0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

pendragon paris la maroquinerie 03 03 2020

Davantage que de coutume, j'ai tardé à reprendre le clavier pour exprimer mes sentiments sur ce concert fabuleux de Pendragon. Lorsque j'ai appris la manière avec laquelle le personnel de la Maroquinerie a accueilli la Troupe, j'ai peiné à retrouver l'apaisement nécessaire pour relater le concert lui-même.

C'est donc avec toute mon objectivité légendaire que je peux tenter d'exprimer mes impressions.

Tout avait pourtant bien commencé pour les organisateurs, comme pour le groupe et son public puisque la soirée était annoncée "complet", depuis le 28 février dernier. Les portes se sont ouvertes à l'heure ; le public a pu s'engouffrer rapidement dans cette salle que par ailleurs je n'apprécie guère. Son acoustique m'a toujours paru médiocre. Je lui reproche également son accessibilité car elle est assez éloignée des stations de métro. Il n'y a guère que son bar avec sa terrasse en plein air qui soit séduisant ; il permet aux beaux jours de bavarder avec les amis et les artistes volontaires (boire une bière à côté de Ross Jennings de Haken en toute simplicité fut un beau souvenir !). Nonobstant mes réticences, je n'ai pas d'autres choix que de continuer à m'y rendre bon gré mal gré, tant que mes artistes favoris y sont annoncés…Mais à mon humble avis, on n'est pas près d'y revoir Pendragon !

Comme pour tous les artistes qui se produisent à la Maroquinerie, la logistique a peiné à débarquer hommes et matériels. Pas d'espace de stationnement dans cette petite rue du vingtième arrondissement de Paris. Comme pour tous les artistes qui s'y produisent, l'arrière-scène est particulièrement exiguë et peu confortable. Jusque-là, il est permis de considérer que ce sont les aléas d'une tournée auxquels ils doivent plus ou moins s'attendre. En revanche, les soucis rencontrés après le concert me semblent, eux, inadmissibles. Je copie en fin de mon présent relevé la traduction du récit qui en a été fait pas Clive sur son site. J'espère que les artistes se passeront le mot pour boycotter cette salle et ses gérants.

Davey DODDS [19h30-19h55]. Après avoir longtemps imaginé que cette soirée anniversaire allait être intégralement assurée par Pendragon, j'ai appris dans la semaine précédente que les anglais ont eu droit à une première partie de luxe ; sur les trois précédentes dates, elle fut assurée par Monsieur Pete Jones (génial multi-instrumentiste au sein de son groupe Tiger Moth Tales, mais aussi et surtout au sein de Camel). Nous, nous devrons nous contenter de Davey Dodds glorieux inconnu en ce qui me concerne…

Renseignement pris, ce sympathique personnage fut le meneur, chanteur et compositeur du groupe de rock progressif Red Jasper jusqu'à ce qu'il quitte le groupe dans les années 90 pour travailler comme guide de pêche-à-la-mouche (!) et écrivain, reclus au fin fond des Cornouailles. Il semble toutefois que son œuvre jouisse d'une certaine reconnaissance, outre-manche… En juin 2017, "Kernowcopia" son album solo est paru. Ses thèmes traditionnels et celtiques sont évoqués ce soir, aux sons de sa mandoline.

Cette prestation acoustique ne nécessite pas de sonorisation particulière, ni d'artifice, ni d'autre éclairage que le faisceau focalisé sur lui. Celui-ci suffit à faire briller les yeux malicieux de cet artiste particulièrement indépendant.

Relativement disert pour présenter ses chansons, il nous a proposé quelques titres (quatre ou cinq) ma foi sympa à écouter, d'autant plus si on parvenait à laisser notre esprit vagabonder dans les pubs gallois, à l'abri des caprices météorologiques de la région… Mais là je m'égare. Le public applaudit poliment avec moi le monsieur qui ne semble pas en demander autant en s'éclipsant vers l'arrière-scène…

PENDRAGON [20h15-22h30]. Nick Barrett (guitares, chant, depuis 1978) demeure entouré par son fidèle complice, Peter Gee (basse, clavier depuis 1978), mais aussi par son très ancien ami d'enfance Clive Nolan (claviers, depuis 1986). Jan-Vincent Velazco (batterie, depuis 2015) continue à participer à l'aventure. Les choristes sont désormais Anne Cambridge et Zoe Devenish. Cette dernière est également violoniste. L'autre changement pour cette tournée, c'est l'apport d'un guitariste additionnel, Mark Westwood (ex-NEO en 2007, et ex-Clive Nolan band en 2013).

