0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

lazuli jpl et out5ide soiree rock prog francais prog en beauce 23 10 2021

Le festival Prog en Beauce est devenu au fil des années un traditionnel rendez-vous d'automne, motivé par des affiches attrayantes. Sa 7ème édition remonte au 26 octobre 2019 et attend toujours la fin de la Pandémie avant d'en proposer une huitième. Mais plutôt que de risquer un nouveau report après celui de 2020, l'Organisation a préféré proposer aux mélomanes impatients une soirée spécialement réservée à des artistes de l'Hexagone.

Ce choix m'a séduit immédiatement au regard de la tête de cette affiche. LAZULI m'aurait même suffit à me déplacer ! Toutefois, découvrir JPL et OUT5IDE constituent des raisons supplémentaires. A l'origine, je me réjouissais aussi de voir enfin Weend'Ô, mais les circonstances n'étaient pas propices, ce sera pour une autre fois.

A une centaine de kilomètres de mon domicile, soit quatre-vingt-dix minutes de trajet, il serait bien dommage de ne pas faire le déplacement. Belle occasion de soutenir les valeureux et tenaces organisateurs mais aussi de retrouver une bonne partie de notre communauté de progueux, avides de mélodies et d'atmosphères si particulières à notre style favori. 

La salle municipale Maurice LEBLOND fait correctement office d'auditorium ; la sonorisation est le plus souvent bien adaptée, en fonction de l'intensité des prestations des artistes. Une fosse sépare la scène du pôle technique et, sur les côtés, des sièges permettent aux spectateurs qui le souhaitent d'apprécier les concerts en étant assis. 

 OUT5IDE (16h55-18h00)

Ce quintet alsacien est originaire de Schaeffersheim (67) au sud de Strasbourg. OUT5IDE se définit comme un  groupe de rock "à fleur de peau" ou "Skin-Deep" (!? style dont j'avoue ignorer l'existence jusqu'à ce jour…) et a choisi de chanter des textes en anglais. Il est composé de Philippe RAU (Guitares, chœur), Matthieu HEISE (Basse), Olivier SAPTE (Batterie), Olivier SCHAAL (claviers chœur), et Laurent HANTZ (chant, guitare rythmique).
(à consulter : https://managementout5ide.wixsite.com/out5ide)

Depuis 1998, le groupe bas-rhinois a publié cinq albums, dont le dernier, "Tumbleweeds" est paru, contre vents et pandémie, le 25 septembre 2020.
(à lire : https://rockmetalmag.fr/out5ide-tumbleweeds-mo-music/)

Les cinq musiciens disposent de toute la scène (elle n'est encombrée d'aucun autre objet que leur propre dispositif), d'une sonorisation correcte et d'un éclairage tendant le plus souvent vers sur le rouge sombre. En fond de scène s'étend le logo de leur dernier opus.

La prestation me semble relativement éloignée des atmosphères du rock progressif habituellement entendues dans ces lieux. Mais l'auditoire par nature curieux se montre respectueux et honore les titres par des acclamations, plus ou moins enthousiastes selon les titres. Pour ma part, je soulignerai tout particulièrement le talent du bassiste Matthieu HEISE, qui m'a semblé disposer d'une remarquable technicité.

Onze titres, dont sept du dernier album, ont été interprétés durant un peu plus d'une heure. 

PROGRAMME
Underground Railroad (Tumbleweed, 2020)
Kids of the Pack (Tumbleweed, 2020)
Immigrant Throng (Tumbleweed, 2020)
Ghosts in the Night

Ogre in the Desert
My Rage of Glory
The Limit
The Kitchen (Tumbleweed, 2020)
Tumbleweed (Tumbleweed, 2020)
Fair and Square (Tumbleweed, 2020)
9 AM  (Tumbleweed, 2020).

JPL (18h35-20h05)

JPL est le sigle des différentes formations réunies par le guitariste Jean-Pierre LOUVETON, originaire du Puy-en-Velay (43). Aujourd'hui, il a décidé de former un quartet en s'entourant de Guillaume FONTAINE (claviers, chœurs, flûte) déjà présent dans plusieurs albums, accompagné cette fois par Florent VILLE (batterie) et Didier VERNET (Basse).

Je dois reconnaitre humblement que j'ignorais totalement l'existence de ce musicien pourtant remarquable, en dépit de sept opus (hormis les récapitulatifs) inscrits à son actif, mais aussi en dépit de son parcours antérieur. Le premier album, " Bienvenue sur la terre ", est paru en 2002. Depuis 2020, il a entrepris de composer une trilogie intitulée " Sapiens " ; deux volets, " Exordium " et " Deus Ex Machina " sont déjà parus, un troisième est en cours.

