0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

raismesfest 2019 glenn hughes phil campbell heat leprous zodiac night flight orchestra

Certains événements sont systématiquement cochés en rouge dans mon calendrier annuel. Le Raismesfest en fait partie, tant qu'aucun aléa ne vient contrarier cet objectif.

Si cette priorité peut sembler puérile ou désinvolte, à l'heure où les collapsologues de tous poils nous prédisent une proche fin du monde, je compte pourtant bien assumer mon adulescence et jouir du temps présent en musique ! Cette année, grâce à la persévérance que dis-je, la pugnacité de passionnés, c'était déjà la vingt-et-unième édition depuis 1998. Mais je dois confesser une coupable négligence à l'égard des premières ; ce n'est que ma huitième participation au Raismesfest (2007, 2008, 2013, 2014, 2016, 2017 et 2018).

Comme tous les ans, en dépit des sempiternelles contraintes budgétaires, Philippe Delory et son équipe sont parvenus à nous concocter, une superbe affiche qui ne pouvait que m'inciter à m'y rendre et en faire la plus large publicité sur les réseaux sociaux ! A lire les réactions d'une (petite) partie du public, certains aimeraient scléroser la programmation dans des critères exclusifs. Pour ma part, je me réjouis de continuer à trouver ici ce subtil équilibre d'artistes confirmés avec d'autres à découvrir, visant à promouvoir les courants du hardrock traditionnel, allant du plus bluesy au plus progressif. Plusieurs pays sont représentés encore cette année ; la France bien sûr, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège, … mais les plus représentés sont les britanniques (cinq groupes) et les suédois (trois groupes) ce qui me parait bien refléter la tendance actuelle. Si l'origine de notre mouvement vient bien de la perfide-Albion, force est de constater l'extraordinaire vivacité de la scène scandinave, et cela vaut autant pour le hardrock que pour le rock progressif, d'ailleurs !

Et puis, ce rendez-vous est d'autant plus attendu qu'il fait converger les festivaliers dans le site agréable du parc d'un château désaffecté, dont la capacité d'accueil est estimée à un peu plus de mille spectateurs. Depuis quelques éditions, l'organisation a fait le choix judicieux de maintenir une scène unique, ce qui laisse du temps aux festivaliers pour visiter les échoppes ou discuter pendant que les techniciens montent la scène suivante. Bertrand se charge, non sans humour, de présenter les artistes pour rameuter la foule le moment venu. Cette démarche contribue largement à entretenir une ambiance particulièrement conviviale. Je suis lassé de ces festivals où il faut sans cesse courir entre les scènes, sous peine de manquer un artiste à découvrir…

Contrairement à mon habituelle exigence de ponctualité pour les concerts et festivals, celui-ci fait exception. La proximité avec mon noyau familial m'astreint à n'arriver aux deux journées qu'en début d'après-midi, ce qui me porte à manquer les premières prestations scéniques… Désolé pour les artistes qui, souvent, méritent mieux que la faible audience constatée traditionnellement à l'heure du déjeuner.

SAMEDI 14 SEPTEMBRE 2019

Ouverture des portes 11h30
Le ciel est bleu, aucun nuage ne viendra perturber la fête. La température oscille autour des 22°C, ce qui est tout simplement l'idéal pour moi (au-dessus de 25° je risque de passer mon temps au bar, ce qui n'est pas précisément mon objectif, cqfd). Au bar, on peut toujours s'abreuver avec la Cuvée des Troll, une délicieuse bière belge servie à la pression pour la modique somme de 3€ !
Come Unstuck (12h30-13h), puis Sweet Needles (13h15-13h45) avaient quitté la scène lorsque j'ai pénétré dans le site, accompagné de ma p'tite Fée.

14h00-14h35 : MOLYBARON. Au gré des conversations sur les réseaux sociaux j'avais repéré l'existence de ce groupe prometteur. Mes premières tentatives d'écoute furent positives mais je m'étais résigné à attendre l'occasion de les voir sur scène pour confirmer mes impressions. A l'annonce de l'affiche d'aujourd'hui, je m'étais donc fait un devoir de creuser davantage en écoutant leur opus en entier. Ma (relative) sagesse de l'attente laissa alors très vite place à l'impatience.
Né à Dublin, Gary Kelly (chanteur et guitariste) a eu la bonne idée, en 2014, d'enrôler ses potes français, le guitariste Steven André, puis le bassiste Sébastien de Saint-Angel pour fonder Molybaron. Puis en février 2019, le groupe semble se stabiliser avec le nouveau batteur Camille Greneron. Entre temps, dès le début 2017, parait le premier album éponyme de "Molybaron" ; cet opus auto-produit aux influences bien lourdes et puissantes m'évoque des influences telles que Metallica et Zodiac, voire même certains accents progressifs à la Rush (dernières décennies). Un deuxième album vient d'être enregistré ; plusieurs nouvelles chansons seront interprétées ici.

Mon espoir ne sera pas déçu ; le concert m'a impressionné en me procurant les mêmes sensations qu'à l'écoute du disque, et pourtant la majorité des titres chantés ici apparaîtront dans l'album en cours ! Les musiciens m'ont paru chevronnés et qualifiés pour mériter une bien plus ample notoriété !

La sonorisation m'a paru très bonne. (Même si, de leur côté, ils se seraient plains d'un mauvais retour de sons).
Le public, qui commençait fort opportunément à se densifier, a accordé une ovation enthousiaste et bien méritée !
Première belle découverte scénique de la journée, donc !


PROGRAMME (confirmé par le groupe, que je remercie au passage)Lucifer
24 hours
Fear is better business than love (Molybaron, 2016)
Prosperity Gospel
Amongst the boys and the dead flowers
Something for the pain
Incognito (Molybaron, 2016).

 

14h50-15h30 : 58 SHOTS. Ces français venus de Belfort m'étaient inconnus jusqu'à l'annonce de l'affiche. Ils étaient pourtant déjà venus au Raismesfest, mais c'était en 2015, année où je n'avais pas pu venir.

