0
0
0
s2smodern

pearl jam ten
Groupe US originaire de Seattle, Pearl Jam propose son premier LP en 1992: Ten, que le jeune groupe produit lui-même avec l'aide de Rick Parashar pour Sony Music (Epic). Coup de maître s'il en est avec une galette d'une maturité ahurissante pour des musicos aussi inexpérimentés !

 

Las! Faut dire que les gars n'en étaient pas stricto sensu à leur premier essai car si on reprend leur biographie, Jeff Ament (basse) et Stone Gossard (guitare rythmique) avaient fait leurs classes dans Green River combo comprenant Mark Arm (qui montera ensuite Mudhoney) au chant (en 1990 le label Sub Pop sortira un CD sans titre "Green River" comprenant les EPs "Dry as a bone" initialement enregistré en 1987 et "Rehab Doll" (1988) agrémenté de quelques autres titres dont une reprise déjantée du "Queen Bitch" de David Bowie). La suite ici.

pearl jam vs

En 1993, après le phénoménal succès de "Ten", PJ ira au Site, un studio à San Rafael, Californie, sous la férule du producteur Brendan O'Brien afin de tenter de lui donner un successeur. O'Brien fut présenté au groupe par les Red Hot Chili Peppers, alors qu' Ament et Gossard semblaient avoir particulièrement apprécié son travail sur le deuxième LP des Black Crowes ("The southern harmony and musical companion", Def American Recordings, 1992). C'était le début d'une très longue collaboration, certains n'hésitant pas à dire que le producteur deviendrait au fil des années un véritable 6ème membre du groupe.

Initialement ce deuxième LP devait s'appeler "Five against one" mais son titre fut remplacé à la dernière minute par Vs pour éviter les interprétations divergentes...La suite ici.

Après ce début en fanfare parut en 1994 "Live in Atlanta". Attention! Collector! Ceux qui le possèdent peuvent (en cas de besoin extrême) le revendre à bon prix dans certaines foires aux disques...Mais je vous le dis tout net: jamais je ne me séparerai de mon exemplaire!

En fait pour la petite histoire ce live à la pochette d'un orange criard est paru dans sa version originale en 1994 échelonné entre juillet et novembre. Soit 3 CDs de durées relativement brèves: le premier packaging ne comprenait que le CD-1 (s'ouvrant sur le single "Dissident" en version studio, agrémenté de 6 titres live) et un emplacement pour les 2 autres rondelles à venir. Les CDs 2 et 3 comprenaient chacun 8 titres live, soit au total un "Live in Atlanta" comprenant 22 compos tirées de leurs 2 premiers opus avec "State of Love and Trust" en sus, titre jamais publié en LP-studio mais très régulièrement joué dans leurs sets.

PJ ayant par la suite publié bons nombres de live, concerts et autres bootlegs, ce "Live in Atlanta" fait en quelque sorte office de premier essai (concluant) on stage.

Toujours en 1994, Pearl Jam change de batteur et renvoie Abbruzzese à ses chères études en le remplaçant par Jack Irons des Red Hot Chili Peppers (même si des rumeurs ont longtemps circulé sur le possible recrutement de Dave Grohl après le split forcé de Nirvana suite au décès de Cobain en avril 1994). C'est également dans le courant de cette année-là que PJ s'oppose à la politique d'inflation des prix des billets de concerts dont Ticketmaster avait le quasi monopole aux USA en fixant le tarif d'entrée à ses concerts à moins 20 dollars limitant ainsi les 'frais de gestion' du géant marketing.

Mike McCready est en proie à une dépendance à l'alcool et d'autres substances ce qui l'oblige à faire une cure de désintoxication.

pearl jam vitalogy

Quelques semaines après le 3e CD du "Live in Atlanta" sortait "Vitalogy", album d'une rare intensité et probablement, à mon sens en tous cas, un (le?) sommet de leur carrière. La suite ici.

