0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

judas priest saxon zenith de paris 08 04 2024

Ca y est, tous mes péchés ont été pardonnés par le Père Rob et c'est dire s'il y en avait.

Le premier péché parmi tant d'autres résidait dans le fait de ne pas avoir été présent lors du dernier passage des Birminghamiens en 2019 et ce, malgré une tentative désespérée et............... désespérante de récupérer le précieux sésame, je m'étais vu repartir à la casa tout penaud, la queue entre les jambes (voyons, Phil.........des enfants pourraient te lire......). Les autres péchés ? Eh ben, on n'en parlera pas.
Cette fois-ci, je m'y étais pris en temps et en heure pour me procurer un billet et m'étais ensuite rendu au Zénith relativement tôt pour y distribuer la bonne soixantaine de flyers du Thin Lizzy Fest # 2 et ce, au nez et à la barbe des vigiles qui finirent par me sermonner sous prétexte que je ralentissais la "Phil"......

Par ailleurs, ce qui m'avait sans doute décidé plus rapidement, ce fut la présence de Saxon en co-headlining. Point d'Uriah Heep comme sur certaines autres dates européennes mais bon, on le sait, la France demeurera encore et toujours le parent pauvre du rock en Europe.

Forts d'un excellent nouvel album intitulé Hell, Fire And Damnation à défendre en live, Saxon retrouvait le Zénith après 38 ans où en 1ère partie, rappelez-vous, ils avaient "emmené" dans leurs valises, les redoutables guerriers du Pays du Soleil Levant à savoir Loudness.
Ah, Saxon, l'un des groupes que j'ai le plus vus, arbore un impressionnant backdrop représentant le logo du groupe. Sans doute en aurait-on aimé un avec la sublime pochette du dernier album ? Mais bon, le groupe n'était pas en tête d'affiche cette fois-ci. Pas besoin non plus de faire dans l'esbrouffe pour se donner à fond en live.
La dernière fois que j'ai vu nos amis originaires de Barnsley, remontait au 9 décembre 2022 pour la tournée de ce fabuleux album intitulé Carpe Diem. Biff et ses compères nous avaient alors offert un show intense, haletant et puissant.
Les lumières s'éteignent à l'heure indiquée. Alors résonne dans un Zénith bien rempli The Prophecy, une intro inquiétante du dernier-né, suivi d'une version percutante à souhait du morceau-titre, Saxon entre alors sur scène devant un public en délire tout acquis à sa cause, public qui n'a même pas le temps de souffler une seule seconde compte tenu du rouleau compresseur insuflé par Motorcycle Man interprété tête baissée par un Biff dont la voix ne semble pas bouger avec les années. Ce qui réjouit ma fille aînée, désireuse de voir Saxon, qui, pour le coup, m'a accompagné et d'entrée de jeu, celle-ci se dit conquise par leur prestation. Elle applaudit à chaudes mains, saute à pieds joints et se fait même entendre avec une énergie sans failles.

Alors quid du nouveau guitariste, débauché de Diamond Head ? Pas franchement nouveau le Brian Tatler puisque la plupart d'entre nous le connaissent via des albums comme Borrowed Time.
Eh bien, il s'en sort plutôt bien sur les soli qu'il effectue en lieu et place de Paul Quinn.
A l'un des pionniers de la NWOBHM, on accorde une petite heure, ce qui à mon avis, n'est pas suffisant pour un groupe comme Saxon. Par conséquent, se concentrer sur l'essentiel va s'avérer être de mise. Revenir sur les fondamentaux, tel est le mot d'ordre lancé par Biff et ses comparses : Sacrifice, And The Bands Played On ainsi que ces superbes extraits de Hell, Fire And Damnation, There's Something In Roswell et Madame Guillotine nous sont présentés dans des versions particulièrement tranchantes, et cela on peut l'espérer, seront peut-être appelés à devenir des titres-phare (on l'espère en tout cas) dans le répertoire des Anglais pour le temps qu'il leur reste à se produire en live.
Après les futurs "Classics", le combo s'oriente invariablement vers une cascade de "Real Classics" tels que Heavy Metal Thunder, Strong Arm Of The Law, Crusader, Dallas 1 PM, Denim and Leather, Wheels Of Steel (relativement écourté) et tout naturellement Princess Of The Night. Choix judicieux s'il en est, le groupe a su sélectionner les incontournables tels que ceux cités plus haut. Néanmoins, il y aura toujours parmi nous des esprits tatillons et insatisfaits pour dire : "Ah bah, il manquait 747 Strangers In The Night ou bien encore 20000 Feet". C'est chiant, les vieux, nan ? En tous les cas, il y a une chose qui est sure, Messieurs, revenez le plus souvent possible. Nous serons toujours là pour vous accueillir chaleureusement.

