0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

bruce springsteen the e street band barcelone estadio olimpico lluis companys 30 04 2023

Cette fin de semaine à Barcelone était réservée de longue date pour assister à un concert de CAMEL, un de ces groupes capables de nous motiver pour traverser l'Europe. Hélas, Andy Latimer subit, lui aussi, les outrages du temps qui passe ; il a dû annuler toute sa tournée en raison de ses problèmes de santé.

Cependant, nous n'avons pas pu annuler le voyage. C'est donc simplement en touristes amoureux que nous revenons dans la capitale catalane, plusieurs années après la disparition du légendaire festival BEPROG MY FRIEND qui se tenait au Poble Espanyol non loin du stade olympique.

Toutefois, je ne cherche pas à me cacher derrière mon petit doigt, en mélomanes insatiables nous avions vaguement prospecté pour chercher un motif musical pour agrémenter notre aventure… Aucun évènement ne s'affichait dans notre domaine de prédilection. Pas de concert de rock progressif, ni de metal…

Bon, j'avais bien relevé la prestation du Boss. Mais, sans véritable espoir ; tout était annoncé complet pour le vendredi 28 comme pour le dimanche 30, à l'instar de son concert prévu samedi 13 mai à Nanterre (Paris-La Défense Arena). Et puis, bon, très honnêtement, je n'ai jamais été un fervent admirateur du monsieur, en dépit de l'insistance de beaucoup d'amis dès le début des années 80. Je l'ai toujours respecté et apprécié, mais au même titre que Bryan ADAMS ou Huey LEWIS. Nonobstant, l'idée de voir cette légende scénique a fait son chemin dans mon esprit souvent tourmenté par un ballet de notes. Nous avons ainsi prévu que notre visite touristique ferait un détour par la colline de Montjuïc … on ne sait jamais.

Après une étape commémorative au Poble Espanyol (circulez, y'a plus rien à voir !), nous arrivons vers 16 heures parmi les plus impatients admirateurs de l'Américain. Nos premiers sondages auprès des personnes abordées nous laissent peu d'espoir. Assis au soleil, en contrebas du stade, on assiste impuissant aux répétitions qui attisent encore un peu plus notre envie. A l'horizon, des nuages noirs semblent s'avancer dans notre direction ; on se dit que nous ferions mieux de plier bagages avant d'être saucés pour rien…

Mettant notre vanité de côté, on se résout quand même à afficher notre quête. C'est ma p'tite Fée qui s'y colle avec courage et abnégation. A notre plus grand étonnement, assez rapidement deux dames respectables nous abordent ; elles ont justement deux places à céder !!! Une chance inouïe !!! Elles étaient trop contentes de trouver acquéreurs !! Nous les payons à prix coûtant (arrondi à 3 € supérieurs). C'était gagnant/gagnant !


Surexcités par notre chance, nous nous rendons dans la file d'attente correspondante. Mais, c'était sans compter avec ces maudits nuages qui entre temps n'avaient pas déviés leur cheminement. Il s'agit d'un orage qui tonne avant de nous déverser des hallebardes tropicales incessantes pendant plus d'une heure !!! Idiots que nous sommes, nous avons tenu à demeurer dans la file, en dépit de nos places numérotées. Nous entretenions naïvement l'espoir d'une pluie de courte durée. L'intensité et la durée de ces chutes ont transpercé et décoloré nos perfectos (vert pour ma p'tite Fée et noir pour moi), que nous pensions protecteurs. Ma p'tite Fée (oserais-je dire "ma poule mouillée" ?) s'est transformée en plante verte, et mon t-shirt s'est noirci. Un cauchemar d'autant plus rageant que l'organisation n'a jamais daigné anticiper l'ouverture des portes, prévue à 18 heures. Pis, l'entrée a tardé bien au-delà ! Epuisés et trempés comme des souches, nous finirons bien par pénétrer enfin dans l'enceinte, Porte 2, mais toujours sous la pluie. La crainte d'une annulation potentielle, qui nous ruinerait moralement et financièrement (n'étant pas les débiteurs à l'origine !), accentue notre abattement. Bref, la pluie finira par s'arrêter, mais nous subirons les effets physiques et psychologiques de cette calamité tout le restant de la soirée… La Croix-Rouge catalane tente de réconforter ma p'tite Fée transie par le froid et l'humidité. Une petite collation arrosée (…) d'une Estrella ne parvient pas à nous remonter le moral… Anecdote surprenante, le gobelet collector est estampillé au thème de la soirée "Only the Strong Survive" ; On ne lui fait pas dire, comme dit l'autre ! A ce stade, nous sommes dévastés, démotivés.

