0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

knotfest meets hellfest 2019 slipknot rob zombie sabaton papa roach powerwolf amon amarth behemoth

Knotfest Meets Hellfest 2019 - Le live report complet et de nombreuses vidéos dont le concert integral de Powerwolf ci-dessous.

Départ plus tôt cette année, pas le temps de se reposer en arrivant avec le « denier » repas du jeudi soir ; en effet, à la suite de la proposition (impossible à refuser) de Slipknot de venir poser ses valises la veille du Hellfest, les organisateurs du Hellfest ont accepté d’ouvrir les portes de l’enfer une journée plus tôt ! Nous voilà donc dès le jeudi en fin d’après-midi sur la pelouse (bien verte) des Mainstages du Hellfest. Première découverte : les zones de circle pit/mosh pit et autres joyeuseries sont bétonnées ainsi que plusieurs parties du site !Résultat : pratiquement aucune poussière ne se dégage du site, fini les mouchages noirs à 3 heures du mat !

Le concept du Knotfest est simple : 10 groupes répartis sur les 2 Mainstages de 16h30 à 2 heures du matin. 

Sick Of It All (par Oso Garu)

Les portes ouvrent environ 30 minutes avant le début du show, le premier groupe commence donc alors que plein de monde est en train de rentrére. Et cette année, c’est Sick Of It All qui est donc le premier groupe du week end à fouler les planches du Hellfest/Knotfest. On peut dire que les vétérans du hardcore New Yorkais sont des habitués : c’est leur 6ième passage à Clisson. Comme à leur habitude, ils ne font pas dans la dentelle en arrivant sur un « Take The Night Off » très efficace. Le groupe n’a que 40 minutes en cette fin d’après-midi, donc pas le temps de discuter, les titres s’enchainent et le public commence déjà à être bien fourni sur le site. Même si le backdrop est aux couleurs du dernier album en date (« Wake The Sleeping Dragon »), le groupe piochera dans ses albums de manière assez équitable.  Sick Of It All en live, c’est une machine bien huilée, le line up est stable depuis 1992 et les frères Koller (chant et guitare) jouent ensembles depuis plus de 30 ans. Ça saute, ça jumpe, les chœurs sont ultra efficaces, la basse est ultra puissante et groovie et les 40 minutes sont déjà presque finies, les 2 derniers titres issus de « Scratch The Surface » finisse de célébrer le début de la journée avec un « Step Down » repris en chœur.

Sick of It All Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019 2019, Wake The Sleeping Dragon!

AMARANTHE (par Metalden)

Amaranthe enchaine, un groupe que j’ai récemment découvert à Toulouse en première partie de Power Wolf (live report ici). Pour rappel ce groupe suédois cultive un espèce de metal cross-over,  qui mélange des riffs et chants de death metal mélodique à des refrains pop, avec une formule originale au chant à base de deux chanteurs et une chanteuse, Henrik Englund – chant, growl/grunt , Nils Molin - chant clair masculin, et Elize Ryd – chant clair féminin. Comme rappelé aussi dans le report le combo  a ses fans et ses détracteurs, dans la rédaction de RockMeeting,  Nael, notre ami et chroniqueur, m’avait signalé leur démarche commerciale qu’il juge outrancière, pas mieux pour mon co-equipier Oso qui a fuit ce concert  ! En minorité donc dans la rédaction, mais loin d’être seul ici, manifestement il y a bon nombre d’amateurs devant la main stage 2. Comme à Toulouse, le set commence par, Maximize qui ne tarde pas à faire monter la température ! Température qui monte d’un cranc avec le festif Digital World et une forêt de bras en l’air pour taper la mesure. La suite de la set-list est relativement proche du concert de janvier, en plus light avec un créneau  plus court, mais un titre en plus, Inferno, tiré du nouvel opus, Helix, sorti en 2018. La formule avec alternance des chants clairs et death fonctionne toujours aussi bien, et le public ovationne le groupe à la fin du show qui se termine avec Drop Dead Cynical.



Amaranthe Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019, Helix Summer Tour 2019

MINISTRY (par Oso Garu)

Ministry est de retour 2 ans après son dernier passage au Hellfest. En 2017, le groupe jouait un set alternant ses différentes périodes, entre thrash et indus. Cette année, la setlist est uniquement axée sur le matériel plus indus fin 80, début 90. En effet, seulement 3 albums seulement seront représentés ce soir : « Psalm 69: The Way to Succeed and the Way to Suck Eggs », « The Land of Rape and Honey » et « The Mind Is a Terrible Thing to Taste » pour un set d’une violence industrielle extrême. De l’intro du concert par « The Missing » jusqu’au final sur «Thieves », Al Jourgensen et sa bande ne nous laisseront pas respirer une minute. Le set est malsain, intense, hypnotique tout en étant extrêmement bien maitrisé. Petit changement de line up qui peut être peut expliquer ceci : Jason Christopher (Prong) a été remplacé par Paul D'Amour (ex-Tool). « Stigmata », « Jesus Built My Hotrod » (titre très proche d’un Rob Zombie, hasard de la prog ?), le groupe enchaine les morceaux mené par un Al Jourgensen impérial et en très grande forme. Il empoigne même une guitare pour faire quelques solos dispensables. Il est bien meilleur derrière son pied de micro en forme de squelette d’oiseau préhistorique que derrière une 6 cordes. Surtout quand on a un line up d’une telle qualité (très classe ce Sin Quirin). Al Jourgensen remerciera plusieurs fois le Hellfest, mais il ne sera pas le seul groupe à ne plus trop savoir s’il faut dire Knotfest… ou Hellfest… ou les 2 ! Dans tous les cas, après les déboires des débuts 2010ou on croyait le groupe fini, ce concert prouve une fois pour toute que Ministry (l’entité et surtout Al Jourgensen) est en très grande forme et c’est tant mieux !

