0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

blood of the sun blood s thicker than love

A la question ''Qu'est-ce qu'il faut faire pour évacuer la gueule de bois?'' Lemmy aurait répondu : ''Ne pas s'arrêter de boire !''

Aussi, après avoir terminé l'écriture de mon livre sur Deep Purple, et au lieu d'en ressentir la ''petite mort'', l'idéal sera donc de se replonger directement dans l'univers Pourpre.
Et avec ce Blood of the Sun, je serai bien servi. Je ne vous ferai pas l'injure de faire le spécialiste du groupe : je le découvre avec cet album. Ce sera donc sans (quasi) comparatif que je prends cette galette comptant ! Et ma foi, il est bon parfois de prendre les choses telles qu'elles sont, sans chercher à analyser !

''Quasi'' ? Car après avoir écouté la moitié d'un des albums précédents, me lassant assez vite par le manque d'accroche, j'enclenche le play du lien du nouvel album, des fois que le temps que je finisse mon paragraphe, il se passe un truc sur lequel je serai passé à côté.

Et en effet, à l'écoute de ce nouvel album, la voix semble différente !? je file lire le Rock Hard Mag du mois et il nous apprend qu'hormis le batteur et le claviériste, les autres membres sont nouveaux.
Le chanteur a une voix qui passe beaucoup mieux le cap de mes oreilles. Même si cela ne semble pas (encore?) être un vocaliste du niveau de la DPF, il a un petit grain savoureusement chaleureux, et parfois hargneux, qui donne envie de l'écouter et de le réécouter : on pourrait même faire un parallèle avec Rod Evans, voire Phil Lynott, notamment sur le très Baby Faces Thin Lizzien Air Rises as your Drown.
Si le batteur n'a pas ce côté swing à la Ian Paice, et est plutôt en mode bucheron, il n'empêche que ça groove et ça poutre jouissivement bien.


Car sur cet album, on a seulement 6 titres mais sacrément 6 boogies qui vont direct à l'essentiel. 6 titres, 6 must !
Entre le claviériste et les 2 guitaristes, ça joue, ça « solote », … On se croirait avec la MSN : à toi, à moi, à moi, à toi, des une-deux à gogo, du jeu en triangle ... bref ça bastonne sévère : décalaminage d'oreilles assuré ! Quel déluge et échanges dantesques sur Blood of the Road, Livin' for the Night et ailleurs … Mamannnn !
Seul léger défaut, il ne reste plus beaucoup de place pour des mélodies vocales. Et ce sera le seul petit reproche de ce disque : l'absence d'un titre vértablement fédérateur ; quoique Keep The Lemmys Comin' avec ses choeurs punchlines saura faire lever nos poings et ouvrir nos grandes gueules d'oisillons qui demandent la pâtée ! … ou plutôt dans le cas de piaf : de « versée », (satanique ?) ;  My Time et son riff clavier nous mettront aussi dans cet état qui fédére, et ce sans les cons ...

Il semble clair que cet album s'apparente plus à du boogie rentre-dedans que l'As de Pique adorerait et aimerait probablement encore plus gras … ou de la jam de haut calibre école Lord-Blackmore : Blood of the Road et son côté Wring that Neck, voire Lazy,  des instrumentaux auxquels on aurait joint un peu de voix pour casser une ''routine'' qui n'en est pas une, en tout cas loin d'être lassante ! Sur Keep The Lemmy Comin', dont le titre est évocateur quant au type de roulement de batterie et des solos inspirés, on sent que les guitaristes ne viennent pas du thrash pour rien avec les qualités du genre (la technique, l'énergie et la vitesse) mais aussi ses petits défauts : l'absence de mélodies (quoique : le furious se ferait-il délicat ?) et surtout de respirations. Je chipote car c'est du tout bon !

Aussi quitte à le comparer à Deep Purple, on touche ici plutôt l'embryonnaire Mk I, les premiers albums du Pourpre constitués de longue jam, même si My Time et Livin' for the Night flirtent bien avec la Mk III, et un zest de Whitesnake pour le dernier cité avec un final Skynyrdien pour un titre de plus de 8mn ; Lynyrd Skynyrd  dont on retrouve aussi l'esprit sur Stained Glass Window, avec un orgue qui penche aussi du côté The Doors.
En somme, on se trouve ici au beau milieu d'une baston d'un Motorhead, avec l'orgue et l'esprit chevaleresque Purplien, motivé par les twins guitares Lizziennes, sur le sable chaud du Texas. Y a pas à dire : on ne se moque pas de nous ! Et si aux premières écoutes distraites, on pourrait se laisser tromper par une ambiance linéaire, au fil des replay, on découvre toutes les nuances, (grooves, riffs) telles une jolie femme qui s'effeuille.

