0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

xxiie festival crescendo de saint palais sur mer

XXIIe FESTIVAL CRESCENDO - Du vendredi 19 au lundi 22 août 2022, Esplanade du Concié, face à l'océan, 17420 St Palais sur mer. Cette 22ème édition continue la longue et interminable litanie des concerts et festivals reportés en raison de la Pandémie qui aura été bien pénalisante, source de frustrations pour les artistes et pour les organisateurs.

En ce qui concerne mon calendrier, ces répercutions se feront sentir jusqu'en novembre. Et encore, c'est sans compter avec Steven Wilson qui a carrément tout renvoyé aux Calendes grecques (2024 ?) en attendant des jours meilleurs…

Vaille que vaille, l'Organisation du Crescendo relance donc sa machine cette année en densifiant l'affiche par rapport à la précédente ; la 21ème édition qui s'était tenue en 2019 proposait dix groupes en trois jours, cette fois ce sera quatorze sur quatre jours ! Avec une remarquable pugnacité depuis 1999, l'équipe de bénévoles de ce festival charentais de rock progressif est parvenu à adapter la voilure au fil des différents avis de tempêtes. Jusqu'aux mesures nationales de confinement qui s'imposaient à tous en 2020. Cette évidence a pourtant créé de surprenantes tensions au sein même de l'équipe organisatrice qui, à défaut de conséquence fatale pour l'événement, a néanmoins abouti à une regrettable scission.

Quoi qu'il en soit, en tant que festivalier, je me réjouis du maintien de ce rendez-vous estival, souvent source de belles découvertes, grâce à une programmation audacieuse et éclectique qui s'efforce vaillamment chaque année de promouvoir des artistes prometteurs.

Cet événement est attractif avant tout pour les plus fidèles mélomanes d'entre nous, et dans une moindre mesure pour des vacanciers pas forcément enclins à écouter du rock progressif mais suffisamment détendus pour tenter l'aventure. Gageons que cet évènement aura été un nouveau foyer de contagion, au moins pour certains d'entre eux ! Plus on est de malades, plus on rit, c'est bien connu.

Pour ma part, je déplore très amèrement avoir manqué certaines éditions précédentes qui m'auraient permis d'y découvrir de nombreux groupes qui sont maintenant listés parmi mes favoris. La distance qui me sépare du site constitue une circonstance atténuante à mon manque d'assiduité mais cependant j'entretiens de gros regrets en repensant en particulier à Mostly Autumn en 2000, à Änglagård et à The Pineapple Thief en 2003, à Pain of Salvation en 2005, à Lazuxxli et à Karcius en 2007, à Sunchild en 2009, à Special Providence en 2010, à Haken et à Karfagen en 2012, à Leprous en 2013, et à The Wobbler en 2015. Sans compter les artistes que j'aurais éventuellement pu découvrir !!

Finalement, c'est la force d'attraction d'ANEKDOTEN, en tête d'affiche de cette 18ème édition, qui m'a suffisamment motivé pour me rendre à la seule journée du 20 aout 2016. L'année suivante, je suis revenu les 18 et 19 aout 2017, accompagné de ma p'tite Fée et mes deux enfants ; histoire de concilier ainsi ma passion musicale et les plaisirs de petites vacances en famille !

Puis, j'ai de nouveau négligé les éditions suivantes. J'ai ainsi manqué, en 2019, Blank Manuskript (qui m'a ébloui ce mois de juillet au NOTP), ainsi que Io Earth (que j'avais déjà manqué en 2016).

Cependant, nous sommes revenus pour le formidable concert de Lazuli le 22 aout 2021, organisé par l'équipe du Crescendo.

Cette année, à l'instar de 2017, j'emmène mes deux fils et ma p'tite Fée. Après six heures de routes (512 km), nous déposons vite fait nos bagages à notre location, et hop nous partons retrouver une partie de notre microcosme protéiforme sur l'esplanade.

Le festival propose cette année quatorze groupes, représentant dix nationalités différentes, dont onze seront pour moi une découverte scénique.

En effet, j'ai le plaisir de revoir sur scène trois groupes ; les français ANAÏD, les allemands SMALLTAPE et les finlandais OVERHEAD.

J'avais déjà vu sur les planches le suédois HASSE FRÖBERG, mais au sein de The Flower Kings ; je vais découvrir son activité parallèle.

Quatre groupes figuraient dans mes objectifs ; je m'impatiente de voir sur scène les polonais AMAROK, les ukrainiens KARFAGEN, et les français ESTHESIS, dont j'écoute fréquemment les albums. Par ailleurs, notre microcosme m'a incité à visionner quelques vidéos des anglais LAST FIGHT TO PLUTO ; je vais voir ce qu'ils produisent sur scène.

Les six autres groupes vont mettre à l'épreuve mon esprit de découverte ; les norvégiens PYMLICO, les italiens UNIVERSAL TOTEM ORCHESTRA et LONDON UNDERGROUND, les danois ØRESUND SPACE COLLECTIVE, et les français Ex'ODD et AQ&F.

Autant le dire en préambule, (cela évitera aux plus flemmards de lire le reste de ce récit !) cette affiche s'avérera une réussite totale, absolument formidable, source de découvertes fabuleuses et de plaisirs auditifs inoubliables.

La météo s'est montrée capricieuse, alternant un soleil accablant (surtout le vendredi), les passages nuageux (finalement bienvenus) et les très légères bruines (surtout lundi soir). Le tout m'a laissé une impression estivale très agréable.

De surcroit, l'Organisation a eu la bonne idée de nouer un partenariat avec "La Débauche", une brasserie artisanale basée à Angoulême, dont la bière blonde IPA légère servie à la pression m'a régalé pendant tout le Festival moyennant quatre euros le gobelet. Joli gobelet d'ailleurs, estampillé aux dessins du Crescendo et consigné à un euro. Je salue au passage ce geste éco-citoyen, et les autres, en faveur de sauvegarde de ce merveilleux environnement. Je souligne aussi l'abnégation des bénévoles, ceux qui ont assuré anonymement la logistique et ceux qui ont permis la vente de restauration et de boisson, garantissant ainsi les recettes indispensables.

Le personnel technique et notamment celui de la console de sonorisation m'a paru globalement très compétent, sur l'ensemble des quatre jours. Même si Smalltape semble être poursuivi par la malédiction du micro (soucis similaires en juillet au NOTP !).

Je reprends ici les horaires de passages prévus, sans mentionner les retards éventuels ; ils n'ont que marginalement (à mon humble niveau) impacté les prestations.

VENDREDI 19 AOUT.

