0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

bruce springsteen letter to you

Si on demandait à Bruce Springsteen pourquoi il sort encore des disques, pourquoi il écrit encore, pourquoi il se produit encore sur scène, je suis presque sûr qu'il répondrait qu'il n'a pas le choix, qu'il se doit d'avancer, même à soixante-et-onze ans.

Alors, six ans après High Hopes, deux ans après On Broadaway et un an après Western Stars, le Boss réunit son mythique E Street Band et enregistre en quatre jours son vingtième album intitulé Letter To You (le cinquième jour a servi d'écoute de l'album). Le tout dans son studio personnel dans son ranch du New Jersey.

Douze titres enregistrés dans des conditions live dont trois compositions écrites dans les années 70, "vieilles" compos qui ne dépareillent pas du tout face aux chansons nouvellement écrites (pendant le confinement). Délaissant quelque peu la politique et les thèmes sociaux, Letter to You est presque un disque testamentaire. Il parle de lui, des gens qu'il a perdus, de la vieillesse, de la fraternité et surtout du fait qu'il a encore des choses à dire et tant de musique en lui. Alors on l'écoute car Letter to You est un album magnifique, rock'n'roll, bien produit (avec l'aide de Ron Aniello), touchant, poignant, comme la ballade One Minute You're Here qui ouvre l'album et dont le terme principal est l'après-vie. Une ballade qui ouvre un album de Bruce Springsteen, c'est assez rare pour ne pas être signalé. Une merveille avec ses guitares acoustiques, le piano toujours magique de Roy Bittan et ses cordes.

Letter to You (la chanson) nous ramène à l'époque bénie de The River. Tout le E Street Band est en grande forme, emmené qu'il est par les extraordinaires performances de Max Weinberg à la batterie et de Roy Bittan au piano. Certes, la voix de Bruce est moins puissante mais il l'a adapté avec intelligence et elle en est touchante de sincérité.

Guitares rock'n'roll sur un rapide Burnin' Train, du pur E Street Band dans le texte et la musique. Les grosses guitares sont de sortie, l'excellent et sous-estimé Nils Lofgren bien mis en avant. Quant à Janey Needs A Shooter, elle a été écrite dans les années 70 et pourrait figurer sans rougir dans The River. Un mid tempo porté par le piano somptueux de Roy Bittan et les guitares de Nils Lofgren et de Stevie Van Zandt.

Le premier groupe de Bruce Springsteen s'appelait les Castiles. Et le dernier membre vivant (à part Bruce) en était George Weiss. Ce dernier est mort en 2018 et Bruce Springsteen a écrit Last Man Standing. Un vibrant hommage à ses copains disparus dans cette chanson, même si elle reste rock, elle vous file les poils sur les bras. Jake Clemons, le neveu de Clarence, un autre disparu, nous délivre quelques parties de saxo somptueuses.

Après une intro au piano, tout le monde retourne au charbon sur ce The Power of Prayer très énergique et qui est fait pour être joué en live, pour être partagé avec un public toujours fidèle depuis 50 ans à son Boss. Les échanges guitares / piano laissent place à un très beau solo de saxo d'où le fantôme de Clarence Clemons transparait.

House of A Thousand Guitars est un titre nostalgique, mais dernière cette nostalgie apparait l'espoir, comme toujours avec Bruce Springsteen.  Beaucoup de piano, d'orgue, de guitares bien sûr et des choeurs exceptionnels. Et la voix du Boss qui pleure presque sur la fin. Changement de style avec Rainmaker (un morceau politique), un hymne aux nombreuses guitares, transporté par l'orgue de Charlie Giordano, le remplaçant de feu Danny Federici au sein du E Street Band.

If I Was The Priest a elle aussi été composée dans les années 70. Un long titre absolument merveilleux où tout le monde donne de lui-même. De l'orgue au piano, des guitares à la batterie et la basse, tout le E Street est au diapason avec son Boss. Un titre que n'aurait nullement renié un Bob Dylan des années 70, adepte lui aussi de longs textes.