Le groupe fondé en 2011 se compose d'anonymes ; Arthur (chant, guitare), Théo (basse, chœur), William (guitare, chœur), Tony (batterie, chœur). Ils ont déjà à leur actif un album, "You don't Mess with the Lion" paru 2015 et plusieurs scènes, dont une tournée britannique remarquée. Je relève dans leur pédigrée que les 6 et 7 mai 2016, le groupe s'est associé au clavier Nicolas Pourret et au chef d'orchestre Frédéric Bouton pour donner deux concerts du "Concerto For Group and Orchestra" inspiré de Deep Purple, accompagné par 72 musiciens de l'orchestre d'harmonie de Beaulieu Mandeure. Plus de 800 personnes avaient fait le déplacement ; ces deux soirées refusèrent du monde.

Leur concert aujourd'hui donne bien le sentiment qu'ils jouissent déjà d'une jolie expérience de scènes. Ils revendiquent et assument pleinement leurs références, notamment à celle des plus célèbres des bipèdes australiens. Pour ma part, cette filiation ne me dérange aucunement ; ils auraient pu être enclins à de bien plus mauvaises tendances ! A défaut d'originalité, les francs-comtois maîtrisent suffisamment leur répertoire pour inciter le public à continuer à battre du pied, secouer les nuques et transpirer à grosses gouttes !

Deuxième belle découverte scénique de la journée …

 

 15h50 -16h50: LAURA COX BAND. Depuis quelques temps déjà je visionnais les vidéos de la Dame qui étaient largement relayées sur les réseaux sociaux. Alors, j'avais fini par me décider à me rendre coûte que coûte à un concert ; ce fut celui de Paray-Vieille-Poste ce 8 décembre 2018. Très enthousiasmé, tant par le talent (pendant le concert) que par l'amabilité (après le concert) de Laura, je fus très heureux d'apprendre sa participation à ce festival qui me semble taillé pour elle et sa musique !

Laura Cox et Mathieu Albiac ont fondé ce groupe en 2013. Celui-ci s'est stabilisé dans sa formation actuelle en 2015. Il est composé ainsi de Laura Cox (chant et guitares), et Mathieu Albiac (guitare, chœur), entourés désormais de François C. Delacoudre (basse, chœur) et de Antonin Guérin (batterie).

Avec beaucoup de détermination et de talent, Laura Cox nous démontre une fois de plus son éclectisme en nous balançant des sonorités teinté de blues-rock ou de hard bien costaud. Son statut aurait pu imposer à ses coéquipiers de rester dans son ombre mais la Belle les laisse s'exprimer et à juste titre ; nous eûmes droit à un duo basse/batterie très impressionnant.

Le concert endiablé se terminera par un "If You Wanna Get Loud" qui englobera l'emblématique titre "Johnny B. Goode" qui a ravi tout particulièrement le public !
L'air de rien c'était la seule femme de l'affiche (excepté la guitariste d' Aaron Buchanan le lendemain), mais bon sang, elle assure grave !

PROGRAMME
Hard Blues Shot (Hard Blues Shot, 2017)

Going Down (Hard Blues Shot, 2017)
Too Nice for Rock & Roll (Hard Blues Shot, 2017)
Foxy Lady (reprise de The Jimi Hendrix Experience)
Bad Luck Blues
Take Me Back Home (Hard Blues Shot, 2017)
Duo basse & batterie
Fire Fire
The Australian Way (Hard Blues Shot, 2017)
River
As I Am
If You Wanna Get Loud, Come to the Show (Hard Blues Shot, 2017) (avec un extrait de Johnny B. Goode).

 

17h10-18h10: DEWOLFF. Ces bataves m'étaient absolument inconnus avant l'annonce de l'affiche. Mes recherches et écoutes m'avaient fortement enthousiasmé. Les sonorités 70's émanant de ce trio ne pouvaient que me séduire au plus haut point. Il ne me restait plus qu'à vérifier cela sur scène…

L'histoire de DeWolff débute à Geleen (Pays-Bas), en 2007. Fondé par Pablo van de Poel (guitare, chant), son frère Luka van de Poel (batterie, chœur) et Robin Piso (claviers, basse moog).

Le septième album, "Thrust", est paru le 4 mai 2018 et continue de faire l'objet d'une tournée promotionnelle.

Autant ne pas y aller par quatre chemins, j'ai reçu là non pas une claque mais un coup de poing dans la gueule, rien que ca ! Enormissiiiime prestation de ces gamins inspirés tout droit par mes chères années 70 !!! Du bon gros et gras rock psychédélique, du blues rock teigneux comme j'adore. Étonnamment, ce trio ne comprend pas de bassiste, c'est juste le clavier qu'il s'occupe des lignes de basses et l'ensemble produit pourtant un son époustouflant !

Dès l'installation du trio sur la scène, on comprend qu'ils sont tous investis dans leur passion pour une époque durant laquelle on n'hésitait pas à entretenir une apparence caractéristique avec une chemise à franges, aux cols "pelle-à-tartes", avec des pantalons "pattes-d'éléphant" ou des bottes dans le même style. L'orgue ne dépareille pas de l'ensemble ! Pablo semble particulièrement habité par les fantômes des plus grands artistes des 70's ; sa voix, l'émotion qu'il extrait de sa guitare et son attitude, tout rappelle cette époque. Sans abus mais avec une conviction sincère il occupe la scène, doté un charisme évident ; il ira jusqu'à monter sur le meuble des claviers pour surplomber Robin lors d'un solo !

Mon visionnage préalable d'une vidéo d'un concert donné l'an dernier aux Pays-Bas me laissait espérer la présence de choristes. L'absence de micros a vite dissipé cet espoir mais finalement Luka et Robin assument très bien les chœurs, même s'ils n'ont pas les mêmes charmes.

Troisième découverte scénique de la journée ; celle-ci est particulièrement époustouflante ! Encore un groupe dont il me faudra suivre le calendrier. En tout état de cause, je me rue à l'échoppe pour acheter immédiatement deux CD, "Thrust" (2018) et "Roux-Ga-Roux" (2016), mais aussi un patch pour revendiquer mon addiction.

