0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

ange 50eme anniversaire paris trianon 31 01 2020

L'univers d'Ange a tardé à me séduire. Il ne s'agissait pas d'un rejet de ma part, puisque je n'avais jamais eu l'occasion d'écouter réellement ; c'était juste une question de circonstances non propices.

Ma sœur, mon initiatrice à la base, écoutait beaucoup d'artistes durant les années 70, mais pas Ange. Mes amis durant les années 80, pas davantage. Submergé de découvertes au gré des courants musicaux au cours des décennies suivantes, j'ai oublié d'écouter Ange, à l'instar de bien d'autres artistes également. C'est regrettable, mais comme beaucoup de mélomanes français, je fais valoir des circonstances atténuantes ; nos médias dotés d'une ouverture d'esprit et d'une curiosité musicale légendaires n'ont franchement pas contribué à ma Culture musicale. J'étais pourtant enclin à soutenir nos artistes français puisque j'ai tout de même assisté notamment aux concerts de Jean-Michel Jarre dès juillet 1979, de Téléphone dès février 1981, de Trust dès novembre 1981. Par ailleurs, mon premier concert de rock progressif fut Asia en octobre 1982. Pourtant, je me souviens qu'ANGE a été évoqué dans nos discussions au lycée notamment, mais ce n'était probablement pas en des termes assez enthousiastes pour que j'y prête une attention suffisante…

Tant et si mal que je ne les ai vus pour la première fois que le 4 juin 2018, au Café de la Danse. Eh oui. C'est donc avec un surcroît d'humilité que j'évoque ici mes modestes impressions issues de ce quatrième concert auquel j'ai la chance d'assister ce soir. Ma précédente participation à leur prestation remonte au festival Night of the Prog le 15 juillet 2018, alors qu'Ange était dans sa tournée pour la promotion de l'album "Heureux" paru cette année-là.

J'ai réservé nos tickets dès le 30 avril 2019 ; je ne pouvais pas manquer le cinquantième anniversaire surtout dans cet auditorium que j'affectionne tout particulièrement, le Trianon.

Le concert de ce soir affiche complet ; une journée supplémentaire a été ajoutée pour le lendemain. La file d'attente est logiquement impressionnante mais, une fois dans le hall d'entrée, les auditeurs sont accueillis par un comité qui distribue un sac de tissus estampillé au thème de la soirée. Il contient une photo du groupe, un stylo et un très joli porte-clés. Ce n'est que la première belle surprise !

Tristan DECAMPS [19h-19h30]

J'ai déjà eu l'occasion d'écouter Tristan Décamps, le fils de Christian Décamps, à l'occasion de son concert le 6 aout 2017, alors qu'il était à l'affiche du festival Rock au Château. Si j'avais beaucoup apprécié son magnifique timbre de voix, en revanche je confesse ne pas avoir été complètement séduit. J'avais davantage en tête d'autres artistes inscrits sur l'affiche (LAZULI, MAGMA, CARAVAN, notamment). Cependant, avec le recul je suis content de le réentendre ce soir car, outre ses qualités que je lui avais déjà reconnues, je me suis depuis familiarisé avec la planète Ange et ses satellites.

Il aborde la soirée avec humour et dérision, faisant entendre au micro une conversation téléphonique avec son père simulant son impossibilité de participer à la soirée.

Tout de blanc vêtu, seul avec son micro et son clavier, il s'exprime avec une sonorisation parfaitement limpide. Un éclairage basique et l'absence d'effets spéciaux rendent la prestation captivante ; le personnage exprime avec talent et éloquence son chant à la fois passionné et mélodique. Cette fois encore le timbre de sa voix m'impressionne et sa tessiture s'étale avec puissance et justesse. Les textes francophones sont beaux.

Bref, un programme court mais dense en émotions provoque une ovation méritée pour l'artiste qui aura ainsi opportunément chauffé sa voix pour le reste de la soirée.

PROGRAMME
Titres à préciser, puis reprise de "Le bal des Laze" (de Michel Polnareff).

