0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

the mercury riots in solstice chronique

The Mercury Riots est un groupe de rock n' roll percutant originaire de Los Angeles, en Californie. Formé comme un projet all-star, chaque membre a eu une influence dans de nombreux actes précédents.

Connus pour leurs performances scéniques plus grandes que nature, les Mercury Riots ont captivé le public partout en Europe, au Royaume-Uni et aux States. Lauréat du prestigieux prix « Rising Star » au Hard Rock Hell Music Festival en 2022, ce groupe de quatre rockers est rapidement devenu l'un des favoris du public.
Avec des riffs de guitare puissants, une voix soul et des rythmes groove, The Mercury Riots a un son unique et mémorable. Au chant c'est Justin Paul Walker (Nouvelle-Orléans), à la guitare Felipe Rodrigo et son compatriote le bassiste Fede Delfino (Uruguay), à la batterie Jonny Udell (de Philadelphie). Cet album sort le 21 juin et a pour nom "In Solstice".

Voilà pour les présentations. Passons aux choses sérieuses :
The Make It ouvre cet album. De légers riffs nous font monter tout doucement en puissance puis la machine s'emballe, les émeutiers sont sur la voie du rock'n roll. Un rock puissant rempli de groove et de feeling. Ça joue bien, très bien même ! Ce premier titre fort est mélodique. La voix de Justin me fait penser un peu à celle de Ian Astbury (The Cult) quand il monte dans les tours. Vocalement il est très bon. Jonny à la batterie (ex Bullets & Octane) assure bien le tempo. On sent déjà une grosse maîtrise de la part des musiciens. Cette première chanson sera, pour moi, un standard du groupe.
Be Yours (déjà diffusé sur les réseaux) continue sur la route du rock'n roll. Là Justin s'approche encore plus de Ian Astbury. Quel feeling ! La mélodie sort de ses cordes vocales avec une facilité déconcertante. Le solo de Felipe est juste parfait. La section basse (Fede)/batterie (Jonny) assure un superbe tempo. Avec eux on revisite le rock 70, 80's avec une modernité ultra efficace.
L.A. Girl prolonge le plaisir. Qui de mieux qu'un groupe de Los Angeles pour parler des filles de L.A. ? Ça commence avec la basse de Fede. Puis le rouleau compresseur se met en route. Des riffs courts et vifs nous emmènent avec eux. C'est rythmé, on tape des pieds facilement. Ca sue le bon rock'n roll ! Le groupe continue à nous démontrer toute l'étendue de leurs qualités. Ce titre possède de superbes arrangements. Les chœurs apportent encore plus de force à cette chanson. Felipe nous apporte un solo ravageur, le plus violent de l'album à ce moment d'écoute. Très bon morceau, si les filles de L.A. sont aussi belles que ce titre, je veux bien y faire un tour !!
Sweet Melody débute en douceur. Justin apporte une autre facette de sa voix. Il commence seul accompagné par la douceur des cordes de Felipe. Un son groovy bluesy fait suite. On ressent toute l'influence de groupe à la ZZ Top et/ou Muddy Waters. Le rythme s'emballe. Le 1er solo rapide et diabolique de Felipe nous transperce. Puis arrive LE solo rempli de feeling et de justesse cela mélangé à un son accrocheur. Encore un morceau de haute volée. Le refrain est une superbe mélodie qui nous pousse à la fredonner. Ce titre est d'une justesse incroyable. Les 3mn35 passe très (trop) vite ! Ils sont très bons nos 4 rockers !
Take Me When You Go envoie du lourd dès le début. Le son est pesant pour laisser place à des riffs du couplet à la AC/DC. Le refrain nous ramène dans un rock un peu plus moderne. Sur ce morceau on ressent bien la puissance de Jonny à la batterie, il envoie du lourd. Justin chante à merveille. Techniquement les musiciens continuent à nous régaler. Les ombres de Metallica et AC/DC ne sont pas loin.
Avec Light It Up nous continuons dans un rock rempli de très gros riffs avec une efficacité redoutable. Ça joue fort ! Même s'il y a un rythme entrecoupé de moments calmes, Felipe, déchaîné, vient remettre de l'ordre dans la maison en nous envoyant des riffs diaboliques. Le groove de ce titre est sans faille. Light It Up est enivrant et allume les sommets du rock'n roll. Gros morceau qui ne nous laisse pas indifférent.
Save Me A Drink possède une intro bluesy que Angus Young n'aurait pas reniée. Ce titre aurait pu être sur l'album Stiff Upper Lip des Australiens. Etant fan d'AC/DC devant l'éternel j'avoue que je suis hyper emballé pour cette chanson au gros refrain hyper entrainant et jouissif. Felipe je veux bien boire un verre avec vous les gars ! Pour moi ce titre devrait être un incontournable sur scène. Il a tout pour être fédérateur.
Avec Scream It Out on change de registre. On revient un peu plus dans un rock des années 70. Bien sûr le son reste modernisé. Le groove propre au groupe est toujours aussi efficace. Les partitions de chacun sont jouées proprement avec puissance et justesse. Le refrain est entraînant. Le band continue à nous faire plaisir.
99 Degrees nous propulse de nouveau dans un rythme effréné aux riffs carrés courts et puissants. Felipe est incisif sur ses cordes. Jonny et Fede sont destructeurs cela avec un Justin qui pousse haut et fort sa voix, un régal ! Ce n'est pas à 99 degrés que nous sommes mais plutôt à 1000 ! Dans ce titre il y a du Great White, AC/DC, Rhino Bucket... Il y a surtout du très bon rock'n roll !! Ce rock qui nous force à secouer la tête et taper des pieds !
Nobody Knows est entamée à la guitare d'une façon psychédélique. Puis vient le reste des instruments qui restent dans le même registre. Le son est très puissant. Nous sommes en plein 70's. Felipe, une fois de plus, nous fait pleuvoir des notes endiablées avec son solo puissant. Justin est très facile avec sa voix, quelles que soient les notes. Jonny possède une belle force de frappe, avec Fede ils assurent un tempo redoutable. Ce titre ensorcelant (un petit mélange de The Cult avec un peu de Led Zeppelin de l'album III ?) est très bon et termine ce "In Solstice" en toute beauté.