Mon esprit malade imagine que nous sommes victime d'un compromis entre Pluton, dieu des Enfers et Apollon, Dieux des Arts et de la Musique ; "Je vous accorde ce concert imprévu, mais vous y souffrirez ! Ainsi soit-il !"

LE SITE

Le stade olympique Lluís Companys est plus communément connu sous le nom de "stade de Montjuïc", surtout depuis les Jeux olympique de 1992, en raison de sa localisation sur la colline de Montjuïc, au centre sud-ouest de la ville. Construit à l'origine pour l'exposition universelle de 1929 de Barcelone, il est entièrement reconstruit et agrandi en 1989 en prévision des Jeux olympiques d'été de Barcelone. Notons que Marie-José Pérec y fut couronnée championne olympique en 1992.

Sa capacité théorique est de 60 713 places. Mais en configuration concert, il serait capable d'accueillir jusqu'à 55 121 spectateurs.

La placeuse, sans doute perturbée par le climat, est d'une déplorable incompétence. On ne parviendra pas à distinguer le bloc 205, et encore moins de trouver nos véritables places située en file 9, siège 20. Le concert débute ; nous prenons places sur des sièges restés vacants, avec le risque d'en être éjecté. Ce qui ne s'est pas produit, fort heureusement !

Nous sommes positionnés tout au fond de l'incurvation opposée à la scène. Trèèèèès loin et trèèèès haut. Mais, nous aurions pu nous estimer heureux d'être présents dans l'enceinte, si le climat avait été plus propice…

MINI BIO

Bruce Frederick Joseph Springsteen à 73 ans (né le 23 septembre 1949) chanteur, guitariste et compositeur américain est à l'origine de vingt-et-un albums studio parus au cours d'une carrière s'étendant sur six décennies, et est accompagné la plupart du temps de son groupe de soutien, le E Street Band.

Il est réputé pour l'énergie dégagée lors de ses concerts intenses et longs, mais aussi pour ses textes poétiques et socialement engagés, qui racontent la vie de la classe ouvrière américaine.

Bruce SPRINGSTEEN est aujourd'hui entouré de dix-huit musiciens. Le E Street Band est le principal groupe d'accompagnement de Bruce Springsteen, fondé en octobre 1972, mais il n'a été officiellement ainsi nommé qu'en septembre 1974. Le groupe tire son nom de la rue de Belmar, dans le New Jersey, au 1107 E-Street où vivait la mère du claviériste Sancious. Elle a permis au groupe de répéter dans son garage. Toutefois, en 1989, Springsteen s'est passé du groupe jusqu'à la fin des années 90.

Les musiciens ne semblent pas en avoir pris ombrage puisque la plupart ont répondu présent au rappel des troupes. Aujourd'hui, nous trouvons ainsi sur scène : Gary Tallent (basse, chœurs, de 1972 à 1989, 1995, et depuis 1999), Roy Bittan (piano, accordéon, claviers (de 1974 à 1989, 1995, et depuis 1999), Max Weinberg (batterie, percussions, de 1974 à 1989, 1995, et depuis 1999), Steven Van Zandt (guitare rythmique et solo, mandoline, chœurs, de 1975 à 1984, 1995, et depuis 1999), Nils Lofgren (guitare solo et rythmique, accordéon, chœurs, de 1984 à 1989, 1995, et depuis 1999), Patti Scialfa (chœurs, guitare rythmique, de 1984 à 1989, 1995, et depuis 1999). Pour les tournées, d'autres musiciens sont habituels : Soozie Tyrell (violon, chœurs, percussions, guitare acoustique, depuis 2002), Charles Giordano (orgue, accordéon, synthétiseur, depuis 2008), Jake Clemons (saxophones, percussions, chœurs, depuis 2012).

Pour cette tournée, Bruce a recruté Curtis King (chœurs, percussions), Michelle Moore (chœurs), Lisa Lowell (chœurs), Ada Dyer (chœurs), Anthony Almonte (percussions, chœurs), Ed Manion (saxophone ténor et baryton, percussions), Curt Ramm (trompette), Barry Danielian (trompette), Ozzie Melendez (trombone).