A l'échoppe du jour, je me procure l'édition simple de l'opus "Love Over Fear" (15€) qui vient de paraitre cette année. Mais ce soir, Nick promeut également le coffret du 40ème anniversaire contenant cinq disques compacts, dont trois proposent un enregistrement complet d'un concert réalisé à Londres en 2018.

Compte tenu de la configuration du lieu (…), les moyens techniques du groupe ont permis d'obtenir une sonorisation ma foi acceptable, passées les premières minutes de réglages durant lesquelles on ne percevait qu'à peine les choristes… Etant placé au troisième rang en face de Nick, j'étais de toutes façons condamné à conserver mes protections auditives pour me protéger des frappes redoutables du batteur. Mais bon, globalement j'ai pu profiter agréablement du concert.

L'éclairage m'a semblé correct, à la fois pour les yeux des spectateurs et pour les objectifs des chasseurs d'images. En tous cas, pour ma part je suis parvenu à conserver quelques beaux clichés.

Pour agrémenter cette scène relativement étroite, deux toiles étaient tendues en fond de scène sur lesquelles furent diffusés des images et des jeux de lumières assez ordinaires mais suffisantes pour illustrer un tant soit peu les titres du programme.

D'emblée Nick nous a paru lumineux, joyeux et bondissant, d'une bonne humeur surprenante (surtout avec le recul de ce que nous apprîmes le lendemain de leurs mésaventures…). C'est rafraichissant de voir cet artiste heureux comme un gamin sorti de classe pour s'éclater dans la cour de récréation ! Son attitude tranche quelque peu avec celle de ses complices ; Pete est très discret, très modeste, limite austère, alors que Clive est très concentré, limite préoccupé, il ne sourira qu'à la fin !

Mais au-delà de ces impressions de façade, les talents s'expriment. En particulier bien sûr celui de Nick dont les sons gilmouriens continuent à dissiper nos soucis du quotidien (et Dieu sait qu'ils sont nombreux en ce moment !). Pendant deux heures et quart, nos esprits se sont évadés dans un pays où la fantaisie est Reine et le bonheur son Roi. On se sent d'autant plus emporté par ses somptueux soli qu'il les offre au public avec une générosité et un plaisir évident. Les ovations que suscitent ses exploits entretiennent un échange intense et réjouissant de part et d'autre.

Pete laisse entendre sa basse avec perspicacité, quelques accords remarquables sont astucieusement ressortis des périodes les plus propices. Clive est impérial pour recréer les atmosphères qui sont déjà dans toutes les oreilles des admirateurs convaincus d'avance. Jan-Vincent fait l'objet de débats, mais pour ma part il me semble assurer correctement sa fonction. Il est certes moins exubérant que Scott Higham (parti en 2014) mais j'imagine que c'est ce que veut Nick, et c'est lui le patron, point final.

Le concert s'est tenu en deux actes ; d'abord la reprise intégrale de "Love Over Fear", puis des titres retraçant le répertoire de 1993 à 2014. Durant la première partie, j'étais plutôt en phase découverte et observations, visant à vérifier mes premières impressions relevées de l'écoute de l'opus. Je ne me suis donc pas senti emporté par l'émotion même si j'ai ressenti quelques beaux frissons ! En revanche, dès le début de la seconde partie avec "The Walls of Babylon" mon esprit s'est totalement libéré, capté par ces mélodies entêtantes et sublimées par ces soli fabuleux !

L'ensemble de la prestation m'a d'autant plus ravi qu'elle a rapidement dissipé ma crainte sur une séquence particulière issue du dernier opus. Ayant en horreur les bandes-sons pré-enregistrées, que j'estime le plus souvent parfaitement inutiles (voire nuisibles), j'attendais avec inquiétude l'interprétation de "360 Degrees" aux sonorités celtiques. Le pire eût donc été un son venu de "nulle part". Le moindre mal aurait pu être une intervention astucieuse de Clive au synthé. Or, que nenni, à mon grand soulagement, Zoe Devenish est non seulement l'une des deux choristes expansives, mais elle s'exprime aussi avec son violon ! Le son étant limpide à souhait, l'apport Mark Westwood, avec sa guitare sèche à douze cordes, contribua également à densifier opportunément les ambiances requises ! Ce dernier, assis discrètement en bord de scène, m'a semblé ainsi magnifier quelques-uns des plus beaux titres du répertoire de Pendragon.

