0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

metallica paris stade de france 19 mai 2023 avec architecs mammoth wvh

Deuxième salve parisienne des Mets avant-hier soir donc au Stade de France (live report de la 1ere salve le 17/05 ici). Etonnamment, j'ai envie de débuter ce récit par la conclusion.

Ce genre de démarche me d'ailleurs penser à Meg Ryan dans ce super film intitulé Quand Harry rencontre Sally, une Meg Ryan qui tient le discours suivant lorsqu'elle lit un livre. En effet, elle a toujours en tête d'aller subrepticement fureter à la fin de l'histoire au cas où il lui arriverait quelque chose de fâcheux entre-temps. Un concert donc qui s'est déroulé à bride abattue au son des décibels décochés par nos quatre amis. Une furie sans nom qui tend à prouver qu'ils sont aujourd'hui les maîtres absolus ce que l'on appelle le thrash metal.
On aurait dit du stade qu'il était intergénérationnel puisque au hasard du public, il nous était possible d'y voir aussi bien des sexagénaires dont je faisais partie qui les avaient connu au tout début de leur carrière que des très jeunes que leurs parents avaient amené à cette grande messe.

Mammoth WVH ouvre les hostilités, proposant un rock alternatif post-grunge (ça veut dire quoi au juste ?) Les deux premiers titres Mammoth et Mr. Ed se veulent être très accrocheurs. Wolfgang chante bien et ce, grâce à sa voix d'éternel adolescent, se fend même d'un court solo rappelant ceux de son illustre père. On a quand même un peu l'impression d'entendre toujours le même morceau. Sympa voilà, mais linéaire, comme les deux albums réalisés par notre ami. Par conséquent, comme on l'aurait sans doute fait pour son paternel, on ne se prosternera pas devant le monsieur parce qu'il est "fils de"..........

Mammoth WVH Setlist Stade de France, Saint-Denis, France 2023
 

On enchaine avec Architects, combo de nationalité britannique qui, comme Ice Nine Kills, se définissent comme faisant du metalcore à la Parkway Drive selon l'avis éclairé de Benoit. Sur un autre site, le chroniqueur écrit qu'il s'est pris un "punch dans le foie". D'entrée de jeu, chez moi, les symptômes sont quelque peu différents. Ca se manifeste sous la forme d'une indigestion chronique frôlant presque les vomissements en cascade avec pour seule origine les riffs syncopés que nous assène le groupe. Et en plus, le show va durer une heure. Je ne prolonge pas le supplice et opte de façon stratégique pour un retrait en bonne et due forme. C'est assourdissant, syncopé, dissonant et cacophonique, bref la plaie pour un type comme moi qui aime le hard rock mélodique. Dalida chantait : "Laissez-moi danser !!!!!! Moi, je crie et scande : "Laissez-moi partiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir !!!!!!!"

Architects Setlist Stade de France, Saint-Denis, France 2023

Remontant tranquillement à ma place, tout comme un certain Lenny Kravitz qui s'est invité au concert des Californiens qui sont supposés entamer leur set vers 20h30. 20h30 passent mais personne ne se pointe. Tant que l'on n'entendra pas It's A Long Way To The Top d'AC/DC, le groupe n'apparaitra pas.
Encore quelques minutes et puis voilà, le voici programmé. A son terme, c'est au tour de The Ecstasy Of Gold qui remplit le stade de tout son lyrisme.
Rappelez-vous, on a bien mentionné le fait que Metallica table sur le fait de ne pas réinterpréter les titres de la veille ('No Repeat Weekend'). Point de Seek And Destroy et donc point de Nothing Else Matters non plus, raison, il était de bon aloi d'assister aux deux shows. Eh bah pan, les quatre gars envoient un Creeping Death de folie suivi du puissant et efficace Harvester Of Sorrow. Une nouvelle fois, l'effort a été porté sur le son et sur les lights qui s'avèrent être de toute beauté. Ca continue sur le même ton avec un superbe Cyanide puis King Nothing.

Le groupe a l'intention d'en mettre plein la g**** (désolé pour ce langage relâché) avec 72 Seasons et If Darkness Had A Son du dernier opus au moment même où la scène se pare d'un jaune éclatant. Deux morceaux de qualité surtout le premier qui contient tous les ingrédients d'un titre réussi du groupe.