ANAÏD (France) [18h].
https://anaidgroup.wixsite.com/anaid

Ce groupe français fut cofondé dans le Nord de la France en 1981 par Jean-Max DELVA (batterie, vibraphone, claviers), Emmanuelle LIONET (voix, clavier) et Christophe Delvallé. Ce dernier a quitté le navire dès 1983. Après plusieurs évolutions, le groupe s'est mis en veille en 1990, avant de se reformer en 2013, sous la forme d'un trio, avec leur fils Alexis DELVA à la guitare.

Son cinquième album "I have a Dream" est paru au printemps 2019. Un double album enregistré en concert au Triton en Février 2020. Un sixième studio sera enregistré cet automne.

A deux reprises, j'ai eu le plaisir d'assister à leur prestation ; ici au Crescendo le 20 aout 2016 puis à la péniche Antipode ce 28 avril 2022. Je salue particulièrement leur persévérance compte tenu du manque de curiosité et de soutien de nos "chers médias" nationaux depuis quatre décennies ; j'imaginerais pourtant volontiers en percevoir des échos par exemple sur les ondes d'Arte, de France Inter, France Culture ou dans les pages de Télérama. "I have a Dream…".

Pour parfaire l'équipage, Enguerran Dufour (basse) et Théo Ferrari (saxos, batterie), déjà présents à la Péniche Antipode en avril dernier, sont également sur les planches aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, ANAÏD peut compter sur l'intérêt de notre microcosme qui sait reconnaitre leur talent, et leur originalité. D'autant plus que les qualités intrinsèques du duo fondateur sont magnifiées par leur fils Alexis qui maitrise sa guitare avec virtuosité et sensibilité. Ses soli ainsi que ceux d'Enguerran à la trompette, en alternance avec sa basse, et de Théo aux saxophones ont contribué grandement dépayser l'esprit des festivaliers.

Gageons que leur prestation sera de nature à accroitre leur notoriété injustement insuffisante !

Dix titres interprétés dont six issus de "I Have a Dream" (2019).

PROGRAMME
Migration (I Have a Dream, 2019)

White nature (I Have a Dream, 2019)
Sweet memories (I Have a Dream, 2019)
Sophia
Blue moon
I have a dream (I Have a Dream, 2019)
Kate (Libertad, 2016)
Happy
Loving grace
Vêtue de Noir (Vêtue de Noir, 1986).
RAPPEL :
Imbahe (I Have a Dream, 2019).

PYMLICO (Norvège) [20h].
http://www.pymlico.no/

Le groupe norvégien a été fondé à Oslo en 2009 par le batteur Arild Brøter. Il s'est entouré de six autres complices ; Øyvind Brøter (claviers), Stephan Hvinden (guitares), Andreas Sjo Engen (guitares), Oda Rydning (percussions), Are Nerland (basse) et Robin Havem Løvøy (saxophones, claviers et chœur).

Le septième album de PYMLICO "Supermassive" est paru le 20 mai 2022. Fait notable ; Roine Stolt (guitare) y participe sur le troisième titre.

Ces compositions instrumentales chaloupées sont très variées, aux marges du rock progressif, alliant des atmosphères funk et jazzy. Elles ont eu tôt fait de capter et maintenir mon attention. La complicité et le plaisir de jouer ensemble est évidente chez ces Vikings. Les guitares et saxophones se conjuguent avec bonheur pour produire des mélodies entrainantes, tantôt jazzy, tantôt métal et voire aux confins de la pop.

La conclusion avec une reprise de GENESIS ne pouvait que couronner mon impression favorable. Très agréable donc ; cette première découverte de la journée sera à suivre à l'avenir, sans aucun doute.

Je suis totalement séduit au point de me procurer "Supermassive" à l'échoppe.

Quinze titres sont interprétés, dont six issus de "Supermassive" (2022), quatre de "VI: on this day" (2020), un de Nightscape, (2018), et trois de "Meeting Point" (2016).

PROGRAMME
Heliotrope (VI: on this day, 2020)

Breaking Protocol (Supermassive, 2022)
Confusion (Supermassive, 2022)
Are we there yet ? (Supermassive, 2022)
Broken Glass (Meeting Point, 2016)
Clockwork (Supermassive, 2022)
Partners in Crime (VI: on this day, 2020)
Lucy does not approve (Meeting Point, 2016)
Second Rate Punk (Meeting Point, 2016)
WTG (Supermassive, 2022)
Little Nellie (Supermassive, 2022)
Survival Guide (VI: on this day, 2020)
Gabagool (Nightscape, 2018)
Real People (VI: on this day, 2020)
Los Endos (Reprise de Genesis).

KARFAGEN [22h].
http://www.antonykalugin.net/ et https://antonykalugin.bandcamp.com/

Antony Kalugin a fondé en 1997 un groupe d'écoliers en Ukraine, qu'il a nommé Karfagen (Carthago, Carthage). Dès l'année suivante, étudiant à l'université d'architecture, ses premières compositions de KARFAGEN sont enregistrées, certains de ces morceaux se retrouvent sur la compilation "Key to Perception" parue en 2009. Les premiers enregistrements d'une très longue série…

Le treizième album de KARFAGEN "Land Of Green And Gold" est paru le 7 janvier 2022. Un septième album solo "Rebirth" vient de paraitre ce 6 juin 2022, accompagné en édition limitée de "Land Of Green Bonus Disk".

Je le confesse volontiers, ce n'est que depuis la fin de l'hiver dernier, dans le contexte douloureux que connait l'Ukraine (…), que j'ai appris l'existence d'Antony Kalugin et de ses nombreuses créations séduisantes. Mon parcours initiatique, ruineux, a abouti à l'acquisition d'une bonne part de son impressionnante discographie ; des opus en solo, mais aussi de KARFAGEN, et de SUNCHILD. Et encore, par "chance" les albums d'HOGGWASH sont hélas épuisés, à ce jour, ce qui me laisse un peu de répit pour digérer le tout !

En préalable à mes impressions sur la prestation, il me semble important de louer l'enthousiasme et la volonté d'Antony qui, en dépit du contexte particulièrement chaotique en Ukraine, a tenu à maintenir et à assumer son engagement à participer au Crescendo. Il a rassemblé un groupe avec des musiciens, disponibles malgré tout. Il a organisé le voyage (un trajet de plus de 2000 km avec équipement, et l'hébergement), pour venir partager leur musique et chercher un peu d'espoir et de réconfort dans leur univers devenu si sombre depuis ce 24 février 2022. Respect.

Le voir aussi volontaire et enthousiaste sur scène ne pouvait donc qu'animer notre sympathie. Antony Kalugin (claviers, chant) est parvenu à s'entourer de sa (très belle) femme Olga Rostovskaya (claviers, percussion et chœur), et de son fidèle batteur Kostyantyn Shepelenko (batterie).