Face à tant de beauté, d'harmonie et de virtuosité, la réaction du public ne pouvait qu'être exubérante ; les ovations se sont exprimées crescendo jusqu'au rappel. Un enthousiasme fervent, mais respectueux aura toutefois contribué à faire monter la température à tel point qu'un malheureux spectateur des premiers rangs (juste à ma gauche) a chuté au sol. L'émoi en fosse ne pouvait pas échapper au regard bienveillant de Nick alors qu'il venait de débuter "Afraid of Everything", qu'il arrêta immédiatement. Lorsque le malade a bien voulu se laisser transporter (on peut comprendre qu'il souhaitât rester !) Nick reprit le court du concert. Mais ce furent de précieuses minutes perdues avant l'heure de couvre–feu, prétendument fixée ici à 22h30 ! Un amis photographe que se reconnaitra m'indique être resté le lendemain bien au-delà de cet horaire à l'occasion d'un concert…

Seize titres sur les dix-huit prévus ont été interprétés ; mais les circonstances ont abouti au retrait terriblement frustrant de "This Green and Pleasant Land" et "Masters of Illusion", deux titres majeurs du répertoire qui étaient pourtant bel et bien inscrits sur les feuilles au pied des micros…

PROGRAMME

Everything (Love Over Fear, 2020)
Starfish and the Moon (Love Over Fear, 2020)
Truth and Lies (Love Over Fear, 2020)
360 Degrees (Love Over Fear, 2020)
Soul and the Sea (Love Over Fear, 2020)
Eternal Light (Love Over Fear, 2020)
Water (Love Over Fear, 2020)
Whirlwind (Love Over Fear, 2020)
Who Really Are We? (Love Over Fear, 2020)
Afraid of Everything (Love Over Fear, 2020) ; Nick a suspendu la chanson lorsqu'un spectateur des premiers rangs s'est effondré dans le public, puis il a recommencé après son évacuation.
The Walls of Babylon (The Window of Life, 1993)
The Wishing Well: II. Sou' by Sou' West (Believe, 2005)
Indigo (Pure, 2008)
Paintbox (The Masquerade Overture, 1996)
Breaking the Spell (The Window of Life, 1993).
RAPPEL :
Faces of Light (Men Who Climb Mountains, 2014).

 

Nous sommes restés avec ma p'tite Fée, espérant rencontrer les musiciens comme ce fut le cas à la fin de chaque concert précédent. Mais ignorant le contexte, nous avons attendu en vain …


"Le Jour de l'Enfer !

Nous nous doutions que ce serait un jour difficile, mais personne ne s'attendait à ce que ce soit le cas à ce point !

Comme si souvent à Paris, nous avons déposé notre matériel et nos affaires près du lieu du spectacle, afin que le bus puisse partir et trouver un parking adéquat. Sauf que nous avons été déposés dans une autre rue (à cause d'une bizarrerie de la position de la salle), donc tout le matos a dû descendre d'une petite colline, puis remonter une autre rue et revenir à la salle. Bravo à l'équipe pour cette "entrée" vraiment merdique !

Une fois à l'intérieur de la salle, nous avons eu droit à un environnement sans air et, bien sûr, à une loge de la taille d'un timbre-poste. Il y avait un peu de nourriture mais Vinnie s'est retrouvé à manger du poulet cru, ce qui nous a mis en garde !

C'est alors que les disputes ont commencé. Les chauffeurs n'ont pas réussi à faire entrer le bus dans le parking qui leur avait été proposé et ils ont donc dû trouver un autre endroit ; cela a coûté de l'argent et du temps, mais au moins ils ont fini par se garer et par se brancher sur le courant. Cela signifiait que le bus ne pouvait pas venir nous chercher à minuit mais à 1h30 du matin.

C'est simple, non ?

Non !

Il y avait un couvre-feu sonore strict à 22h30, donc la première chose que nous avons dû faire a été de couper le décor. Ce n'est jamais bon, mais nous n'avions pas le choix.

Le défi suivant était de libérer le lieu avant minuit. Une heure et demie pour finir de vendre la marchandise, emballer tout le matériel, mettre la marchandise en boîte, et tout sortir de la salle. Encore une fois, quelle équipe !

Cela aurait pu se faire, mais le bus n'a pu nous rejoindre qu'à 1h30. Il y avait une sorte de couloir couvert à l'extérieur de la salle où nous pouvions charger tout le matériel et le trimballer jusqu'à ce que nous soyons récupérés.

C'est simple, non ?

Non !