 

18h30-19h45 : ZODIAC. C'est grâce aux débats sur les réseaux sociaux que j'ai connu ces allemands originaires de Münster. Le Raismesfest m'a permis ensuite de les découvrir sur scène, le 6 septembre 2014, lors de leur promotion de "Sonic Child". Particulièrement convaincants, ils ont été de nouveau invités au Raismesfest le 9 septembre 2016, pour la promotion de leur quatrième opus "Grain of Soul". Ces valeureux teutons ne m'ont jamais déçu. Si bien que dans la foulée, je ne pus m'abstenir d'assister dès le 3 octobre suivant, à leur concert à la Flèche d'Or (Paris 20ème). Mais, en sollicitant un autographe de Nick à la fin de ce concert j'avais remarqué comme un grand désarroi dans son regard. Je mettais cela sur le compte de la fatigue d'une tournée en cours. En fait, très peu de temps après il annonçait la fin du groupe… Tout le monde cria au gâchis.

Pour rappel, le chanteur-guitariste Nick Van Delft et le batteur de Long Distance Calling, Janosch Rathmer ont formé le groupe en 2010. Dans la foulée, Stephan Gall (guitare rythmique) les a rejoints pour former ce qui constitue encore à ce jour le noyau dur. Ruben Claro le deuxième bassiste arrivé en 2012 n'a pas jugé opportun de revenir suite aux tensions de 2016 puisque cette reformation s'est faite sans lui ; Hendrik Müller-Späth est devenu le bassiste depuis 2018.

Dans la mesure où le groupe se remet d'une rupture, ils ne présentent pas de nouvel opus aujourd'hui mais peu importe, nous sommes ravi de réentendre le répertoire déjà bien excitant !

Aujourd'hui on retrouve Zodiac avec ses qualités si attractives ; une musique hard-blues bien chaloupée, Nick avec sa voix si rocailleuse et sa guitare si incisive, Janosch implacable en batterie, Stephan discret mais très efficace en soutien à la guitare. Hendrik s'avère un excellent remplaçant puisqu'il se charge également des chœurs voire du chant.

Ravi de revoir Zodiac sur scène en si bonne forme ; reste maintenant à concrétiser cette reformation avec un cinquième opus, près de quatre ans après "Grain of Soul" (2016), dont quatre titres sont joués ce soir.

PROGRAMME
Diamond shoes (A Bit Of Devil (2012)

Rebirth by fire (Grain of Soul (2016)
Free (A Hiding Place (2013)
Believer (A Hiding Place (2013)
Cortez the killer (A Hiding Place (2013)
Animal (Grain of Soul (2016)
Down (Grain of Soul (2016)
A bit of Devil (A Bit Of Devil (2012)
Grain of Soul (Grain of Soul (2016)
Coming home (A Bit Of Devil (2012).

 

20h15-21h30 : H.E.A.T. J'avais plus ou moins entendu parler de ce groupe, sans être sûr de ne pas le confondre avec d'autres homonymes ou paronymes. Néanmoins, c'est une fois de plus l'affiche de ce Raismesfest qui m'a incité à écouter en préalable. Plutôt séduit a priori par ce hard mélodique (durant les 80's, on l'aurait étiqueté "hard-FM") dont les influences me semblent relever de Bon Jovi (par exemple Blind Leads The Blind) et plus récemment de Tobias Sammet's Avantassia (par ex. Eye Of The Storm,). J'attendais ainsi cette prestation scénique pour vérifier les capacités vocale du monsieur.

Ces suédois apparaissent en 2007 à Upplands Väsby. H.E.A.T. se compose de Jimmy Jay (basse, depuis 2007), Jona Tee (claviers, depuis 2007), "Crash" Lars Jarkell (batterie, depuis 2007), Erik Grönwall (chant, depuis 2010) et Dave Dalone (guitares, 2007-2013, et depuis 2016).

Un cinquième album studio "Into The Great Unknown" est paru le 20 septembre 2017. C'est leur troisième opus avec le chanteur Erik Grönwall, mais le fait notable de cet album c'est le retour de l'ancien guitariste Dave Dalone, qui rejoint le groupe après le départ d'Eric Rivers en 2016.

Pour être tout à fait honnête, j'abordais ce concert avec méfiance. Ce que j'avais entendu me plait, mais pas au point de me battre pour demeurer dans les premiers rangs avec bon nombre d'admirateurs déjà convaincus et bien informés. C'est la raison pour laquelle j'ai assisté à la prestation depuis la console de l'ingé-son. Bien m'en a pris puisque grâce à une sonorisation claire et puissante, j'ai très vite été emballé par les mélodies et rythmes enthousiasmants ainsi que par la voix remarquable et le charisme d'Erik Grönwall, sautant comme un cabri aux quatre coins de la scène. Il a pourtant 31 ans, mais on croirait cependant voir un ado surexcité, notamment en venant haranguer sans cesse la foule aux barrières ! Au final sa fougue le pousse a se lancer dans un saut d'autant plus perilleux qu'il s'emmêle les pieds dans les fils ! Sans doute quelque peu vexé, il tient à reussir l'acrobatie, salué cette fois par la caisse claire et l'ovation du public !!

L'atmosphère festive est garantie. Il s'agit ici davantage d'une invitation à l'entrain, à la bonne humeur, que d'une démonstration de talents particuliers. Force est de reconnaitre que ces scandinaves (à l'instar de la plupart des autres Vikings de la scène metal et progmetal) disposent d'un sens aigu des mélodies puissantes et entrainantes.

Quatrième belle découverte scénique de la journée ; à leur échoppe il n'y avait étonnamment que du vinyle, tant pis pour eux. Très intrigués par le talent du chanteur et par la présentation qui en a été faite par Bertrand, nous sommes allés sur YouTube pour consulter de quelle façon il avait été repéré dans "Idol 2009 Sverige", une émission de télévisionsuédoise, alors qu'il avait 21 ans, notamment en chantant "Run to the Hills" d'Iron Maiden ! Je vous invite (h)ardemment à en faire autant !!

