0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

rammstein paris la defense arena 28 06 2019

Il me serait bien difficile d'argumenter mon attirance pour Rammstein : comme quelques autres groupes que j'apprécie, je n'y décèle pas de virtuosité particulière, ni de subtilité romantique dans les mélodies, ni de cette complexité musicale que je recherche tant par ailleurs.

 On aime ou on n'aime pas, point. J'ai moi-même tardé à tomber dans la marmite, car bien que germanophile depuis toujours, je me méfiais de ces personnages plus qu'inquiétants, a priori…

De prime abord, ils ne donnent pas le sentiment de faire dans la fine dentelle. Et pourtant, il s'avère qu'en dépit de leur attitude provocatrice, cynique et désinvolte, ce sont de vrais artistes ; ils savent jouer avec les images, les sons et les mots. Leurs vidéos sont réalisées avec un soin cinématographique, le son et la production de leurs albums sont soignés, et leurs textes germanophones sont souvent ambigus, à double sens. Ils savent de surcroît s'entourer de vrais professionnels, tant pour l'élaboration des vidéos, que pour les extraordinaires spectacles de scène, durant lesquels la pyrotechnie est poussée à un paroxysme dont se souviennent toujours les spectateurs, en particulier ceux des premiers rangs !

Pourtant pourfendeur des excès sonores, des voix sans qualité, et des pré-enregistrements, j'ai commencé à me pencher au-dessus de ladite marmite par le biais d'autres mélomanes vers les années 2000. C'est lamentable, et je n'assume pas vraiment, en fait. Mes scrupules sont comparables à ceux générés par Ghost. Me voilà maintenant en train de mijoter avec des milliers de pauvres diables complètement écervelés, dès que des rythmes binaires résonnent dans les stades…

Car en effet, pour promouvoir leur septième opus, sobrement intitulé "Rammstein", les allemands ont décidé de se lancer dans une tournée des stades. Ce fut pour moi l'occasion d'inaugurer cette salle encore récente, (faute d'avoir pu assister aux concerts des Rolling Stones et de Roger Waters).

L'intérieur de l'arène surprend, fatalement. C'est juste énorme. On se doute déjà que ce sera une belle aire de jeux pour ces pyromanes. … Me voilà donc placé au fond du U en gradin relativement haut situé (putains d'escaliers pour y arriver, la vache !!!), mais parfaitement en face de la scène. Puisque je suis dans le prolongement de console du son, je peux prétendre à disposer d'une bonne acoustique. Mais de cela, on en reparlera…

DUO JATEKOK [20h-20h35].

Admirable audace que d'imposer au public une première partie aussi surprenante. Deux pianistes françaises, Adélaïde Panaget et Naïri Badal, qui ont fondé en 2007 Duo Játékok, ont le redoutable privilège de devoir chauffer les stades durant toute la tournée des terrifiants teutons, devant leur horde assoiffée de sons et de feux !!! Certes, leur baptême avait déjà été accordé en 2017 aux Arènes de Nîmes, mais de là à oser une tournée à travers toute l'Europe…

Elles baignent habituellement dans le milieu classique et semblent cependant apprécier ce public de metallos turbulents. En tous cas c'est ce qu'elles prétendent…Ceux qui ne sont pas réceptifs en profitent pour se désaltérer, vider ce qui est déjà ingurgité, ou encore pianoter sur les écrans. Mais globalement les filles s'adressent avec la franchise et avec l'aplomb de leur talent à un auditoire respectueux (hormis un imbécile pas loin de moi qui n'a pu s'empêcher de beugler un "à poil" à la hauteur de son intellect).

Pour ma part, je suis heureusement surpris, je réalise que le soutien des allemands à cette vraie gageure est parfaitement justifié. En fait, elles reprennent huit des titres de RAMMSTEIN, extraits d'un album intitulé "Klavier". Le plus souvent interprétées à quatre mains sur un piano, les reprises sont crédibles et même parfois émouvantes ("Frühling in Paris" repris en chœur par le public).

Après ce moment de délicatesse, les lumières se rallument pour laisser apparaitre une fosse qui peut sembler encore clairsemée peu avant 21 heures. Impression accrue par l'évitement des trois estrades techniques qui font obstacle à la vue sur la scène.