Sur une scène relativement spacieuse pour chacun des pupitres, JPL dispose d'une sonorisation audible ainsi que d'un éclairage focalisé sur Jean-Pierre et relativement tamisé sur le reste du groupe, mais suffisamment lumineux pour les objectifs de chasseurs d'images. Pas de fond de scène particulier.

Je n'avais pas pris la précaution d'écouter la musique de JPL auparavant. C'est donc sans a priori que j'ai pu découvrir cet artiste français sur scène. J'aime être surpris et séduit à l'occasion d'une première partie de spectacle ou lors d'un festival. Même si, comme à cette occasion, cela dénonce les limites de mes connaissances, et même si cela aboutit à aggraver le poids de ma discothèque…

Première qualité immédiatement identifiée, ce groupe auvergnat est francophone. De surcroît les textes sont sagaces. Je suis toujours sensible à cette vertu, dans un univers médiatico-artistique où il est de bon ton de prétendre à une notoriété internationale au détriment de notre belle langue. Je sais, je radote, mais c'est une conviction qu'il me plait de réitérer tant qu'elle ne sera pas communément admise.

Deuxième qualité, Jean-Pierre démontre une belle maitrise de son instrument, sa sensibilité et sa technique attirent souvent l'attention du mélomane exigeant. Il a su en outre s'accompagner de musiciens compétents et impliqués, notamment de Guillaume, son fidèle clavier et flutiste dont les interventions m'ont semblé séduisantes, sensiblement exécutées. Etant placé juste en face de Didier, j'ai pu mesurer l'implication et l'efficacité de la section rythmique. Quant à la voix de Jean-Pierre, elle me rappelle le phrasé, les intonations entendues dans d'autres groupes français des années 70. Je pense notamment à Ange, mais aussi Atoll. Cela ne fait pas de lui un grand chanteur, mais la justesse du timbre et des textes rendent la partition intéressante.

Troisième qualité, les compositions me paraissent dignes de figurer aux références typiques du rock progressif français. De belles lignes mélodiques, des atmosphères contrastées et enivrantes, des pupitres soignés font de la musique de JPL un univers envoûtant dont je ne suis pas sorti indemne. 

La réaction du public démontre (si besoin était) que je ne suis pas seul à ressentir ces impressions. A l'issue d'une prestation probante, les acclamations méritées récompensent JPL qui semble ému et soulagé par ce chaleureux retour. L'échoppe est assaillie, les disques compacts se vendent bien. Pour ma part, je choisis d'acquérir quatre albums (sur les conseils avisés de Jean-Michel et de Thomas) ; les deux derniers (parus en 2020 et 2021), ainsi que ceux parus en 2014 et 2017.

Et ces emplettes m'amènent à souligner une quatrième qualité, l'accessibilité, la simplicité de Jean-Pierre auprès de son public. Discussion et dédicaces ont été un moment de convivialité agréable.

Durant une heure et demie, le programme choisi a permis de présenter dix titres dont cinq tirés du triptyque en cours. Choix qui s'est avéré astucieusement équilibré au regard de la réaction de l'auditoire. On aurait apprécié que, sur le " Le Dernier Souffle de Vent " Dominique Leonetti viennent chanter le duo avec Jean-Pierre, à l'instar de la version studio ; dommage, je suis friand des partages de scènes entre artistes complices… 

PROGRAMME

Intro / Homo sapiens (Sapiens chapitre 1/3 : Exordium, 2020)
Jehanne (le Livre Blanc, 2017)
A condition (Sapiens chapitre 1/3 : Exordium, 2020)
St Petrole (Cannibales, 2005)
Le dernier souffle de vent (MMXIV, 2014)
La Machine (Sapiens Chapitre 2/3 : Deus Ex Machina, 2021)
Une pièce pour les gouverner tous (Sapiens Chapitre 2 / 3: Deus ex Machina, 2021)
La peste et le choléra (le Livre Blanc, 2017)
Encore humains (Sapiens Chapitre 2/3 : Deus Ex Machina, 2021)
MMXIV (MMXIV, 2014).

LAZULI (20h45-22h55).