PROGRAMME
Bastard of Society (Into the Great Unknown, 2017)
Breaking the Silence (Address the Nation, 2012)
Danger Road (Freedom Rock, 2010)
Emergency (Tearing Down the Walls, 2014)
Shit City (Into the Great Unknown, 2017)
Downtown (Address the Nation, 2012)
In and Out of Trouble (Address the Nation, 2012)
It's All About Tonight (Address the Nation, 2012)
Living on the Run (Address the Nation, 2012)
Beg Beg Beg (Freedom Rock, 2010)
Redefined (Into the Great Unknown, 2017)
Late Night Lady (H.E.A.T., 2008)
Mannequin Show (Tearing Down the Walls, 2014)
Laughing at Tomorrow (Tearing Down the Walls, 2014) (Erik seul à la guitare accoustique)
A Shot At Redemption (Tearing Down the Walls, 2014).

 

22h00-23H30 : GLENN HUGHES. Arf, je dois avouer que mon intérêt pour ce chanteur hors norme fut chaotique, tiraillé entre d'une part mon admiration pour ses talents indéniables de bassiste et de chanteur, et d'autre part son comportement que je trouve un peu trop maniéré, précieux, exubérant. Bref sa personnalité m'agace, et pourtant je reconnais que ce musicien peut faire valoir un beau pédigrée. Personnellement, je l'ai découvert en écoutant une étoile filante nommée "Hughes&Thrall", parue en été 1982, mais à l'époque je méconnaissais son parcours au sein de Deep Purple (bah oui). Une fois de plus, c'est bien grâce à ce Raismesfest que j'ai pu l'admirer sur scène lors de sa prestation mémorable du 8 septembre 2007. Plus récemment, j'ai assisté ébahi au superbe concert de Black Country Communion, le 9 juillet 2011 au Bataclan. Cette fois il nous revient en solo mais pour évoquer ses années Deep Purple (1973-76).

Pour une telle évocation il se devait d'être bien entouré afin de ne pas écorner l'image du dinosaure (qui reste par ailleurs encore bien vivant !). Pour cette tournée il est donc accompagné de son fidèle Soren Andersen (guitare), mais aussi de Jesper Bo Hansen (claviers), et d' Ash Sheehan (batterie).

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre de ce concert, ni de ses musiciens. Par les méfaits du temps qui passe inexorablement, le concept d'un "ex-du groupe" évoquant sa carrière passée, est de plus en plus en vogue ; cet été j'avais admiré Nick Mason reprenant (magnifiquement) du Pink Floyd et le lendemain j'allais admirer Brian Downey reprenant (magnifiquement aussi) du Thin Lizzy. Tout cela ressemble de plus en plus à des hommages posthumes ; viendra ensuite le temps des groupes-hommage, comme c'est déjà le cas pour quelques dinosaures trop prématurément éteints… Mais bon, tant que les artistes ne s'arrogent pas de manière éhontée l'enseigne du groupe, moi je reste à l'écoute.

Mon admiration pour le Monsieur ne s'arrêtera pas ce soir ; bien qu'âgé de 67 ans, sa voix reste exceptionnelle et a de quoi faire pâlir d'envie ses ex petits camarades de Deep Purple ! Sa tessiture et sa puissance est hallucinante. Je trouve même que Glenn a parfois tendance à en abuser, comme pour prouver inlassablement qu'il est le maître en la matière ! Ses partenaires ont bien peu de place pour s'exprimer tant l'aura de cette légende vivante est forte.

Nous avons ainsi passé un concert extraordinaire, sans voir le temps passer ! J'ai relevé deux temps forts en ce qui me concerne. Une version de "Mistreated" à couper le souffle. Et un rappel pour deux titre d'anthologie ; "Burn" et surtout l'inespéré "Highway Star" dans une version transcendée par cette voix saisissante, qui n'a rien à envier à celle de Gillan de la grande époque ! Du coup je me surprends à espérer un "Child in Time", mais là j'en demandais trop sans doute.

Glenn quitte la scène sous les ardentes acclamations, il nous dit qu'il nous aime ; ca tombe bien, nous aussi on l'aime. Enfin… en tout bien tout honneur hein !

PROGRAMME (ordre à confirmer)
Stormbringer (Stormbringer, 1974)
Might Just Take Your Life (Burn, 1974)
Sail Away (Burn, 1974)
You Keep On Moving (Come Taste The Band, 1975)
Gettin' Tighter (Come Taste The Band, 1975)
Mistreated (Burn, 1974)
Smoke on the Water (Machine Head, 1972)
RAPPEL :
Burn (Burn, 1974)
Highway Star (Machine Head, 1972).


 

DIMANCHE 16 SEPTEMBRE 2018

Ouverture des portes 11h30

Le ciel reste toujours aussi bleu, décidément on est gâté ! La température dépasse le 22°C, et même si elle chute à la nuit tombée, cela reste très agréable !

Freak Show (12h00-12h30), puis Massive (12h45-13h25) avaient quitté la scène lorsque j'ai pu fouler la pelouse.

Arrivé pour la dernière demi-heure d'Aaron Buchanan, je ne tarde pas à m'infiltrer dans le public encore clairsemé à cette heure.

13h40-14h20 : Aaron BUCHANAN & the Cult Classics. Je ne connais ce monsieur et son groupe ni d'Ève, ni d'Adam ! Il semble qu'il fit partie d'un autre groupe britannique appelé Heaven's Basement, dont il est parti à la fin 2015. Il a alors fondé en 2016, son groupe composé donc de lui-même, Aaron Buchanan, de sa (très jolie) sœur Laurie Buchanan (guitare, chœur, depuis 2016), de Tom McCarthy (guitare, chœur, depuis 2016), de Mart Trail (basse, 2017) et de Paul White (batterie, depuis 2017).

Un premier opus "The Man With Stars On His Knees" est paru en 2017 ; il vient d'être réédité en février 2019.

D'emblée le chanteur m'étonne par son charisme et son énergie. D'une allure féline qui me rappelle celle de Freddy Mercury, il ne cesse d'haranguer son public comme pour le secouer de la torpeur de la sieste (ce qui est quelque peu mon cas, je le confesse !). Fait notable, pendant un titre il vient sur le bord des barrières, fait signe à l'auditoire de se grouper le plus possible, vient par-dessus et … fait le poirier (très réussi, d'ailleurs) ! Mais il serait injuste de définir Aaron comme un simple acrobate ; sa voix est bien en place et contribue largement à l'intérêt que je prête au groupe ! Laurie et Tom alternent les soli plutôt bien ficelés.

