue de la pandémie virale mondiale à coronabidule. Pour autant Brann Dailor (batterie/chant), Troy Sanders (basse, chant), Brent Hinds (guitare solo, chant) et Bill Kelliher (rythmique, chœurs) ont su rebondir avec leur groupe fétiche, dans une quasi cathartique renaissance artistique. En effet, n’ayons pas peur de l’écrire, cet album marquera les charts mondiaux car il surclasse largement leur précédent travail (« Emperor of sand », 2017) qui fut pourtant un de leurs plus grands succès commerciaux et leur rapporta un Grammy Award (quoi qu’on puisse penser de cette distinction…).

L’absence de contrainte de temps (pas de tournée puisque Covid) aura ainsi permis aux musiciens de laisser libre cours à leur imagination et leur inspiration créatrice. Dans une interview j’ai pu lire qu’ils avaient bouclé 20 morceaux, pour finalement n’en retenir ‘que’ 15 et se retrouver face à l’obligation de sortir un double LP… Pour entrer dans le vif du sujet, le premier single « Pushing the tides » a des relents des années 90s (hors grunge of course) avec son intro maitrisée à la caisse claire (snare) et ses consonnances mathcore assez agressives ramenant aux sources et débuts du quatuor pour un titre de 3’29 de loin le plus court de la galette !

Dès ce single paru début septembre 2021, l’ambiance musicale globale de l’album à venir était plantée grâce à une impeccable production confiée au canadien David Bottrill dont les références ne manquent pas (Tool, Muse, Dream Theater, Rush…). Tout du long du CD, on constatera également l’épanouissement de Brann Dailor dont on connaissait les talents de frappeurs de toms, mais qui a su s’affirmer au fil du temps comme un chanteur à part entière après ses timides débuts sur l’album « Crack the Skye » (2009), les deux voix solistes historiques (Troy Sanders et Brent Hinds) lui laissant maintenant carte blanche renforçant ainsi la cohésion du groupe et son aspect vocal polychrome inimitable.
 
Je vous épargnerai ici un track-by-track long et fastidieux pour me focaliser sur les parties qui m’ont le plus marqué. Il y a d’abord le morceau introductif « Pain with an anchor » et sa batterie initiatique (fla enchaînés sur un gros roulement de caisse claire) qui fait inévitablement penser à l’intro de « Hot for teacher » de Van Halen (hommage sous-tendu au merveilleux guitar-hero trop tôt disparu ?). Sur « The crux » et son imparable tempo associé à un refrain hargneux ou à l’inverse la ballade électro-acoustique « Skeleton of splendor » et ses synthés planants, Mastodon fait montre d’un talent mélodique incomparable. Il en est de même lorsque les américains bousculent tout sur les premiers moments de « Peace and tranquility » dont l’aspect tech-death agressif peut surprendre l’auditeur qui se serait un tantinet assoupi ! Vous avez dit album massif et varié ? Jetez une oreille sur « Dagger » et ses effluves mélodiques exotiques (arrangements de cordes) au sein d’un tempo sludge évoquant l’inexorable avancée d’une langue de lave brulante dévalant lentement les pentes sinueuses d’un volcan aux confins de l’Orient.

Sur cet album, Mastodon s’est entouré de plusieurs guests. Il y a d’abord le guitariste de blues Marcus King qui assure la ligne de guitare initiale et un solo très country sur « The Beast » composition de Brent Hinds lorgnant vers King Crimson ou un style estampillé ‘western’. Sur la triste et mélancolique ballade « Had it all » c’est Kim Tahil, guitariste de Soundgarden qui assure un solo scintillant et inspiré, alors qu’en arrière-plan c’est la mère de Troy, Jody Sanders qui joue du cor d’harmonie. A l’inverse, on notera que pour la première fois depuis l’album « Remission » (2002) Scott Kelly de Neurosis n’apparaît pas (mais il avait participé à l’inédit « Fallen torches » publié sur la compilation de raretés éponyme en 2020).

Si vous ressortez indemne de l’écoute de la mélodie ultime de « Teardrinker » ou du groove langoureux de « Sickle and peace » une remarquable ballade prog composée par Bill Kelliher, j’ai bien peur que le dernier morceau « Gigantium » ne vous porte une estocade finale imparable : car si vous aimez le Rock/Metal progressif, cette piste vous comblera et finira de vous convaincre que vous venez d’écouter un album monstrueux et absolument jouissif ne souffrant d’aucun temps mort malgré sa durée. Un de ces albums qui marquent leur époque. Vous avez dit chef d’œuvre ?

Tracklist :
01. Pain With An Anchor
02. The Crux
03. Sickle And Peace
04. More Than I Could Chew
05. The Beast
06. Skeleton Of Splendor
07. Teardrinker
08. Pushing The Tides
09. Peace And Tranquility
10. Dagger
11. Had It All
12. Savage Lands
13. Gobblers Of Dregs
14. Eyes Of Serpents
15. Gigantium 


am
Line Up :
Brann Dailor - batterie, percussion, lead et backing vocals, basse sur "Jaguar God" Intro
Brent Hinds - guitare lead, lead and backing vocals
Bill Kelliher - guitare rythmique, voix arrière
 Troy Sanders - basse, guitare et chant chœurs


Sortie : 29/10/2021

Discographie :
Demo (Demo – 2000)
Demo 2001 (Demo – 2001)
High On Fire - Mastodon (Split – 2002)
Remission (Album – 2002)
Emerald (Split – 2003)
Leviathan (Album – 2004)
Call of the Mastodon (Compilation – 2006)
Blood Mountain (Album – 2006)
Crystal Skull (Split) (Split – 2007)
Crack the Skye (Album – 2009)
Live at the Aragon (Live – 2011)
Just Got Paid (Split) (Split – 2011)
The Hunter (Album – 2011)
Live at Brixton 2012 (Live – 2012)
Feistodon (Split – 2012)
A Spoonful Weighs a Ton (Split – 2012)
Once More 'Round the Sun (Album – 2014)
Emperor of Sand (Album – 2017)
Cold Dark Pllace EP (2017)

Medium Rarities (2020)
Hushed And Grim (2021)

Liens multimédia - videos - SITE OFFICIEL






Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

MASTODON - Hushed And Grim - Chronique - 4.0 out of 5 based on 1 vote

Connexion

On Line :

Nous avons 844 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • CORELEONI - III : le retour de Leo Leoni (GOTTHARD) avec un nouveau line-up

    Firefly
    Impressionnant! J'ai cru à ...

    Lire la suite...

     
  • ECLIPSE - Wired - Chronique

    aorgod
    On continue dans l'excellence.

    Lire la suite...

     
  • HEARTLAND - Into The Future - Chronique

    aorgod
    Chris Ousey fait parti des ...

    Lire la suite...

     
  • NESTOR - Kids In A Ghost Town - Chronique

    Nico
    Du même avis que Fab. Bon album ...

    Lire la suite...

     
  • NESTOR - Kids In A Ghost Town - Chronique

    MetalDen
    Les avis sont à 180° entre ceux ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

12 Sep 2021 15:00 - Barjozo
IRON MAIDEN - Senjutsu - Chronique
News
20 Aoû 2021 23:26 - Fab
BITE THE BULLET - Black & White
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)