0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

starbreaker dysphoria

Pourquoi s'être entêté à revenir dans TNT ou à faire le pigiste chez SKID ROW alors qu'on a un STARBREAKER d'un si bon niveau ?

Ok, ces deux formations qui ont cartonné dans les années d'or, avec plusieurs hits chacune, permettent d'offrir probablement un meilleur confort de vie que ce énième projet studio. Pourtant, il mériterait d'être plus amplement défendu devant un public reprenant en choeur des invitatoires ''hoho''.

Rappel des faits :

Le groupe est composé de Tony Harnell (TNT, BRAZEN ABBOT, …), Magnus Karlsson (LAST TRIBE, ALLEN-LANDE, PRIMAL FEAR …), Jonni Lightfoot, Anders Köllerfors et a vu passé John Macaluso (MALMSTEEN, ARK, TNT, …) et Fabrizio Grossi … bref du costaud ! ... Et il a proposé deux albums en 2003 et 2005 ! Ca date un peu les enfants. Si le premier album était varié et excellent, le second etait bien plus monotone car empli de power ballades, mais surtout un ensemble moins bien inspiré.

Cette troisième tirade, mon cher Cyrano, présente les qualités du premier, l'inspiration, et le défaut du second, une certaine linéarité. Passé les quatre titres qui poutrent, le disque ne contient que ballades et ...mid tempo qui sonnent comme des … power ballades. Certes, ça s'agite parfois au mileu de quelques unes d'entre elles, mais l'absence d'un hit mid-tempo se fait sentir. Du coup, il est difficile de s'imprégner de toutes au premier coup d'oreille. Il m'a fallu donc plusieurs coton-tiges pour faire le distingo. Mais pris une a une, elles valent bien leur pesant de miel.

Faut dire que Tony Harnell, avec sa voix lyrique et haut perchée, est un peu au heavy power mélodique ce qu'est Steve Perry à l'aor : le génie du style ! Le genre de gars qui pourrait faire sonner du Gainsbourg comme.un opéra ...Tiens ! ca me rappelle un truc ca ? Té, rions un peu peuchère, ou plutôt « Therion » un peu ? (cf l'album Les Fleurs du Mal de THERION reprenant du Gainsbarre avec leur clip aux gros seins). Mais je m'égare, probalement l'effet du muguet …

Si vous vous souvenez de la sublime ballade Days of Confusion sur le premier album et avez fondu à son écoute, alors vous ne résisterez pas non plus à la déchirante Bright Star Blind Me, qui n'est pas loin de rappeler la plus belle ballade du 21e siècle Missing You d'Ark, même si son intro piano-guitare peut aussi rappeler du Allen-Lande, … ou tout simplement l'intro vocale de l'autre frissonant slow My Heart Belongs To You. Niveau ballades, on est servi Madame, avec d'autres perles comme Wild Butterflies, How Many More Goodbyes, qui sont toutes à tomber, ainsi que Beautifull One qui ''explique'' pourquoi l'ex-chanteur de TNT est un des rares à pouvoir s'attaquer aux 18 And Life et I Remember You de SKID ROW.

Concernant le côté dur de l'album, Pure Evil dégomme tout dans la genre Halfordien, en mode Painkillers, même si le refrain ne se fait pas aussi killers, restant dans le hard mélodique, avec l'efficacité jouissive pour vous le repasser en boucle. Dysphoria tient bien son rôle d'entracte et de variation speed. Quant à Fire Away, on frôle le filler. Le titre éponyme clôture l'album avec un refrain répétitif qui s'essaie d'être hymnesque, qui l'est un instant mais qui au final devient rébarbatif et ressemble à un erzats de JUDAS PRIEST en binaire : appréciable avec modération donc ! Mais ne soyez pas rétif à ces pécadilles, tant la beauté des ballades et la performance de Tony Harnell transcendent cet opus !

Magnus Karlsson lui diffuse des solos toujours aussi incisifs avec le savoir-faire qu'on lui connaît désormais, et qui a beaucoup écouté ARK avec des gimmicks dont on ne doute pas de l'origine. Faut dire que sa discographie est aussi longue que le Mur de Chine et que le danger est de ne plus surprendre. Mais son talent pour la composition est ici non asséché, bien au contraire ! Du grand art !

