0
0
0
s2smodern

Je ne le fais que très rarement mais la pour la sortie de ce Too Many Reasons de Player, j’ai été me balader sur le net pour pouvoir lire les chroniques françaises de cet album.

De fait, je me suis rendu compte que comme l’opus était sorti chez Frontiers, tous les sites de métal le chroniquait et de fait l’assassinait. Bon ca, y’a rien d’étonnant, c’est comme si vous me faisiez chroniquer le dernier Iron Maiden, je ne suis pas sûr que mon ressenti soit très positif !!! J’ai constaté aussi que beaucoup semblait faire la chronique via les fichiers MP3 que le label Italien veut bien envoyer à tous les sites qui parlent de leurs artistes. Et c’est sur ce point que je souhaiterais m’arrêter. Nul part n’est mentionné le fait , très important pour moi, qu’est le retour sur un album de Steve Plunkett le leader du groupe Autograph qui co signe une bonne partie des titres de cet album. Rien, pas une ligne sur lui alors qu’il fait partie des monstres du mouvement FM et qu’on avait plus de news depuis des lustres. Il revient donc prêter mains fortes à Peter Beckett et Ron Moss qui 17 après Lost In Reality reviennent avec Player pour Too Many Reasons. La pochette est un peu ridicule dans le sens ou les deux mecs font un peu « vieux beaux » Californiens. Les muscles saillants, le teint halé, on sent la testostérone et la sueur des salles de gym à plein nez. Entre ceux qui semblent se sur entretenir et d’autres qui se laissent aller il y a un juste milieu !!! Ces considérations esthétiques faites, attachons nous au contenu de cet essai. Je vais essayer de résumer ma pensée globale qui tend quand même vers une certaine déception. Elle n’est pas totale mais quand même assez importante pour l’évoquer en détail. Déjà le son n’est pas bon. Le mixage de la batterie est une cata totale, on croirait entendre des démos surtout sur des titres énergiques comme le très rock Man On Fire. Pourtant ce morceau, le plus rock qu’ils n’ont jamais faits, est plutôt pas mal mais souffre d’une production minable. Ensuite, il y a la qualité de certains titres qui sont franchement moyen comme Precious, Kites et son coté progressif à la Pink Floyd, The Sins Of Yesterday, To The Extreme pourtant écrite avec Steve Kipner. Le meilleur se trouve dans la collaboration avec Plunkett sur I Will, My Addiction ou Too Many Reasons. On retrouve le hit absolu du groupe version actuelle le très bon Baby Come-Back. C’est un retour que j’attendais avec impatience suivant le groupe depuis longtemps, j’avoue que ma déception égale mon attente. Ce n’est pas une daubasse mais ce n’est pas non plus un opus qui fera date et qui figurera sur les playlists de fin d’année. Dommage, les gars, c’est bien de faire de la muscu mais faudrait peut-être se muscler les oreilles avant de sortir un album aussi mal produit !!!


Je l’ai déjà dit en Westcoast ou AOR, ce critère est essentiel et ne peut être bâclé. De plus quand on connait le talent d’écriture de Peter Beckett, on se dit que certains morceaux semblent être des fonds de tiroirs.

 

 



Tracklist : Line Up :  
Man On Fire
·
Precious
·
I Will
·
Tell Me
·
The Sins Of Yesterday
·
My Addiction
·
Too Many Reasons
·
To The Extreme
·
The Words You Say
·
Life In Color
·
A Part Of Me
·
Kites
·
Nothin' Like You
·
Baby Come Back



Peter Beckett (chant,guitares)
Ron Moss (chant,basse)

am

 

Label  Frontiers records
Sortie : 22/02/2013
Production : Peter Beckett


Discographie :

Player  (1977)
Danger Zone  (1978 )
Room With A View  (1980)
Spies Of Life  (1981)
Lost In Reality  (1996)
Too Many Reasons  (2013 )


Liens multimédia - videos    

Notes des visiteurs :

Comments:

Commentaires   

#2 Eric Berger 10-03-2013 15:55
Et oui Fab à la fin de ta chro sur Torben Schmidt, tu disais que toi tu ne chroniquais pas des daubes... Alors comment qualifier cet album de Players ? De bonne grosse daubasse ? Je n'ai jamais été fan de ce groupe mais là c'est le pompon. Mal produit, chansons bâclées, c'est le disque le plus mauvais que j'ai pu écouter en ce début d'année. Mention spéciale pour la pochette qui confirme bien le vieil adage qui dit que le ridicule ne tue pas.
#1 Rémi 10-03-2013 10:55
A l'inverse des muscles des deux protagonistes, un retour qui ne fait pas vraiment bander... Tchuss Touti !

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 661 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • R.I.P. Paul Raymond - Le guitariste / claviériste d'UFO est décédé à l'âge de 73 ans

    Gilles
    que dire.......vraiment une ...

    Lire la suite...

     
  • MIKE TRAMP Stray From The Flock

    FranckAndFurious
    4,5/5 : T(r)ampéré je serai ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    FranckAndFurious
    Sympathique film, ou plutôt ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    Gilles
    Je vais le prendre , je ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    MetalDen
    Des inédits très moyens, voire ...

    Lire la suite...

     
  • FM - The Italian Job

    MetalDen
    5/5 pour moi - Un vrai plaisir ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    Gilles
    J'ai jamais été un fan de ce ...

    Lire la suite...

     
  • FABIENNE SHINE Dont Tell Me How To Shake It

    Emmanuel Ascher
    Depuis toujours, le rock’n’roll ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    FranckAndFurious
    Apparemment Barjozo a du se ...

    Lire la suite...

     
  • ROSS THE BOSS - Interview lors du Magic Tour de Shakin' Street - Toulouse - 21/01/2019

    Gilles
    Merci pour la traduction, génial ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    Radakka
    Ha j'avais pas vu l'année...lol ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    MetalDen
    Cool de commenter une chronique ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    Radakka
    Bonjour Messieurs, ou peut ...

    Lire la suite...

     
  • SHAKIN' STREET - Interview Fabienne SHINE - Toulouse - 21/01/2019

    MetalDen
    Merci les gars, vos retours ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus