0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

ozzy osbourne patient number 9 nouvel album et video

A travers le titre de ce nouvel album dédié à Taylor Hawkins, le regretté batteur des Foo Fighters, Ozzy se définit parfaitement bien : c'est un patient à lui tout seul.

Quand on le voit aujourd'hui, on a affaire à un petit monsieur arc-bouté qui avance péniblement sur ses deux jambes, un patient pour lequel on éprouverait une amicale compassion au regard de la carrière exceptionnelle qu'il a véhiculée. Ou plutôt que sa femme a gérée, son seul soutien dans les 80's, soutien dont il dispose au quotidien et qui l'épaule voire le supporte au gré des années. 'Patient' en anglais, c'est également le qualificatif que l'on pourrait attribuer toujours à cette Madame Osbourne. Si elle n'avait pas été là, le gars serait mort depuis longtemps.

Ainsi, le Madman revient donc avec ce Patient Number 9 de nouveau superbement produit par Andrew Watt et ce, à peine 3 ans après Ordinary Man.
Première constatation : le sticker laisse rêveur quand on le lit. En effet, Ozzy s'adjuge les loyaux services d'une grosse artillerie représentée dignement par Eric Clapton, Jeff Beck, Tony Iommi (son fidèle comparse du Sab) et Mike McCready de Pearl Jam (bon en ce qui me concerne, lui, il me fait déjà moins rêver).

Ca commence sur un Immortal très percutant (avec un petit départ à la Immigrant Song) où Ozzy n'a de cesse de répéter 'But I'll never die. Cause I'm immortal', chose dont il semble persuadé après toutes ces années d'écarts incessants. On en est aussi convaincus même si l'on est bien conscients que ses jours sont quand même un peu comptés.
Après une intro inquiétante parsemée de cris et de râles en tout genre, le morceau-titre bénéficiant d'une production parfaite, comme tous les autres d'ailleurs, démarre sur un tempo quelque peu guilleret limite dansant pour déboucher sur un refrain vraiment accrocheur porté par la voix lancinante d'Ozzy et la guitare efficace de Jeff Beck. Vous n'aurez qu'une envie, c'est de le remettre une fois terminé.

Ce Parasite-là, n'est pas celui de Kiss mais bel et bien un nouveau titre de notre ex-chanteur du Sab. Gros riff accompagné d'une voix une nouvelle fois lancinante (sait-il vraiment chanter d'une autre façon ?) puis refrain pour le moins convenu voire discutable mais heureusement couvert par une énorme et rapide section rythmique.
The Escape From Now (avec le sieur Iommi à la six-cordes) s'articule autour d'une intro en mode ballade sirupeuse avec cette guitare sèche pour ensuite partir sur un riff puissant lorgnant vers du Sabbath ponctué d'un solo bien avisé de la part de Iommi, riff dérivant invariablement sur la fameuse "cavalcade sabbathienne" en guise de conclusion. Excellent morceau.

On sait LE Ozzy vouer un amour inconditionnel pour l'oeuvre des Beatles de par cette recherche continuelle de la mélodie et ce n'est pas un hasard si effectivement la plupart des morceaux tels que ce One Of The Days oeuvrent dans ce sens : titre poppy mid-tempo mais sympathique. Voilà, c'est "sympa sympa" grâce entre autres au solo de Clapton qui y met son grain de sel si facilement reconnaissable élevant somme toute le morceau vers quelque chose d'appréciable. "Appréciable", c'est tout. En même temps où sont passés les Crazy Train, les Flying High Again, les Mr. Crowley et les Bark At The Moon d'antan ? Oui, je sais, nous ne sommes plus dans les 80's.

Ca se poursuit inexorablement avec.................. une autre ballade estampillée Fab Four intitulée A Thousand Shades certes joliment composée (c'est pour vous dire, même Mme Phil adore l'album dans son intégralité, album qu'elle a d'ailleurs transféré sur son MP3). C'est esthétique et mélodique à souhait et donc ça lui convient. Oui mais bon voilà......