Pour le reste, une nouvelle choriste Mariya Panasenko remplace Olga Vodolazhska. A la guitare, Anton Barsukov, remplace Max Velychko. Ces deux absences me peinent beaucoup tant j'avais apprivoisé leurs talents respectifs (la voix KateBushienne de la belle Olga, et les soli étourdissants de Max), et j'espérais beaucoup les voir dans la configuration de leur tournée de 2016. Quant à la basse, elle est tenue par Vladyslav Karbovskyi en remplacement d'Oleg Prokhorov (basse). En outre, l'accordéoniste Sergii Kovalov pourtant prévu n'est pas présent.

La composition du groupe est donc une relative déception a priori, d'autant plus que les trois "nouveaux" (la choriste, le guitariste et le bassiste) en étaient réduits à garder le nez sur leur prompteur (guitariste) ou leur pupitre (basse). Mais, le charisme, la fougue et la conviction d'Antony estomperont ce sentiment au fil du concert. Il n'hésite pas à quitter ses claviers, prendre son micro, et venir haranguer le public. Olga s'est repositionnée sur le seul micro (délaissant donc le clavier), en appui à Mariya Panasenko qui assure très bien sa partition avec beaucoup d'éloquence. L'implication exubérante de cette dernière laisse à penser qu'elle se verrait bien intégrée au groupe de manière durable …

Conformément à mes préférences après l'écoute des albums, ce soir aussi je prends davantage de plaisir à entendre l'interprétation des titres issus des albums de SUNCHILD. Même si globalement, j'aime beaucoup l'ensemble des compositions d'Antony, qui allient les atmosphères chantantes, doucement énergiques et qui ont le don d'inviter l'auditeur dans des paysages musicaux chatoyants. De manière très professionnelle, Antony a fait ce qu'il a pu avec les moyens du bord ; je lui pardonne volontiers les petites séquences à vide mettant à l'épreuve l'enthousiasme du public. Nous avons partagé avec lui un bon moment de convivialité, en attendant un concert dans des conditions plus sereines.

Les acclamations du public sont vigoureuses et méritées. On ressent fortement l'émotion collective, sentiment encore accru lorsque les ukrainiens déployèrent leur drapeau national avec une légitime fierté. Un mystérieux acronyme inscrit dans la partie bleue revendiquait en fait l'acquisition d'armes de défense pour le pays. (ATACMS pour Army Tactical Missile System)

A l'échoppe, je me procure un cd de Sunchild (the Gnome) qui me manquait encore avant de le faire dédicacer par le Maître, toujours aimable et disponible.

PROGRAMME
à déterminer, Antony va me fournir les titres dès que possible !
Xxx (Xxx, 2xxx)

SAMEDI 20 AOUT.

ESTHESIS [17h].
https://www.esthesismusic.com/ et https://esthesis.bandcamp.com/

Ce quatuor anglophone français de rock progressif (dark neoprog), a été créé et est dirigé par le multi-instrumentiste français Aurélien GOUDE (chant, claviers, guitares). Aurélien exploite ses nombreuses influences (rock britannique des années 70, musique de film, ambient, métal, pop…) pour exprimer des ambiances empreintes d'émotions et de mélancolie.

Un mini album "Raising Hands" est paru le 1er février 2019, puis le premier album "The Awakening" est paru le 14 novembre 2020, suivi d'un monoplage "Still Far To Go" est paru le 5 mars 2021. J'écoute plus souvent qu'à leur tour ces deux premiers enregistrements, produits avec soin. A tel points qu'ils sont maintenant reconnus dans le petit monde du rock progressif, jusqu'en Angleterre. Un deuxième album "Watching Worlds Collide" est paru ce 19 aout 2022.

Aujourd'hui il se présente sur scène entouré de Baptiste DESMARES (guitares), et Marc ANGUILL (basse), auxquels s'est joint plus récemment Arnaud NICOLAU (batterie). Sa compagne "Tildou Tidette" assure les chœurs sur quelques titres.

Le Crescendo m'offre l'opportunité d'assister enfin à un de leurs concerts. L'admirateur de la première période de Porcupine Tree ne peut qu'être séduit par la musique d'Esthésis, pourtant originale, développée par Aurélien et ses complices. Deux voix doucement plaintives accompagnent des rythmes lourds ou éthérés, ponctués pas des soli de guitare ciselés à point. Le batteur semble avoir trouvé sa place, sa frappe me semble assurée et chaloupée comme il convient. Marc me rappelle lui aussi Porcupine Tree (Colin) dans sa manière d'intervenir ; discret mais essentiel. On sent que le groupe dispose du potentiel, qui devra s'affirmer avec l'aisance et le charisme qui ne manquera pas de s'épanouir au fil des concerts.

Voilà un bien bel essai qui ne devrait pas tarder à être transformé, notamment lors d'un prochain concert, prévu ce 6 septembre à Pantin (Péniche Antipode).

L'auditoire applaudit la prestation, elle le vaut bien !

A l'échoppe, je me procure le cd tout frais sorti des presses, dans sa version spéciale tant qu'à faire, avant de le faire dédicacer bien entendu !

PROGRAMME
Raising Hands (Pt 2) (Raising Hands, 2019)

Place Your Bets (Watching Worlds Collide, 2022) (première scène)
Chameleon (The Awakening, 2020)
The Awakening (The Awakening, 2020)
Vertigo (Watching Worlds Collide, 2022) (première scène)
Downstream (The Awakening, 2020)
Through My Lens (Watching Worlds Collide, 2022) (première scène).

UNIVERSAL TOTEM ORCHESTRA [18h30]
https://universaltotemorchestra.bandcamp.com/

Le batteur Giorgio Golin et le bassiste Dauno Giuseppe Buttiglione, avait déjà créé ensemble Runaway Totem, avant de fonder UTO en 1995. Toutefois, Dauno a quitté le navire en 2005. Ce sextet italien définit sa musique comme une fusion Zeuhl/rock. Le groupe qui se présente à nous comprend Giorgio Golin (batterie), Ana Torres Fraile (chant), Antonio Fedeli (saxophones, alto and tenor), Daniele Valle (guitare), Fabrizio Mattuzzi (claviers), et Fabrizio Vincentini (basse). Ce petit monde vient de célébrer 20 ans de collaboration.

Ils ne sont pas particulièrement prolifiques puisqu'ils ont sorti trois albums en vingt ans : "Rituale Alieno" (1999), "The Magus" (2008) et le troisième "Mathematical Mother" paru le 16 décembre 2016. 21 février 2018

Dès les premiers instants du concert, je trouve La Porte. Un monde d'harmonies s'ouvre immédiatement à moi, sans transition. L'influence de Kobaïa est évidente et pourtant leur musique me semble bien plus accessible, plus aérée. Ils illustrent eux aussi la vivacité de la scène prog italienne (PFM, Barock Project, Ranestrane, …).

