0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

the vintage caravan wucan black mirrors toulouse l usine a musique 28 10 2018

Dernière née des salles de concert toulousaines, l’Usine à Musique est une toute petite salle d’une capacité d’environ 150 personnes. Aussi, ça fait bizarre de voir annoncé un groupe signé chez Nuclear Blast dans cette salle.

The Vintage Caravan, puisqu’il s’agit d’eux, vient en effet y faire la promo de son nouvel album. Ce n’est certes pas le plus gros poisson du grand label allemand mais les Islandais font leur petit bonhomme de chemin avec des apparitions dans de nombreux festivals et leurs albums récoltent de bonnes critiques un peu partout. Je les aurais donc imaginés dans une salle un peu plus grande. Mais tant mieux car l’Usine à Musique est une salle toute neuve, moderne et fonctionnelle, avec une bonne visibilité (dans une salle aussi petite, bonne visibilité signifiant scène pas trop basse et pas de poteaux gênants, parce que pour le reste, on n’est jamais à plus de vingt mètres de la scène) et en plus la bière y est excellente. Et en prime, ce qui ne gâche rien, c’est à moins de cinq minutes de chez moi.

C’est donc parti pour une bonne soirée placée sous le signe du hard rock des années 1970 joué par des jeunes !

On arrive dans la salle au moment où commence BLACK MIRRORS. Rien à voir avec la série anglaise d’anticipation, ici c’est un groupe belge au style rétro. Signés chez Napalm Records, ils sont assez prometteurs dans le style. Ils sont menés par une chanteuse, Marcella di Troia, qui possède un bon grain de voix rock bluesy et se montre aussi à l’aise sur les passages énervés que sur les moments calmes. Et surtout, sans être une frontwoman vraiment mobile et très communicative, elle met beaucoup d’emphase et de conviction dans son chant et semble habitée par ses chansons.Niveau instruments, ça assure également bien avec de bonnes grosses guitares qui fuzzent, chaque zicos affichant son plaisir d’être là. En plus, ce sont des Bruxellois donc francophones, qui se font donc aussi plaisir à s’adresser au public en français.

Les influences de Black Mirrors viennent tout droit des 70’s avec comme premières sources d’inspiration Led Zeppelin et Deep Purple. Les morceaux sont variés et très bien foutus, et bien mis en valeur par un bon son. De plus, l’énergie et le plaisir dégagés par le groupe sont bien communicatifs.

Bref, c’est une bonne découverte qui repassera à Toulouse le 2 décembre 2018 soit même pas un mois et demi plus tard pour la première partie de The Night Flight Orchestra au Rex.

 

C’est ensuite un autre jeune groupe qui sonne vieux (mais du vieux de qualité) qui va investir la scène de l’Usine à Musique en la personne de WUCAN. Ce groupe allemand est inspiré directement de ses compatriotes dans années 70, donc de la scène rock/blues psychédélique teutonne appelée krautrock. La chanteuse Francis Tobolsky est complètement à fond dans son trip. Sa voix est littéralement possédée. Elle joue également de la flûte et du melotron. A grand renfort de fuzz et de rythmiques chamanique, les autres membres du groupe ont aussi un très bon niveau. Ca joue très bien, c’est carré et à fond dans le trip, et la musique est bien mise en valeur par un très bon son. La dernière chanson d’un quart d’heure est tout bonnement hallucinante (et hallucinée aussi). Seul problème du concert : les lumières étaient mal réglées et la chanteuse a eu régulièrement un spot dans les yeux. Elle a demandé à plusieurs reprises aux techniciens de mieux le régler ou de l’orienter différemment. Ca n’a cependant pas gâché la prestation. Dans le même style, Blues Pills a beaucoup de succès et je trouve que Wucan mériterait d’avoir une renommée similaire. Je les trouve d’ailleurs bien plus originaux que les Suédois. Espérons que cette tournée leur ouvre des portes…

 

Enfin, c’est la tête d’affiche avec THE VINTAGE CARAVAN. C’est un groupe que j’aime bien, dans toute cette vague rock vintage (et eux le portent jusque dans leur patronyme) en vogue depuis quelques années. Je trouve que leurs quatre albums sont de très bonne qualité et leur petit dernier, « Gateways », est mon coup de cœur de l’année dans ce style.

De plus,  j’ai eu de bons échos de leurs prestations scéniques. Pour ma part, c’est  la première fois que je les vois puisque je n’ai pas été aux éditions du Hellfest où ils étaient présents et je les avais loupés au Wacken 2016 pour cause de trop longue distance à traverser sur un terrain boueux. L’occasion de les voir dans les conditions de tête d’affiche dans une toute petite salle était donc inespérée.

Les Islandais ne sont que trois sur scène mais ils vont tout casser. Ils arrivent à faire autant de bruit que s’ils étaient six sur la petite scène de l’Usine à Musique. Ils sont tout jeunes et ont à peine dépassé la vingtaine, mais ils affichent une belle expérience scénique. Ils affichent en effet pas loin de 200 concerts à leur actif, dans un peu toutes les configurations (première partie, tête d’affiche, festivals, salles de tailles plus ou moins grandes…). Ca se sent. Ils sont carrés mais pas concentrés sur leurs parties au point d’avoir une interaction avec le public très limitée. Au contraire, ils sont extrêmement à l’aise et ultra-communicatifs. Les trois musiciens nordiques y compris le batteur parlent tous les trois au public, faisant chacun des blagues. Et puis leur musique, qui sonne comme un croisement entre Jimi Hendrix, Black Sabbath, Grand Funk Railroad, Cream et Deep Purple, est parfaitement taillée pour la scène. The Vintage Caravan a l’art des refrains entêtants comme le très planant « On the run » ou le sautillant « Midnight meditation ». Ils arrivent à faire quelque chose d’assez varié et même assez personnel pour un style volontairement daté.

Du coup, entre une bonne attitude bien rock et des compos taillées pour le live, le trio bénéficie d’un super accueil du public toulousain. Ils ont en tout cas su convaincre tout le monde et nul doute qu’on les reverra plus tard dans des salles de plus grande taille.

Voilà en tout cas une excellente soirée. Merci à l’Usine à Musique pour nous avoir permis ce petit voyage en Dell'Orean dans les années 70 !

Pierre


Notes des visiteurs :

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 595 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • SWEDISH FUNK CONNECTION 1987

    Nico
    Trés bon album en effet. C'est ...

    Lire la suite...

     
  • ÖBLIVÏON Resilience

    MetalDen
    Jamais trop tard pour commenter ...

    Lire la suite...

     
  • STEVE PERRY Traces

    Seb.Roxx
    J'ai l'édition limitée U.S.

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    barjozo
    L'ami Furious a fait un immense ...

    Lire la suite...

     
  • GROUNDBREAKER

    Nico
    Pareil que pour Fab. La balade ...

    Lire la suite...

     
  • CREYE Creye

    Nico
    Un pur joyaux d'AOR ! Peut etre ...

    Lire la suite...

     
  • DIAMOND DAWN Overdrive

    Pilgrimwen
    C'est un excellent disque ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Revu une seconde fois en VO ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    MetalDen
    Superbe film ! Pour le gros son ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    FranckAndFurious
    4,75/5 Ce film fait passer les ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Perso j'ai adoré et j'irais le ...

    Lire la suite...

     
  • ANTIVERSE Under the regolith

    FranckAndFurious
    Chez RM, on aime bien ce genre ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Fab
    Très bon film car jamais évident ...

    Lire la suite...

     
  • THE SEA WITHIN Same

    MetalDen
    A la fois complexe et mélodique ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

Other Articles