En 1995 impossible de ne pas signaler le splendide album "Mirrorball". Pourtant le nom de Pearl Jam n'apparaît pas sur la pochette (!) pour des raisons contractuelles, alors que les noms des musiciens sont cités en pochette intérieure. En effet c'est Warner Bross-Reprise Records qui le publie, maison de disque d'un célèbre rockeur canadien: avec "Mirrorball" en effet PJ réalise un rêve de fan en enregistrant avec Neil Young. Ecrit intégralement par le Loner (à l'exception d'une petite contribution d'Eddie Vedder sur le titre "Peace and Love"), cet album regorge de sons rugueux et très roots.

Un LP qui n'a pas pris une ride comme en témoigne le fabuleux -plus Neil Young que ça tu meurs- "Downtown" et son "...Jimi's playing in the backroom - Led Zeppelin on stage - There is a mirrorball twirlin' and a note from Page - like a waterwashed diamond in a river of sin - goin' down like a whirlpool when you get sucked in - Downtown, let's go downtown..."

Avec cet album Neil Young s'encanaillait (en reniant à moitié Crazy Horse) mais on peut également dire que PJ se calmait un tantinet, ce qui allait avoir une répercussion incontestable sur leurs albums à venir...

C'est en 1995 également que sort le seul et unique album d'un side-project de Mike McCready sous le patronyme de Mad Season. "Above" (paru chez Columbia) est un album mélancolique et débordant d'une tristesse contagieuse. Le chant suave et plaintif de Layne Staley (Alice In Chains) y est certainement pour beaucoup. Notons qu'aux baguettes se trouvait Barrett Martin des Screaming Trees. Certifié disque d'or, cet OVNI musical aurait mérité une suite...

pearl jam no code

  1. Deux ans après le magnifique "Vitalogy", PJ remet "No code" entre les mains des fans et surtout leurs oreilles...Contenant toujours aussi soigné avec un double packaging qui ne fait quand même pas oublier son splendide prédécesseur. La suite ici.

pearl jam yield

1998: parution de "Yield" qui se classera d'emblée à la 2e place du Billboard 200 aux States avec des ventes de 358 000 exemplaires...

S'en suivra une grosse tournée mondiale débutant en Australie. Rapidement le batteur Jack Irons annoncera qu'il quitte le groupe pour raisons de santé (psychose maniaco-dépressive), et il sera remplacé par un visage familier: Matt Cameron.La suite ici.

pearl jam binaural

En 2000 à l'attaque du nouveau millénaire est publié "Binaural" le 6e album studio de PJ, le premier avec Cameron derrière les fûts. La suite ici.

pearl jam riot act

En 2002, avec "Riot act", pas besoin de vous faire un dessin. Les desseins du groupe sont de vilipender la Maison Blanche et toute la troupe de faucons entourant George "W" Bush. On savait les musiciens engagés mais là les choses sont claires...La genèse de cet opus a été marquée par le post 9/11, les guerres en Afghanistan, en Irak et tous leurs abus. La suite ici.

Notons également qu'en novembre 2004 le groupe achève son contrat avec Epic Records/Sony Music en sortant une compilation couvrant toute sa carrière: "Rearviewmirror (Greatest Hits 1991-2003)". Il annonce que son prochain album studio sera publié chez J Records (BMG), une étape intermédiaire avant de se consacrer électivement à son propre label Monkeywrench.

pearl jam s t

Alors que rien ne prédestinait le groupe à accoucher d'un concept album force est de constater que cet LP sans titre, sauf "PJ" (2006), allait pouvoir être rangé dans cette catégorie en raison principalement de ses textes engagés. Jugez plutôt ... la suite ici.

Le 20 juin 2006 (pour le 10e anniversaire de la Coallition of Independant Music Stores) voit la parution d'un EP de 7 chansons enregistrées lors d'un concert de Pearl Jam au magasin de disques de Seattle, Easy Street Records. Set donné le 29 avril 2005.

'Petit' live par sa durée, "Live at Easy Street" (Monkeywrench, 2006) suinte des qualités du groupe on stage avec un groove, une mélodie, un sens innée du rythme absolument déments sur des titres hyper-rythmés pour ne pas dire fleurtant avec le garage-rock, et sans retouche studio svp.