Plus encore que les rythmes chaloupés caractéristiques du genre, j'apprécie tout particulièrement ces dialogues voix/saxo/claviers/guitare. La voix d'Ana Torres Fraile se fond admirablement dans les dialogues instrumentaux, sur une même tonalité, avec la même sensibilité. Il m'est fréquemment arrivé pendant le concert de tendre l'oreille et le regard vers Antonio, alors que c'était soit Ana, soit Daniele qui jouait. Hallucinant.

Et pourtant, le bassiste Fabrizio Vincentini, aux allures hybrides entre le physique de Tony Levin et la dextérité de Philippe Bussonnet, est également remarquable d'efficacité. Qu'il soit en mode "mur de son" ou en acrobaties chromatiques, Fabrizio a parfaitement joué son rôle pilier.

Quant à Daniele Valle, quel guitariste exceptionnel ! Déjà le son qui sort de sa guitare est particulier, mais de surcroit il en sort des flots d'émotions au fil de soli, splendides et toujours à propos. Très souvent sa dextérité et son expression me donnait le sentiment qu'il racontait une histoire en jouant.

Encore une extraordinaire découverte, donc ! Décidément, la programmation de cette édition du Crescendo n'en finit pas de réjouir les festivaliers ! La plupart des auditeurs sont conquis par ces transalpins qui parviennent encore à surprendre, même les oreilles les plus exigeantes !

Je cours, je me rue, je m'envole vers l'échoppe et me procure sans aucun scrupule deux (de leurs trois) opus, "The Magus" et "Mathematical Mother" !... que je m'empresse de leur faire dédicacer bien sûr ! Discussions et portraits avec des êtres humbles et charmants !

Sept titres sont interprétés, dont cinq issus de "Mathematical Mother" (2016) et deux de "The Magus" (2008).

PROGRAMME
Codice y 16 (Mathematical Mother, 2016)

Terra Cava (Mathematical Mother, 2016)
Elogio Del Dubbio (Mathematical Mother, 2016)
Architettura dell'acqua (Mathematical Mother, 2016)
Mors Ultima Linea Rerum (The Magus, 2008)
Ato Piradime (The Magus, 2008)
Mare Verticale (Mathematical Mother, 2016).

SMALLTAPE [20h15].
https://smalltape.net/

En 2011, le berlinois Philipp NESPITAL (chant, guitare et claviers) donne forme à son projet solo en fait paraitre son premier album "Circles". C'est dans le cadre de la promotion de son deuxième album "The Ocean" que j'ai assisté à son concert lors du Night of the Prog (NOTP) en 2018. J'avais été tellement séduit que je m'étais procuré son CD à l'échoppe dans la foulée. Toutefois, sa prestation cette année, dans le même cadre m'avait déçu. Son équipe m'avait semblé manquer de cohésion, de conviction, quand lui se mettait à causer politique sociétale, en mode leçon de morale (ce qui a toujours le don de m'agacer). Nonobstant, je lui accorde ce soir le bénéfice du doute.

Son troisième album "The Hungry Heart" est paru le 16 juillet 2021.

Sur scène, il s'entoure fréquemment, comme aujourd'hui, d'Alexandra Praet (basse, claviers, chœurs) et Flavio De Giusti (guitares, chœurs). Ori Jacobson (saxophone), et Mesut Gürsoy (batterie) sont également présents à l'instar du NOTP.

Cette prestation les a rétablis dans mon estime. Et pourtant, poursuivi par une poisse, c'était mal parti, à l'instar du NOTP en juillet dernier, un souci technique a bien failli pourrir son concert. Le micro central était inopérant pour débuter, il a vite dû se rabattre sur le micro couplé au clavier ! Cet inconfort relatif et temporaire n'a pas nui aux ambiances voulues ; l'alternance des douces mélodies mélancoliques et enivrantes avec les emportements à la violence contenue ont emporté l'auditoire. L'exigence musicale du multi-instrumentiste se ressent dans les atmosphères nuancées.

Le public ovationne les berlinois comme il se doit.

Sur les dix titres interprétés, il aurons focalisé sur les seuls deux derniers opus ; soit sept titres issus de "The Hungry Heart" (2021) et trois de "The Ocean" (2017).

PROGRAMME
The Hungry Heart (The Hungry Heart, 2021)

The Golden Siren (The Hungry Heart, 2021)
The Ocean Pt1 & Pt2 (The Ocean, 2017)
One Day (The Hungry Heart, 2021)
Burning House (The Hungry Heart, 2021)
Colors (The Hungry Heart, 2021)
Hunger (The Hungry Heart, 2021)
Kaventsmann (The Ocean, 2017)

Dissolution (The Hungry Heart, 2021)
Picture of a Dawn (The Ocean, 2017)

Ce samedi continue ainsi de ravir les festivaliers qui acclament le groupe comme il se doit.

HASSE FRÖBERG & MUSICAL COMPANION [22h00].
https://www.hfmcband.com/

Hasse Fröberg (né en Suède le 4 janvier 1964) est un guitariste, compositeur et chanteur suédois, il fait partie actuellement de THE FLOWER KINGS. Dès l'âge de 10 ans, il formait déjà un premier groupe avant plusieurs autres projets dans le domaine de la pop, du hardrock, ou du rock progressif.

Au sein de The Flower Kings depuis 1994, il décida cependant de fonder HASSE FRÖBERG & MUSICAL COMPANION en octobre 2008, alors que TFK faisait une pause. Il se mit en quête de musiciens qu'ils voulaient "enthousiastes, qui aiment jouer ma musique et prêts à répéter et à créer une unité qui fonctionne vraiment bien ensemble ".

Leur premier album, Future Past, est sorti au printemps 2010 ; après une très belle discographie, un cinquième album "We Are the Truth" est paru le 26 novembre 2021.

Ce soir nous constatons que Hasse Fröberg (chant, guitares) a réussi cette symbiose entre Kjell Haraldsson (claviers, choeur), Ola Strandberg (batterie, chœur), Anton Lindsjö (guitare principale, chœur) et Sampo Axelsson (basse).

Compte tenu de mon attrait pour les atmosphères musicales relativement musclées, ce genre ne pouvait que me plaire. De solides mélodies soutenues par une rythmique infaillible ont produit le plus bel effet sur l'auditoire. C'est pro, c'est carré, c'est puissant. La très belle voix de Hasse se marie admirablement avec les soli d'Anton, toujours incisifs, à la fois sensibles et puissants.