Conformément à la présentation qui en est faite sur le programme, on ressent de multiples influences, sans pour autant se vautrer dans le plagiat. C'est puissant, c'est mélodique et efficace. Par l'effet des chœurs, leur musique parfois peut rappeler notamment Queen.

Franchement, j'ai bien aimé et regretté de ne pas être arrivé dès le début ! Voilà ainsi la première belle découverte scénique de la journée !

 

14h40-15H30 : TOKYO BLADE. Si plusieurs raisons motivent mon retour tous les ans à ce festival, il y en a bien une qui constitue un puissant moteur ; sa programmation me permet souvent de voir enfin des groupes que je n'avais pas vus ou revus depuis quelques décennies. Tokyo Blade, groupe anglais actif depuis 1982, est de ceux-là. J'ai en effet eu le plaisir d'assister à deux concerts ; le 30 août 1984 au Bourget (lors du mémorable et prestigieux Breaking Sound Festival) puis le 27 janvier 1986 à la Mutualité (invités par Blue Oyster Cult).

Tokyo Blade est considéré comme faisant partie de la remarquable NWOBHM (New Wave Of British Heavy Metal), mais j'ai pourtant bien failli ne jamais revoir ce groupe puisqu'il a connu de nombreux changements de formation et s'est même dissous à deux reprises ! Pour l'anecdote, au moment de la sortie de "Night of the Blade", le chanteur Alan Marsh avait été remplacé par Vic Wright. Paru en 1984 avec Wright au chant, il sera cependant réédité, avec la voix originale de Marsh en 1998, sous le titre "Night of the Blade... The Night Before" !!

Bref, Tokyo Blade est toujours là, de surcroît avec la plupart des membres originaux. Honorable biographie puisque si le groupe a été formé à Salisbury à la fin des années 1970 sous différents noms, sa composition comprenait déjà Andy Boulton (guitare, depuis 1982), Alan Marsh (chant, 1982-1984 ; 1990-1991 ; 1995-1996 ; et depuis 2016), et Steve Pierce (batterie, 1982-1986 ; 1987; et depuis 2010), qui sont toujours présents aujourd'hui. Les deux autres peuvent revendiquer aussi leur part de légitimité puisqu'on retrouve ainsi, John Wiggins (guitare rythmique, 1983-1986 ; et depuis 2010) et Andy Wrighton (basse 1984-1986 ; et depuis 2010).

Leur concert s'inscrit dans la promotion de "Unbroken" paru à la fin de l'été 2018.

Leur concert a mal commencé puisque une guitare n'était pas au point, et le quintet a ainsi été contraint de jouer un moment en quartet. La panne surmontée, la musique de TB est redevenue cohérente et aura sans doute ravi les nostalgiques des années 80 (dont je suis, d'une certaine façon), car les sonorités rappellent immanquablement cette époque. On est là dans le bon hard traditionnel, tel que nous le prodiguait Tygers of Pan-Tang, Heavy Petting ou encore Pretty Maids. Avec un chant légèrement agressif mais mélodique, des guitares aux soli incisifs, une base rythmique intraitable… Alors certes, à l'instar de tous ces groupes, ils n'ont jamais percé vers la gloire comme notamment Iron Maiden, ni même comme Saxon, mais ce n'est pas faute de fougue et d'énergie. De cette énergie qui leur permet encore de tenir la scène sans avoir à en rougir ! Ils n'ont sans doute pas eu les mêmes opportunités ; car si je considère qu'Iron Maiden est artistiquement un cran au-dessus, en revanche TB est tout à fait comparable à Saxon qui lui, s'en est sorti avec davantage de notoriété. Allez comprendre …

Réentendre des titres du premier opus comme "If Heaven is Hell" ou "Sunrise in Tokyo" ou encore "Mean Streak", bah c'est juste réjouissant ! Quatre titres du premier opus et cinq du deuxième mais aucun des suivants, pas même du dernier paru l'an dernier. Surprenant mépris, à croire que Tokyo Blade venait juste à un bal des anciens combattants … Allez on ne leur en veut pas, il nous a fait passer un bon moment !

PROGRAMME
Sunrise in Tokyo (Tokyo Blade, 1983)
Someone to Love (Night of the Blade, 1984)
Midnight Rendezvous (Tokyo Blade, 1983)
Lightning Strikes (Straight Through the Heart) (Night of the Blade, 1984)
Mean Streak (Tokyo Blade, 1983)
Love Struck (Night of the Blade, 1984)
Night of the Blade (Night of the Blade, 1984)
If Heaven Is Hell (Tokyo Blade, 1983).
RAPPEL :
Fever (Night of the Blade, 1984).

 

15H50 -16H50: ELECTRIC BOYS. Des groupes de hard des années 80, je pensais au moins connaitre tous les noms, à défaut de connaitre leur musique… eh ben non. Le Raismesfest me permet de découvrir ce groupe suédois, fondé en 1988 qui jouissait semble-t-il d'une certaine notoriété … qui m'avait échappé manifestement ! A ma décharge, frappé sans doute en partie par la vague grunge, le groupe s'était séparé dès 1994, mais il s'est reformé en 2009.

A l'origine il s'agissait d'un duo (?...) formé de Conny "Bloom" Blomqvist (chant, guitare, sitar, 1988-1994, depuis 2009), et Andy Christell (basse, chœur, 1988-1994, depuis 2009). Ils parvinrent ainsi à produire un premier "tube" avec le titre "All Lips and Hips" en 1988. Fort de ce prometteur début, Franco Santunione (guitare, chœur, 1988-1993, depuis 2009) est recruté avec Niklas Sigevall (batterie 1988-1993, depuis 2009).

Ils promeuvent "The Ghost Ward Diaries" paru en novembre 2018.

Comme souvent avec les musiciens scandinaves, on passe en leur compagnie un agréable moment. Ils possèdent un art maitrisé de la mélodie allié à l'énergie. ELECTRIC BOYS provoque un bien bel engouement du public, ravi de se dandiner sous le ch'ti soleil !