Frustré par le nouveau report du Raismesfest en septembre dernier, auquel devait participer nos valeureux occitans, c'est avec une excitation mal contenue que j'aborde cette cinquième occasion de les revoir. Pâle impatience en comparaison de celle ressentie par ma p'tite Fée qui les avait vus pour la première fois ici-même, au PEB, le 29 octobre 2017 !

Le présent récit ne s'attardera pas à rappeler l'historique du groupe, je considère que les récits de mes émotions antérieures l'ont déjà fait. Mais mon exaspération reste hélas toujours vivace à l'encontre de la sphère artistique française qui entretient un vulgum pecus dans l'absence d'une curiosité minimum, qui aboutit à la scandaleuse faible notoriété de Lazuli dans notre douce France … L'éclectisme de nos cousins anglo-saxons, teutons et bataves me laisse rêveur.

En revanche, "à tout Seigneur, tout honneur", je ne ferai pas l'économie de les présenter à nouveau : Dominique Leonetti (chant, guitare, depuis 1998), et Claude Leonetti (léode, depuis 1998), demeurent entourés de Vincent Barnavol (batterie, depuis 2010) Romain Thorel (claviers, cor d'harmonie, depuis 2010) et Arnaud Beyney (guitare, depuis 2020).

A l'instar de leur prestation au Crescendo, il y a deux mois, Domi annonce que le concert se composera de l'intégralité de l'album "Le Fantastique Envol de Dieter Böhm", suivi d'une sélection de titres emblématiques.

La sonorisation s'avère un peu trop puissante à mes oreilles, mais de bonnes protections auditives, me permettront de jauger une excellente balance sonore. Chacun des pupitres est audible, y compris la voix cristalline de Dominique. Seul incident notable, l'enceinte à droite de la scène (là où je suis positionné, pas le bol !) s'est éteinte à deux reprises, suspendant ainsi le rayonnement acoustique requis pour atteindre le nirvana. Mais rien d'irrémédiable fort heureusement, tout est vite rentré dans l'Ordre.

Le dispositif d'éclairages me semble parfait, toutes les palettes possibles sont exploitées pour mettre en valeur les tableaux si bien évoqués par le groupe gardois. Les photographes ont pu en tirer les plus belles images !

Le fond de scène s'est nettement amélioré. Un écran géant diffuse les images et les textes à taille lisible/visible. 

L'éventail des pupitres (La léode, les guitares, le clavier, le cor d'harmonie et ses accessoires, la batterie, les percussions,…)  est conséquent et occupe toute la scène dont l'espace permet cependant à chacun de se déplacer à volonté. Cette disponibilité est particulièrement utile à Dominique qui, comme doté de ressorts sous les pieds, ne cessera de sautiller comme un cabri une bonne partie du concert ! Quelle santé !!

La prestation du groupe est similaire à celle du Crescendo que j'ai décrit il y a deux mois. Je ne puis que réitérer mon admiration absolue pour ces sonorités atypiques ; bien sûr celles de la Léode de Claude, mais aussi celles de la voix si particulière de Dominique, ou encore celles du cor bidouillé et du clavier torturé par Romain. Sans oublier la frappe implacable de Vincent. Leur talent s'exprime toujours avec la sensibilité, la générosité, la fougue, l'enthousiasme et le talent qui provoque immanquablement l'exaltation d'un public conquis.

Il me semble toutefois opportun de souligner particulièrement l'aisance croissante d'Arnaud au sein du groupe ; au Crescendo, c'était son deuxième concert. Depuis, il a acquis une belle assurance, perceptible dans ces pitreries, ses sourires et ses soli bouleversants de sensibilité et de technicité ! Une belle nouvelle complicité semble s'instaurer, pour le plus grand plaisir de notre microcosme !

Pour sa part, l'auditoire a pris son Envol, exulte et exprime son bonheur à pleins poumons en chaque titre ! Quelques temps (plus) forts peuvent cependant être relevés. Le rituel chant final après "Les courants ascendants", ce que les talentueux et inspirés Romain et Vincent ne manquent pas d'accompagner par une séquence improvisée de haut niveau ! Ce titre avait été dédié à la mère des frangins et à Eliott le fils de Domi, tous deux présents dans la salle, dont ce 23 octobre est leur anniversaire ! Même Mireille, le chat d'Arnaud était motif à chanter un joyeux anniversaire par le public bon-enfant ! Emotion également lorsque Dominique salue la présence au premier rang du cadet de l'assemblée, âgé de 7 ans ! Autre moment fort de communion, "Le Miroir aux Alouettes" avec ses sonorités comme sorties du quartier Barbès, qui secouent irrésistiblement nuques et jambes, même au terme d'une longue soirée pleine d'émotions ! J'observe d'ailleurs que certains voudraient, avec ce titre, caser le groupe dans un style dit "world-music" ; Je ne suis pas d'accord. Les évocations orientales ou exotiques pimentent le rock, en particulier le rock progressif, depuis bien longtemps. Lazuli, comme d'autres, opère un emprunt musical ponctuel, et reste à mon sens dans le cadre progressif avec sa touche d'originalité qui entretient notre passion.