Saxon Setlist Le Zénith, Paris, France, Metal Masters 2024



Album SAXON : Paris, Zénith, 8/4/24

judas priest saxon zenith de paris 08 04 2024 b

Place donc à Judas Priest pour lesquels la scène s'est considérablement agrandie avec le fameux trident qui s'incline à l'horizontale au dessus de nos têtes. La longue intro illustrée par War Pigs du Sab, plonge le public dans une impatience grandissante voire une espèce d'hystérie à peine contrôlable.
En hors d'oeuvre de cette Grand'messe, Panic Attack (futur classique ?) et son riff martial ravissent un public parisien toujours aussi enthousiaste. Il est plaisant de noter que Richie Faulkner, avec les années, s'impose de plus en plus en tant que talentueux guitariste soliste au sein du groupe, n'hésitant pas à rajouter sa propre patte sur ses solos qui s'avèrent incisifs et précis. Ian Hill, toujours en retrait, maltraite sa basse comme il l'a toujours fait tandis que Scott Travis, juché sur une plateforme, offre au public parisien une prestation de.......haut vol...

Etonnamment, You've Got Another Thing Comin' apparaît assez tôt dans la setlist, un titre qui, jusqu'ici, a été interprété 1242 fois par le groupe de Birmingham depuis sa publication sur Screaming For Vengeance.
Grinder man, un membre historique du BSF (Black Sabbath Forum), que je n'avais vu depuis le 2 décembre 2013, date du concert du Sab au POPB (encore un concert appelé à devenir légendaire qu'il ne fallait en aucun cas manquer) est bel et bien présent dans la fosse et ne se prive pas de chanter à gorge déployée tous les lyrics du morceau. Rapid Fire, quant à lui, emporte tout sur son passage à tel point que la foule et même les écrans s'enflamment à vue d'oeil suivi d'un Breaking The Law repris massivement par un public qui s'égosille sur le célibrissime refrain. Alors la voix de Rob, qu'en est -il ? Sans être doté de celle de ses vertes années, le légendaire vocaliste me paraît être plus "dans le ton" qu'en 2009 lors de la tournée Nostradamus.

Lightning Strike, bien ancré dans la setlist de la tournée précédente, nous rappelle à notre bon souvenir l'excellent précédent album à savoir Firepower qui, à l'époque de sa sortie, avait suscité un réel enthousiasme de la part de la critique spécialisée et ce, depuis le retour aux affaires priestiennes de Rob Halford en 2003. On aurait sans doute préféré le morceau-titre ou bien le très accrocheur Never The Heroes mais bon, on est vieux donc ch...ts.......
Très heureux aussi de ré-entendre Love Bites de Defenders Of The Faith sur laquelle le Metal God s'acquitte d'une très bonne interprétation notamment sur les passages hurlés. Screaming For Vengeance, album essentiel dans la discographie du Priest, n'est pourtant pas en reste car voici qu'après avoir revisité You've Got Another Thing Comin', Andy Sneap et Richie Faulkner se chargent d'exécuter un Devil's Child, titre ô combien accrocheur qui aurait pu à l'époque chatouiller les charts internationaux mais bon, il n'en fut rien.
La saison printanière bat son plein et par conséquent il s'avère logique de procéder à un déterrage ou un débroussaillage en bonne et due forme avec Saints In Hell issu du monumental album sorti en 1978. Ce morceau avait été interprété live pour la dernière fois à la Mohegan Sun Arena de Wilkes-Barre. Tout le monde l'aura bien compris, je veux parler de Stained Class. Qu'il est donc bon de le ré-entendre en ce jour béni.
Promotion oblige de cet incroyable album qui a pour nom Invincible Shield dont le but avoué est sans doute de nous protéger de la pitoyable musique diffusée sur certaines radios, le Priest s'attèle à une très bonne version de Crown Of Thorns pour ensuite se défouler sur un Turbo Lover qui, rappelons-le, avait en son temps été source de division parmi les fans. Le temps a passé et la réédition en 2017 de l'album Turbo a permis de réconcilier tout ce petit monde. Re-promotion cette fois-ci avec le morceau-titre qui lui, ne fait pas de détails et porte en lui l'image d'un opus ô combien réussi et cela, le public en est conscient car il lui accorde une généreuse ovation à son terme.