Mr.Darkness, compte tenu de son titre à la finalité autobiographique, pourrait musicalement présager de bonnes intentions de la part du vocaliste natif d'Aston mais cette intro doucerette inquiète et préoccupe l'auditeur que je suis. Un titre un brin de toute évidence nostalgique mais assez convenu, lui qui fut le Prince des Ténèbres en d'autres temps qui est aujourd'hui le "Prince des Paquerettes quelque peu fânées".
Une réaction s'impose donc. L'honneur est sauf lorsque soudainement surgit de nulle part et ce, dans un fracas de notes assourdissantes un riff qui rappellerait quelque peu l'époque dorée du Sab version Ozzy.
Je suis rassuré..... Malheureusement mais pas pour longtemps lorsque résonnent ensuite les accords du morceau suivant Nothing Feels Right. Intro douce, petite power ballade sucrée mais tellement sombre au niveau des lyrics évoquant une solitude menant inévitablement vers une dépression chronique. Ozzy n'a jamais véhiculé une image très optimiste. Le solo Wyldien en guise de conclusion, classique dans sa progression, s'avère toutefois intéressant.

Retour sur du connu avec cette intro très Sab suivie comme à son habitude de cette voix plaintive portée par une section rythmique pachydermique. Pour résumer un très bon titre, cet Evil Shuffle.
Ce qui est aussi le cas de Degradation Rules sur lequel l'ami Trujillo se la joue à la Geezer, accompagné très chichement par l'harmonica lointain d'Ozzy. Tony Iommi réquisitionné une nouvelle fois, se fend d'un solo tout particulièrement réussi, un solo tout en finesse jamais orienté vers quelque chose de démonstratif. L'a jamais fait dans le "paraître" guitaristique, le Iommi.

On retourne sur du mou avec ce Dead And Gone, une sorte de Shot In The Dark en version édulcorée (merci Chad à la batterie Neutral ). A consommer en dégustant une bonne "soupe" bien chaude, l'hiver approche en même temps. Ozzy aurait-il, à cet instant précis, perdu le "Knorr" en composant ce titre qui frise le quelconque ? Probable.

Un peu dans la lignée d'un Mama I'm Comin' Home bourré d'arrangements sophistiqués, Ozzy ré-affirme via ce God Only knows sa foi inébranlable envers Dieu. Un brin solennel dû à la présence de choeurs pas forcément utiles auxquels participe entre autres l'omniprésent producteur Andrew Watt (multi-instrumentiste soit dit en passant), la compo n'en finit pas (5'01)..................de finir sur ce 'God Only Knows what's going on'.
Darkside blues, un final atypique trop court mais fort sympathique pour un album d'Ozzy Osbourne dont on sait qu'il a toujours été fan de blues.

Alors le bilan : Patient Number 9, c'est le regard sur le passé lointain d'un homme tourmenté, réduit au stade de "sempiternel patient" par les affres de l'existence, ses albums ayant été considérés pour lui comme des points de repère de sa longue thérapie. Dressant une sorte de bilan existentiel, il se veut être également l'expression d'un vibrant appel à l'approche d'une mort prochaine. Oui, cet homme désabusé se dit effrayé par rapport à cette issue fatale et inévitable. Invoquant les instances divines, il essaie, cependant de se rassurer (se raccrocher ?) en se qualifiant d'"immortel" d'éntrée de jeu.
On ne retrouvera plus de toute évidence les titres glorieux du passé évoqués bien plus haut car l'homme a changé tout simplement. Patient Number 9 se veut être un très bon condensé de l'état d'esprit d'un type en fin de parcours. Il s'agit d'un opus agréable à l'écoute : en tout cas, on a envie de le réécouter. Et ça, c'est par conséquent un signe qui ne trompe pas. C'est bien là, l'essentiel, non ?

Tracklist :
01. Patient Number 9 (feat. Jeff Beck)
02. Immortal (feat. Mike McCready)
03. Parasite (feat. Zakk Wylde)
04. No Escape From Now (feat. Tony Iommi)
05. One Of Those Days (feat. Eric Clapton)
06. A Thousand Shades (feat. Jeff Beck)
07. Mr. Darkness (feat. Zakk Wylde)
08. Nothing Feels Right (feat. Zakk Wylde)
09. Evil Shuffle (feat. Zakk Wylde)
10. Degradation Rules (feat. Tony Iommi)
11. Dead And Gone
12. God Only Knows
13. Darkside Blues 


am 
Line Up :
Ozzy Osbourne (chant)

Label : Epic Records
Sortie : 2020
Production : Andrew Watt 

Discographie :
Blizzard Of Ozz (1980)
Diary Of A Madman (1981)
Speak Of The Devil (1982)
Bark At The Moon (1983)
The Ultimate Sin (1986)
Randy Rhoads Tribute (1987)
No Rest For The Wicked (1988)
Just Say Ozzy (1990)
No More Tears (1991)
Live & Loud (1993)
Ozzmosis (1995)
The Ozzman Cometh (1997)
Down To Earth (2001)
Live At Budokan (2002)
Black Rain (2007)
Scream (2010)
Ordinary Man







Communiqué de presse :

09/09/2022 - Ozzy Osbourne a sorti son nouvel album, "Patient Number 9", le 9 septembre 2022. Découvrez-le et écoutez-le intégralement dans la vidéo playlist ci-dessous, ainsi que le tout nouveau vidéo clip pour le titre One Of Those Days avec ERIC CLAPTON.

