0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

patron dancers in red zun alak paris supersonic 17 02 2024

Depuis notre découverte hallucinée de PATRÓN en première partie du concert de KLONE le samedi 11 février 2023 au Trabendo, nous guettions avec envie l'occasion de revoir ce phénomène musical ! De manière fortuite, je lis qu'un groupe appelé SOUTHALL a malheureusement dû annuler son concert au Supersonic… au bénéfice donc, de PATRÓN.

Cette bonne nouvelle se double du plaisir de retourner dans cette salle que nous avions beaucoup apprécié lors d'une soirée mémorable en février 2022. Pour rappel, le Supersonic, situé dans une ancienne fabrique, a ouvert en janvier 2016, mais en fait c'était déjà un lieu de soirées musicales depuis de nombreuses années sous le nom d'OPA-Bastille. Cet espace s'inscrit sur la cartographie de la vie nocturne parisienne, alternant ses fonctions pour répondre aux besoins des fêtards parisiens. Il se métamorphose en club électro après 23 heures, le vendredi et le samedi jusqu’à l’aube. Mais c'est dans sa version bar-concert que je le trouve très intéressant. Dans un cadre atypique, avec sa grande baie vitrée, ses murs en briques et sa mezzanine, son espace permet au public de profiter d'une bonne acoustique à tous les niveaux. Il s'est donné pour vocation de révéler les nouveaux talents de la scène pop indépendante et rock française avec des concerts gratuits. Les concerts sont généralement courts mais le principe est assumé et compris des auditeurs. Cette politique nous permettra encore ce soir de faire une découverte inattendue parmi les autres artistes prévus avant notre tête d'affiche.

Le prix des consommations compense sans doute en partie l'entrée gratuite pour assister à des concerts, ce qui me convient. Mais nous avons bénéficié du segment "Happy Hour de 19h à 20h" en payant notre bière (une excellente IPA), 6 €.

Ouverture des portes à 19h00, le temps donc de se détendre avant le début de soirée. Et même de discuter avec "Lo Patrón", qui confirme sa simplicité, son amabilité et sa modestie. Nous en profitons bien évidemment pour lui faire part de notre admiration non démentie depuis le Trabendo et pour lui soutirer quelques précieuses informations sur lui et ses projets. Il accepte volontiers le portrait avec ma P'tite Fée en pleine extase …Nous le laissons ensuite à sa conversation avec un photographe anglophone.

Au début de la soirée la foule était encore clairsemée. Sans doute un peu trop naïfs, nous avons laissé, au fil de minutes, quelques rangs s'installer devant nous. Mais sans nuire à notre perception, fort heureusement.

La sonorisation, s'est avérée excellente pendant toute la soirée. Le dispositif d'éclairage est proportionné à la taille de la scène qui est de taille modeste.

ZUN ALAK [20h30-21h15]
https://zunalak.bandcamp.com/music et https://www.facebook.com/zunalak/

Je ne connaissais pas ce musicien. Il semble que ce garçon soit pourtant déjà reconnu dans le milieu musical, notamment outre atlantique. Son curriculum vitae nous indique ainsi qu' "Après une vingtaine d’années à tourner aux USA, à participer à la scène New-yorkaise, et 25 albums solo sous la ceinture, Zun Alak est de retour en France pour continuer à écrire son journal de bord pour notre plus grand plaisir. Zun Alak va de la chanson folk, à la musique ambiante contemporaine, en passant par le psychédélique, entre Neil Young et Grouper". J'ai peiné à trouver l'identité cachée derrière ce pseudonyme, avant de la découvrir : Benoît Cougoulat Guerroué.

Vingt-quatrième album depuis 2002, "Plein Soleil" est paru le 12 juillet 2023. Un album de neuf morceaux, qui dure 32 minutes. Après 23 albums, c'est son premier entièrement chanté en français.

Zun Alak qui a donc la redoutable mission de "chauffer la salle" nous suggère toutefois aujourd'hui une prestation "acoustique expérimentale". La démarche est audacieuse, d'autant que l'artiste semble d'humeur morose. Soutenu à ses pieds par de multiples outils (pédales d'effets sonores, notamment pour les boucles), le guitariste nous montre des mélodies sympathiques et de beaux accords. Mais, honnêtement, ce n'est pas ce que j'étais venu écouter et je n'ai pas été particulièrement emballé.

La partie de l'auditoire qui était plus respectueuse lui accorde les applaudissements convenus.

J'imagine qu'il a probablement promu des titres de son récent album.

