0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

ghost uncle acid and the deadbeats le 13 mai 2022 a zurich hallenstadion

Il y a quelques mois, j’avais prévu d’aller voir des amis dans le Haut-Jura, à la frontière suisse. Il se trouve que lesdits amis sont metalleux. Et à mon arrivée en Franche-Comté, on m’informe que des places me sont gracieusement offertes pour aller voir Ghost à Zurich.

La surprise est plutôt cool, donc ! D’autant que Zurich n’est pas la porte d’à côté puisqu’il faut presque trois heures pour y accéder depuis les Rousses, en comptant les embouteillages helvétiques qui valent bien ceux d’Allemagne.

La salle où a lieu le concert, le Hallenstadion, est un petit Zénith très moderne et très agréable (et pourtant je suis loin d’être un fan de ces grosses salles). Ca illustre bien le succès actuel de Ghost, qui remplit maintenant des salles de cette importance. D’ailleurs, c’était en direct de Bercy… euh de l’Accor Arena (en vieux con que je suis, je ne me fais pas à cette dénomination !) que Papa Emeritus IV a annoncé que son groupe serait la dernière tête d’affiche du Hellfest 2022. Ca avait d’ailleurs fait grincer quelques dents. Et pourtant… Ce n’est pas la première fois que les Suédois vont jouer très haut placés à Clisson. Ils ont fait la tête d’affiche de nombreux festivals de cette importance tels Wacken et le Graspop, et ils font désormais les tournées des Zéniths et assimilés. Alors quel est le problème ? Comme Sabaton et Volbeat, Ghost est l’une des plus grosses têtes d’affiche de la scène metal contemporaine. Et ils vont montrer ce soir que leur place n’est pas usurpée. 

Par contre, le merchandising (que j’avais déjà trouvé cher sur les deux tournées précédentes) est à des tarifs absolument scandaleux. Je ne sais pas s’ils ont adapté leurs prix à la Suisse mais 45 € le tee-shirt et 95 € le hoodie (prix affichés en francs suisses, mais ça a à peu près la même valeur), je ne comprends vraiment pas comment on peut accepter de débourser un prix pareil…

Après, la salle n’est pas pleine. Il y a du monde dans la fosse mais niveau gradins, seule la tribune face à la scène est à peu près remplie. Celles des côtés sont désertes. En Suisse comme ailleurs visiblement, les salles ne se remplissent pas comme avant. D’un autre côté, c’était quand même 65 francs suisse la place. Même si c’est moins douloureux pour les locaux vu le niveau des salaires helvétiques, de tels prix peuvent faire réfléchir. Mais avec ce concert au moins, on en a pour son argent !

Avant les Suédois, il y a des premières parties dignes d’intérêt (pas comme sur la dernière tournée où je n’avais pas du tout aimé All Them Witches) avec TWIN TEMPLE et UNCLE ACID AND THE DEADBEATS. 

Du fait d’un retard sur la route, nous ne verrons pas les premiers, duo rock and roll/doo-wop américain qui appellent eux-même leur genre doo-wop satanique. Tout un programme ! Signés récemment chez Nuclear Blast, ils sont bien mis en avant par le label. J’étais curieux de voir ce que ça valait sur scène (sur album je trouve ça plutôt fun) mais ce sera pour une autre fois…

Pour l’oncle Acide, par contre, on a tout vu et c’était très bien. J’ai toujours trouvé ce groupe sympa et je ne les avais encore jamais vus sur scène. Je craignais un peu que dans cette configuration, les Anglais se retrouvent un peu perdus sur la grande scène mais en fait non. Déjà ils ne peuvent pas utiliser toute la place de la scène (et si c’était le cas, je ne vois de toute façon pas ce qu’ils en feraient) parce qu'une bonne partie de l’attirail de Ghost y est déjà pré-installée au fond. Et puis ils ont tout simplement bien assuré. 

Ils n’en ont pas fait des tonnes : ils ont simplement joué, et bien et surtout avec envie et conviction. Ils n’en font pas des tonnes mais ça envoie. Leur rock occulte mélangeant habilement stoner, doom et rock psychédélique rend très bien avec un light show à dominante vert sombre allant parfois vers la quasi-obscurité. Les quarante minutes qui leur sont allouées passent en tout cas comme une lettre à la poste. 

Avec ce show sobre mais convaincant, Uncle Acid and the Deadbeats s’en sort très bien dans un exercice pas forcément évident.