Ce qui suit est un MONUMENT à lui-seul. Victim Of Changes dont l'interprétation suscite à chaque fois un réel engouement, remplit fort bien sa mission de MEGA-CLASSIQUE du groupe. Les deux artilleurs en chef se complètent fort bien et ce, malgré l'absence des vétérans KK Downing et Glenn Tipton, Rob lui, exploite pleinement les capacités vocales dont il est encore doté aujourd'hui et la section rythmique incarnée par Ian Hill et Scott Travis bastonne grave.
Un autre classique qui surgit de nulle part, c'est la reprise de Fleetwood Mac superbement exécutée, The Green Manalishi (With the Two Prong Crown). Et là, ce qui fait suite au morceau emblématique du Mac autrement dit sur Painkiller, va se révéler apocalytique à la fois sur scène et dans la fosse. Sur scène, c'est tout bonnement phénoménal. Dans la fosse, ça l'est un peu moins avec des types qui n'ont qu'une seule préoccupation : organiser un circle pit pour faire ch... euh importuner le monde. Certains sont enthousiastes certes, mais d'autres ne sont pas dans la même perspective, se trouvant dans une dimension parallèle attenante au Royaume du Roi Heineken. Je craignais cet instant bien avant le concert.

Après une courte pause, Rob et ses amis reviennent sur un The Hellion/ Electric Eye d'anthologie. Et puis au loin, le vrombissement, je dirais même plus le rugissement de la moto conduite par un Halford très en verve, annonce un Hell Bent For Leather d'excellente facture.
Le show va se terminer sur un grand moment d'émotion. Glenn Tipton dont on connaît l'état de santé précaire, monte sur scène pour interpréter avec une extrême concentration qui est la sienne, les deux derniers titres Metal Gods et Living After Midnight, titres repris en choeur par un public qui chavire de bonheur.

On ne pouvait pas rêver de meilleure conclusion pour cette Grand' Messe. Il est sûr que ce concert restera longtemps dans les mémoires métalliques, raison pour laquelle il fallait y être. Amen !!!



Album JUDAS PRIEST : Paris, Zénith, 8/4/24

judas priest saxon zenith de paris 08 04 2024 a

Judas Priest Setlist Le Zénith, Paris, France, Metal Masters 2024
walt
PHIL
93 LIZZY
Plus d'infos à propos de l'auteur ici

 

Live report 2ème volet  avec le récit de PATRICE DU HOUBLON

judas priest saxon zenith de paris 08 04 2024 c

TERGIVERSATIONS. Ces deux groupes anglais ont largement contribué dans les années 80 à entretenir ma passion pour ce genre musical durant mon adolescence. Comme JUDAS PRIEST le chante opportunément, pour moi ils demeurent les "Defenders of the Faith". Ces héros d'antan survivent malgré les aléas du temps ; défections avec ou sans retour, poids des ans… Cependant, compte tenu de l'évolution de mon oreille ces dernières années, je confesse m'en être quelque peu éloigné pour errer davantage vers les atmosphères plus feutrées du rock progressif.

Je confesse avoir ainsi tardé à me procurer le Sésame pour ce concert. Tant et si mal que la soirée ayant été annoncée complet en début d'année, je m'étais résolu à m'abstenir… En dépit de quelques remords. Car au même titre qu'AC/DC, ces maîtres du metal entretiennent, par leur opiniâtreté, une certaine nostalgie pour toutes ces années-Passions… Les derniers opus des deux protagonistes, dont je n'avais écouté que quelques titres, semblent faire une belle unanimité parmi les mélomanes.

Et puis après tout, je n'oublie pas que leurs récents concerts (JUDAS PRIEST au Zénith le dimanche 27 janvier 2019 et SAXON au Trianon le vendredi 9 décembre 2022) furent de nature à entretenir ma Flamme.

De surcroit, cette soirée en rappelle une autre ; le 16 février 1981, SAXON et JUDAS PRIEST partageaient déjà la même affiche à l'Hippodrome de Pantin ! Quarante-trois années après, nous les retrouvons ensemble à Paris, à l'occasion d'une tournée habilement intitulée "Metal Masters 2024", ce qui ne pouvait donc que m'inciter à bouger !

J'ai donc retenté ma chance une semaine avant, avec succès sur le site Gérard Drouot Production, pour trouver un ticket in extremis.

Le Zénith m'accueille ainsi pour la soixante-treizième fois depuis le jeudi 14 mars 1985 (ACCEPT). L'air de rien, je n'y étais plus retourné depuis le 27 novembre 2022 (POWERWOLF) ! Vers 17h10, je m'aligne sur des plus mordus que moi. Le lieu est chargé d'histoire(s) et je me souviens qu'à une époque je passais moi aussi des heures à attendre longtemps à l’avance ! L'âge moyen de la faune de fidèles est désormais élevé, mais la relève est là. A commencer par mon fils ainé !

OUVERTURE DES PORTES À 18:00

Le Zénith est plein comme un œuf ; une foule de mélomanes piaffe d'impatience, cela fait plaisir à voir !

Je parviens à me placer au quatrième rang, positionné entre le pupitre du guitariste et celui du chanteur. Je parviendrai à y demeurer une bonne partie de la soirée, en dépit de la fougue de jeunes loups peu préoccupés par l'élégance ou le respect.

SAXON
https://www.saxon747.com/

Souvent considérés comme les meneurs de la New Wave of British Heavy Metal (NWOBHM), ce groupe anglais de heavy metal fut fondé en 1975 à Barnsley. Ils n'ont pas connu la notoriété de leurs congénères de l'époque et pourtant ils demeurent parmi les plus légitimes représentants du genre. L'immuable fondateur Biff Byford (né en 1951, chant, depuis 1975) est désormais entouré de Nigel Glockler (né en 1953, batterie de 1981 à 1987, puis de 1988 à 1999 et depuis 2005), Nibbs Carter (né en 1966, basse chœurs depuis 1988), Doug Scarratt (né en 1959, guitares, depuis 1995).

Paul Quinn (guitariste historique de 1975 à 2023) a jeté l'éponge ; c'est désormais Brian Tatler (né en 1960, guitares en 2022, et depuis 2023) qui reprend le flambeau. Brian Tatler, a été annoncé le 10 mars 2023 comme le nouveau guitariste de tournée de SAXON à compter du juillet 2023. Brian est le fondateur du légendaire DIAMOND HEAD dont j'ai assisté aux concerts du vendredi 30 septembre 1983 (invités de BLACK SABBATH à l'Espace Balard de Paris) et du samedi 10 septembre 2016 (Raismesfest). Pour l'anecdote, DIAMOND HEAD avait été invité pour ouvrir des soirées de la tournée "Seize the Day World Tour" en 2022, mais hélas pas celle de Paris.

Le premier album "Saxon" est paru le 21 mai 1979.

Mon sixième concert d'adolescent émancipé fut celui de SAXON au Pavillon Baltard de Nogent sur Marne, le dimanche 22 novembre 1981 (tournée Denim and Leather). J'avais auparavant découvert SAXON à peu près en même temps que Judas Priest ; la parution de "Strong Arm of the Law" le 1er septembre 1980 fut une confirmation. Au rayon de mes regrets, pourrait figurer au moins un de leurs deux concerts parisiens de cette tournée (les 16 et 17 février 1981 à l'Hippodrome de Pantin). Je les revois ce soir pour la sixième fois.

Le vingt-quatrième album studio est paru le 19 janvier 2024. Leur tournée européenne comprend vingt-six dates ; Paris en est la dix-huitième.

LE CONCERT [19:30-20:30] : Les lumières s'éteignent lorsqu'une bande sonore diffuse l'introduction du nouvel opus, suivi logiquement de "Hell, Fire and Damnation". La sonorisation m'a semblé un peu confuse sur les premières minutes. Mais l'impression s'est heureusement estompée. L'espace et l'éclairage demeurent de bon niveau, même réduit par le partage avec le dispositif prévu pour Judas. En fond de scène s'étend un large drap au logo de SAXON, que l'on retrouve également sur la batterie identifiée de surcroit au nom de Nigel.

