0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 3 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

A Perfect Circle Eat the Elephant

Précédé de l’époustouflant single « Disillusioned », l’album des trop rares A Perfect Circle s’annonçait déstabilisant et non moins excitant.

Qu’on aime ou qu’on déteste Maynard James Keenan, son univers musical ne peut laisser l’auditeur indifférent qu’il soit adepte d’un thrash destructeur ou d’une pop mélancolique et suave. Avec lui on est toujours surpris puisqu’il a pris le parti depuis ses débuts avec Tool, et plus récemment avec Puscifer, de ne jamais servir deux fois de suite le même plat. Alors quelle note donner à cet Elephant qu’il nous propose de déguster ?

« Eat the Elephant » débute par un triptyque (« Eat the Elephant », « Disillusioned », « The contrarian ») auquel j’aurais du mal à attribuer un qualificatif. Disons qu’il est simplement incroyable tant sur un plan conceptuel que mélodique. Ces 3 titres d’ouverture sont empreints d’un calme et d’une sérénité contagieuse. Ouvrir de façon aussi tranquille un album après plus de 14 ans de silence studio pour un groupe estampillé rock est une sorte de pied de nez à une conception archaïque de cette musique que certains voudraient absolument ranger dans des tiroirs. Ainsi, le titre « Eat the elephant » est basé sur une ligne de piano et tout juste rythmé par une batterie très jazzy et légère. Et que dire de la voix de MJK sinon qu’elle est tout simplement cristalline, pure et sensuelle.

On sait que le chanteur n’a que faire des critiques qu’elles soient rock ou autres. C’est ainsi que les paroles de « Disillusioned » contiennent quelques éléments contre le monde virtuel informatique moderne. Il fustige également les néo-critiques en tous genres comme ceux qui semble-t-il ont un peu égratigné son activité viticole (rappelons que l’artiste est propriétaire-exploitant d’un domaine dans l’Arizona auquel il a donné le nom de Caduceus en référence à ses origines piémontaises italiennes [Référence]). Sur « Doomed » premier titre un peu heavy du CD co-écrit comme les autres morceaux avec Billy Howerdel, il dénonce et vilipende notre monde moderne au sein duquel les âmes vertueuses ont de moins en moins leur place. Sur « Talk talk » il égratigne les donneurs de leçons qui se contentent de parler sans agir (‘Sit and talk like Jesus..’)…

La noirceur des propos et du tempo de l’album (au moins sur les 8 premiers morceaux) n’empêche pas quelques traits d’humour sarcastique comme sur « So long, and thanks for all the fish » [référence directe à l’œuvre de Douglas Adams et son humour SF décalé dont je recommande chaudement la lecture à ceux d'entre vous qui ne connaîtraient pas]. Ce titre très rythmé est illuminé par la guitare d’Howerdel celui-ci ayant tiré son inspiration des émotions liées à la perte récente de grands artistes au premier rang desquels David Bowie.

Si comme signalé plus haut la première partie de l’album est plutôt soft, la seconde contient des morceaux plus rugueux à l’exception du langoureux instrumental au piano « DLB » (abréviation de Don’t Look Back). Ce titre permettrait le passage d’une première partie de LP sur lequel les paroles de MJK dénoncent largement les problèmes de nos sociétés modernes, vers une deuxième partie contenant les 3 derniers morceaux évoquant quelques solutions…« Hourglass » est ainsi un sulfureux pamphlet contre les leaders de tous bords (‘Aristocrat breaks down it, democrat breaks down it, oligarch breaks down it, republicat breaks down it..’) qui n’ont jamais su apporter de solutions en laissant le temps s’écouler inexorablement (‘No hope less in the hourglass’).

A Perfect Circle signe donc ici un retour plus que gagnant et à contre-pied de ce à quoi on aurait pu s’attendre si les compositions étaient restées dans la lignée de leur précédent disque « Thirteenth step » datant (déjà) de 2003. Cette orientation musicale ne peut pas juste s’expliquer par le changement de line-up (les drums sont ici confiés à Jeff Friedel et la basse à Matt McJunkins) mais sera plutôt à rechercher du côté d’une évolution artistique non linéaire…non codifiée...et peut-être juste Keenanienne ?

Inclassable et hors des sentiers battus cet objet musical ne pourra laisser l’auditeur impassible. Un album dont on se souviendra forcément à l’heure des bilans de fin d’année…

Tracklist :
1.         "Eat the Elephant"        5:13
2.         "Disillusioned" 5:53
3.         "The Contrarian"            3:58
4.         "The Doomed" 4:41
5.         "So Long, and Thanks for All the Fish" 4:26
6.         "TalkTalk"         4:15
7.         "By and Down the River"           5:04
8.         "Delicious"       3:49
9.         "DLB"   2:06
10.       "Hourglass"      5:14
11.       "Feathers"        5:48
12.       "Get the Lead Out"


Line Up :
    Maynard James Keenan – vocals
    Billy Howerdel – guitar, bass, keyboards
    Matt McJunkins – bass on "By and Down the River" and "Feathers"
    Jeff Friedl – drums

Label : BMG
Sortie : 10 Avril 2018
Production : Dave Sardy Billy Howerdel Maynard James Keenan

Discographie :
    Mer de Noms (2000)
    Thirteenth Step (2003)
    Emotive (2004)
    Eat the Elephant (2018)

Liens multimédia - videos - SITE OFFICIEL

 

 

 Notes des visiteurs :

 

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 589 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Other Articles

Commentaires

  • THE STRUTS Young And Dangerous

    John Markus
    Moi, aussi, comme Fab, j'ai eu ...

    Lire la suite...

     
  • ANTIVERSE Under the regolith

    MetalDen
    Le débat sur les chroniques et ...

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    MetalDen
    Votre photo dans le bouquin ...

    Lire la suite...

     
  • TED POLEY Modern Art

    Seb.Roxx
    J'ai adoré cet album après ...

    Lire la suite...

     
  • SAPPHIRE EYES - Breath Of Ages

    Claude Blais
    Je suis d'accord avec Fab ...

    Lire la suite...

     
  • SWEDISH FUNK CONNECTION 1987

    Nico
    Trés bon album en effet. C'est ...

    Lire la suite...

     
  • ÖBLIVÏON Resilience

    MetalDen
    Jamais trop tard pour commenter ...

    Lire la suite...

     
  • STEVE PERRY Traces

    Seb.Roxx
    J'ai l'édition limitée U.S.

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    barjozo
    L'ami Furious a fait un immense ...

    Lire la suite...

     
  • GROUNDBREAKER

    Nico
    Pareil que pour Fab. La balade ...

    Lire la suite...

     
  • CREYE Creye

    Nico
    Un pur joyaux d'AOR ! Peut etre ...

    Lire la suite...

     
  • DIAMOND DAWN Overdrive

    Pilgrimwen
    C'est un excellent disque ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Revu une seconde fois en VO ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    MetalDen
    Superbe film ! Pour le gros son ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

Other Articles