De la sobriété, ce n’est pas vraiment ce qu’on va avoir avec GHOST, par contre. Bien au contraire et c'est tant mieux ! A un concert de Ghost, la scénographie, l’imagerie et le light show ont autant d’importance que la musique. De tout temps, ça a été le cas. Déjà à leurs débuts il y a plus de dix ans et avec beaucoup moins de moyens que maintenant, c’était le cas. Plus Ghost a grossi, plus le show a été énorme. Là, ça a pris des proportions impressionnantes. Le light show est terrible. Un travail énorme a été fait sur les costumes des goules (en mode cyberpunk du plus bel effet) et de Papa Emeritus IV, qui s’est changé à pas loin d’une dizaine de reprises. Les Suédois peuvent désormais être comparés à Kiss, sans exagération aucune. Les deux groupes boxent clairement dans la même catégorie maintenant. Et Ghost est plus communicatif que les Américains. Je suis bien placé pour en parler car je suis le groupe depuis ses débuts avec le fabuleux “Opus Eponymous”. J’ai pu les voir dans toutes les conditions, et j’ai pu apprécier leur progression au fur et à mesure : en festival sur une scène annexe (Hellfest 2011 sous une tente pleine à craquer), sur la scène principale d’un gros festival en milieu d’après-midi (Sonisphere Barcelone 2013), en tournée en tête d’affiche dans des salles de 1500 personnes (le Bikini à Toulouse en 2015 et le Rocher de Palmer en 2016), en tête d’affiche d’un gros festival (Wacken 2018) et en tête d’affiche dans un Zénith (à Toulouse en 2019 et donc ce soir à Zurich). Le tout dans quatre pays différents (France, Allemagne, Espagne, et maintenant Suisse) ! Donc je peux le dire: Ghost s’adapte à toutes les configurations. Malgré la taille de la salle, Tobias Forge continue à faire des blagues, et la configuration de la scène avec une avancée dans la fosse permet un bon contact. De plus, les gradins sont plus proches de la scène et également plus escarpés et en hauteur que la plupart des salles de ce type, ce qui donne toujours une impression de proximité. J’ai vraiment bien aimé ce Hallenstadion de Zurich, que je trouve bien plus agréable et convivial qu’un Bercy ou que les Zéniths français que je connais. En prime, le son y est bon. 

La comparaison entre Ghost et Kiss peut se faire également de plus en plus sur le plan musical, la musique des Suédois étant de moins en moins dark et occulte et de plus en plus mélodique et accrocheuse. Certains diront commerciale voir putassière ! Mais ça fait toujours son petit effet. Il y a là quelque chose de magique et de difficile à expliquer mais Tobias Forge a vraiment trouvé la formule pour composer des hymnes imparables, quelle que soit l’évolution musicale. C’est tout aussi jouissif de tripper sur un “Ritual”, “Mommy Dust” ou un “year Zero” que de se trémousser sur un “Kaisarion”, “Dance Macabre” ou “Mary on a cross”. Après ce sont quand même les albums plus récents qui sont privilégiés. Le groupe a même enlevé “Zombie queen” et “Monstrance clock” de sa setlist ! Mais au final, c’est du tout bon quand même car les titres actuels sont parfaitement taillés pour la scène. On aura aussi droit à une petite surprise avec la résurrection de Papa Nihil pour un “Miasma” et un solo de saxophone d’anthologie, faisant hurler de plaisir les spectateurs. Le moment des rappels fut particulièrement jouissif avec une reprise semi-acoustique d’ “Enter Sandman” de vous savez qui, avant un final sur les imparables “Dance macabre” et “Square hammer” sous une pluie de billets de dollars à l’effigie du groupe. 

Tout ça dans une superbe ambiance ! Pour mon premier concert en Suisse, j’ai été très agréablement surpris car j’avais toujours entendu parler d’un public froid et mou. Là, c’était tout le contraire : tout le monde chantait et il y a même eu des pogos dans la fosse sur la fin. Et à part le fait que le dialecte suisse alémanique soit incompréhensible quand on ne parle que l’allemand standard en LV2, les gens étaient très agréables et respectueux.

Ghost aura donc mis tout le monde d’accord ce soir : sur la qualité de la prestation, sur son statut actuel et sur sa place en tête d’affiche des plus gros festivals. En plus, ils ne se sont carrément pas foutus de la gueule du public puisqu’ils ont joué une vingtaine de titres avec un temps de jeu de presque deux heures. Tous les groupes actuels qui augmentent honteusement leurs tarifs en faisant des prestations d’à peine une heure et quart feraient bien de s’en inspirer !

Setlist de GHOST : 

  1. Imperium (Intro)
  2. Kaisarion
  3. Rats
  4. From The Pinnacle To The Pit
  5. Mary On A Cross
  6. Devil Church
  7. Cirice
  8. Hunter’s Moon
  9. Faith
  10. Spillways
  11. Ritual
  12. Call Me Little Sunshine
  13. Helvetesfonster
  14. Year Zero
  15. Spöksonat
  16. He Is
  17. Miasma
  18. Mummy Dust
  19. Kiss The Go-Goat
  1. Enter Sandman
  2. Dance Macabre
  3. Square Hammer

S’ensuivra un trajet de deux heures et demi sans histoire à travers les routes suisses by night avec des paillettes dans les yeux. Le concert valait bien le déplacement. Je pense que je pourrais clairement voir ce groupe une fois par mois s’en m’en lasser. Hail Ghost !!!




Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

GHOST / UNCLE ACID AND THE DEADBEATS - ZURICH (Hallenstadion) - 13/05/2022 - 4.5 out of 5 based on 2 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 524 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • LIONVILLE - So Close To Heaven : nouvel album - Cross My Heart : vidéo clip

    Nico
    C'est parfait. Le Top du Top. En ...

    Lire la suite...

     
  • Steven MCCLINTOCK - Soundtrack Heroes - Chronique

    Nico
    Pour les nostalgiques des BO ...

    Lire la suite...

     
  • DEGREED - Are You Ready - Chronique

    Nico
    Puissance, mélodie, finesse...trés ...

    Lire la suite...

     
  • HEADWAY Featuring Steven McCLINTOCK

    Nico
    Un album bien ancré dans son ...

    Lire la suite...

     
  • FIND ME - Lightning In A Bottle - Chronique

    Nico
    Alors c'est vrai que Find Me ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

21 Nov 2021 13:00 - Maënora
HEART LINE - Back In The Game - Chronique
AOR
08 Oct 2021 15:45 - WALT 42
NIGHT RANGER  - ATBPO - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)