En dépit des nombreux changements de musiciens, Biff est toujours parvenu à maintenir le son si particulier de SAXON. Si on me demandait de le décrire, ce n'est pas la brutalité qui me viendrait à l'esprit ; son heavy metal s'exprime davantage dans la mélodie de son chant, de celle de ses guitares et l'énergie communicative produite par une rythmique basse/batterie imparable.

Sans surprise, SAXON confirme l'adage qui lui va comme un gant, c'est le secret d'une soirée réussie. Le public chante, le public s'agite frénétiquement sur des compositions taillées pour la fête. Les titres du dernier opus ne dérogent pas à la règle. J'apprécie particulièrement "There's Something in Roswell", même s'il brille moins par son originalité que par l'efficacité de sa rythmique et des soli de guitares. Le mélodique "Madame Guillotine" fera probablement partie des incontournable à l'avenir.

En ce qui me concerne, j'ai évidemment mieux perçu les titres de la Grande Epoque, "Dallas 1 PM" étant celui que j'estime le mieux, avec ses soli et ses accords très harmonieux. A voire les mines réjouies autour de moi, je pense ne pas être le seul à baigner dans un subtil mélange de nostalgie et de volonté d'en profiter, tant que c'est encore possible…

Nibbs Carter est le plus agité de la bande, normal me direz-vous c'est aussi le plus jeune ! Il arpente constamment la scène entre ses complices, sans léser sa fonction essentielle bien entendu. Néanmoins, Doug Scarratt est très appliqué et impliqué pour interpréter à la perfection les soli historiques, suppléé en cela par Brian Tatler. Les deux garants de la Légende, Biff et Nigel veillent à ce que tout s'articule à la perfection et contribuent à entretenir l'enthousiasme d'un auditoire qui manifeste bruyamment son plaisir. Biff, engoncé dans son manteau militaire, fait mine de s'émerveiller (et j'ai la faiblesse de le croire sincère) de l'effervescence que provoque son groupe ; il harangue son public et le filme avec son portable, ce qui accroit encore l'exaltation générale !

L'exubérance de certains mélomanes pèse sur ma capacité de maintien en place, mais je m'accroche car je tiens à demeurer en bonne place pour la suite. Pourtant, je ne puis m'empêcher de songer à réduire mes efforts pour les prochains concerts !

On aurait apprécié un programme plus long ; en tous cas il fut plus court que celui de Lyon apparemment, dont "747, Strangers in the Night" fut ici exclu pour une raison qui m'échappe... En tout état de cause, les sept derniers titres constituent une seconde partie particulièrement haletante qui se clôt par un "Princess of the Night" très apprécié.

Le programme favorise très nettement ma période préférée (1979-1985) avec neuf titres sur les treize interprétés ; donc je suis heureux ! Il oublie ainsi les douze albums de la période 1986-2011. Il oublie aussi Carpe Diem (2022) le précédent opus que j'aime beaucoup pourtant. Une heure pour évoquer une telle carrière c'est décidément bien trop court ! Trois titres sont issus de Hell, Fire and Damnation, 2024, un de Sacrifice, 2013, un de Crusader, 1984, trois de Denim and Leather, 1981, trois de Strong Arm of the Law, 1980, deux de Wheels of Steel, 1980.

PROGRAMME
Bande son introductive : The Prophecy.
1.                  Hell, Fire and Damnation (Hell, Fire and Damnation, 2024)

2.                  Motorcycle Man (Wheels of Steel, 1980)
3.                  Sacrifice (Sacrifice, 2013)
4.                  There's Something in Roswell (Hell, Fire and Damnation, 2024)
5.                  And the Bands Played On (Denim and Leather, 1981)
6.                  Madame Guillotine (Hell, Fire and Damnation, 2024)
7.                  Heavy Metal Thunder (Strong Arm of the Law, 1980)
8.                  Strong Arm of the Law (Strong Arm of the Law, 1980)
9.                  Crusader (Crusader, 1984)
10.              Dallas 1PM (Strong Arm of the Law, 1980)
11.              Denim and Leather (Denim and Leather, 1981)
12.              Wheels of Steel (Wheels of Steel, 1980)
13.              Princess of the Night (Denim and Leather, 1981).

A ce stade, je suis déjà lessivé mais toujours prêt à affronter la horde qui se presse d'autant plus en vue de la prestation suivante.


JUDAS PRIEST
https://archive.judaspriest.com/home/

JUDAS PRIEST, balbutia en 1969 à Birmingham, mais prit forme réellement en 1970 sur la dépouille d'un autre groupe appelé FREIGHT. Le seul membre fondateur et permanent depuis cette époque est Ian Hill (né en 1951, basse, chœurs occasionnel, depuis 1970), même si Rob Halford (né en 1951, chant, de 1973 à 1992, et depuis 2003) peut faire valoir ce rôle également tant il contribua indéniablement au succès du groupe. Le bucheron, Scott Travis (né en 1961, batterie, chœurs occasionnel, depuis 1989) peut faire valoir une belle ancienneté lui aussi. Les guitaristes historiques ont malheureusement cédé leur place. Kenneth Downing (de 1969 à 2011) a étonnamment préféré les pelouses de son golf, le 20 avril 2011 (il est permis d'imaginer qu'il s'en mord les doigts maintenant, puisqu'il a lancé un projet musical personnel) ; il est remplacé par Richie Faulkner (né en 1980, guitares, chœurs, depuis 2011). Puis Glenn Tipton (guitares, chœurs, de 1974 à 2018) fut contraint de prendre sa retraite car atteint de la maladie de Parkinson. C'est Andy Sneap (né en 1969, guitares, chœurs, de 2018 à 2022, depuis 2022) qui a pris sa place en tournée.

Pour l'anecdote, le bassiste Brian "Bruno" Stapenhill, a trouvé le nom "Judas Priest" en se référant à la chanson de Bob Dylan "The Ballad of Frankie Lee and Judas Priest" sur l'album John Wesley Harding. Le groupe créé par Stapenhill n'a pas survécu, mais ce nom a remplacé celui de FREIGHT.

Le premier album "Rocka Rolla" est paru le 6 septembre 1974.

Quelques semaines après celui de SAXON, mon septième concert fut celui de JUDAS PRIEST au Pavillon Baltard de Nogent sur Marne, le lundi 7 décembre 1981 (tournée World Wide Blitz, Point of Entry). Cependant, je m'en veux encore aujourd'hui d'avoir manqué leur concert parisien du 9 décembre 1979, qui leur permit d'ouvrir pour AC/DC. (Rappelons au passage que les Australiens se présentaient pour la dernière fois avec le très regretté Bon Scott). J'ai ensuite malheureusement manqué aussi deux autres prestations (25 avril 80 au Bataclan, puis du 16 février 81 à l'Hippodrome de Pantin). Ce n'est qu'en fin 1980 début 1981 que j'avais débuté ma découverte de JUDAS PRIEST avec le légendaire "Unleashed in the East" et "British Steel". Puis, lorsque "Point of Entry" est paru, le 26 février 1981, je me souviens de ma perplexité au regard du précédent ; et pourtant aujourd'hui il figure parmi mes opus préférés ! Dans la discographie des prêtres de Judas, j'écoute plus volontiers les premiers tels que Sad Wings of Destiny (1976), Sin After Sin (1977), Stained Class (1978), Killing Machine (1978), British Steel (1980) et surtout Point of Entry (1981) ! Pour le reste, cela demeure une affaire de compatibilité d'humeur avec l'instant, mais honnêtement j'ai moins adhéré (tout est relatif) à l'option vocale prise par Rob avec Screaming for Vengeance (1982). Néanmoins, la décennie suivante demeura exaltante. Hélas, la désespérante parenthèse sans Rob (1991-2003), suivi d'albums plutôt décevants, puis le consternant départ de Kenneth parti jouer au golf (2011), et enfin la regrettable maladie de Glenn (2018), avaient terni mon enthousiasme... Jusqu'à leur très convaincant concert en 2019. Je les revois ainsi ce soir pour la huitième fois.

Le dix-neuvième album studio, "Invincible Shield", est paru le 6 mars 2024. Aujourd'hui, c'est la seizième et dernière date de leur tournée européenne, avant qu'ils ne se lancent dans une interminable tournée américaine (ils seront à Wallingford, Connecticut, dès le 18 avril).