Conquis par la prestation de haute qualité, je me suis procuré à l'échoppe l'album "We Are the Truth". Personnage charmant (j'ai pris le soin de laisser ma p'tite Fée à l'écart) et accessible qui se plie volontiers aux conversations et aux portraits. Je subodore que d'autres achats de CD se profilent à l'horizon…

Treize titres, dont six issus de "We Are the Truth" (2021), deux de "Powerplay" (2012), deux de "HFMC" (2015), un de "Parallel Life" (2019), et deux reprises de The Flower Kings.

PROGRAMME
Rise Up (We Are the Truth, 2021)

Venice CA (Powerplay, 2012)
Other Eyes (We Are the Truth, 2021)
Yoko (We Are the Truth, 2021)
Genius (HFMC, 2015)
The Constant Search For Bravery (We Are the Truth, 2021)
A Spiritual Change (We Are the Truth, 2021)
We Are The Truth (We Are the Truth, 2021)
Can’t Stop The Clock (HFMC, 2015)
What If God Is Alone (partie finale, issue de "Paradox Hotel" de The Flower Kings, 2006)
Parallel Life (Parallel Life, 2019)
Godsong (Powerplay, 2012).
RAPPEL
Church Of Your Heart (issu de "Stardust we are" de The Flower Kings, 1997).

DIMANCHE 21 AOUT.

Avec des amis toujours plus nombreux, nous formons un microcosme dans le microcosme. Nous nous sentons suffisamment bien ensemble pour nous réunir autour d'une bonne table ou d'un bon verre ! Une parenthèse gastronomique s'imposait donc dans ce paysage maritime ; l'éclade (moules grillées sous un lit d'aiguilles de pins) fut le choix de la majorité des convives. Discutions musicales passionnées, dégustations et rigolades n'ont eu d'échéance que celle du début de la troisième journée du Festival.

EX’ODD (France) [17h]
https://www.exodd.fr/ ou https://exodd.bandcamp.com/album/ta2-r

Ce quatuor instrumental originaire de Marseille, créé en juillet 2007, se dit influencé notamment par le rock progressif des années 70 (Pink Floyd, Genesis...). Mais en fait leur musique est une fusion de styles, passant du métal (Nirvana, Rage Against The Machine, Porcupine Tree, …), au jazz-rock en passant par l'électro (Air, Moby,…).

Un 1er album éponyme est paru en 2012 suivi par des concerts en France, au Portugal, au Japon. Cependant, un important changement d'effectif a précédé la parution, le 20 octobre 2017, d'un deuxième album intitulé "Ta2πR".

Alors que la voix de Jo Corbeau (alias Georges Ohannessian) résonne en introduction du premier titre, Alban "Albattor" Gautier (batterie), Sylvain Massaïa (basse), Grégory Baldoureaux (guitare) et Mickaël Bertoncini (claviers) ont pris places sur les planches. Ils accueillent en outre Eléonore Begueria (violoncelle).

Encore une surprenante et réjouissante découverte de ce Festival, décidément très prospecteur de talents. Une invitation au voyage très réussie. Pourtant, de prime abord la similitude d'Alban avec Akhenaton (jeune) était plutôt de nature à me rappeler que Marseille fut le berceau du rap (argh !)… Me voilà bien rassuré, car tout au long du concert j'ai franchement apprécié l'esprit novateur de ces musiciens qui osent et composent dans un bel élan d'éclectisme. De surcroit, en tant d'admirateur de Leprous, je ne peux que soutenir l'arrivée (récente apparemment) d'une violoncelliste au sein du groupe. J'espère que cette nouvelle audace ne sera pas sans lendemain, car il me semble qu'elle apporte une couleur appréciable à leur ambiance.

Le public leur accorde une ovation bien méritée. Un mini entretien en public leur a permis d'exprimer leurs influences ; entendre la référence d'Alban pour Nicko McBrain ne pouvait d'entretenir mon respect. Artistes à suivre, donc !

Je me rends ensuite à l'échoppe pour me procurer "Ta2πR" et, à titre d'exploration, leur premier album de 2012. J'ai pu faire part de mon soutien à ces cinq musiciens humbles et aimables. Portraits et dédicaces immortalisent cette belle rencontre.

PROGRAMME
- Exode onirique (feat Jo Corbeau) (Ta2πR, 2017)

- Rapa nui (Ta2πR, 2017)
- Angkor vat (Ta2πR, 2017)
- M87 (pas encore sorti, sur le futur 3ème album)
- Breathe (monoplage sorti le 10 juin dernier)
- Origins (pas encore sorti, sur le futur 3ème album).
RAPPEL :
- Astre témoin (feat Jo Corbeau) (Xxx, 2xxx)
- Aldebaran (Ta2πR, 2017).

LONDON UNDERGROUND [18h30].
http://www.londonundergroundband.com/home/

A la base, ce groupe italien formé en 1998 à Florence, était le projet parallèle du batteur/chanteur, Daniele CAPUTO. Il fut rejoint par le claviériste Gianluca GERLINI qui revendique maintenant la légitimité du groupe, puisque Daniele CAPUTO a posé les baguettes dès 2010 ; Alessandro GIMIGNANI est désormais le batteur. Le bassiste Stefano GABBANI a également rejoint le groupe, formant ainsi un trio.

Un premier album éponyme est paru en 2000. Un quatrième album sobrement intitulé "Four" est paru le 24 aout 2018.

Le nom du groupe ne cache pas son influence majeure, celle des musiques qui se jouaient dans le métro londonien au début des années 70. Là encore, bien inspirée, la programmation du Crescendo explore les marges du rock progressif.

Les festivaliers auront écouté, non sans nostalgie, Gianluca Gerlini jouant à fond la carte de son orgue Hammond, dans la tradition inscrite notamment par le britannique Brian Auger. Mais on entendra aussi les sons de Mellotron et de Moog. Les musiciens m'ont semblé peu expressif, limite introverti, mais appliqué. Un moment très agréable, propice à la détente et aux évocations nostalgiques des années 70. Suggestion bienvenue alors que le ciel était devenu bien gris et le vent un peu frais, à ce moment-là.

Une bonne partie du public s'est montrée réceptive à ces évocations d'un autre âge. Une ovation honorable accompagne leur sortie des planches.

PROGRAMME
à déterminer ; j'attends la réponse du groupe…
Xxx (Xxx, 2xxx).

LAST FLIGHT TO PLUTO [20h00].
https://lastflighttopluto.com/

Ce quatuor basé au Royaume-Uni a été fondée au milieu des années 2010 par Alice Freya (chant, guitares). Le groupe semble s'être relativement stabilisé autour d'elle, avec Darren Joseph (batterie, percussions), Jack Parry et Ryan Barnard (guitares), et Jay Lewis Kreft (basse). C'est leur première prestation en France, nous dit-on.