Un titre réussi du groupe, en voilà un autre avec Welcome Home (Sanitarium) qui, extrait de Master Of Puppets, est interprété avec une incomparable fougue. Hettield chante bien peut-être encore mieux que l'avant veille, Trujillo d'un pas toujours élégant, martyrise sa basse et Ulrich tape comme un damné sur sa batterie de couleur......jaune... Jaune comme ce nouveau morceau You Must Burn qui passe merveilleusement bien le cap du live contrairement à certains avis négatifs que j'ai encore pu lire récemment sur certains sites. Lors de ces deux dates parisiennes, les morceaux de 72 Seasons, redoutables dans leur interprétation devant les 120 000 spectateurs ayant assisté aux deux prestations, se sont avérés efficaces.

IMMENSE SURPRISE que ce déterrage de The Call Of Ktulu proposé dans une version hyper puissante qui fait chavirer le Stade de France. Ecouté des centaines de fois et pourtant il m'en a fallu un certain laps de temps pour me dire qu'il s'agissait bien de The Call Of Ktulu. Grand moment assurément. cheers cheers cheers Ensuite, pour ce qui concerne The Unforgiven et Wherever I May Roam, il est clairement avéré que le groupe ne pouvait pas faire l'impasse sur ces deux titres du Black Album.
Petit détour par Hardwired...To Self Destruct via l'excellente interprétation de Moth Into Flame avant l'Apocalypse qui a pour nom Battery. Version incendiaire s'il en est, on retrouve la juvénilité de nos quatre gaillards. Ca bastonne grave et ce, grâce à un Lars Ulrich en état de grâce.

DEUXIEME SURPRISE POUR MOI : Whiskey In The Jar, le traditionnel irlandais popularisé par Thin Lizzy joué à la Metallica. Les potes m'envoient des SMS du genre : "C'est pour toi, Phil !!!!!! James a dû savoir que tu étais là !!!!!!!!!!!!!!!!!!!" lol Quand le public reprend comme un seul homme les "Whack for my daddy-o", ça me "Phil" des p****** de frissons. Tout comme l'intro de One qui résonne dans le Stade de France. Et là, c'est parti pour presque 10 minutes incandescentes avec des soli "en veux-tu, en voilà". Difficile de s'en remettre après ça surtout que le groupe, s'embarque et ce, en guise de conclusion de ce formidable concert dans un Enter Sandman extrêmement percutant repris en choeur par une assistance en complète osmose avec nos quatre compères. Un final ahurissant pour deux concerts absolument magiques.

Quand on y pense et c'est que soulignait le fils de Philty : quelle prise de risque d'avoir pioché des titres dans tous ses albums sans les avoir interprétés deux soirs de suite ('No Repeat Weekend'). Il n'y en a pas beaucoup qui l'auraient fait. Total respect, Messieurs !!!!!!!!!

Metallica Setlist Stade de France, Saint-Denis, France 2023, M72 World Tour
 
walt
PHIL
93 LIZZY
Plus d'infos à propos de l'auteur ici





 

Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

METALLICA - Paris - Stade de France - 19 mai 2023 - Avec Architects & Mammoth WVH - 4.5 out of 5 based on 2 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 826 invités et 2 inscrits en ligne

  • fab
  • MetalDen

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • OZ HAWE PETERSSON’S RENDEZ VOUS - Chronique

    Fab
    des tres bons titres et d autres ...

    Lire la suite...

     
  • AXXIS - Coming Home - Chronique

    Pilgrimwen
    Je reposte mon commentaire ...

    Lire la suite...

     
  • KING ZEBRA - Between The Shadows - Chronique

    Fab
    pas mal dans le genre mais comme ...

    Lire la suite...

     
  • BLACKTOP MOJO - Pollen - Chronique

    Eric Berger
    Une belle découverte qui ...

    Lire la suite...

     
  • PALACE - Reckless Heart : nouvel album - Girl Is An Angel : vidéo

    Nico
    L'album AOR parfait pour cet ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

04 Déc 2023 04:01 - Oso Garu, Holy Vier, Patrice Du Houblon, Metalden
Hellfest 2023 - DU 15 JUIN 2023  AU 18 JUIN 2023 - Iron Maiden, Kiss, Motley Crue, Slipknot, Pantera, Def Leppard, Alter Bridge, Skid Row, Within Temptation, Sum 41, Papa Roach, Powerwolf, Clutch, The Cult, The Hu, Myrath ...
Live report
20 Oct 2023 17:30 - Eric Berger
BIG MOUTHERS - New Now - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)