En fait, plus je l'écoute et plus je me demande si ce ne serait pas la musique et le son que diffuserait un Thin Lizzy des temps modernes, mais ici sans cette touche swing-bluesy qui manque un peu !?

Alors, il est évident que le potentiel du groupe existe, qu'il est même énorme ! On en prend déjà plein les oreilles, et il est difficile de se relever après cet opus qui, avec ces 6 titres pourrait faire croire la chose baclée ou à l'EP de transition, mais qui au contraire condense l'essentiel : une force indéniable, telle l'énergie d'une bombe H non soupçonnée dans un si ''petit' objet !
Je m'impatiente déjà à attendre le prochain album en espérant que les boys apportent un peu plus de couleurs et de luisance à leur Mauve et une petite touche de swing supllémentaire ! Ceci dit, je suis sévère, car entre Purple, Motorhead, Thin Lizzy et Lynyrd Skynyrd, on tient ici un mélange explosif qui nous défrisera les moustaches en concert à notre bon plaisir et avec toute notre gratitude !
Car, n'ayons pas peur de conclure de cette façon : ça bombarde !
Ça promet ! Ça promet ! Ça promet !

Ps : Avec ces Blood of the Sun, Berserkers, Spiritual Beggars et autres Zodiac, le quatuor légendaire serait probablement ravi de cette relève-là.


Tracklist :
A1 Keep The Lemmy's Comming
A2 My Time
A3 Livin' For The Night
B1 Air Rises As You Drown
B2 Stained Glas Window
B3 Blood Of The Road


Line Up :
Rich Christopher Guitare
Henry Vasquez Batterie (ex-Sourvein, Saint Vitus)
Jay Benfield Guitare
Dave Gryder Claviers (ex-Rotting Corpse)
Miguel Veliz Basse
Mark Zammaron Chant

Label : Listenable Records ‎
Sortie : 18/10/2018

Discographie :
2004 Blood of the Sun
2007 In Blood We Rock
2008 Death Ride
2012 Burning on the Wings of Desire
2018 Blood's Thicker Than Love

Liens multimédia - videos - SITE OFFICIEL


Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 774 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • ROSS THE BOSS - Interview lors du Magic Tour de Shakin' Street - Toulouse - 21/01/2019

    Gilles
    Merci pour la traduction, génial ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    Radakka
    Ha j'avais pas vu l'année...lol ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    MetalDen
    Cool de commenter une chronique ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    Radakka
    Bonjour Messieurs, ou peut ...

    Lire la suite...

     
  • SHAKIN' STREET - Interview Fabienne SHINE - Toulouse - 21/01/2019

    MetalDen
    Merci les gars, vos retours ...

    Lire la suite...

     
  • SHAKIN' STREET - Interview Fabienne SHINE - Toulouse - 21/01/2019

    Gilles
    Formidable cet interview ...

    Lire la suite...

     
  • SHAKIN' STREET - Interview Fabienne SHINE - Toulouse - 21/01/2019

    John Markus
    Merci Metal Den pour cette ...

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE, La Maison des Légendes, par Franck "AndFurious" Urban

    FranckAndFurious
    Erratum : mon livre n'est pas la ...

    Lire la suite...

     
  • DAVE BICKLER - Darklight

    Pilgrimwen
    Merci pour cet article, Fab.

    Lire la suite...

     
  • AC22 - 12 Songs Inspired By The Love of Isabelle De La Chaynée Plus 3 Other Tales

    MetalDen
    Excellent nouvel opus en effet ...

    Lire la suite...

     
  • BLUE ÖYSTER CULT - Blue Öyster Cult

    barjozo
    Les débuts du BöC. Toute une ...

    Lire la suite...

     
  • JUDAS PRIEST - Zénith de Paris - 27/01/2019

    FranckAndFurious
    Chouette report empli de passions ...

    Lire la suite...

     
  • Kenny Leckremo's SPECTRA - Spectra

    Seb.Roxx
    Si la chronique est alléchante ...

    Lire la suite...

     
  • THE STRUTS Young And Dangerous

    John Markus
    Moi, aussi, comme Fab, j'ai eu ...

    Lire la suite...