Outre les morceaux du groupe ("Half Full", "Lukin", "Save U" et "Porch") on y retrouve aussi (et bien sûr) des reprises: "The american in me" des Avengers, le très punk "Bleed for me" des Dead Kennedys, et "The new world" de X, avec cerise sur le gâteau la présence du leader de ce groupe punk US de Los Angeles, John Doe en guest au chant avec Eddie Vedder.

Une petite merveille de EP live avec en photo intérieure ce super groupe en train de répéter dans la petite salle du magasin, à côté du bar, devant un parterre totalement vide comme s'il s'agissait d'un vulgaire groupe d'étudiants débutants dans la zike...Pour l'anecdote bien que ne comportant que 7 titres, le CD a 8 pistes, la première étant un enregistrement d'ambiance.

Parmi la foultitude de live qu'ils ont produit, un monumental coffret fut publié en 2006 sous le titre "Live at the Gorge" (pas moins de 7 CDs retraçant 3 concerts pour 8 heures de zike non-stop!). Les concerts ont été enregistrés à l'amphithéâtre The Gorge, ville de George, état de Washington, dans l'extrême nord-ouest des USA (environ 200 kms à l'est de Seattle), lieu de prédilection du groupe car hors du commun, la scène étant au bord d'une falaise dominant une vallée magnifique dans laquelle serpente la rivière Columbia (background reproduit d'ailleurs sur la pochette). Dans ce lieu privilégié les 5 musicos de PJ ont souvent donné des prestations atypiques remplies de morceaux rares.

Une fois planté le décor que dire de la zike?

               *Premier concert* (1er septembre 2005) en 3 CDs rapportant une ambiance live directe sans aucun overdub, avec quelques fausses notes, quelques oublis des paroles ("Off he goes"). Le premier CD est acoustique avant que le gros son électrique n'apparaissent dès l'ouverture du deuxième CD avec le superbe "Given to fly". Notons l'ambiance bon enfant entre artistes et public et des intersongs très décontractés sur lesquels Vedder parle pas mal comme à son habitude. Le set se referme avec "Baba O'Riley" une cover des Who.

               *Deuxième concert* (22 juillet 2006) en 2 CDs et troisième concert (le lendemain, 23 juillet 2006) en 2 CDs également pour un total de 61 titres dont seulement 8 joués les deux soirs soit 53 morceaux différents au total, qui dit mieux?! En tant que fan on aurait adoré assister à une telle performance scénique. La production est excellente et l'atmosphère toujours cool. Un pied total pour les afficionados avec des titres qui n'avaient jusque là été disponibles qu'en bootlegs (on pense par exemple aux reprises de Neil Young "Rockin' in a free world" et "Fuckin' up" ou "Dirty Franck" jamais joué live ou si peu).

Un coffret magnifique! Un véritable best-of live, florilège des albums du groupe jusqu'en 2006.

pearl jam backspacer

2009: "Backspacer". 9e LP studio; 11 titres; 37 minutes.

Retour de Brendan O'Brian à la production que l'on n'avait pas revu travailler avec PJ depuis "Yield" en 1998... La suite ici.

Pour fêter les 20 années d'existence du groupe c'est en octobre 2011 que sort dans les salles US Pearl Jam 20 un film retraçant sa carrière (non distribué en France où il n'est disponible qu'en DVD). Un double CD de la BO du-dit film est alors disponible sous le même titre: CD-1 surtout puisque le CD-2 est composé de raretés et autres démos...

Encore un cadeau du groupe pour leurs fans. Outre les 2 CDs on notera un booklet superbe alternant des photos et un petit laïus sur chaque titre.

