0
0
0
s2smodern

GEYSTER  Down On Broadway

Comment appréhender dans une chronique la Trilogie de Geyster, Knight Games qui vient de sortir chez Somekind Records ??? 2 possibilités :

-Soit faire albums par albums étant donné que Gaël Benyamin l’instigateur du projet nous a pondu 3 opus

-Soit faire une seule chronique qui tiendrait compte de l’œuvre dans son ensemble.

J’ai choisi la seconde solution qui me semblait la meilleure tant il y a des connexions entre les différents albums.
Je ne rappelle pas ici qui est Geyster, les personnes intéressées n’auront qu’à se reporter aux différentes chroniques faites par Bibi sur ce site ou bien aux vidéos proposées sur You Tube. Juste pour poser le cadre, on peut dire que Gaël Benyamin fait partie des musiciens Français les plus talentueux. Ce multi instrumentiste a construit petit à petit un univers qui lui est propre et qui semble développé ici sur 3 albums différents.
Je ne vais pas faire ici dans le détail car ça n’aurait à mon avis aucun intérêt, je vais plutôt essayer de me placer comme un auditeur lambda qui écoute les 3 volumes à la suite et qui donne un ressenti. Franchement, sans langue de bois, cette trilogie ne m’a pas totalement convaincu. Les 3 volumes ne m’ont pas dérangé mais j’ai trouvé trop de disparité dans la qualité des compos pour totalement adhérer au projet.
Dans un premier temps, j’ai trouvé qu’il y avait trop d’instrumentaux qui n’est pas un genre au départ que j’affectionne. Trop d’instrumentaux c’est un fait mais aussi trop d’instrumentaux complexes. J’avais l’impression parfois d’écouter du Pierre Boulez sur certains titres comme le Knight Games 1 pour ne donner que cet exemple ou Extra Time sur le 2. Franchement parsemer les 3 albums de plages comme celles-ci fait qu’on ne peut pas renter complètement dans l’œuvre en elle-même. Pourquoi également reprendre le même titre avec quelques différences infimes entre le 2 et le 3. Titre qui se nomme Outstanding Misunderstanding 2 et 3.
Après, on peut parler de la qualité de l’ensemble qui va  à mon avis decrescendo. Le premier est sans aucun doute le meilleur et montre tout le talent de Mister Benyamin. On se rappelle les albums d’avant avec des petits bijoux que sont I Won ’t Let You Down, le duo avec Ed Motta le sublime Not An Ordinary Girl ou bien le Oh David. Là je retrouve le grand Geyster. Celui qui balade ses influences entre Steely Dan, Gerry Rafferty, Ten CC, Hall And Oates ou les Wings. Il y a un son, un talent d’écriture certain, un talent de musicien itou. Le Volume 2 démarre en trombe avec un titre de plus de 7 minutes, Heal. Un peu de bossa pour un morceau qui sent bon l’été qui approche avec des performances musicales de toutes premières bourres. A noter l’utilisation très intéressante de la flute sur un paquet de titres qui m’a rappelé le combo Firefall. Le reste sur ce 2 n’est pas déplaisant mais pourtant on a l’impression d’entendre le même titre la preuve avec It’s There et Lily. Je pense que c’est voulu car je suis loin de prendre Gaël pour une pipe mais ça fait un peu remplissage à mon gout. A noter, une coté plus rock sur certains titres comme Do It ou Gaël pousse sa voix un peu dans l’esprit d’un Come Together des Beatles. L’opus 3 est à mon avis dispensable dans sa globalité. Je le dis, je me suis un peu emmerdé à son écoute. A Long Goodbye est plutôt réussi mais ça reste pour moi le seul titre acceptable sur ce volume 3. Je passe les différents instrumentaux pour se retrouver sur des expérimentations vocales comme sur When The Night. La ça ne passe pas vraiment que ce soit sur le couplet ou Gaël modifie sa voix et même sur le refrain ou le coté hurleur ne lui sied pas vraiment. Ca sent trop les 70s sous acide pour moi !!! On retrouve d’ailleurs ce même esprit sur Over You qui la aussi m’a laissé froid comme la balade Sad Girl.
Au final, un constat mitigé pour une œuvre intéressante par ce qu’elle est censée représenter mais qui au final se veut un peu trop opaque par moment et peut être trop intellectualisée. J’ai toujours été admiratif du travail de Gaël Benyamin, j’ai toujours très bien noté ses différents albums, je suis un peu moins enthousiasme ici même si il n’en reste pas moins que sur les 29 titres, il y a quand même de quoi faire.
Ps : En fait comme devant une œuvre picturale ou artistique qui nous semble inaccessible comme les urinoirs de Marcel Duchamp, il aurait peut-être fallu que Gaël Benyamin nous donne certaines clés pour rentrer totalement dans son univers, sur cette trilogie j’entends…