La chanson est une ballade réfléchie et morose, avec Wylde livrant un solo émotionnel et mélodique.

Il a été annoncé en avril 2017 que Wylde rejoindrait le groupe de soutien d'Ozzy pour toutes ses futures dates solo. Le groupe de tournée d'Osbourne comprend également Rob "Blasko" Nicholson à la basse, Tommy Clufetos à la batterie et Adam Wakeman aux claviers.

Wylde a initialement rejoint le groupe d'Osbourne il y a trois décennies et demie et a soutenu le légendaire leader de 1987 à 1995, puis à nouveau en 1998, de 2001 à 2004 et aussi de 2006 à 2009.

Zakk n'est pas apparu sur le dernier LP du légendaire chanteur de heavy metal, "Ordinary Man" de 2020.


27/07/2022 -Ci-dessous, également, la vidéo  pour le titre Degradation Rules avec en invité Tony Iommi.. 

Après nous avoir offert un avant-goût de son nouvel album à travers la chanson titre, "Patient Number 9", sur laquelle on retrouvait Jeff Beck à la guitare, Ozzy nous propose de découvrir un deuxième extrait sur lequel il a invité l'un de ses vieux complices...

Pour la réalisation des treize titres de ce nouvel opus, Ozzy a retrouvé le producteur Andrew Watt avec qui il avait déjà travaillé sur "Ordinary Man".  Parmi les autres illustres invités qui figurent sur l'album on remarque Eric Clapton, Joshua Homme, Mike McCready ainsi que le regretté Taylor Hawkins.
A noter qu'Ozzy Osbourne s'est également associé à la légende de la bande dessinée Todd McFarlane [Spawn] pour son tout premier roman graphique, et qu'ils présenteront ensemble lors d'une apparition au Comic Con 2022.

26/06/2022 - La chanson titre du LP, avec une apparition en tant qu'invité du légendaire guitariste Jeff Beck, ci-dessous. L'artiste et créateur de bandes dessinées Todd McFarlane a réalisé le clip vidéo de la chanson. 

13 titres ! Plus d'une heure de musique produite par Andrew Watt, celui qui avait déjà dirigé Ozzy sur "Ordinary Man".
Parmi ses invités on remarque Eric Clapton, Tony Iommi, Joshua Homme Mike McCready ainsi que le regretté Taylor Hawkins. Ozzy s'est aussi associé avec un ponte de de la bande dessinée Todd McFarlane [Spawn] pour son tout premier roman graphique.
Ils le présenteront ensemble lors d'une apparition à la Comic Con 2022. Plus d'info très bientôt
C'est heavy. C'est sincère. C'est honnête.  Get ready to “go fucking crazy” again with Patient Number 9 !
Replica Promo

Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

OZZY OSBOURNE - Patient Number 9 - Chronique - 4.8 out of 5 based on 5 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 908 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • TIMOTHY B SCHMIT - Day By Day - Chronique

    Stef B.
    J'ai eu beau faire des efforts ...

    Lire la suite...

     
  • DEF LEPPARD - Diamond Star Halos - Chronique

    aorgod
    Toutes ces années d'attente ...

    Lire la suite...

     
  • DEF LEPPARD - Diamond Star Halos - Chronique

    Eric Berger
    Un album beaucoup trop long qui ...

    Lire la suite...

     
  • DAVID PAICH - Forgotten Toys - Chronique

    Stef B.
    David Paich est l'âme de TOTO.

    Lire la suite...

     
  • ROB MORATTI - Epical : nouvel album - Can I Hold You For A While : vidéo

    Stef B.
    Un chanteur atypique dans le ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

30 Sep 2022 16:15 - Marin Mantaux
TRUST - Propaganda : nouvel album
News
21 Nov 2021 13:00 - Maënora
HEART LINE - Back In The Game - Chronique
AOR
29 Avr 2022 12:00 - MetalDen
RAMMSTEIN - Zeit : nouvel album
News
05 Déc 2021 09:45 - Fab
VEGA  - Anarchy and Unity - Chronique
AOR
24 Déc 2021 11:28 - Eric Berger
ECLIPSE - Wired - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)