Sur le CD-1 la première perle c'est "Alive" enregistré le 22 décembre 1990 (avant la sortie de "Ten" qui lui parut le 27 août 1991) avec un son d'époque très métallique, rugueux et non relooké en studio. On apprend ensuite que PJ avait rodé son set acoustique en Europe début 1992 comme en témoigne la version de "Garden" présentée ici et enregistrée en Suisse au 'Albani Bar of Music' de Zurich le 19 février 1992, avant d'aller sur les plateaux de MTV (dont témoigne ici le 5e morceau "Black" qui n'était apparu jusqu'ici qu'en DVD officiel mais que pour ma part j'avais sur un bootleg daté de 1994 [ce passage TV date du 16 mars 1992 et comportait en plus de "Black", les titres "Alive", "Jeremy", "Porch", "State of Love & Trust" et "Even flow"]). Notons aussi une version animale hurlée (au sens propre) par Vedder de "Blood" (datée du 25 mars 1995 à Auckland, New Zealand).

Autre moment très intéressant, "Let me sleep (Christmas time)" fut enregistré à la volée lors d'une impro sur les marches de l'Arena di Verona, Italie le 16 septembre 2006 entre McCready à la guitare sèche et Vedder, juste avant de monter sur scène. Puis c'est "Walk with me" une reprise de et avec Neil Young enregistrée le 23 octobre 2010 (nombreuses furent les collaborations entre le Loner canadien et PJ, depuis l'album "Mirror ball" publié en 1995, en passant par des jams multiples sur des concerts).

Le CD-2 comporte de nombreuses démos dans sa première partie. Ensuite on a quelques raretés, dont une version instru géniale de "Of the girl" (titre paru sur l'album "Binaural" en 2000) et un "Faithfull" enregistré en Italie dans la rue le 20 septembre 2006 (avec un super son). On peut aussi écouter "Bu$hleaguer" (de l'album "Riot Act") enregistré en 2003, chanson engagée politiquement mais rarement jouée live. La version de "Better man" (album "Vitalogy") présentée ici file le frisson car le premier couplet et l'enchaînement avec le premier refrain est chanté lentement par le public du Madison Square garden, New York, le 21 mai 2010, avant que le groupe ne reprenne la main de façon inhabituellement très speed. Certainement LA chanson de ce double CD. Avec un fantastique solo de McCready en prime et une superbe fin sur laquelle Vedder s'éclate avec le public...

pearl jam lightning bolt

Pour finir cette petite rétrospective j'avoue humblement manquer d'objectivité quand je chronique certains groupes et PJ en fait partie. Pourtant en 2013 "Lightning Bolt" m'a sacrément déçu. La suite ici.

Cet émoussement a probablement poussé le groupe à faire un long break. Espérons que l'album à venir intitulé "Gigaton" (dont la sortie est prévue pour le 27 mars 2020) saura le relancer!

(pour ceux qui voudraient en savoir plus, je ne saurais trop leur recommander de faire l'acquisition de "Pearl Jam Twenty" biographie officielle édité chez Autour Du Livre en octobre 2011 pour fêter les 20 ans du groupe et dont je me suis largement inspiré ici)

Discographie :
Ten (1991)
Vs. (1993)
Vitalogy (1994)
No Code (1996)
Yield (1998)
Binaural (2000)
Riot Act (2002)
Pearl Jam (2006)
Backspacer (2009)
Lightning Bolt (2013)
Gigaton (2020)

Comments:

Commentaires   

#1 MetalDen 30-03-2020 10:49
Un grand merci Barjozo pour nous avoir tenu en haleine avec les chroniques de toute la disco du band, j'avoue avoir suivi le groupe de loin, du coup j'ai appris et pas mal écouté !

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 729 invités et aucun membre en ligne

FB RockMeeting

Commentaires

  • DORO dévoile un nouveau titre : Brickwall (vidéo clip)

    terry RM
    Doro ! Excellent !!!!

    Lire la suite...

     
  • MYRKUR - Folkesange

    MetalDen
    Quel dépaysement ! Quelle ...

    Lire la suite...

     
  • ELECTRIC MOB Discharge - Un premier album avec un finaliste de The Voice Brésil

    MetalDen
    Oui belle surprise, oui un ...

    Lire la suite...

     
  • THIN LIZZY - Live And Dangerous - Chronique

    MetalDen
    Merci Phil d'avoir pris le temps ...

    Lire la suite...

     
  • BUTCH WALKER American Love Story

    MetalDen
    Ha Ha ben joué en effet Flyover ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)