0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

batushka black march toulouse le metronum 27 09 2018

Depuis deux ans, Batushka est la nouvelle hype du black metal. Ces Polonais intriguent. Comme Ghost (du moins jusqu’à une date récente), ils sont déguisés en prêtres et leur identité est soigneusement dissimulée.

Leur style est bien plus extrême mais ça marche. Beaucoup (dont moi) adorent, d’autres (les plus true !) considèrent que ce sont des vendus mais le groupe, qui n’a fait qu’un seul album sorti sur le petit label polonais Witching Hour Productions, fait le buzz. Après avoir assuré à tous les festivals en 2017, ils se lancent dans une tournée européenne en tête d’affiche. C’est donc avec un grand plaisir que je vais les voir au Métronum à l’occasion de leur passage à Toulouse. La salle est correctement remplie (environ 400 personnes) pour la messe noire.

La première partie est assurée par un groupe local du nom de BLACK MARCH. Ces Toulousains pratiquent un black metal de très bonne facture, fortement influencé par Emperor et par Marduk (dans une moindre mesure). C’est une fille qui assure le chant, même si sa tessiture n’a absolument rien de féminin. En tout cas, ça assure bien. Musicalement, c’est très carré et ça alterne intelligemment les morceaux qui blastent et les mid tempos bien lourds. Le son et le light show sont excellents et le public a l’air dans l’ensemble bien convaincu, et pas seulement par le fait qu’il faille soutenir un groupe du coin. Du reste, Black March n’est pas vraiment un groupe d’amateurs puisque le bassiste joue dans Fleshdoll et que le batteur n’est autre que Samuel Santiago, qui martyrise  les fûts notamment dans Gorod. La session rythmique est donc naturellement en béton, et les autres musiciens ne sont pas en reste.

Les Toulousains ont en tout cas très bien assuré et on devrait en réentendre parler très prochainement.

Place maintenant à la grande messe satanique dans sa version orthodoxe ! J’avais vu BATUSHKA au Wacken 2017 où c’était génial mais où la prestation avait été coupée puisque les organisateurs avaient baissé le rideau alors qu’il n’avaient pas fini le dernier morceau. Les Polonais avaient aussi été contraints de commencer plus tard à cause du groupe précédent (les infâmes Brujeria) qui ne voulait pas quitter la scène et du temps d’installation de leur décorum. Ca laissait en tout cas un goût d’inachevé qui va être rattrapé ce soir-là dans une salle comme le Metronum qui est parfaitement adaptée au style musical et à la mise en scène de Batushka. La mise en scène évoque en fait celle de Ghost, avec des nameless ghouls dont personne ne voit le visage, une déco de sacristie orthodoxe et un énorme encensoir qui parfume bien le chapiteau. Le light show est très beau et met parfaitement en valeur leur musique, en lui donnant un aspect hypnotique. Ce côté trippant est accentué par le fait que les musiciens soient volontairement statiques à l'extrême, comme l'étaient The Devil's Blood à l'époque (groupe qui n'a rien à voir musicalement mais dont l'atmosphère était finalement proche de celle d'un groupe de black metal). Ce côté statique volontaire en rajoute sur l’aspect hypnotique de la musique du groupe. Seul le frontman se baladera de ci de là autour de son pupitre dans son rôle de grand pope. La liturgie orthodoxe a en tout cas un aspect très dark qui va très bien avec l’atmosphère du black metal. Quant à la playlist, c’est tout simple : le groupe joue son unique album, le fort bien nommé « Litourgyia », en intégralité et dans l’ordre de ses morceaux. Ni plus ni moins. Mais c’est sublimé par la mise en scène. Le son est de plus parfait, comme toujours au Métronum. L’équilibre entre la batterie, les cordes, le chant hurlé et les chœurs n’a souffert d’aucune imperfection, chaque titre a été admirablement exécuté et ils se sont tous enchaînés les uns après les autres dans une rigueur et une grandiloquence proprement religieuse. L’album n’étant pas bien long, le concert ne l’est pas non plus : en une heure maximum, tout est bouclé. Mais une heure de messe noire jouissive !

Un grand merci, donc, à SPM pour cette soirée réussie en tout point

Pierre

 

Notes des visiteurs :

avec deux excellents groupes de black metal qui nous ont livré de belles prestations, dans des styles différents.

Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 741 invités et un membre en ligne

  • Pete.the.Mad

Commentaires

  • ROSS THE BOSS - Interview lors du Magic Tour de Shakin' Street - Toulouse - 21/01/2019

    Gilles
    Merci pour la traduction, génial ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    Radakka
    Ha j'avais pas vu l'année...lol ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    MetalDen
    Cool de commenter une chronique ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    Radakka
    Bonjour Messieurs, ou peut ...

    Lire la suite...

     
  • SHAKIN' STREET - Interview Fabienne SHINE - Toulouse - 21/01/2019

    MetalDen
    Merci les gars, vos retours ...

    Lire la suite...

     
  • SHAKIN' STREET - Interview Fabienne SHINE - Toulouse - 21/01/2019

    Gilles
    Formidable cet interview ...

    Lire la suite...

     
  • SHAKIN' STREET - Interview Fabienne SHINE - Toulouse - 21/01/2019

    John Markus
    Merci Metal Den pour cette ...

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE, La Maison des Légendes, par Franck "AndFurious" Urban

    FranckAndFurious
    Erratum : mon livre n'est pas la ...

    Lire la suite...

     
  • DAVE BICKLER - Darklight

    Pilgrimwen
    Merci pour cet article, Fab.

    Lire la suite...

     
  • AC22 - 12 Songs Inspired By The Love of Isabelle De La Chaynée Plus 3 Other Tales

    MetalDen
    Excellent nouvel opus en effet ...

    Lire la suite...

     
  • BLUE ÖYSTER CULT - Blue Öyster Cult

    barjozo
    Les débuts du BöC. Toute une ...

    Lire la suite...

     
  • JUDAS PRIEST - Zénith de Paris - 27/01/2019

    FranckAndFurious
    Chouette report empli de passions ...

    Lire la suite...

     
  • Kenny Leckremo's SPECTRA - Spectra

    Seb.Roxx
    Si la chronique est alléchante ...

    Lire la suite...

     
  • THE STRUTS Young And Dangerous

    John Markus
    Moi, aussi, comme Fab, j'ai eu ...

    Lire la suite...