Notons, pour la parenthèse idyllique, que la choriste et guitariste Patti Scialfa est l'épouse du Boss (depuis 1991).

"Only the Strong Survive" est son vingt et unième album studio, paru le 11 novembre 2022.

Vendredi 28 avril était le premier concert de la tournée européenne. Pour l'anecdote, nous apprendrons un peu plus tard que lors du concert du vendredi, deux choristes supplémentaires ont apporté leur soutien : Michelle Obama, et Kate Capshaw (épouse de Steven SPIELBERG) sont venues chanter sur la chanson "Glory Days" !

LE CONCERT [21h-23h55]

L'entrée en scène est l'occasion pour Bruce d'interpréter "My Love Will Not Let You Down", pour la première fois depuis 2017. Ce titre nous permet de constater une excellente sonorisation qui restera constante pendant tout le concert. Aucune surpuissance, ni réverbération dans ce stade. Preuve étant ainsi faite qu'il est possible d'offrir une bonne acoustique dans un stade.

L'éclairage nous a semblé plutôt ordinaire mais efficace pour cette grande surface. Le fond de scène est constitué de trois écrans géants, effectivement indispensables dans ce cadre gigantesque, car de notre positionnement je n'ai jamais rien vu d'autre qu'un lilliputien, certes relativement agité mais uniquement distinguable par le suivi du projecteur. On atteint là les limites des évènements à grande échelle ; on a le regard qui revient inéluctablement sur les écrans, ce qui pose la question de l'intérêt d'un tel concert, d'un certain point de vue… L'ambiance, elle est surtout en fosse, et davantage encore dans les premiers rangs, même si les admirateurs s'époumonent dans toute l'enceinte sportive. A noter que plusieurs chansons étaient sous-titrées en catalan, sur les écrans.

Je ne ferai pas mine de bien connaitre le répertoire ; mon statut est plutôt celui d'un observateur intéressé. Je devrai attendre une bonne heure et demie avant de reconnaitre un titre ; et encore (!), c'était celui de la reprise de "Because the Night" (de Patti Smith Group, 1978) ! Et pourtant, il avait auparavant repris aussi "Nightshift" (reprise de Commodores, 1985) et "Trapped" (reprise de Jimmy Cliff, 1972), deux titres que je ne connaissais pas ! Bien sûr, "Badlands", "Born in the U.S.A." et "Dancing in the Dark" m'auront finalement sauvé du naufrage ; ces titres ayant été assez souvent rabâchés sur les ondes médiatiques de l'époque !

Les connaisseurs auront sans doute perçu davantage de subtilités dans les interprétations des intervenants. J'ai pour ma part surtout apprécié les segments les plus blues-rock, ainsi que d'autres particulièrement cuivrés tels que ce "Last Man Standing", interprété en acoustique, avec Barry Danielian à la trompette.

Le rappel laisse les projecteurs allumés, plein feu sur la foule qui exulte sur les huit derniers titres particulièrement attendus par la majorité !

C'est durant "Dancing in the Dark" qu'il présente les membres du E-Street Band.

Autre moment fort, le titre "Tenth Avenue Freeze-Out", durant lequel des photos de Danny Federici et Clarence Clemons ont été montrées sur les écrans. (Explications : Danny Federici était un accordéoniste qui a joué dans des groupes locaux du New Jersey et avec Bruce Springsteen dès la fin des années 1960 ; il est décédé à 58 ans le 17 avril 2008. Clarence Clemons était un saxophoniste américain du E-Street Band, mort à 69 ans le 18 juin 2011). Ce titre est le dernier en compagnie du E-Street Band.

Bruce termine ce long concert en solo, sur la version acoustique de "I'll See You in My Dreams".

Le public ovationne l'artiste avec l'enthousiasme requis. Je ne me lasse pas d'admirer la ferveur d'une foule en liesse, vus de haut.

Pour ma part, je ne cache pas qu'en étant trempés et frigorifiés par un vent cruellement froid, nous n'avons pas su rentrer à fond dans l'ambiance. Ma nuque était endolorie, non par les hochements habituels en concert, mais par la raideur causée par un froid implacable.