En ce qui me concerne j'ai passé un bon moment sans toutefois tomber à la renverse. Leur musique est certes interprétée avec fougue et bonne humeur, elle s'écoute bien une bière la main et la clope dans l'autre quoi. Leur inspiration évidente issue d'Aerosmith aurait pu me séduire si elle ne m'avait pas paru aussi flagrante pour plusieurs titres. Je sais bien que tous les artistes ont leurs influences mais là, certains accords m'ont paru limite plagiat. Mais bon je suis sans doute sévère ; l'essentiel est la satisfaction d'une bonne partie du public, dans lequel je m'insère volontiers, qui les ovationne légitimement !

 

The Night Flight Orchestra devait être le suivant de la programmation. Mais, et c'est tout de même un paradoxe pour un groupe ainsi intitulé, le vol de la Lufthansa a eu du retard et a bien failli leur faire manquer notre rendez-vous ! L'ordre de passage a donc été décalé ; le groupe était prévu à 17h10 mais jouera en fin de soirée. Brian Downey a juste du anticiper son concert d'une demi-heure.

18h00-19H00 : BRIAN DWONEY's Alive&Dangerous. Pour rappel, Brian Michael Downey (né le 27 janvier 1951), batteur irlandais, est le cofondateur de Thin Lizzy avec le très regretté Phil Lynott ; à ce titre il a participé à la Légende en coécrivant plusieurs titres et contribuant très largement aux rythmes si particulier. Depuis 2017, Brian Downey a formé ce nouveau groupe qui se compose de Brian Grace (guitare/choeur), de Phil Edgar (guitare/choeur). Pour tenir la basse et chanter, il a trouvé Matt Wilson, très ressemblant à l'irremplaçable Phil Lynott avec une coupe de cheveux en boule, de grosses lunettes de soleil et une allure similaire.

Sur les quatre dernières décennies, j'ai eu la chance de voir beaucoup de groupes sur scène, néanmoins j'ai de quoi nourrir quelques amertumes à la suite de mauvais choix à l'époque … Parmi ceux-ci, mon absence du concert de THIN LIZZY au Pavillon Baltard restera à jamais gravé sur le marbre de mes regrets. J'aurais pu, j'aurai du y aller imbécile que je fus. C'était l'ultime occasion de voir Phil Lynott entouré de sa fine équipe. Par la suite, je n'ai jamais eu envie d'aller voir un groupe s'arroger le droit de conserver titre et enseigne, sans son icone, même si au début Brian en faisait partie. En tout état de cause il en est parti, j'avais donc raison. C'était un peu comme imaginer Motörhead sans Lemmy Kilmister ou UFO sans Phil Mogg. Question de principe.

Bref, maintenant que Brian a choisi d'assumer personnellement un hommage à ce passé révolu, à l'instar de Nick Mason (qui rend un bien bel hommage à la "période Syd Barrett" de Pink Floyd, voir mon récit du Loreley cette année !), je consens à prêter une oreille attentive à cette prestation.

Très vite, grâce à une très bonne sonorisation, je suis pris dans le tourbillon fantastique de la musique crée par le duo dont un représentant est devant moi au fond de la scène. Je peine à oublier mon ancienne amertume et pourtant je ferme les yeux et me laisse aller à partir en vrilles ! Je retrouve mes sensations de bonheur à l'écoute de ces titres qui font partie pour moi du Panthéon des créations musicales : une alchimie de sonorités délicieusement acidulées. Je parle souvent de ma quête de mélodie associée à la puissance ; Thin Lizzy en est pour moi la quintessence ! Avec UFO, ce groupe a représenté la fine-fleur du hardrock britannique dans ce qu'il y a de plus beau !

Matt Wilson n'a pas le timbre si particulier de Phil mais il respecte la tonalité et la ligne mélodique. Les deux guitaristes sont très bons aussi, même s'il faut bien se garder de les comparer à leurs aînés dont il émanait une sensation si particulière. Voilà, à défaut d'avoir vécu un vrai concert de Thin Lizzy à la Grande Epoque, je suis ravi d'être là à m'éclater dans la fosse avec d'autres métallos au moins aussi nostalgiques que moi ! Je ne suis pas sûr que les plus jeunes puissent percevoir une once de mon émotion et de mes états d'âmes mais il me semble que le groupe est parvenu à convaincre son auditoire ; sans doute la plus vigoureuse ovation du festival leur est accordée à très juste titre !

Enorme séquence émotion ; respect, Brian !

PROGRAMME
Jailbreak (Jailbreak, 1976)
Emerald (Jailbreak, 1976)
Rosalie (reprise de Bob Seger) (Fighting, 1975)
Dancing in the Moonlight (It's Caught Me in Its Spotlight) (Bad Reputation, 1977)
Massacre (Johnny the Fox, 1976)
Cowboy Song (Jailbreak, 1976)
The Boys Are Back in Town (Jailbreak, 1976)
Warriors (Jailbreak, 1976)
Don't Believe a Word (Johnny the Fox, 1976)
Are You Ready ()
Suicide (Fighting, 1975)
Bad Reputation (Bad Reputation, 1977)
Whiskey in the Jar (trad.)

 

Phil Campbell devait être en tête d'affiche ce soir. Compte tenu du retard confirmé de NFO, il a consenti à anticiper son passage tout en conservant sa durée de sa prestation.

19h20-20h40 : PHIL CAMPBELL & The Bastard Sons. C'est dur, mais quoi qu'il en soit, nous sommes condamnés à nous passer de Motörhead qui a logiquement cessé d'exister avec le décès de Monsieur Lemmy Kilmister (24 décembre 1945-28 décembre 2015U). Le batteur Mickey Dee (né le 31 octobre 1963) a ensuite saisi une belle opportunité de rejoindre Scorpions. On se demandait bien ce qu'allait devenir Phil…

Le gallois Philip Anthony Campbell (né le 7 mai 1961), ex-guitariste de Motörhead de 1984 à 2015, a choisi de créer un groupe avec ses enfants, en 2016. On trouve ainsi Todd Campbell (guitare/harmonica), Dane Campbell (batterie), Tyla Campbell (basse), Neil Starr (chant gallois),

Phil Campbell & the Bastard Sons promeuvent "The Age of Absurdity", paru le 26 janvier 2018. Mais tout le monde attend bien sûr des reprises du groupe mythique qui l'a fait connaitre.

