0
0
0
s2smodern

Il n'est pas rare que des groupes se forment entre copains d'école, c’est le cas pour ces tout jeunes anglais, qui débutent avec ce premier album, mais avec un savoir faire dans le pop rock déjà consommé.

Si je ne suis pas un grand consommateur de ce style, plutôt habituellement traité par mon collègue Fab, je ne dédaigne pas cette production pour autant, en alternance bien sûr avec des périodes plus métalliques. Mais la condition à mon adhésion à ce genre de groupe se résume assez simplement, en plus des refrains légers immédiatement mémorisables et accrocheurs, il me faut un minimum d’instrumentation pour ne pas se lasser au bout de quelques écoutes. Et bien ELLIOT MINOR réunit toutes ces conditions, et aux parties vocales bien léchées et très typées pop anglaise, s’ajoutent des lignes instrumentales imbriquées dans des compositions bien moins simplistes que beaucoup de groupes de cette catégorie, avec une approche presque progressive, deux des titres atteignant royalement les six minutes ! Le premier, The Broken Minor, est emblématique des capacités du combo, qui multiplie les breaks, éclairés par les lignes de piano d’Ally Paul, des riffs presque heavy par moments, des envolées symphoniques ponctuées par de courts soli, et un final symphonique digne d’une BO de film, du grand art. Le second, Last Call to New York City, qui est en fait le dernier, joue la carte mélancolique, et utilise un peu moins les breaks, tout en ne dédaignant pas les montées en puissance, et se termine en feu d’artifice. Si la ballade de rigueur, Silently, fait pleurer les violons un peu longtemps, le restant des titres est plus calibré, se partageant entre titres rock et mid tempos. Dans les titres survitaminés, Parallel Worlds, Still Figuring Out et Jessica mènent la danse, et dans les mid tempos il faut compter avec The White One Is Evil agrémenté de quelques éléments symphoniques, Time After Time et The Liar Is You.

Au final, du temps des Beatles et des Stones, je faisais déjà partie de ceux qui refusaient de choisir leur camp, passant de l’un à l’autre avec le même plaisir, et bien tant qu’il y aura des groupes comme Elliot Minor, il n’y a aucune raison que cela change, leur pop enrichie de divers éléments se consomme vraiment sans modération.

 


Highlights :
Still Figuring Out, The Broken Minor, Parallel Worlds, The White One Is Evil, Time After Time

Tracklist :
01. Time After Time
02. Parallel Worlds
03. The White One Is Evil
04. The Liar Is You
05. Lucky Star
06. Jessica
07. The Broken Minor
08. Still Figuring Out
09. Silently
10. Running Away
11. Last Call to New York City


Line Up:
Alex Davies (chant + guitare)
Ed Minton (chant + guitare)
Dan Hetherton (chant + batterie)
Ally Paul (clavier)
Teddy Hetherton (basse)


Label :

Sortie :

Production :

Reposession Records / Warner

14/04/2008

Jim Wirt


Liens multimédia - videos SITE OFFICIEL MYSPACE


Discographie :

 

Elliot Minor (2008)
Solaris (2009)

 


Notes des visiteurs     Moyenne 95/100

 Avis de Maenora (25/01/09) 95/100
Superbe album, une galette que je fais tourner avec le + grand plaisir.

Pareil pour moi de la pur pop américaine, avec un p'tit qque chose en sus.
Je trouve que Elliot Minor réussi un truc dingue des influences à la frontière de R.Valentine et mêlée, avec ce petit truc tjrs en plus ; des mélodies qu'on entendrait facilement ds des bandes sons, style famille Adams ou vieux films d'horreurs années 80 qui ne font plus peurs à personne.

Ouais moi aussi j'adore, plus le côté Downhere deux vocaux ds deux registres, même si de ce côté chacun n'est pas aussi performant.
Attention pour Downhere la comparaison s'arrête ici, ce groupe compose vraiment bien en posant de l'originalité, pour fan de pop bien faites, bien sur de pop américaine ;o)

Un gpe à conseiller vivement, à Queeny par exemple. Un bon cru 2008 et un top pop de cette année moins riche que 2007 ds ce style.
 
 Avis de fab (21/10/08) 100/100
alors la mes amis!!!!!je vais mettre la note maxi a une chro de metal, champagne!!!voila un album de pure power pop comme je men delecte avec ravissement, quelle bombe, tt y est des parties vocales sublimissime qui partent ds ts les sens, des parties instrumentales colossales, bref un vrai plaisir/par contre la ou j'apporterais un bemol par rapport a la chro c'est qu'il n'y a rien d'anglais la dedans, a part le cote queen sur les choeurs , le reste c'est de la pure power pop us estampille beach boys pr les vocaux , jellyfish, click five, phil seymour, dwight willey et consort/ rien a voir par ex avec oasis et autres et heureusemt pr moi car je ne supporte pas cette pop british/la premiere baffe pop de l'année et peut etre pas la derniere,
 
 Avis de gsponouf (22/09/08) 90/100
Les titres sont aussi entrainant que sur le dernier Simple Plan ... une belle réussite !!!!

 

Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 827 invités et un membre en ligne

  • fab

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • KHYMERA - Master Of Illusions - La chronique

    MetalDen
    En effet très bonne production ...

    Lire la suite...

     
  • KATATONIA - City Burials - La chronique

    MetalDen
    arf ! Behind The Blood, quel ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    Claude Blais
    D'accord avec Fab: un excellent ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    MetalDen
    Beaucoup aimé aussi cet opus, pas ...

    Lire la suite...

     
  • ONE DESIRE - Midnight Empire - La chronique

    MetalDen
    Bienvenue Walt dans l'équipe ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)