J'ai toutefois su apprécier les qualités de l'artiste et celles de ses complices. J'ai pu mesurer son talent, surtout à la guitare, mais aussi à l'harmonica. Sa voix m'a néanmoins semblé en peu en deçà de ce que j'avais entendu de ses enregistrements. Certes, les années commencent à peser et je trouve qu'il s'en sort encore très bien en dépit que quelques petites faiblesses perçues ici et là.

Près de trois heures ont permis d'écouter vingt-neuf titres, dont cinq issues de "Born in the U.S.A.", 1984, cinq de "Born to Run", 1975, quatre de "Letter to You", 2020, trois de "Darkness on the Edge of Town", 1978, deux de " The Rising", 2002, deux de "The Wild, the Innocent & the E Street Shuffle", 1973, deux de "The River", 1980, une de "Nebraska", 1982, une de "Wrecking Ball", 2012, une issue de la compilation "tracks", 1998, et trois reprises.

PROGRAMME
My Love Will Not Let You Down (1982, mais issu d'une compilation parue en 1998)

No Surrender (Born in the U.S.A., 1984)
Ghosts (Letter to You, 2020)
Prove It All Night (Darkness on the Edge of Town, 1978)
Letter to You (Letter to You, 2020)
The Promised Land (Darkness on the Edge of Town, 1978)
Out in the Street (The River, 1980)
Kitty's Back (The Wild, the Innocent & the E Street Shuffle, 1973)
Nightshift (reprise de Commodores, 1985)
Trapped (reprise de Jimmy Cliff, 1972)
Mary's Place (The Rising, 2002)
Johnny 99 (Nebraska, 1982)
The E Street Shuffle (The Wild, the Innocent & the E Street Shuffle, 1973)
Last Man Standing (Letter to You, 2020)
Backstreets (Born to Run, 1975)
Because the Night (reprise de Patti Smith Group, 1978)
She's the One (Born to Run, 1975)
Wrecking Ball (Wrecking Ball, 2012)
The Rising (The Rising, 2002)
Badlands (Darkness on the Edge of Town, 1978)
Thunder Road (Born to Run, 1975).
RAPPEL :
Born in the U.S.A. (Born in the U.S.A., 1984)
Born to Run (Born to Run, 1975)
Ramrod (The River, 1980)
Glory Days (Born in the U.S.A., 1984)
Bobby Jean (Born in the U.S.A., 1984)
Dancing in the Dark (Born in the U.S.A., 1984)
Tenth Avenue Freeze-Out (Born to Run, 1975)
I'll See You in My Dreams (Letter to You, 2020).

Je ne regrette pas d'avoir assisté à ce concert, juste d'y avoir assisté dans des conditions aussi inconfortables, dans des vêtements trempés, fouettés par un vent incessant et glacial. Après cette expérience, on pourra toujours me reparler de la douceur du climat barcelonais…

walt
PATRICE DU HOUBLON

Plus d'infos à propos de l'auteur ici

 



Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

BRUCE SPRINGSTEEN & The E Street Band - Barcelone, Estadio Olimpico Lluis Companys - 30/04/2023 - 4.0 out of 5 based on 4 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 836 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • THE SUPERSOUL BROTHERS - By The Way - Chronique

    Eric Berger
    Merci à John pour cette ...

    Lire la suite...

     
  • RYDHOLM / SÄFSUND - Kaleïdoscope - Chronique

    Stef B.
    Par les temps qui courent ...

    Lire la suite...

     
  • RYDHOLM / SÄFSUND - Kaleïdoscope - Chronique

    Eagles05
    L’album de Toto que l’on attendait ...

    Lire la suite...

     
  • AT 1980 - Forget To Remember - Chronique

    Eric Berger
    J'aime beaucoup ce groupe.

    Lire la suite...

     
  • BLACK DIAMONDS - Destination Paradise - Chronique

    Eric Berger
    Un très chouette disque sur ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

04 Déc 2023 04:01 - Oso Garu, Holy Vier, Patrice Du Houblon, Metalden
Hellfest 2023 - DU 15 JUIN 2023  AU 18 JUIN 2023 - Iron Maiden, Kiss, Motley Crue, Slipknot, Pantera, Def Leppard, Alter Bridge, Skid Row, Within Temptation, Sum 41, Papa Roach, Powerwolf, Clutch, The Cult, The Hu, Myrath ...
Live report
20 Oct 2023 17:30 - Eric Berger
BIG MOUTHERS - New Now - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)