Honnêtement j'ai eu un peu de mal à rentrer dans ce concert. J'ignore pourquoi, mais davantage que pour le fantôme de Phil Lynott juste avant, je sentais planer celui de Lemmy. Mon regard restait planté sur le malheureux titulaire de la basse qui évidemment me paraissait transparent par rapport à … mais c'est con, j'en conviens. Tant et si mal que les premiers titres m'ont paru insipides et même décalés s'agissant des reprises de Motörhead.

L'attitude très british, très austère de Phil Campbell, genre "je suis fier d'être là avec mes enfants, mais je ne vous le dirais pas", n'est sans doute pas étrangère à mon absence d'émotion particulière.

Et puis au fil du concert, je suis parvenu à trouver une porte dans laquelle je me suis engouffré avec envie. Il me semble que la reprise de "R.A.M.O.N.E.S." de Motörhead a été le déclencheur. Celle de "Silver Machine", de Hawkwind a achevé de me convaincre de me joindre à l'ambiance. Avec "Ace of Spades" j'ai sérieusement hoché de la tête, puis lorsqu'est venu "Bomber" puis "Killed by Death" en rappel, je me suis laissé aller à un pogo destructeur dans la fosse avec mon fils… Destroïïïï !!! Hein ? J'ai quel âge ? J'sais pu. Foutez-moi la paix, j'me défoule épicétou. Nan mais… Ca fait du bien de se laisser aller parfois !

Bon je ne suis pas particulièrement fier de cet épisode d'égarement, et en outre ce concert à lui seul aura contribué à mes crampes du lendemain. Mais honnêtement je ne pouvais pas le passer sous silence, d'autant moins qu'il existe des images de cette débauche d'énergie !

PROGRAMME (sous reserve, à confirmer)
Step Into The Fire (The Age of Absurdity) ssres
Freak Show (The Age of Absurdity) ssr
Rock Out (reprise de Motörhead, Motörizer 2008) ssres
These Old Boots (titre du prochain opus de Phil) ssres
High Rule (The Age of Absurdity) ssres
Born to Raise Hell (reprise de Motörhead)  ssres
Dark Days (The Age of Absurdity) ssres
Get On Your Knees (The Age of Absurdity) ssres
Rockaway Beach (reprise de Ramones) ssres
R.A.M.O.N.E.S. (reprise de Motörhead, 1916 1991)þ
Straight Up (titre du prochain opus de Phil) ssres
Silver Machine (reprise de Hawkwind)þ
Ace of Spades (reprise de Motörhead, 1980)þ
Ringleader (The Age of Absurdity). ssres
RAPPEL :
Big Mouth ssres
Bomber  (reprise de Motörhead, 1979)þ
Lost Woman Blues (reprise de Motörhead)
Killed by Death (reprise de Motörhead, 1984)þ.

 

 21h30-22H30 : LEPROUS. De toute l'affiche du festival, je ne cache pas que c'est mon groupe favori, celui que j'ai le plus d'impatience à revoir. Ce sera la sixième fois ce soir. En même temps, à l'aune de certaines critiques (heureusement minoritaires) formulées l'an dernier sur la colossale prestation de Sons of Appollo, j'avais de quoi nourrir une certaine inquiétude quant à l'accueil du public, dont je doutais de la capacité à comprendre toute la complexité de la musique de ces valeureux vikings.

Ce groupe norvégien (de Notodden) a été fondé en 2001 par Einar Solberg (chant, claviers, depuis 2001) et Tor Oddmund Suhrke (guitares, chœur, depuis 2001). Après quelques changements, ils ont finalement été rejoints par Baard Kolstad (batterie, depuis 2014), Simen Børven (basse, chœur, claviers occasionnel, depuis 2015) et Robin Ognedal (guitares, chœur, depuis 2017).

Lorsque j'étais allé voir THERION le 03/11/2010 à l'Elysée Montmartre, je n'imaginais pas être aussi séduit par leur invité, LEPROUS (tournée Tall Poppy Syndrome). Les concerts suivant me permirent de suivre leur évolution ; le 20/10/2012 au Divan du Monde (tournée Bilateral), le 11/07/2015 au Poble Espagnol/BeProg My Friend (tournée The Congregation), le 05/10/2015 au Divan du Monde (tournée The Congregation), et le 01/07/2017 au Poble Espagnol/BeProg My Friend (tournée Malina). Leur metal progressif draine des influences multiples et réjouit les tympans par des mélodies irrésistibles et une puissance colossale.

Leprous continue de promouvoir son sixième opus, "Malina" (2017) avec quatre titres mais ce soir nous aurons droit à deux titres "Below" et "Golden Prayers" du prochain opus qui sort en octobre prochain !

Les vikings sont des gens obstinés, ça on le savait déjà. Mais leur programme de ce soir confère à la provocation devant un public a priori enclin à attendre les sons du metal le plus puissant. Au contraire, avec une audace insolente, Leprous nous sort son programme le plus complexe, le plus perché, en un mot le plus progressif, tricoté autour de cinq opus. En outre, fidèle à son habitude, le groupe est resté dans l'ombre, laissant un éclairage particulièrement tamisé voire obscur (et tant pis pour les photographes !). Entouré de progueux je me serais senti plus à l'aise et moins inquiet. De surcroit, la sonorisation des premiers titres a minoré les voix ; nous n'entendions pratiquement pas le chanteur ni les chœurs, ce qui est particulièrement préjudiciable à cette musique tout en subtilité.

Bref, ça sentait la catastrophe à plein nez …

Mais le son s'est ensuite un peu amélioré. Sans toutefois atteindre l'excellence requise pour une musique aussi sophistiquée. Toutefois, je me suis aperçu qu'autour de moi, dans les premiers rangs, s'était amassé un public bienveillant, curieux et attentif. A mon grand étonnement, beaucoup de tshirt de Leprous montraient même des connaisseurs ! Si bien que le concert s'est bien passé, avec un splendide final sur "Mirage" et surtout "From the Flame" qui a emporté l'ovation méritée !