RAMMSTEIN [un peu plus de deux heures]

Il est 21 heures, les lumières sont éteintes, et les dernières mesures d'une musique baroque laissent la place à une terrifiante explosion qui réveillerait tous les morts du quartier.

Je retrouve ainsi un groupe fidèlement lié (rare qualité !) puisque depuis 1994, Till Lindemann (chant), Richard Zven Kruspe (guitare, chœurs), Christoph "doom" Schneider (batterie), et Oliver "Ollie" Riedel (basse) restent entourés de Paul Landers (guitare, chœurs) et Christian "Flake" Lorenz (claviers). Cela faisait sept années que je les avais vus à Bercy, trois années au Download Festival Paris.

Etonnant choix, c'est le lourdaud "Was ich liebe" qui débute le spectacle. Très vite, je m'inquiète cependant pour la sonorisation. Alors que durant mes derniers concerts je pouvais de nouveau me passer de protections auditives, là c'est juste pas possible… La basse et la batterie sont juste assourdissants ; cela s’avérera un calvaire quasi permanent. Le point culminant de ce catastrophique déréglage des balances sonores sera "Mein Teil" qui fut tout simplement une bouillie infâme ; il me fallut regarder la mise en scène (particulièrement identifiable) pour reconnaître la chanson !

Le plaisir escompté ne pouvant venir de mes oreilles, je me résous à miser sur mes yeux. Fort heureusement, je n'avais pas omis mes lunettes, mais j'aurais toutefois été bien inspiré d'emmener mes jumelles. L'éclairage permanent était relativement sombre. Ce qui, dans une aussi grande salle peuplée de lilliputiens (autant sur scène qu'en fosse) ne laissait pas beaucoup de chose à regarder, d'autant moins qu'il manquait à mon humble avis deux écrans latéraux. Un seul minuscule écran central diffusait des images, de temps en temps, et encore, rarement pour montrer les musiciens… Pour le reste, la mise en scène est quand même assez magnifique ; à la fois sobre et grandiose. Les jeux de lumières donnent parfois du volume de fort belle manière.

Mais bien entendu c'est dans le domaine de la pyrotechnie que ces gros malades restent champions, et le public aura ressenti de nombreuses vagues de chaleur intenses ! Maitrisés et inspirés, ces jeux de flammes contribuent indéniablement à impressionner l'auditoire. Lance-flammes, bouches de feu, artifices en tous genres atteignent leur somment sur les titres "Mein Teil" (la marmite incendiée au lance-flammes), "Puppe" (un gigantesque landau en flammes), et surtout sur le somptueux "Du hast". Durant ce titre, le spectacle s'est encore étoffé par rapport à la dernière tournée ; l'aller-retour de flamme est ponctué d'un puissant et énorme jet de flammes au-dessus des deux estrades techniques sur les côtés arrières de la fosse, ce qui n'aurait pas été possible dans un plus petit espace… Mais après ce déluge de feu, les fumées peinent à s'évacuer. La scène s'en trouve désormais à peine visible depuis nos gradins… Les deux titres qui suivent sont ainsi totalement dans le brouillard, à la fois sonore et visuel. C'est le bouquet !

Après une pause dans cette descente aux enfers, le rappel survient sur une estrade installée comme un ring en fosse, plus proche de nos gradins, donc. Néanmoins, on peine encore à distinguer le Duo Játékok qui les accompagne pour interpréter "Engel", que le public reprend d'autant plus volontiers en chœur qu'il pouvait suivre les paroles diffusées en fond de scène. Mais en revanche, dans cette configuration, on se privera du fameux ange mécanique et flamboyant qui était porté par Till durant les précédents concerts.

Ensuite, la fumée étant encore très dense, on peine également à les distinguer flotter sur la foule à bord de leurs canots gonflables pour rejoindre la scène.

Puis l'entrainant "Auslander" transforme une nouvelle fois l'arène en boite de nuit. Un peu plus tôt dans la soirée, "Deutschland" fut précédé d'un interlude dansant, remix du titre… Ils ont ce côté électro que j'aime bien. "Du richst so gut" fut un des rares moments très agréables et efficaces pour moi. "Pussy", en dépit de son canon à mousse, retomba dans la bouillie sonore inaudible … Le second rappel fut dans la même veine, et j'avais hâte de respirer l'air pur.