Ghosts est encore une allusion à ces chers disparus. "Meet you brother and sister on the other side" balance-t-il sur un rythme rock'n'roll, loin des jérémiades et des regrets. Bruce Springsteen ne s'arrête pas, il se doit d'avancer. Song For Orphans est le troisième titre qui vient tout droit des années 70. L'influence de Dylan est nettement visible ici aussi, surtout grâce à l'apport de l'harmonica. Une chanson nostalgique aussi, aux choeurs émouvants.

Histoire de célébrer la vie, l'amitié, mais aussi le temps qui passe, inexorablement, on clôt cette Letter to You avec I'll See You In My Dreams, une chanson positive, gaie. Ca parle de la mort mais ne t'inquiète pas "je te verrai dans mes rêves" nous rassure Bruce Springsteen sur des guitares rock'n'roll.

A chaque sortie de disque de Bruce Springsteen on se dit que cette fois il va se louper, sortir l'album de trop, mais non, à chaque fois on se fait avoir. Et c'est tant mieux. Le Boss a sorti ici un album plus axé sur lui-même, plus introspectif que d'habitude mais il ne pleure jamais sur sa jeunesse, sur ses amis disparus et du temps qui passe (et qu'on ne rattrape plus). Letter to You est plus direct, pur rockn'roll que ne l'était le sophistiqué Western Stars. C'est un retour aux sources, mais avec une production et un son modernes, qui va de l'avant, tout en restant respectueux envers l'histoire et la vie de Bruce Springsteen.

Tracklist :
"One Minute You’re Here" – 2:57
"Letter to You" – 4:55
"Burnin’ Train" – 4:03
"Janey Needs a Shooter" – 6:49
"Last Man Standing" – 4:05
"The Power of Prayer" – 3:36
"House of a Thousand Guitars" – 4:30
"Rainmaker" – 4:56
"If I Was the Priest" – 6:50
"Ghosts" – 5:54
"Song for Orphans" – 6:13
"I’ll See You in My Dreams" – 3:29 



Line Up :
Bruce Springsteen et le E Street Band
Roy Bittan - claviers
Jake Clemons - saxophone
Charles Giordano - orgue
Nils Lofgren - guitare
Patti Scialfa - guitare, choeurs
Bruce Springsteen - guitare, chant, production
Garry Tallent - guitare basse
Steven Van Zandt - guitare
Max Weinberg - batterie

Label : Colombia
Sortie : 23 octobre
Production : Ron Aniello

Discographie :
Greetings from Asbury Park, N.J. (1973)
The Wild, the Innocent & the E Street Shuffle (1973)
Born to Run (1975)
Darkness on the Edge of Town (1978)
The River (1980)
Nebraska (1982)
Born in the U.S.A. (1984)
Tunnel of Love (1987)
Human Touch (1992)
Lucky Town (1992)
The Ghost of Tom Joad (1995)
The Rising (2002)
Devils & Dust (2005)
We Shall Overcome: The Seeger Sessions (2006)
Magic (2007)
Working on a Dream (2009)
Wrecking Ball (2012)
High Hopes (2014)
Western Stars (2019)
Letter to You (2020)



Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

BRUCE SPRINGSTEEN - Letter to You - Chronique - 4.5 out of 5 based on 2 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 2951 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • SAM MILLAR - Radio Gouda - Chronique

    Pilgrimwen
    Merci Fab, je pense que ce ...

    Lire la suite...

     
  • SAM MILLAR - Radio Gouda - Chronique

    MetalDen
    Grand merci Fab, quelle surprise ...

    Lire la suite...

     
  • Le canal Youtube de RockMeeting HS, victime de Chrystel Camus (CAMUS PROD - Legends Of Rock)

    MetalDen
    Côté Camus plus rien, j'ai eu ...

    Lire la suite...

     
  • LYNYRD SKYNYRD - Un film biopic sur le crash historique sortira le 30 juin, il s'intitule : Street Survivors: The True Story Of The Lynyrd Skynyrd Plane Crash

    Chasseur Immobilier
    Manque pas mal d'albums dans ...

    Lire la suite...

     
  • Le canal Youtube de RockMeeting HS, victime de Chrystel Camus (CAMUS PROD - Legends Of Rock)

    Chasseur Immobilier
    Et bien ce n'est pas du joli ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)