Hormis la sono déplorable, leur concert fut exécuté avec leur maitrise habituelle ; des ruptures d'atmosphères, des lignes mélodiques succédant à de brèves séquences d'une violence ultime… Toute la splendeur du metal progressif était dignement représentée ! Chaque musicien s'est livré avec une belle débauche d'énergie, cherchant malgré tout à convaincre l'auditoire majoritairement perplexe. Beaucoup en effet n'ont pas perçu les subtilités ; en cette fin de soirée le parterre s'était fortement clairsemé. Mais l'honneur des progueux est sauf, LEPROUS s'est sorti avec la reconnaissance d'une bonne part du public resté attentif !

J'aurais préféré que Leprous tente de séduire ce public-là avec leurs titres les plus accessibles, mais manifestement ces norvégiens n'inscrivent pas leur démarche dans l'ostentation. Seuls les adeptes sont invités au bal. Cette attitude assez clivante n'a pas manqué de nourrir les débats post festival, j'imagine que chacun sera resté dans sa chapelle ; pour les uns c'était les oreilles et l'esprit ouvert, pour les autres ce fut le gosier, au bar.

PROGRAMME
Illuminate (Malina, 2017)
Third Law (The Congregation, 2015)
MB. Indifferentia (Bilateral, 2011)
The Cloak (Coal, 2013)
Below (Pitfalls, 2019)
The Price (The Congregation, 2015)
Golden Prayers (Pitfalls, 2019)
Stuck (Malina, 2017)
Mirage (Malina, 2017)
From the Flame (Malina, 2017).

 

Tout va bien NFO a fini par arriver ; sa scène est installée … ouf !

23h-00h10: THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA. N'ayant jamais entendu parler de ces suédois, c'est à l'annonce de l'affiche que j'ai débuté mes écoutes et recherches. Très vite j'ai réalisé que ce hardrock à la fois mélodique et énergique allait m'emporter. Depuis, leur musique revient plus souvent qu'à son tour sur mon lecteur et j'ai hâte de vérifier cela sur scène.

Fondé en 2007 à Helsingborg par Björn "Speed" Strid (chant) et David Andersson (guitare) alors qu'ils étaient en tournée aux Etats-Unis avec leur groupe Soilwork. Ils ont été rejoints dans la foulée par le bassiste Sharlee d'Angelo (basse, toujours au sein d'Arch Enemy, et de Spiritual Beggars, et ex-King Diamond), Richard Larsson (claviers, de Von Benzo), et Jonas Källsbäck (batterie, de Mean Streak). En 2014, l'équipe est complétée avec Sebastian Forslund (guitare, congas, percussion, de Kadwatha). Anna-Mia Bonde (chœur, depuis 2017) et Anna Brygård (chœur, depuis 2017) semblent se plaire avec ces fêlés et c'est tant mieux !

En 2018, Ils ont réalisé leur quatrième album studio. "Sometimes the World Ain't Enough".

Ce sont donc bien huit musiciens qui envahissent la scène. Très vite, grâce à une sonorisation excellente, l'enthousiasme monte dans le public. La musique excellemment interprétée confirme mon à priori ; mélodie, énergie et folie douce vont faire chavirer les derniers noctambules ! Purement réjouissant ! Mes oreilles de progueux croient même déceler quelques références à Electric Light Orchestra (E.L.O.) ; j'y retrouve certaines tonalités à la fois enjouées et finement ciselées.

Les deux choristes ne sont pas étrangères à l'ambiance surréaliste et délicieusement délirante ; vêtues en hôtesses de l'air, elles ne se limitent pas à chanter, elles miment des attitudes faussement maniérées et mécaniques inhérentes à leur déguisement.

A la différence de HEAT qui mise davantage sur son chanteur et les harmonies des compositions, la maitrise instrumentale de chacun me semble davantage évidente, les soli du guitariste m'ont paru toujours incisifs et enivrants. De même, j'ai remarqué en fond de scène Sebastian Forslund qui alternait la guitare et les percussions avec un enthousiasme remarquable.

Le chanteur, très charismatique, doté d'une excellente voix qui me rappelle parfois Graham Bonnet, n'a aucun mal à inviter une partie des metallo dans la fosse à faire la chenille ; c'est la teuf, sans peur et sans complexe ! Décidément comme je le disais ici précédemment, ces scandinaves maitrisent le son. ABBA a fait des enfants heureux !

Heureusement que ce concert a pu se dérouler ; un retard de vol aurait pu nous priver stupidement d'une excellente découverte musicale. Je me rue à l'échoppe in extremis (les sacs étaient bouclés !) pour me procurer le t-shirt de la tournée, dont la date d'aujourd'hui figure en dernier au dos.

PROGRAMME (sous reserve, à confirmer)
Sometimes the World Ain't Enough (Sometimes the World Ain't Enough, 2018)
Midnight Flyer (Amber Galactic, 2017)
Satellite (2020)
Living for the Nighttime (Skyline Whispers)
Gemini (Amber Galactic, 2017)
Something Mysterious (Amber Galactic)
Paralyzed (Sometimes the World Ain't Enough, 2018)
Can't Be That Bad (Sometimes the World Ain't Enough, 2018)
1998 (Internal Affairs, 2012)
This Time (Sometimes the World Ain't Enough, 2018)
West Ruth Ave (Internal Affairs, 2012).

Un fois de plus, ce festival nous a apporté du bonheur à la pelle. Cette édition a su équilibrer sa programmation entre les groupes confirmés et les groupes plus récents, fondés depuis les années 2000. Elle a su apporter au public ce qu'il attendait tout en l'invitant à la découverte, ce qui est à mon sens l'objectif d'un festival. J'en redemande, vivement la prochaine édition !

Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 444 invités et 2 inscrits en ligne

  • MetalDen
  • Nael

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

Commentaires

  • LEPROUS - Pitfalls

    MetalDen
    Déçu aussi, espérons que c'est ...

    Lire la suite...

     
  • TRUST - Fils De Lutte

    MetalDen
    4/5 pour moi, excellent opus !

    Lire la suite...

     
  • JIM ANDERSON GROUP - I Belong

    MetalDen
    Chouette découverte, il y a ...

    Lire la suite...

     
  • Robert TEPPER - Better Than The Rest

    Laigre
    Un des mes albums préférés ...

    Lire la suite...

     
  • VOLBEAT - Rewind, Replay, Rebound

    MetalDen
    wow ! Fab enthousiaste sur ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)