DANCERS IN RED [21h30-22h15].
//www.youtube.com/@Dancersinred"-  https://www.youtube.com/@Dancersinred

J'aime ce genre de découverte inattendue : voilà un groupe, toulousain mais qui a choisi la langue anglaise, que je ne connaissais absolument pas et qui pourtant mériterait à mon sens, une bien plus ample notoriété ! Sa prestation nous a tous sidéré, par la musique bien sûr mais aussi par le charisme époustouflant de Mathieu Serres. Celui-ci, après avoir débuté sur scène avec "CARBONE 14" un groupe de reprises, a fondé, à l'âge de 18 ans en 2009 DANCERS IN RED. Puis entouré à l’époque de Marion Estivalelez (basse) et de Guillaume Soucasse (batterie) il a pu produire trois mini-albums : "Let’s stay awake" (2011), "I’d rather be Red" (2014), et " Move and Sting" (2016) et assurer plusieurs concerts.

La biographie promotionnelle nous indique " Estampillé depuis toujours maximum rock n’roll, le trio débarque en ville avec un nouveau mini-album, "And they tore each other part", montrant une voix indémodable, un son qui sent toujours bon les 70’s, véritable marque de fabrique du groupe ".

Il semble que DANCERS IN RED réapparaisse sur scène après deux années qui ont abouti à un changement d'équipe. Le trio se compose désormais de Matthieu Ronfard (basse, depuis 2018), Vincent Fauvet (batterie, depuis 2020) et donc Mathieu Serres (guitare chant).

Nous percevons immédiatement les influences (Led zeppelin, The Who, Deep Purple, Black Sabbath, AC/DC) dans cette musique trépidante et énergique à souhait, plus souvent hard que blues ! Les nuques et les jambes ne cesseront de remuer aux rythmes endiablés. J'ai adoré l'abnégation, l'engagement total de Mathieu Serres qui n'a pas hésité à fendre la foule à deux reprises. Certes, cette démarche peut sembler stéréotypée, mais elle démontre à mes yeux un enthousiasme sincère et toujours entrainant ! Une voix rock mais juste, des accords puissants et harmoniques, un rock basique mais d'une redoutable efficacité. C'est clair je vais suivre et promouvoir cette bande d'énervés.

L'auditoire s'est considérablement étoffé au fil de la prestation. L'ovation finale fut particulièrement bruyante, ce qui démontrait un enthousiasme collectif garanti !

PROGRAMME

Onze titres ont laissé peu de répit :

  1. Combat
  2. Colorblind
  3. Dying Next To You
  4. Watch Me Burn
  5. Desperate Men
  6. Velours
  7. Clb
  8. Write a Song About Me
  9. Mandoline
  10. Why Are You Calling Me Love?
  11. Fantastic 5.

J'aurais volontiers apporté mon soutien en achetant un disque à l'échoppe en fin de soirée ; hélas le vendeur n'était pas à son poste. Les disques restant sont demeurés sur la table, tant pis…

PATRÓN [22h30-23h25]
https://patronofficial.bandcamp.com/album/patr-n
//www.youtube.com/@PATRONBAND">https://www.youtube.com/@PATRONBAND>

PATRÓN est désormais davantage qu'un projet parallèle de Suave Chavez, alias "Lo Patrón", meneur, depuis 1999, du groupe de rock stoner LOADING DATA. Mais PATRÓN est un quatuor qui tient la route, même si le batteur est nouveau ce soir. Il se compose de Suave Chavez, alias Patrón (voix et guitare :), Aurélien Barbolosi (guitare), Guillaume Theoden (basse) et Sacha Viken Poulain (batterie).

L'album éponyme, intitulé "Patrón", contenant onze pistes, est paru le 29 mai 2020, sous le label Klonosphere. Il a été produit par ALAIN JOHANNES (Queens of the stone age, Them Crooked Vultures, Mark Lanegan, Chris Cornell Band) et se trouve aussi être le dernier disque jamais enregistré dans son mythique studio 11AD, à Los Angeles. "Sur cet album Lo fait appel à des amis, on trouve ainsi entre autres Barrett MARTIN (Mad Season, Screaming Trees) et Joey CASTILLO (Danzig, Queens of the Stone Age, The Bronx…) à la batterie, Nick OLIVERI (Queens of the Stone Age, Kyuss…) à la basse, Aurélien BARBOLOSI (Aston Villa, Elliott Murphy) à la guitare, ainsi qu’Alain Johannes à la guitare, la basse".

Cet opus lui a permis déjà une belle reconnaissance parmi les chroniqueurs mais aussi les auditeurs de ses trop rares concerts. Le prochain est en préparation ; il est prévu pour 2025. D'ici là, le PATRON nous promet une poignée de concerts ; il est permis d'en espérer un à Paris très prochainement….

Lo dispose d'un charisme énorme, surtout par le timbre de sa voix suave, chaude, et puissante mais aussi son allure, et son sourire dénonçant un réel plaisir de scène ! Sourire à peine crispé au début de concert par un souci technique au niveau de la batterie, heureusement de courte durée. Quoiqu'il en soit, il suffit de poser un regard sur le public pour observer ce charme indicible qui s'opère, entre lui et la partie féminine de l'auditoire, en particulier. Même si je ne m'interdis pas d'être troublé par ce chant envoutant.