Les membres de The Mercury Riots arrivent par la grande porte. Ce In Solstice est vraiment excellent. Sachez que c'est le grand Mike Frazer (AC/DC, Aerosmith, Metallica) qui est derrière les manettes et c'est Ryan Smith (The Black Keys, Greta Van Fleet) au mastering. Nos rockers issus de divers horizons et inspirations ont su mettre tout cela en valeur pour nous offrir un album qui fera partie des meilleurs de cette année à coup sûr. J'ai hâte de les voir sur scène ! Le 9.5/10 est mérité.

John markus
Marin  RockMachine

Plus d'infos à propos de l'auteur ici

Tracklist :
00 Make It

00 Be Yours
00 La Girls
00 Sweet Melody
00 Take Me When You Go
00 Light It Up
00 Save Me a Drink
00 Scream It Out
00 99 Degrees
00 Nobody Knows


Line Up :
Justin Paul Walker  (chant)
Felipe Rodrigo  (guitare)
Fede Delfino  (basse)

Jonny Udell  (batterie)

Label : Foxtrot Records
Sortie : 21/06/2024


 

Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

THE MERCURY RIOTS - In Solstice - Chronique - 4.5 out of 5 based on 2 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 1363 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • AXXIS - Coming Home - Chronique

    Pilgrimwen
    Je reposte mon commentaire ...

    Lire la suite...

     
  • KING ZEBRA - Between The Shadows - Chronique

    Fab
    pas mal dans le genre mais comme ...

    Lire la suite...

     
  • BLACKTOP MOJO - Pollen - Chronique

    Eric Berger
    Une belle découverte qui ...

    Lire la suite...

     
  • PALACE - Reckless Heart : nouvel album - Girl Is An Angel : vidéo

    Nico
    L'album AOR parfait pour cet ...

    Lire la suite...

     
  • OZ HAWE PETERSSON’S RENDEZ VOUS - Chronique

    Nico
    Vraiment bien avec un style AOR ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

04 Déc 2023 04:01 - Oso Garu, Holy Vier, Patrice Du Houblon, Metalden
Hellfest 2023 - DU 15 JUIN 2023  AU 18 JUIN 2023 - Iron Maiden, Kiss, Motley Crue, Slipknot, Pantera, Def Leppard, Alter Bridge, Skid Row, Within Temptation, Sum 41, Papa Roach, Powerwolf, Clutch, The Cult, The Hu, Myrath ...
Live report
20 Oct 2023 17:30 - Eric Berger
BIG MOUTHERS - New Now - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)