A l'instar de leur prestation au Crescendo, nous avons pu réentendre dix-neuf invitations au voyage. Même programme, mais on ne  saurait s'en lasser ! Outre les neuf titres issus de "Le Fantastique Envol de Dieter Böhm" paru en 2020, la sélection a permis d'entendre notamment trois titres issus de "Tant que l’herbe est grasse" paru en 2014, trois titres issus de "Nos âmes saoules" paru en 2016, deux titres issus de "4603 battements" paru en 2011 et un seul titre issu du pourtant excellent "Saison 8" paru en 2018. A cette nuance près que l'interprétation de 15h40 est en version acoustique, tirée de leur dernière parution en date, "Dénudé".

Traditionnelle clôture de soirée, les cinq musiciens déplacent un marimba au centre de la scène et l'entourent avec une gourmandise évidente. Leurs pitreries démontrent une nouvelle fois leur complicité et leur joie de jouer ensemble. Après leur air favori "Neuf mains autour d'un marimba", ils exécutent un hommage à Police, "Every Little Thing She Does Is Magic".

Le concert est fini, les acclamations méritées remercient les artistes pour le bienfait qu'ils viennent d'apporter à des progueux ravis et émerveillés ! Les lumières rallumées montrent les visages radieux de gens heureux. Les cinq artistes toujours aussi souriants, disponibles et accessibles ne tardent pas à revenir parmi leurs admirateurs pour échanger les impressions ressenties, poser volontiers pour des portraits, signer des dédicaces. Paradoxalement, on en viendrait presque à souhaiter égoïstement qu'ils ne restent connus que de nous seuls, de notre microcosme. Epicétou. Mais ce serait injuste.

PROGRAMME

Sol (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020)
Les Chansons Sont Des Bouteilles À La Mer (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020)
Mers Lacrymales (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020)
Dieter Böhm (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020)
Baume (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020)
Un Visage Lunaire (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020)
L'envol (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020)
L'homme Volant (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020)
Dans Les Mains De Dieter (Le Fantastique Envol de Dieter Böhm, 2020).
Déraille (Tant que l’herbe est grasse, 2014)
Le Lierre (Nos âmes saoules, 2016)
Le Miroir aux Alouettes (4603 battements, 2011)
15h40 (4603 battements, 2011, version Dénudé, 2021)
Les Sutures (Nos âmes saoules, 2016)
Homo Sapiens (Tant que l’herbe est grasse, 2014)
Les Courants Ascendants (Tant que l’herbe est grasse, 2014)
J'attends un Printemps (Saison 8, 2018).
RAPPEL :
Nos Ames saoules (Nos Ames saoules, 2016)
Neuf mains autour d'un marimba + variation sur "Every Little Thing She Does Is Magic" de Police


Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

LAZULI - JPL et OUT5IDE - Soirée Rock Prog Français (Prog en Beauce) - 23/10/2021 - 4.0 out of 5 based on 1 vote

Connexion

On Line :

Nous avons 825 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • CORELEONI - III : le retour de Leo Leoni (GOTTHARD) avec un nouveau line-up

    Firefly
    Impressionnant! J'ai cru à ...

    Lire la suite...

     
  • ECLIPSE - Wired - Chronique

    aorgod
    On continue dans l'excellence.

    Lire la suite...

     
  • HEARTLAND - Into The Future - Chronique

    aorgod
    Chris Ousey fait parti des ...

    Lire la suite...

     
  • NESTOR - Kids In A Ghost Town - Chronique

    Nico
    Du même avis que Fab. Bon album ...

    Lire la suite...

     
  • NESTOR - Kids In A Ghost Town - Chronique

    MetalDen
    Les avis sont à 180° entre ceux ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

12 Sep 2021 15:00 - Barjozo
IRON MAIDEN - Senjutsu - Chronique
News
20 Aoû 2021 23:26 - Fab
BITE THE BULLET - Black & White
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)