LE CONCERT [21:00-22:40] : La bande son, qui diffuse "War Pigs" de BLACK SABBATH, me confirme que le spectacle est imminent. Un rideau, sur lequel sont inscrits des locutions plus ou moins pertinentes, masque partiellement la scène. Elles scandent les valeurs qui nous unissent, très bien. Mais faire valoir l'unité me parait quand même prétentieux, au regard des errements de Rob et de Kenneth. Mais bon passons… La toile s'effondre et laisse découvrir le quintuor groupé autour de la batterie. Ce sera le seul moment où Ian sera hors de son périmètre en retrait ! En fond de scène sont déployés quatre hauts écrans rectangulaires, sur lesquels seront diffusés images en direct et illustrations des chansons. Sur les côtés, sont dressés des tentures aux logos du groupe. Deux blocs-écran ferment les bords de la scène. Le tout est surplombé d'un gigantesque trident lumineux qui s'inclinera selon les séquences du concert. Je sais bien que l'objet apparait, discrètement, dès la pochette de l'album "Sad Wings of Destiny" (1976), mais je m'étonne encore de l'ampleur que ce symbole a pris au fil du temps ; je ne l'avais jamais remarqué durant les années 80, il est réapparu avec "Painkiller" (1990).

Le nouvel album est logiquement à l'honneur pour aborder le concert avec un "Panic Attack" déjà très convaincant, même si encore une fois les balances tardent à s'équilibrer. A moins que ce ne soit mes protections auditives qui fussent trop enfoncées… Peu importe, je rentre volontiers dans la transe collective, c'est la fête du metal en fusion ! Pas de répit, l'imparable "You've Got Another Thing Comin'", un de mes titres préférés, par son entrain et sa mélodie, surprend l'auditoire plus habitué à l'entendre plus tard dans la soirée. Sans pitié, les brutes enfoncent encore les clous en nous assenant les redoutables "Rapid Fire" et "Breaking the Law " !! L'auditoire s'époumone ; le prêtre mène la communion. Déjà à ce moment-là, je sens mes forces défaillir. Seule ma volonté d'assister de près à au moins un titre phare me permet de tenir envers et contre tout.

La sonorisation est puissante mais limpide, les décibels sont savamment maitrisés. Les éclairages sont somptueusement lumineux.

La soirée est astucieusement orchestrée avec une succession de morceaux d'anthologie. Avec le recul, je m'étonne cependant du choix porté sur "Saints in Hell", ma foi sympa, mais j'aurais toutefois préféré "Exciter" du même album. Mais bon, avec "The Green Manalishi" et "Victim of Changes" je m'estime comblé, d'autant que la voix de Rob était au rendez-vous, et que Richie ne craint pas la comparaison avec Kenneth. D'ailleurs, je souligne que Ritchie et Andy n'ont à aucun moment trahi l'héritage laissé par leurs deux prédécesseurs ; accords parfaitement maitrisés, soli à bon escient. Rob a souvent son regard sur le téléprompteur, mais l'essentiel est qu'il conserve encore son timbre vocal à un niveau acceptable compte tenu de son âge. Bref que du bonheur.

C'est le moment que j'ai choisi, pour me retirer du quatrième rang de sardines, après de bons et loyaux services mais n'en pouvant plus. Cela m'a permis de mesurer la densité du public ! Une bonne IPA m'a ressourcé, partiellement mais suffisamment pour continuer à participer à cette grand'messe !

A peine remis de nos émotions après un "Painkiller" étourdissant, le rappel relance la machine infernale avec le prémonitoire "Electric Eye", illustré d'images de satellites espions. Le vrombissement de la moto n'est pas vraiment une surprise à ce niveau de soirée ; il précède le traditionnel "Hell Bent for Leather" attendu de tous !

Mais l'émotion est à son comble lorsque Monsieur Glenn Tipton rentre en scène. Brisé cruellement par la maladie de Parkinson, il nous fait le plaisir de venir interpréter les deux derniers titres. On le sent faible, il est raide, il ne se balance plus en harmonie avec les rythmes… mais il est là. Et il joue consciencieusement ses accords. Je gage qu'il a perçu la reconnaissance de son public. En tous cas, je me suis rapproché le plus possible pour contribuer aux ovations émues et sincères.