J'attendais avec envie ce concert mais, en dépit du gigantisme, je suis moins enthousiaste qu'après celui de Bercy. Il faudra que quelqu'un explique à l'usurpateur du poste d'ingénieur du son que sur les quarante mille personnes présentes beaucoup n'auront pas apprécié sa notion des équilibres… Après discussions je m'aperçois en effet que je ne fus pas le seul à m'en plaindre, y compris parmi les spectateurs du second spectacle du lendemain. Il faudra aussi que les pyrotechniciens se rappellent que s'il n'y a pas de fumée sans feu, l'inverse est également à prendre en compte (keuf, keuf…) !

Il n'en demeure pas moins que RAMMSTEIN reste un groupe qui ne lésine pas sur les moyens déployés à grande échelle, avec une rigueur et une efficacité typiquement germanique. Je leur conserve toute mon estime, mais disons que ce soir les flammes étaient plus sur la scène que dans mon esprit…

Rammstein Setlist Paris La Défense Arena, Nanterre, France, Europe Stadium Tour 2019
 


 





Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 223 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • RESTLESS SPIRITS - Restless Spirits

    Tis
    J'aime bien cet album, je me ...

    Lire la suite...

     
  • AC/DC - Highway to Hell

    MetalDen
    En attendant un SDF 2020 suggéré ...

    Lire la suite...

     
  • HARDLINE - Life

    FranckAndFurious
    A la rescousse de Fab ! Comme je ...

    Lire la suite...

     
  • R.I.P. ANDRE MATOS - L'ancien chanteur d'ANGRA est décédé à l'âge de 47 ans.

    FranckAndFurious
    Pour ceux qui veulent se ...

    Lire la suite...

     
  • THE TREATMENT Power Crazy

    MetalDen
    Excellent opus, un hard rock ...

    Lire la suite...

     
  • ANDRE MATOS Time To Be Free

    FranckAndFurious
    Un rappel qui s'impose ! j'avais ...

    Lire la suite...

     
  • STARBREAKER Dysphoria

    Seb.Roxx
    Oui idem , j'ai adoré aussi ...

    Lire la suite...

     
  • R.I.P. ANDRE MATOS - L'ancien chanteur d'ANGRA est décédé à l'âge de 47 ans.

    FranckAndFurious
    :sad: :( Il aura marqué l'histoire ...

    Lire la suite...

     
  • CRAZY LIXX - Forever Wild

    Tis
    Reçu hier, excellent cet album ...

    Lire la suite...

     
  • STARBREAKER Dysphoria

    MetalDen
    Un seul mot, excellent ! A voir ...

    Lire la suite...

     
  • SOUNDGARDEN Louder than love

    MetalDen
    Merci pour cette rétrospective ...

    Lire la suite...

     
  • BATTLE BEAST + ARION - Toulouse - Connexion Live 26/04/2019

    MetalDen
    Étonnant l'ambiance dans ce ...

    Lire la suite...

     
  • R.I.P. Paul Raymond - Le guitariste / claviériste d'UFO est décédé à l'âge de 73 ans

    Gilles
    que dire.......vraiment une ...

    Lire la suite...

     
  • MIKE TRAMP Stray From The Flock

    FranckAndFurious
    4,5/5 : T(r)ampéré je serai ...

    Lire la suite...

DJ-ImageSlider

  • 114va4.jpg
  • 21Octayne_-_Into_The_Open.jpg
  • 21octayne.jpg
  • 3-doors-down-us-and-the-night.jpg
  • 36crazyfists-time-and-trauma.jpg
  • 4th _dimension_kingdom_of_thyne_illusions_single.jpg
  • 4th-dimension-dispelling-the-veil-of-illusions.jpg
  • 69-eyes-universal-monsters.jpg
  • 6h33-deadly-scenes.jpg
  • 6h33andarnostrobl_thestenchfromtheswelling.jpg
  • 7-weeks-a-farewelleTodawn.jpg
  • 7THHEAVEN_Luminous.JPG
  • 7th-heaven-spectrum.jpg
  • 7thheaven-bestof19852015.jpg
  • 7thheaven-next.jpg
  • 7thheaven.jpg
  • 7thheaven2013.jpg
  • 8.jpg
  • 9chambers9.jpg
  • Alter-Bridge-Fortress.jpg