Leur premier album "See You At The End" est sorti en 2015, suivi de "A Drop In The Ocean" en 2019. Un troisième album "Random Karma, Fate And Destiny" est paru le 2 juin 2022.

Ce que je perçois ce soir me parait moins prog que pop-rock, mais "qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse", bien entendu. D'autant plus que la belle Alice laisse entendre une très belle voix ; son timbre et sa tessiture me rappellent bigrement la voix de Cindy Lauper (années 80). J'aime bien son allure et son accent qui me paraissent typiquement british, même si elle tient à se définir comme Galloise avant tout !

Bon, à part cela rien de franchement étourdissant ; c'est de la bonne pop, rafraichissante et bien faite, mais qui m'a paru un peu linéaire finalement. Cette prestation m'aura enfin permis de m'asseoir un peu dans l'herbe, répit apprécié en ce troisième jour.

Toutefois, une interlocution musicale reconnaissable me redresse immédiatement ; je cours dans la fosse lorsque le groupe termine son concert par un mélange de titres de Led Zeppelin et surtout … de RUSH, oui de RUUUUUUSH !!! Je suis particulièrement ravi par cette très belle reprise de "The Spirit of the Radio" ; il faut dire que la voix de la Belle s'y marie à merveille ! Astucieuse manière de clore leur prestation qui ainsi ne sera pas oubliée !

Douze titres auront été ainsi interprétés ; huit issus du récent opus (dont un seul titre a été écarté !), deux issus de "A Drop In The Ocean" (2019), et deux issus de "See You At The End" (2015).

PROGRAMME
Stop Yourself From Turning Into Dust (Random Karma, Fate And Destiny, 2022)

Some Of Us (Random Karma, Fate And Destiny, 2022)
We’re Being Rewired (Random Karma, Fate And Destiny, 2022)
White Noise (Random Karma, Fate And Destiny, 2022)
Feed The Machine (Random Karma, Fate And Destiny, 2022)
Any News (Random Karma, Fate And Destiny, 2022)
Stay Out Of My Head (Random Karma, Fate And Destiny, 2022)
Game Over (Random Karma, Fate And Destiny, 2022)
Morning Glow (A Drop In The Ocean, 2019)
Lots Of Swords (See You At The End, 2015)
Now Boarding  (See You At The End, 2015)
Supergirl (A Drop In The Ocean, 2019).
RAPPEL
Extraits de LED ZEPPELIN et de RUSH.

ØRESUND SPACE COLLECTIVE [22h00]
https://oresundspacecollective.bandcamp.com/

Retracer le parcours créatif de ce collectif multinational (danois, suédois et américains) me parait hasardeux et risqué. Je me contente donc de relever simplement qu'il s'agit de babos qui se plaisent à "se réunir aussi souvent que possible pour jouer de la musique space rock improvisée de forme libre". Le concept aurait débuté en 2004. Le nom du groupe s'inspire du pont Øresund, reliant le Danemark et la Suède depuis l'an 2000. Leur musique expérimentale est constituée d'un mélange de psychédélique, de spacerock, de jazz et de krautrock. Le collectif évolue constamment, ayant collecté sur leur parcours pas moins de 60 authentiques babacools, issus notamment de groupes danois (Mantric Muse, The Universals et Gas Giant), ainsi que de groupes suédois (Bland Bladen, The Carpet Knights, First Band From Outer Space, Drahk Von Trip, Siena Root et Sgt. Sunshine).

Un premier éponyme est paru en 2006 ; le vingt-sixième album "Oily Echoes Of The Soul" est paru le 30 mars 2022.

Le collectif protéiforme se présente pour la première fois en France ! Ce soir, le sextet est composé de Scott "Dr Space" Heller (synthétiseurs modulaires), Mogens Pedersen (claviers), Jiri Hjort (basse), Jonathan Segel (violon, guitare), Tim Wallander (batterie) et Vemund Engan (guitare, Black Moon Circle).

Autant l'avouer, a priori je m'attendais au pire, inculte que je suis. Ce concept difforme ne m'inspirait guère confiance, tout juste m'apprêtais-je à sourire avec compassion. Et pourtant, à peine la fusée partie, je me suis aperçu que je n'étais pas resté sur le pas de tir, mais qu'au contraire j'étais à bord, parti avec eux vers la stratosphère et même au-delà. Bon sang, quel plaisir inouï !!! J'ai rarement ressenti une telle transe pour un groupe découvert sur scène ! Durant le concert, lors de mes rares instants de lucidité, je m'étonnais du ressort de mes jambes, des contorsions de mon corps, et des échos dans mon misérable esprit égaré dans les nimbes extra-terrestres !!!... Quand je pense que certains se ruinent pour acquérir des produits stupéfiants, alors qu'il suffit de se laisser emporter par cette musique intersidérale pour oublier son ordinaire !

Le concept atypique de ce collectif consiste à improviser sur scène avant de faire paraitre l'enregistrement correspondant. Un musicien, souvent le bassiste Jiri Hjort, suggère à ses complices un accord, un son, une mélodie, puis les autres enchainent sous l'autorité discrète mais vigilante de Dr Space. Derrière sa boite mystérieuse, tel un énigmatique chef d'orchestre, le personnage un tantinet mystique, vêtu tel un sorcier, semble diriger l'ensemble avec une rigueur bienveillante. 

La rythmique basse/batterie délivre une énergie étourdissante sans répit, elle garantit implacablement les nuances hypnotiques et une puissance sonore sidérante. C'est elle qui fait perdre le sens du commun à l'auditeur. Je suis impressionné par la capacité d'adaptation et les soli de Vemund Engan (guitare) et Jonathan Segel (violon ou guitare) qui contribuent ainsi à retrouver des repères dans ce foisonnement d'émotions !

Incontestablement une de mes plus belles révélations du Festival ! Avis largement mutuel, la plupart des festivaliers peinent à atterrir après un tel périple intersidéral ! On ne sort pas indemne d'une telle expérience, moi je vous le dis !!

Je me rue évidemment à l'échoppe pour me procurer "ØSC Meets BMC", un album représentatif me dit-on ; il fallait bien faire un choix. Dédicace et portraits avec ces personnages charmants, qui se rendent disponibles entre deux bouffées de fumées évasives…

Pas de liste de titres, puisque tout n'est qu'improvisation. Ephémère. Ou pas. Peu importe.

LUNDI 22 AOUT.

ARNAUD QUEVEDO & Friends (AQ&F). [17h30].
https://arnaudquevedo.bandcamp.com/ ou https://www.arnaudquevedo.com/

Pour débuter ce quatrième et dernier jour, le Crescendo va surprendre les festivaliers ; il nous invite à faire connaissance d'un artiste local Arnaud QUEVEDO (né en 1981). Il enseigne la musique au Conservatoire de La Rochelle. Mais en mélomane passionné et curieux, il partage ses influences musicales avec des collègues, des anciens élèves devenus complices, pour produire des musiques innovantes. Il ne cache pas son attrait éclectique pour des univers lyriques, jazzy, funky ou rock, inspiré aussi par Magma, King Crimson, Gong entre autres.