Donc les amis : C'est bien beau de fricoter partout, à droite à gauche, mais faudrait penser un peu à investir la scène et défendre ce projet qui en vaut la peine. Et puis, après tout ce temps, il aurait été bon de gommer ce très petit défaut de ''monotonie''. Certes, le terme est trop fort, car les compos et l'interprétation sont vraiment au top.Une fois qu'on a dit ça, il n'y a plus à hésiter. Mis a part ce côté routinier des tempo, balayé au fil des écoutes, les mélodies vous harponnent du début à la fin de ce troisième du nom.
Ceci dit, un disque quasi exclusivement de power-ballades n'est pas non plus si fréquent dans le genre et pourrait donc être un bon complément à votre cassettethèque (c'est dur à lire hein ? C'est fait exprès lol). Ouais, y parait que la K7 revient à la mode : pour 3 achetées, ils t'offrent un crayon. Si moi j'ai eu du mal à distinguer les titres au départ, j'espère que toi tu n'as pas de mal a distinguer quand je raconte des conneries et quand je suis sérieux. Si tu n'y arrives pas, prends ton crayon et ... rembobine ! :)

Alors est-ce que l'inconstant Tony Harnell va enfin se poser et s'investir en tournant, ou va-t-il repasser par la case départ TNT pour y empocher encore les 10.000 (Lovers)? Lui seul le sait. Quoiqu'il en soit, le chanteur est juste lumineux, fabuleux, de bout en bout de l'album, touchant et d'une clarté limpide qui vous transporte vers les étoiles. Galactique ! Quelle voix ! Quelle performance ! On ne peut que se prosterner !

Malgré son léger défaut, ce troisième opus maintient donc sa ligne de flottaison de la qualité bien au dessus de l'horizon des productions actuelles. Et par mille sabords, avec ces 3 canoës, il est désormais temps de ramer ce catalogue sur les océans de sirènes ...heu ! ...sur les océans des scènes ...

Probablement dans mon top 10 2019 !

Tracklist :
01. Pure Evil
02. Wild Butterflies
03. Last December
04. My Heart Belongs To You  
05. Beautiful One
06. Dysphoria
07. How Many More Goodbyes  
08. Fire Away
09. Bright Star Blind Me
10. Starbreaker


Line Up :
Tony Harnell - chant
Magnus Karlsson - guitares, claviers, choeurs
Jonni Lightfoot - basse
Anders Köllerfors - batterie

Discographie :
S/T (2005)
Love's Dying Wish (2008)

Label : Frontiers Music srl

Sortie : 25 janvier 2019
Production : Magnus Karlsson and Tony Harnell


Liens multimédia - videos - SITE OFFICIEL


Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 452 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • SOUNDGARDEN Louder than love

    MetalDen
    Merci pour cette rétrospective ...

    Lire la suite...

     
  • BATTLE BEAST + ARION - Toulouse - Connexion Live 26/04/2019

    MetalDen
    Étonnant l'ambiance dans ce ...

    Lire la suite...

     
  • R.I.P. Paul Raymond - Le guitariste / claviériste d'UFO est décédé à l'âge de 73 ans

    Gilles
    que dire.......vraiment une ...

    Lire la suite...

     
  • MIKE TRAMP Stray From The Flock

    FranckAndFurious
    4,5/5 : T(r)ampéré je serai ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    FranckAndFurious
    Sympathique film, ou plutôt ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    Gilles
    Je vais le prendre , je ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    MetalDen
    Des inédits très moyens, voire ...

    Lire la suite...

     
  • FM - The Italian Job

    MetalDen
    5/5 pour moi - Un vrai plaisir ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    Gilles
    J'ai jamais été un fan de ce ...

    Lire la suite...

     
  • FABIENNE SHINE Dont Tell Me How To Shake It

    Emmanuel Ascher
    Depuis toujours, le rock’n’roll ...

    Lire la suite...

     
  • MÖTLEY CRÜE The Dirt Soundtrack

    FranckAndFurious
    Apparemment Barjozo a du se ...

    Lire la suite...

     
  • ROSS THE BOSS - Interview lors du Magic Tour de Shakin' Street - Toulouse - 21/01/2019

    Gilles
    Merci pour la traduction, génial ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    Radakka
    Ha j'avais pas vu l'année...lol ...

    Lire la suite...

     
  • NIVA Magnitude

    MetalDen
    Cool de commenter une chronique ...

    Lire la suite...