 



Tracklist : Line Up :  
Knight Games 1
01.Knight Games 1
02.I Won't Let You Down
03.Game Gone Wrong
04.Not An Ordinary Girl
05.Fuzzy Lines
06.Oh David
07.Outstanding Misunderstanding 1
08.Hyper Individual People
09.Talk In Stereo
10.Fast Date
Knight Games 2
01.Knight Games 2
02.Heal
03.It's There
04.Naked Solitude
05.Dear Julie
06.Do It
07.Victim Of You
08.Extra Time
09.Lily
Knight Games 3
01.1984
02.Knight Games 3
03.A Long Goodbye
04.When The Night
05.Oustanding Misunderstanding 2
06.Night Class
07.Sad Girl
08.Over You
09. Back Home
10.Call Me Back



Gael Benyamin (chant,tous les instruments)
                       +
Maeva Borzakian (choeurs+chant)
Ed Motta (chant)
Isabelle Fares (flute)
Yoni Ohana (guitares)
Pierre Baillot (saxo)



am

 

Année:2015
Label:Somekind Records
Production:Gael Benyamin


Discographie :

I Love 1984 ( 2004)
Everytime I See Your Face  (2007)
No kiddin (2009)
Radio Geyster  1977    (2011)
Summertime   (2012)
Down On Broadway (2013)
Knight Games 1,2,3   (2015)


Liens multimédia - videos SITE OFFICIEL MYSPACE





Notes des visiteurs :

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 434 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • JUDAS PRIEST - Zénith de Paris - 27/01/2019

    FranckAndFurious
    Chouette report empli de passions ...

    Lire la suite...

     
  • Kenny Leckremo's SPECTRA - Spectra

    Seb.Roxx
    Si la chronique est alléchante ...

    Lire la suite...

     
  • THE STRUTS Young And Dangerous

    John Markus
    Moi, aussi, comme Fab, j'ai eu ...

    Lire la suite...

     
  • ANTIVERSE Under the regolith

    MetalDen
    Le débat sur les chroniques et ...

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    MetalDen
    Votre photo dans le bouquin ...

    Lire la suite...

     
  • TED POLEY Modern Art

    Seb.Roxx
    J'ai adoré cet album après ...

    Lire la suite...

     
  • SAPPHIRE EYES - Breath Of Ages

    Claude Blais
    Je suis d'accord avec Fab ...

    Lire la suite...

     
  • SWEDISH FUNK CONNECTION 1987

    Nico
    Trés bon album en effet. C'est ...

    Lire la suite...

     
  • ÖBLIVÏON Resilience

    MetalDen
    Jamais trop tard pour commenter ...

    Lire la suite...

     
  • STEVE PERRY Traces

    Seb.Roxx
    J'ai l'édition limitée U.S.

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    barjozo
    L'ami Furious a fait un immense ...

    Lire la suite...

     
  • GROUNDBREAKER

    Nico
    Pareil que pour Fab. La balade ...

    Lire la suite...

     
  • CREYE Creye

    Nico
    Un pur joyaux d'AOR ! Peut etre ...

    Lire la suite...

     
  • DIAMOND DAWN Overdrive

    Pilgrimwen
    C'est un excellent disque ...

    Lire la suite...