ANGE [19h50-22h40]. Depuis 1969, grâce à la volonté de Christian Décamps (73 ans), ANGE perdure dont son univers à part, poétique et inclassable. Ce groupe a connu un notable succès dans la France des 70's, puis nos "très perspicaces" médias sont vite passés à autre chose et l'ont oublié. Il convient de souligner que les nombreux claquements de portes n'ont rien arrangé pour leur notoriété.

Mais cependant l'effectif semble enfin se stabiliser depuis une bonne quinzaine d'année, puisqu'il se compose de Christian Décamps (chant, claviers depuis 1970, seul membre fondateur donc), Tristan Décamps (47 ans, claviers, voix depuis 1997 et fils du premier), Hassan Hajdi (54 ans, guitare depuis 1997), Thierry Sidhoum (basse depuis 1997), et Benoît Cazzulini (batterie depuis 2003, neuvième titulaire du poste, quand même !).

Bon an, mal an, Christian Décamps peut se permettre de commémorer les cinquante années d'existence du groupe.

Dans un Trianon dont l'acoustique m'a toujours semblé excellente, la sonorisation m'a paru très bonne ; aucune protection auditive ne me paraîtra nécessaire.

Avec un éclairage satisfaisant à la fois pour les yeux et pour les objectifs, la scène fut sobre, dépourvue de superflu, afin d'accueillir le grand nombre d'invités qui était prévu. En fond de scène, un écran diffusait alternativement des images suivant la chronologie du groupe et des dessins de Phil Umbdenstock.

Moi qui me plains souvent de la quasi disparition des interventions d'invités sur les scènes de concerts, (d'autant plus déplorables lors de festivals), je ne puis que me réjouir de cette somptueuse soirée durant laquelle huit anciens membres sont revenus partager de bons moments avec le groupe et son public.

La présence la plus appréciée fut sans aucun doute celle de Francis Décamps aux claviers ; le quasi cofondateur du groupe, et frère de Christian, avait malheureusement quitté le navire dès 1995 en raison de fâcheuses querelles. Le revoir aux côtés de son frère et de son neveu pendant la quasi-totalité de la soirée a entretenu une atmosphère émotive non négligeable ! Nous assisterons aussi à la participation du bassiste Daniel Haas, du guitariste Serge Cuénot, du bassiste Laurent Sigrist, du batteur Fabrice Bony, du batteur Hervé Rouyer, du batteur Jean-Claude Potin et de la chanteuse Caroline Crozat !

La programmation eut le bon gout de respecter l'évolution chronologique du groupe franc-comtois, accordant ainsi une cohérence à l'événement ainsi qu'une grande satisfaction aux plus fidèles admirateurs. Deux titres représentaient chacun des albums les plus anciens mais, très étonnamment, le célèbre "Le Cimetière Des Arlequins" (1973) me semble avoir été oublié, même si la reprise de Jacques Brel qui y figure. Cela aura bien été la seule fausse note de la soirée… Ce sont donc vingt-trois titres (hormis la bande son en intro) qui furent interprétés pour un public ravi pendant plus de deux heures cinquante !

Parmi les nombreux grands moments je pourrais citer tout particulièrement les soli somptueux d'Hassan Hajdi, le talent vocal, la bonne humeur de Caroline Crozat ou encore la polyphonie Cœur de Chauffe venue de la Creuse pour chanter a capella une belle version de "Les longues nuits d'Isaac".

Point d'orgue à cette magnifique soirée, le rappel permettra à tous les musiciens présents ce soir de venir interpréter ensemble un fort à propos "Hymne à la vie".

Le public était certes de toutes façons conquis d'avance, mais les ovations successives aux titres, puis celle après le final ont montré un réel plaisir partagé par tous !

Ce concert aura encore accentué mon intérêt pour ce groupe injustement oublié dans l'Histoire du rock français. Sans me revendiquer en tant qu'admirateur inconditionnel, je pense cependant déjà à leur prochaine prestation dans mon rayon d'action. Tiens, ça tombe bien ; dès ce 2 aout je compte bien les voir dans leur fief à Villersexel à l'occasion du festival Rock au Château ! (et hop !)

