0
0
0
s2sdefault

devoid lonely eye movement nouvel album et video clip

# Introspection et émotion # Pour moi le propre de la musique est d’éveiller les émotions. C’est une rencontre furtive d’un moment, d’un instant découpé comparable au regard, parfois volé, parfois voilé à une peinture. Un, parfois, bref instant pour apprécier, une somme, ô combien inimaginable de travail (pour aboutir au plaisir) celui des artistes.

Bien sûr dans le meilleur des cas, je parle de la musique qui exprime un éveil à mes sens.

# Evaluation et persuasion # Après la force d’un artiste, encore plus aujourd’hui c’est d’avoir été nourri avec multitudes d’influences (une pincée d’EVERGREY, pour n’en citer qu’une) et savoir créer son propre univers, voire de surprendre ; la signature de DEVOID dans le catalogue FRONTIERS, s’inscrit dans cette dernière démarche. Alors oui DEVOID est mélodique, parfois hyper mélodique, mais les racines Heavy, Prog’ sont là pour authentifier son identité.

Quand un album réussit le challenge, celui du plaisir apporté, alors il se crée un lien d’affectivité entre lui et nous. Il devient une part de mémoire et se range dans un de nos tiroirs d’émotions.

# Insinuation et composition # Parlons du sens de la composition de DEVOID, en plus de la maîtrise individuelle et intrinsèque de chaque membre du groupe. Un talent pur de composition. Cet album est un voyage, le chaînon manquant entre le Prog’ et l’A.O.R. ; du classieux, de la puissance et de la mélodie à tous les étages. L’omniprésence de Jorris (claviers) est un réel plus, à mon humble avis, talentueux, certes, mais inspiré.

# Acclamations et formation # Pour celles et ceux, totalement béotiens de cet univers, vous pourrez écouter et prendre possession également du premier opus (voire en lisant sa première chronique ici même -> RM, bien entendu). DEVOID est le bébé de Shad Mae (SHADYON - BRAIA). DEVOID c’est également la voix de Carsten Lizard Schulz (EVIDENCE ONE, BOOK OF REFLECTIONS), la seconde guitare de Gwen Kerjan (INDRAMA et propriétaire du SLABSOUNDSTUDIO [producteur]), un clavier de talent et omniprésent avec Jorris Guilbaud (#trapus DEVOID/SHADYON/HEART LINE / comédie musicale le rouge et le noir), un bassiste éclairé et inspiré Geoffrey Shob Neau (ETHS /Artiste solo/ avec une discographie trop longue :-D) et la pulsation, le pouls d’orfèvre de Benjamin Lesous (TESKA – PICTURED).

# Narration et supposition # Je vais la faire courte, DEVOID est un INDISPENSABLE de 2021. Un voyage, abreuvé de cultures musicales et de lieux ( ? la Bretagne à cette chance de réunir une grande quantité de nombreux talents de l’hexagone, qui aujourd’hui sont au premier rang mondial).

Le progrès inonde, à mon avis, beaucoup trop la multitude de groupes, il est difficile de se faire une place avec le talent, le « m’as-tu vu » fonctionne, hélas, mieux. Mais le progrès permet de se déplacer avec son ‘son’ et DE qualité, pratiquement partout, aujourd’hui plus qu’hier nos vies peuvent s’accompagner de bande son. A notre réveil, pendant nos transports (le CD dans la voiture, le lecteur MP3 dans la rue), parfois sur nos lieux de travail, pendant nos activités physique (et là c’est mon cas :-D), en fond sonore d’un café, d’une brasserie, d’un restaurant, en faisant nos courses, etc. : la musique est partout, tout le temps. Pour les plus chanceuses et chanceux, elle fait partie intégrante de nos vies depuis toujours et peut même nous accompagner dans le moment où pour la dernière fois, nous serons entourés sans respirer pour rappeler qui nous étions.

Avouez ça claquerait un Lonely Eye Movement dans l’église, ou la mosquée, synagogue ou votre propre trou du culte. Chacun le sien et nous serons tous fesses gardées.

Maënora chapitre douze, verset sept et demi lettre aux RockMeetingAgniens et RockMeetingAgniennes.

Je vois déjà le spectacle, il n’y aurait plus qu’à fixer quatre vibromasseurs sur les pieds du déambulateur de mamie pour la voir traverser l’allée sans bouger un membre, au rythme de la musique et de la pulsation. C’est MON idée, c’est moi qui brevète !

Si on résume aujourd’hui, la musique est partout, de la mélopée à l’hymne du fond sonore au décolle crépis… potars dans le rouge.

Pour les instants les plus anodins comme les moments les plus intenses, entre le dodo et le coït, la purée et le nougat dur, l’assistance respiratoire et les doigts dans la prise, entre XHEPSJXH (que je ne citerais pas) et DEVOID.

Le SAUCISSONAGE made par moi :

Lonely Eye Movement ; Clip du groupe, à regarder pour la profondeur des paysages et cette magnifique image de fin. Ce titre est vraiment monumental ! On démarre avec le métronome dans les tours, un hymne pour commencer sinon rien et cette mélodie entêtante au clavier avec la puissance du riff de guitare, mais pas que. Le premier pont une mélodie classieuse de Jorris avec un changement de phrasé de Carsten, la puissance de Benjamin et Geoffrey associé à nos deux six cordistes fait la différence. CocoriKO, la dernière syllabe en allemand obligé !

Man Without Fear ; le premier solo et premier guest en la personne de Fabrizzio Sgattoni un véritable petit chef d’œuvre, après ne nous étonnons pas de l‘origine de maestro, virtuoso. Un titre à voir, également, en clip. J’adore le chant dans la nuance de Carsten qui vient ouvrir sur les lignes solistiques.

Impostor ; Frontiers s’ouvre un nouveau créneau, pour le style on ne déroge pas avec les morceaux précédents. La puissance reste la signature et Benjamin en est là le principal conducteur.

Destination Heaven ; dès qu’on prend le temps de poser une ambiance, une atmosphère pour amener un titre je suis fan. Après quand ses consonnances flirtent avec l’orientale, bis repetita. Plus dans un esprit ORPHANED LAND que MYRATH, je précise. Avant d’entendre une guitare en mode bucheronne, comme un aphorisme de ce qui pourrait en découler ; de la mélodie et du gros son. Sur ce titre des réminiscences d’un Halloween sur certains passages. Et annotons le second guest six cordistes avec Max Van Esh, de très belles lignes mélodiques. Six minutes très courtes.

Waiting For The Storm ; Une intro mid tempo avec un clavier aux sons 80’s c’est juste magnifique, passé la minute vingt le son monte en puissance tout en gardant la ligne mélodique et cela permet de savourer le chant de Carsten dans ce registre, sans tomber dans le pompeux et en maintenant la cohérence des lignes conductrices : force, puissance. Max Van Esh vient à nouveau s’inviter ; mais une part tout aussi belle revient à Jonas Klinström Larsen au saxophone, un titre à réécouter encore et encore. Quand six minutes deviennent trop courtes et que dire de ce final en conclusion de Jorris.

In The Absence Of Holiness ; Quand on sort du titre précédent, on pense avoir flirter avec ce qui pourrait être également un hymne DEVOIDesque, et non ! et BIM ! Prends ça dans ta face. Autre titre autre guest : Christian Muenzner, autres lignes tout aussi talentueuses. C’est un morceau où Carsten fait vraiment corps au groupe. Voilà un titre qui pourrait laisser de belles traces en Live.

Mirror Maze ; Une intro splendide, on entend toute la puissance du combo. Mais la mélodie est fer de lance. Ces jeux tout en saccades, moi je kiffe ! guest ça vous dit ? Ludo Briand une fois n’est pas coutume, autre guest autre univers solistique et qui se combine parfaitement avec les accompagnements de Jorris. Quand DEVOID vient planter des changements de tons, des variations j’adore, on est quasiment dans un unisson musical. Mais seulement, quasiment, car chaque intervenant récite parfaitement SA partition.

Hands Of Salvation ; l’énergie, l’intensité et la puissance n’est plus à démontrer, mais rien que ce refrain vous fait comprendre le potentiel et la subtilité de l’ensemble. Je peux vous dire que les guets, c’est vraiment cadeau, car ils n’ont besoin de personne. 2’55’’ Cette ligne pianotée, Un vrai pied ! Ce titre est purement HYMNIQUE ! A savourer sans modération.

Stroboscope Life ; Ce titre est pour des raisons que je ne peux expliquer, celui qui dénote pour moi, pas aidé par le titre prédécesseur.

Martial Hearts ; encore un HIT ! Le registre parfait du groupe, cette équation, combinaison parfaite de ce qu’est l’essence du groupe. 2’40’’ on rentre dans une ligne musicale parfaite, les rois du pont, c’est en ça que leur Heavy lorgne vers le Prog. 4’20 deuxième jambe du pont, un viaduc ?!? On touche le sublime, avec la montée et les variations individuelles. Je surkiffe ! Quand je parle d’émotions, là je suis percuté entre les poils qui se dressent et l’émotion lacrymale.

Wood And Wind ; Une sonorité acoustique et Jonas Klinström Larsen qui vient magnifier ce titre, un interlude musicale admirable. Un talent de composition avec ce cuivre smooth aux pointes jazzy, MERCI ! Voilà un titre qui accompagnerait magnifiquement une B.O. de film et qui clôture de manière somptueuse ce second opus.

# Conclusion # De facto, LA musique est vraiment partout, en lien direct avec un des moteurs de notre existence, de nos identités, le fil de nos vies, le langage de nos émotions. Laissez rentrer DEVOID, il reviendra souvent flatter vos platines, ou le support choisi, il saura vous emmener sur ses chemins et celui de ses musiciens, vous en ferez les vôtres croyez-moi.

Enfin, une pochette inratable, l’album que tu prends en main avec cet œil qui te regarde, au point de plus oser le poser. Une pochette réalisée par un des maitres actuels en la matière : Stan W Decker. Il faudra faire tomber les pintes avec Maël pour en comprendre le sens profond, mais ce n’est que partie remise.

# rétribution # Un grand MERCI à DEVOID pour avoir accompagné tant d’heures d’écoutes, passées, présentes et à venir, merci pour m’avoir transporté sur vos terres, merci de m’avoir permis d’en faire les miennes.

C’est un fait, DEVOID colle en tête, comme hémorroïde colle au (je vais vous laisser à vos inspirations et à sa rime).

Bisous chez vous, c’était Maënora pour RockMeeting.

Tracklist :
1. Lonely Eye Movement
2. Man Without Fear
3. Impostor
4. Destination Heaven
5. Waiting For The Storm
6. In The Absence Of Holiness
7. Mirror Maze
8. Hands Of Salvation
9. Stroboscope Life
10. Martial Hearts
11. Wood And Wind


Line Up :
Carsten Lizard Schulz (chant) 
Maël Saout Aka Shad Mae  - Guitares
Gwen Kerjan - Guitares
Jorris Guilbaud - Claviers
Geoffrey 'Shob' Neau - Basse
Benjamin Lesous - Batterie
Guests :. Fabrizzio Sgattoni ; Max Van Esh ; Jonas Klinström Larsen ; Christian Muenzner ; Ludo Briand

Label : Frontiers
Sortie : 15/10/2021

Discographie :
Cup Of Tears (2017)
Lonely Eye Movement (2021) 



Communiqué de presse :
Le nouvel album Lonely Eye Movement  est sorti le 15/10/2021 via Frontiers. Découvrez-le et écoutez-le intégralement dans la vidéo playlist ci-dessous.

L'art-work est signé par Stan W Decker.
"La musique a été écrite avec Jorris Guilbaud et moi, et Carsten [Schulz] a écrit les paroles. C'est une chanson sur l'horreur de faire face à la dépression, d'essayer de se frayer un chemin chaque jour. Peu importe ce que les autres pourraient vous dire, ce que vous êtes ou qui vous êtes, la lutte ne s'arrête jamais. Nous voulions donner une atmosphère mélancolique à ces chansons, mais nous voulions laisser de l'espoir à la fin », déclare le guitariste Shad Mae à propos de la chanson-titre de l'album.

Concernant le son global de l'album, poursuit Shad, "l'idée était de réaliser le mélange parfait entre mes influences les plus fortes (Evergrey, Devin Townsend, Soilwork, etc.) et les groupes AOR que j'aime (Winger, White Heart, Giant, Strangeways, etc. ) et de produire un album très accrocheur et intemporel."

Le deuxième album de Devoid, "Lonely Eye Movement" est un grand pas en avant pour le groupe et le véhicule parfait pour les présenter à un public international plus large. Venant quatre ans après leur premier album, "Cup Of Tears ", musicalement, le groupe développe le son mélodique et légèrement progressif du premier album et rend "Lonely Eye Movement" parfaitement adapté aux fans de métal percutant, mais à la fois très mélodique.

Devoid est le fruit de l'extraordinaire guitariste français Shad Mae.  Devoid est complété par le puissant chanteur allemand Carsten 'Lizard' Schulz (Evidence One, Book of Reflections), le guitariste Gwen Kerjan, le claviériste Jorris Guilbaud, le bassiste Geoffrey Shob Neau et le batteur Benjamin Lesous.

Le groupe a attiré l'attention du label lorsqu'il a soumis sa musique via le site Web du label Frontiers & Beyond (https://www.frontiersandbeyond.com) et a instantanément attiré les oreilles du personnel du label avec son style mélodique accrocheur.

Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 813 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • TIMOTHY B SCHMIT - Day By Day - Chronique

    Stef B.
    J'ai eu beau faire des efforts ...

    Lire la suite...

     
  • DEF LEPPARD - Diamond Star Halos - Chronique

    aorgod
    Toutes ces années d'attente ...

    Lire la suite...

     
  • DEF LEPPARD - Diamond Star Halos - Chronique

    Eric Berger
    Un album beaucoup trop long qui ...

    Lire la suite...

     
  • DAVID PAICH - Forgotten Toys - Chronique

    Stef B.
    David Paich est l'âme de TOTO.

    Lire la suite...

     
  • ROB MORATTI - Epical : nouvel album - Can I Hold You For A While : vidéo

    Stef B.
    Un chanteur atypique dans le ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

30 Sep 2022 16:15 - Marin Mantaux
TRUST - Propaganda : nouvel album
News
21 Nov 2021 13:00 - Maënora
HEART LINE - Back In The Game - Chronique
AOR
29 Avr 2022 12:00 - MetalDen
RAMMSTEIN - Zeit : nouvel album
News
05 Déc 2021 09:45 - Fab
VEGA  - Anarchy and Unity - Chronique
AOR
24 Déc 2021 11:28 - Eric Berger
ECLIPSE - Wired - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)