Un mini-album (6 titres) "OniZ" est paru le 1er janvier 2012. Au printemps 2020, il décide d'enregistrer l'album "Electric Tales" sous son nom propre (Arnaud Quevedo & Friends), paru le 1er juillet 2020. Son second album "Roan" est paru le 17 août 2021, enregistré avec douze autres musiciens.

Ce personnage atypique nous aura surpris par sa bonne humeur, son envie de partage, son insolence musicale, sa pédagogie …

Le public est encore un peu clairsemé à cette heure (mais cela ne durera pas heureusement tant le Monsieur intriguera). D'entrée, il fait participer l'auditoire pour introduire les musiciens. Entre ainsi en scène Eva Tribolles (contrebasse/chœurs), Lucille Mille (flûte traversière/chœurs), Éloïse Baleynaud (chant), Anthony Raynal (batterie), Noé Russeil (basse/chœurs), Marin Michelat (claviers), et Julien Gomila (sax soprano et ténor).

Puis le professeur invite, interpelle, explique et démontre, sans aucune procédure, de manière à la fois didactique et ludique. Les oreilles s'aiguisent au fil des titres grâce à ce parcours initiatique. Chaque pupitre est valorisé au fil du concert. Entre autres fantaisies, un auditeur est invité à monter sur les planches pour participer à une Création musicale ; il doit désigner successivement les pupitres qu'il invite à émettre des sons sensés se conjuguer et produire une improvisation. Et la magie de la Musique fonctionne !

Les morceaux foisonnent de sons enivrants, et d'accords tantôt subtils, tantôt puissants. La richesse harmonique dégagée par cet ensemble est purement réjouissante et a enchanté le public pendant environ soixante-dix minutes. Une ovation nourrie accompagne légitimement cette belle équipe d'insolents !

Totalement séduit par la démarche, je me rue à l'échoppe pour me procurer l'album "Roan". Arnaud et ses musiciens sont aimables et disponibles, conformes à l'image qui se dégageait sur scène. Le talent ne les étouffe pas, il les rend souriant et heureux de nous faire plaisir par le partage des émotions. Un portrait pris avec l'ensemble me laissera un souvenir impérissable d'une très belle expérience purement musicale !

Nous aurons ainsi assisté à huit titres, dont trois issus de "Roan" (2021) et quatre de "Electric Tales" (2020).

PROGRAMME
- Prologue (Roan, 2021)

- The Dark Jester (Electric Tales, 2020)
- Electric Princess 1 & 2 (Electric Tales, 2020)
- improvisation avec le public
- Mushi's Forest (Electric Tales, 2020)

- The Hypothetical Knight (Electric Tales, 2020)
- Métamorphose (Roan, 2021)
- Ryoko (Roan, 2021).

OVERHEAD [19h00].
http://www.overhead-band.com/

Fondé en Finlande en 1999, ce quintet se compose actuellement d'Alex Keskitalo (chant et flûte), Jaakko Kettunen (guitare), Ville Sjöblom (batterie), Janne Katalkin (basse), Jere Saarainen (claviers).

Si leur premier opus fut déjà réussi, c'est avec leur deuxième opus "Metaepitome" paru en 2005, qu'Overhead a commencé gagner en notoriété dans le microcosme progueux… "And We're Not Here After All" paru le 1er juillet 2008 a confirmé leur rang de valeur sûre. Mais c'est avec leur cinquième et très bon album "Haydenspark" paru le 15 novembre 2018 que j'ai connu leur existence.

Un double album est en cours ; son titre sera "Telepathic Minds", et devrait paraitre d'ici à février 2023. J'ai évidemment hâte d'écouter ce qu'ils mijotent depuis de nombreux mois déjà !

Je suis particulièrement ravi de les revoir après leur prestation particulièrement convaincante du 20 juillet 2019 lors du Night Of The Prog Festival (Loreley). Avant de les découvrir sur cette scène, je me souviens avoir été inquiet de la voix, que j'assimilais à celle de Kurt Cobain, ce qui me paraissait relativement éloigné de l'univers du prog. Mais en fait elle passe très bien ! Leur musique est à la fois mélodique et énergique. Accords et soli de flûte, de guitares ou de claviers créent une harmonie entrainante et enthousiasmante.

Ce soir, je me suis collé au premier rang, au risque de prendre les basses en pleine figure. Mais, c'est bien connu, quand on aime, on prend des risques ; il faut les assumer. Mais en fait, je n'en ai pas trop souffert, sauf à minorer la perception du chant. Mais pas de quoi altérer mon plaisir. Et puis cela m'a au moins permis de saisir quelques belles images.

J'ai ainsi pu assister de près au jeu de scène très agité d'Alex, le chanteur ! Intenable, très expressif, en mouvement perpétuel ; il saute, il court, il fait mine de trébucher, laisse tomber son micro (au moins deux fois !), se sert de sa flûte autant comme instrument que comme accessoire de théâtre, renoue le fil d'attache de sa flûte … bref on a du spectacle garanti ! ah au fait, je rassure, il chante (aussi !). On devine son admiration pour Ian Anderson lorsqu'il joue de la flûte en imitant sa posture légendaire. Le tout sous l'œil stoïque, imperturbable du très efficace batteur Ville qui semble habitué aux frasques de son comparse ! Jere, semble totalement investi dans ses accords synthétiques. Quant à Jakko, serein, souriant, il est manifestement heureux d'être là et heureux de nous rendre heureux ; quoi d'autre ? Des soli étourdissants et incisifs accroissent les motifs d'admiration pour ce groupe décidément très attachant.

Lorsque le concert se termine, les regards complices entre les auditeurs en dissent long sur la satisfaction générale d'avoir assisté à un concert jouissif !

Neuf titres sont interprétés, dont quatre issus de "Haydenspark" (2018), trois issus de "Metaepitome" (2005), et un de "And We're Not Here" (2008).

PROGRAMME
Haydenspark (Haydenspark, 2018)

Count Your Blessings (Haydenspark, 2018)
Metaepitome (Metaepitome, 2005)
Last Generation (Haydenspark, 2018)
Butterfly's Cry (Metaepitome, 2005)
Gone Too Far (Haydenspark, 2018)
Tuesday That Never Came
To The Madness (And We're Not Here After All, 2008)
Dawn (Metaepitome, 2005).