Ses deux fidèles complices lui apportent le confort d'un soutien d'une redoutable efficacité ; leurs chœurs mais aussi les soli d'Aurélien et les accords et ostinati de Guillaume, le tout rythmé par Sacha qui assume parfaitement son rôle de remplacement. J'ai perçu par moment une fugace bande son synthé qui m'a semblé dispensable, mais je suppose que c'est agréable à d'autres oreilles. En tout état de cause, il me semble que Lo a su reconstruire avec PATRÓN une bonne cohésion de groupe. Je profite de cette période où nous pouvons encore l'approcher dans de si petites salles ; égoïste je redoute un succès qui nous éloignerait de cette délicieuse proximité…

Côté nostalgie, Lo nous rappelle qu'il n'était plus revenu au Supersonic depuis 2018, alors qu'il jouait avec LOADING DATA.

Le public est carrément en ébullition ! De l'avis de tous, ce fut bon mais trop court !!

Chacun des dix titres sont un régal auditif, source de bonheur constant et renouvelé. Tantôt plus rock, tantôt plus bluesy mais toujours entrainant, magnifiquement interprété, avec parfois une relative liberté avec la version studio ! Citons le moment d'émotion pour Lo lorsqu'il ne manquera pas de rappeler l'hommage à son amie Lorelei (qui fut chroniqueuse à Rock & Folk) que constitue "The Maker". Ce créneau horaire étroit n'a pas permis d'aller plus loin dans le répertoire, notamment avec ce "Seventeen" attendu de bon nombre d'entre nous, mais ce n'est que partie remise !

A la fin de "Vegas", Lo quitte la scène et laisser ses complices assumer les quelques dernières mesures.

Deux titres ne figurent pas sur l'album édité en Europe ; le très énergique "Next Stop" et "Vegas".

PROGRAMME

  1. Room with a View (Patrón, 2020)
  2. Jump in the Fire (Patrón, 2020)
  3. Hold Me Tight (Patrón, 2020)
  4. Who Do You Dance For? (Patrón, 2020)
  5. She Devil (Patrón, 2020)
  6. Very Bad Boy (Patrón, 2020)
  7. Leave It All Behind (Patrón, 2020)
  8. Next Stop
  9. The Maker (Patrón, 2020)
  10. Vegas.

Ayant déjà acquis et fait dédicacé le disque au Trabendo, nous avons tenu à acheter ici un t-shirt afin de promouvoir un peu plus le phénomène.

En sortant nous sommes éberlués de voir une file interminable de fêtards du samedi soir espérant pénétrer dans ce qui va se muer en discothèque. Les pauvres, ils ne peuvent même pas se rendre compte de ce qu'ils viennent de manquer ! Chacun sa notion de la fête…

.

walt
PATRICE DU HOUBLON

Plus d'infos à propos de l'auteur ici

Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

PATRÓN, DANCERS IN RED, ZUN ALAK - Paris - Supersonic 17/02/2024 - 4.0 out of 5 based on 1 vote

Connexion

On Line :

Nous avons 1051 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • WAKE THE NATIONS Heartrock

    Laigre
    Attention album indispensable !!

    Lire la suite...

     
  • AURAS New Generation

    Laigre
    J'ai découvert cet album ...

    Lire la suite...

     
  • OZ HAWE PETERSSON’S RENDEZ VOUS - Chronique

    aorgod
    Album AOR de bonne facture très ...

    Lire la suite...

     
  • HONEYMOON SUITE - Alive : nouvel album studio des rockeurs canadiens -

    aorgod
    Cet album fait un peu pâle ...

    Lire la suite...

     
  • RUDOLF SCHENKER à propos de son frère MICHAEL : "C'est une personne très extrême" qui "ne peut pas faire partie d'un groupe"

    Eric Berger
    Pour moi la différence entre ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

04 Déc 2023 04:01 - Oso Garu, Holy Vier, Patrice Du Houblon, Metalden
Hellfest 2023 - DU 15 JUIN 2023  AU 18 JUIN 2023 - Iron Maiden, Kiss, Motley Crue, Slipknot, Pantera, Def Leppard, Alter Bridge, Skid Row, Within Temptation, Sum 41, Papa Roach, Powerwolf, Clutch, The Cult, The Hu, Myrath ...
Live report
20 Oct 2023 17:30 - Eric Berger
BIG MOUTHERS - New Now - Chronique
AOR
02 Jui 2023 11:45 - Fab
GRAND DESIGN  - Rawk - Chronique
AOR
03 Jui 2023 11:14 - Eric Berger
JUKEBOX HEROES - S/T - Chronique
AOR
04 Jui 2023 16:34 - MetalDen
BAD KINGZ - Take Me To Your Kingdom
News
04 Jui 2023 10:45 - Eric Berger
Steve EMM - Dangerous Goods - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)