C'est la fin, les six hommes saluent le public longuement un public abasourdi hébété, ravi, heureux quoi !

Etonnamment, le programme parisien a un titre de plus que le lyonnais. Nous avons eu "Devil's Child" intercalé ! Nous aurons ainsi eu droit à dix-huit titres. Quatre sont issus de British Steel, 1980, trois de Invincible Shield, 2024, trois de Screaming for Vengeance, 1982, un de Defenders of the Faith, 1984, un de Firepower, 2018, un de Killing Machine, 1978, un de Painkiller, 1990", un de Sin After Sin, 1977, un de Stained Class, 1978, un de Turbo Lover, 1986, et une reprise de Fleetwood Mac.

PROGRAMME
Bande son introductive : War Pigs (Black Sabbath), puis l'hymne d'Invincible Shield Tour
1.                  Panic Attack (Invincible Shield, 2024)

2.                  You've Got Another Thing Comin' (Screaming for Vengeance, 1982)
3.                  Rapid Fire (British Steel, 1980)
4.                  Breaking the Law (British Steel, 1980)
5.                  Lightning Strike (Firepower, 2018)
6.                  Love Bites (Defenders of the Faith, 1984)
7.                  Devil's Child (Screaming for Vengeance, 1982)
8.                  Saints in Hell (Stained Class, 1978)
9.                  Crown of Horns (Invincible Shield, 2024)
10.              Turbo Lover (Turbo Lover, 1986)
11.              Invincible Shield (Invincible Shield, 2024)
12.              Victim of Changes (Sad Wings of Destiny, 1976)
13.              The Green Manalishi (With the Two Prong Crown) (de Fleetwood Mac) (1978)
14.              Painkiller (Painkiller, 1990).
RAPPEL :
Bande son introductive : The Hellion (Screaming for Vengeance, 1982)
15.              Electric Eye (Screaming for Vengeance, 1982)

16.              Hell Bent for Leather (Killing Machine, 1978)
17.              Metal Gods (British Steel, 1980)
18.              Living After Midnight (British Steel, 1980).
Bande son finale : We Are the Champions (Queen).

Je suis sage ; je passe devant l'échoppe sans craquer pour un t-shirt que je trouve certes emblématique d'une soirée mémorable, mais un peu cher quand même (45€).

walt
PATRICE DU HOUBLON

Plus d'infos à propos de l'auteur ici



Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

JUDAS PRIEST, SAXON - Zenith de Paris - 08/04/2024 - Report + vidéos concerts complets - 4.8 out of 5 based on 4 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 774 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • JACOB DINESEN - One Step At A Time - Chronique

    Eric Berger
    Une découverte qui est très ...

    Lire la suite...

     
  • AUGUSTANA - Something Beautiful - Chronique

    Eric Berger
    Un disque qui est très agréable ...

    Lire la suite...

     
  • DAVE AND THE DUDES - Down For The Count - Chronique

    MetalDen
    En effet c'est du gros festif ...

    Lire la suite...

     
  • RYDHOLM / SÄFSUND - Kaleïdoscope - Chronique

    Laigre
    Quel belle surprise !! un album ...

    Lire la suite...

     
  • MIKE DELLA BELLA PROJECT - The Man With The Red Shoes - Chronique

    Eric Berger
    Le premier album était ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

04 Déc 2023 04:01 - Oso Garu, Holy Vier, Patrice Du Houblon, Metalden
Hellfest 2023 - DU 15 JUIN 2023  AU 18 JUIN 2023 - Iron Maiden, Kiss, Motley Crue, Slipknot, Pantera, Def Leppard, Alter Bridge, Skid Row, Within Temptation, Sum 41, Papa Roach, Powerwolf, Clutch, The Cult, The Hu, Myrath ...
Live report
20 Oct 2023 17:30 - Eric Berger
BIG MOUTHERS - New Now - Chronique
AOR
03 Jui 2023 11:14 - Eric Berger
JUKEBOX HEROES - S/T - Chronique
AOR
04 Jui 2023 16:34 - MetalDen
BAD KINGZ - Take Me To Your Kingdom
News
04 Jui 2023 10:45 - Eric Berger
Steve EMM - Dangerous Goods - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)