AMAROK [21h00].
https://amarokmusic.bandcamp.com/ et https://amarok.pl/

Michał Wojtas (né le 23 décembre 1977 à Kielce, Pologne) est un multi-instrumentiste qui a commencé au piano, très jeune, vite inspiré par la musique de J. M. JARRE. Mais il est curieux et s'initie aux guitares, ou aux instruments de percussion ethniques, au sein d'institutions musicales. En 1993, il est influencé par Mike OLDFIELD et PINK FLOYD. Dans les années 1996-97, il coopère avec Bartosz Jackowski, guitariste dont les inspirations lui paraissent similaires, pour des premiers enregistrements encourageants, avant de passer à d'autres participations.

En 1999, fasciné par "Amarok" de Mike OLDFIELD, il baptise son nouveau projet de rock progressif fondé à Varsovie, AMAROK qui aboutira à un premier album éponyme en 2001. Puis il se découvre une nouvelle inspiration avec Mark KNOPFLER et Jeff BECK, et collabore en studio avec Collin BASS (Camel).

Après une Interruption de 2005 à 2017, un quatrième album; "Hunt" est paru le 23 juin 2017 ; c'est avec cet admirable opus qu'AMAROK me séduit.

Le sixième album "Hero" est paru le 15 octobre 2021.

AMAROK joue ce soir pour la première fois en France ; un vrai privilège pour les festivaliers ! Nous trouvons ainsi sur les planches Michał Wojtas (chant, guitare claviers), Marta Wojtas (chant, percussions), Konrad Zieliński (batterie) et Kornel Popławski (basse, violon, claviers, chœur).

Je craignais une déception tant j'attendais ces polonais depuis de nombreuses années. Ils ont surpassé mes espoirs. Une rigueur dans une prestation de haute-fidélité aux ambiances de leurs albums. Des musiciens sensibles talentueux, multi-instrumentistes. Un son absolument sublime, une atmosphère à la fois prog, éthérée, electro... PARFAIT. Un vrai régal ! 

Dès les premières mesures, ce concert s'avère être un nouveau voyage auditif somptueux, hors du temps ! Pour ce faire, Michał utilise, outre sa guitare et ses claviers traditionnels, plusieurs autres instruments et accessoires. Notamment l'harmonium, dont il utilise le soufflet à l'arrière afin de produire les meilleurs effets. Le thérémine, dont j'ai rarement assisté à un usage aussi subtil ! L'EBow, qui provoque l'entretien du son des cordes similaire à celui que produirait l'utilisation d'un archet. Tout cela anime un sentiment de rêve éveillé, bercé par sa voix douce et puissante à la fois. Marta rythme l'ensemble en toute subtilité et précision à l'aide de gong, conga, et autres accessoires. Konrad est le métronome absolu, sa sensibilité et sa puissance garantissent les atmosphères requises. Quant à Kornel, sa touche de perfection au violon à la basse ou au clavier, pleine de finesses et de raffinements, peaufinaient encore un peu plus l'interprétation.

La petite bruine qui s'était mise à tomber en cette fin de soirée n'a en rien terni ce magnifique concert. Au contraire, le léger rideau de crachin aux couleurs des éclairages amplifiait encore le sentiment féerique.

L'ovation du public ne pouvait qu'être exaltée ce concert fut un pur moment de bonheur ! 

Je me rends à leur échoppe non pour acheter (c'est le dernier jour, je n'ai plus de sous, et j'ai leurs albums) mais dans l'espoir de les rencontrer. A ma grande satisfaction, je découvre qu'ils sont exquis, humbles, accessibles ! Ils se prêtent volontiers au jeu des portraits, des discussions passionnées...

PROGRAMME
Anonymous (Hunt, 2017)

Distorted Soul (Hunt, 2017)
Winding Stairs (Hunt, 2017)
Nuke (Hunt, 2017)
The Storm (The Storm, 2019)
It's Not the End (Hero, 2021)
Surreal (Hero, 2021)
Hail! Hail! Al (Hero, 2021)
The Orb (Hero, 2021)
Hero (Hero, 2021)
The Dark Parade (Hero, 2021)
What you Sow (Hero, 2021)
RAPPEL
Metanoia (Metanoia, 2004).

 

FINAL [23h30]

C'est une tradition, le Festival se termine par un monstrueux assemblage de musiciens réunis pour chanter des chansons fédératrices. En l'occurrence la maîtresse de cérémonie est la chanteuse lyrique (soprano) hongroise Yaroslava Dautry-Shevlyuga. Avec beaucoup de charisme elle a interprété une belle version de Bohémian Rhapsody (Queen). D'autres titres seront aussi interprétés par d'autres musiciens qui rejoindront la scène, dont Antony Kalugin manifestement surexcité de participer avec ses amis à cette instant de bonheur volé à sa dure réalité. Nous aurons même droit à un mini-concert de Sunchild ! Overhead dirigera une reprise de "21st Century Schizoid Man" de King Crimson, à l'instar, de son final au NOTP 2019.

Ce qui suit ne se raconte pas mais se vit ; toute l'équipe de bénévoles (même les trois défunts camardes, dernièrement disparus, sont à l'écran) rejoint la scène pour communier ensemble à la gloire de la réussite de cette formidable et tant attendue édition.

Rendez-vous est fixé au vendredi 18 aout 2023. L'agenda est coché.

Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

XXIIe FESTIVAL CRESCENDO de SAINT-PALAIS-SUR-MER - 4.0 out of 5 based on 1 vote

Connexion

On Line :

Nous avons 1190 invités et 3 inscrits en ligne

  • John MarKus
  • MetalDen
  • rodthemod34

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • GENERATION RADIO - Generation Radio - S/T - Chronique de l'album

    MetalDen
    Pareil qu'Eric, après les 3 ...

    Lire la suite...

     
  • GENERATION RADIO - Generation Radio - S/T - Chronique de l'album

    Eric Berger
    Les trois premiers titres sont ...

    Lire la suite...

     
  • O'SHEA - Neon Soul - Chronique

    Fab
    Le premier titre est une tuerie ...

    Lire la suite...

     
  • H.E.A.T - Force Majeure - Chronique

    Fab
    Ca faisait un bail que je ...

    Lire la suite...

     
  • CLIFF MAGNESS - Road To Gold - Chronique

    Fab
    Merci à Melodic Rock de nous ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

30 Sep 2022 16:15 - Marin Mantaux
TRUST - Propaganda : nouvel album
News
29 Avr 2022 12:00 - MetalDen
RAMMSTEIN - Zeit : nouvel album
News
24 Déc 2021 11:28 - Eric Berger
ECLIPSE - Wired - Chronique
AOR
05 Déc 2021 09:45 - Fab
VEGA  - Anarchy and Unity - Chronique
AOR
30 Oct 2022 12:30 - Fab
JOURNEY - Freedom : nouvel album
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)