PROGRAMME
Caricatures (a cappella hors scène par Francis Décamps) [Caricatures, 1972]

Le chien, la poubelle et la rose (avec Francis Décamps) (Thème final) [Tome VI, 1977]
Dignité (avec Francis Décamps aux claviers et Tristan Décamps au chant) [Caricatures, 1972]
Le soir du diable (avec Francis Décamps, claviers et Daniel Haas, basse [1971-1977, 1988-1995]) [Caricatures, 1972]
Fils de Lumière (avec Francis Décamps, claviers et Daniel Haas, basse) [Au-delà du délire, 1974]
Les longues nuits d'Isaac (chanté par le chœur Cœur de Chauffe) [Au-delà du délire, 1974]
Sur la trace des fées (avec Francis Décamps, claviers et Daniel Haas, basse) [Emile Jacotey, 1975]
Ode à Émile (avec Francis Décamps, claviers et Daniel Haas, basse) [Emile Jacotey, 1975]
Réveille-toi (avec Francis Décamps, claviers et Daniel Haas, basse et Tristan Décamps au chant) [Guet-apens, 1978]
Capitaine cœur de miel (avec Francis Décamps, claviers et Daniel Haas puis Thierry Sidhoum, basse) [Guet-apens, 1978]
Vu d'un chien (Avec Serge Cuénot guitare [1982-1987, 1990], Laurent Sigrist, basse [1982-1987], Fabrice Bony, batterie [1993] et Hervé Rouyer, batterie, percussions [1995, 1997-2002]) [Vu d'un chien, 1980]
La gare de Troyes (avec Francis Décamps, claviers, Serge Cuénot, Laurent Sigrist et Jean-Claude Potin, batterie [1982-1986]) [La gare de Troyes, 1983]
Là pour personne (avec Francis Décamps aux claviers, Serge Cuénot, Laurent Sigrist & Jean-Claude Potin) [Fou !, 1984]
Fou (Duo avec Caroline Crozat, chant, chœurs [2001-2010] et Francis Décamps à l'accordéon) [Fou !, 1984]
Crever d'amour (Duo avec Caroline Crozat et Tristan Décamps) [Fou !, 1984]
Le ballon de Billy (avec Francis Décamps, claviers et Daniel Haas, basse et Fabrice Bony) [Les Larmes du Dalaï Lama, 1992]
Quasimodo (Avec Hervé Rouyer aux percussions) [Rêves-parties, 2000]
Le rêve est à rêver (avec Hervé Rouyer) [La Voiture à eau, 1999]
Les collines roses (avec Caroline Crozat et Hervé Rouyer) [Le bois travaille, même le dimanche, 2009]
À l'ombre des pictogrammes [Le bois travaille, même le dimanche, 2009]
La colère des dieux (Apocalypso) (Avec Fabrice Bony) [Emile Jacotey résurrection Live, 2015]
L'autre est plus précieux que le temps [Heureux !, 2018]
Ces gens-là (reprise de Jacques Brel).
RAPPEL :
Hymne à la vie (Avec tous les invités de la soirée) [Par les fils de Mandrin, 1976].



Comments:

You have no rights to post comments

ANGE - 50ème anniversaire - Paris - Trianon - 31/01/2020 - 4.8 out of 5 based on 4 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 1456 invités et un membre en ligne

  • John MarKus

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • BALLS OUT - Back To Real : nouveau single et vidéo clip

    Radakka
    Hello La sortie de l'album Back ...

    Lire la suite...

     
  • SAM MILLAR - Radio Gouda - Chronique

    Pilgrimwen
    Merci Fab, je pense que ce ...

    Lire la suite...

     
  • SAM MILLAR - Radio Gouda - Chronique

    MetalDen
    Grand merci Fab, quelle surprise ...

    Lire la suite...

     
  • Le canal Youtube de RockMeeting HS, victime de Chrystel Camus (CAMUS PROD - Legends Of Rock)

    MetalDen
    Côté Camus plus rien, j'ai eu ...

    Lire la suite...

     
  • LYNYRD SKYNYRD - Un film biopic sur le crash historique sortira le 30 juin, il s'intitule : Street Survivors: The True Story Of The Lynyrd Skynyrd Plane Crash

    Chasseur Immobilier
    Manque pas mal d'albums dans ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)