Apparemment... ce n'était pas possible parce que le personnel du site avait commencé à une certaine heure et, grâce à diverses règles syndicales, il devait finir à minuit. Malheureusement, à moins de payer des heures supplémentaires à quelqu'un pour attendre avec nous, il devait fermer les portes du grand couloir et nous laisser dans la rue glacée avec tous nos sacs et notre matériel.

Alors peut-être aurions-nous pu payer quelques shekels supplémentaires pour que quelqu'un nous laisse utiliser le couloir ?

C'est simple, non ?

Non !!!

Ils voulaient 300 euros pour nous laisser utiliser ce putain de tronçon de béton sous couverture. 300 euros ! Naturellement, nous étions pris à la gorge, alors malgré les meilleures tentatives de Rachel pour négocier quelque chose de plus raisonnable, 300 euros ont été accordés.

Sachant que ce concert était complet, on aurait pu penser qu'un peu de flexibilité aurait pu être exercée. Mais non.

Alors, on met le matériel dans le couloir avant minuit avant de tout faire glisser dans la rue, puis on remonte l'autre rue et on monte dans le bus.

C'est simple, non ?

Non !!!!

Un appel est arrivé pendant que nous attendions : les chauffeurs s'étaient réveillés mais quelqu'un avait coupé le courant dans ce parking de bus, si bien que les batteries du bus étaient complètement à plat ! Le bus n'allait nulle part ! Il n'allait certainement pas être avec nous à 1h30.

Mais il y a de la bonne nature en chacun de nous, alors ayant déjà payé les 300 euros pour ces "heures supplémentaires", on aurait pu imaginer qu'ils ne nous en voudraient sûrement pas de rester un peu plus longtemps jusqu'à ce que le bus arrive enfin.

C'est simple, non ?

Non ! !!!!

A une heure cinq minutes, on nous a dit de sortir le matériel du couloir ! A ce stade, nous n'avions aucune idée de quand nous reverrions le bus. Alors on s'est tous mis au travail et on a sorti le matériel dans la rue. Franchement, d'après mes calculs, on devrait nous rembourser une partie de ces 300 euros !

Nous étions donc là, dans la rue à 1h30 du matin.

Peu importe, l'autobus triait quelques câbles de démarrage et nous rejoignait rapidement.

C'est simple, non ?

Arghhhhhhhhh !!!!!

Apparemment, même cela était beaucoup trop compliqué. Alors nous avons attendu, et gelé, et attendu, et gelé, et attendu. Finalement, le "service normal" a repris et le bus est parti. Le matériel a donc été déplacé vers le bas de la colline et dans l'autre rue où nous avons attendu et gelé encore un peu.

Juste après 3 heures du matin, le bus est arrivé ! Après un emballage très fatigué de notre matériel et de nos affaires, nous avons enfin pu quitter une salle qui, je l'espère personnellement, ne sera plus jamais utilisée !

De surcroit, ce n'est qu'une partie de tous les incidents de la journée, mais je pense que cela suffira pour le moment. Peut-être que plus tard, je révélerai l'"épreuve du pantalon".

Jusqu'à présent, j'ai omis de mentionner le concert lui-même. Le meilleur moment de la journée, c'était le public ! Ils étaient absolument brillants et c'était un plaisir de mettre de côté toutes les conneries de la journée et de leur jouer 😉 J'ai été impressionné par leur silence pendant les moments d'ambiance ; merci pour ce respect 🙂

Il faisait tellement chaud et il n'y avait pas d'air dans la salle (qui, personnellement, je pense qu'elle était trop remplie) qu'un pauvre type s'est effondré, et nous avons dû interrompre le concert jusqu'à ce qu'il soit mis à l'écart. Je suis heureux de dire qu'il a quand même pu voir le reste du spectacle depuis le côté de la scène.

Donc oui, super concert.

Et puis tout ce qu'on a eu à faire, c'est de faire nos bagages et de partir...

C'est simple, non ?"

Comments:

You have no rights to post comments

PENDRAGON - Paris - La Maroquinerie - 03/03/2020 - 5.0 out of 5 based on 1 vote

Connexion

On Line :

Nous avons 368 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • KHYMERA - Master Of Illusions - La chronique

    MetalDen
    En effet très bonne production ...

    Lire la suite...

     
  • KATATONIA - City Burials - La chronique

    MetalDen
    arf ! Behind The Blood, quel ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    Claude Blais
    D'accord avec Fab: un excellent ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    MetalDen
    Beaucoup aimé aussi cet opus, pas ...

    Lire la suite...

     
  • ONE DESIRE - Midnight Empire - La chronique

    MetalDen
    Bienvenue Walt dans l'équipe ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)