Ministry Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019 2019

BEHEMOTH (par Oso Garu)

Behemoth, seul groupe de Black Metal du jour, bénéficie d’un temps de jeu de 45 minutes et d’un très bon créneau (il est déjà 18h45). Le site s’est bien rempli et quand l’intro « Solve » resonne dans la sono, on sent que l’attente est palpable sur le site. Behemoth a toujours proposé des prestations visuellement très travaillées et en cette fin d’après-midi, cela ne déroge pas à la règle. Le groupe arrive sur « Wolves ov Siberia », le premier des 3 titres du dernier album qui seront interprétés ce soir, avec des masques noirs et capuches au milieu de flammes. Entrée en matière du plus bel effet. L’interprétation est précise et efficace et le son est très net.  Le temps de changer de costume (enlever les masques) et de vanter les louanges du Hellfest/Knotfest, le groupe déroule son set sans temps morts avec des geysers de flames qui ponctuent les « refrains ».Les morceaux de Behemoth, quoiqu’assez longs (seulement 8 titres seront joués ce soir) laissent ressortir une grande maitrise de composition, on ne s’ennuie jamais. Nergal est ultra charismatique et il porte à merveillela capuche « open air »qui permet d’avoir l’air habillé tout en bronzant des bras. Mention spéciale pour ma part pour Tomasz Wróblewski à la basse qui impressionne toujours autant par son physique et son maquillage. Sur « Bartzabel », Nergal enfile le même couvre-chef que dans le clip et fait participer le public sur le refrain le plus « chantant » du set. «Sabbath Mater », 3ième titre issu du dernier album, sera également un moment fort du set . Quant à « Chant for Eschaton 2000 », seul morceau issu des années 90 joué ce soir (sur l’album « Satanica »), celui-ci conclura un set parfait de bout en bout avec un bain de bouche sanguinolant pour un final brutal et apocalyptique (hommage à Kiss ?).


Behemoth Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019 2019

 PAPA ROACH (par Metalden)

Troisième passage de Papa Roach à Clisson, d’abord en 2009, puis en 2013, édition pour laquelle nous avions eu l’honneur, avec mon ami Eric Berger, d’interviewer le guitariste, Jerry Horton (voir ici). Le groupe est en tournée pour présenter son dernier et 10ème album, "Who Do You Trust?", sorti en janvier.
Après l’Europe pour une série de concerts et de festivals dont ce Knotfest à Clisson , il enchainera avec une randonnée nord-américaine qui débutera le 27 juillet à Dallas. Le chanteur Jacoby Shaddix a récemment confirmé à HardDrive Radio que PAPA ROACH fêtera le 20e anniversaire de son album phare "Infest" des années 2000, l’année prochaine, le temps passe !
Le show démarre avec un classique, Last Resort, et il faut attendre le 4eme titre, pour découvrir le nouvel album en live, avec Feel Like Home, et sur une set-list de 13 titres, trois autres sont au menu, Who Do You Trust?,  Elevate et Not The Only One Au menu aussi la reprise de The Prodigy, Firestarter, qui déchaine le public. Et avec le dernier titre, ...To Be Loved , ça monte d’un cran, les Circle Pits sont de rigueur, et in fine, le public applaudit chaleureusement le combo ! Troisième passage dans les terres Clissonaises parfaitement réussi !  


Papa Roach Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019 2019, Who Do You Trust?

POWERWOLF (par Oso Garu)

Changement de registre maintenant car, même s’ils sont maquillés également, Powerwolf va nous offrir une messe dans la grande tradition du Heavy Metal. Eux aussi disposent de 45 minutes de show et sont des habitués du live. Ils nous souhaitent la bienvenue dans leur univers rempli de loups garous et vampires avec 2 titres (le rentre dedans « Fire and Forgive » et le sautillant « Incense & Iron ») issus du dernier album. Ceux-ci sont taillés dans le même moule que tous leurs morceaux : c’est catchy, c’est kitch et le refrain peut se chanter dès la 2ième écoute comme si on connaissait le morceau depuis 20 ans. C’est vraiment leur marque de fabrique. Attila Dorn est, comme à son habitude, impressionnant, aussi bien vocalement que charismatiquement. Il sait vraiment comment chauffer le public et le fait qu’il s’exprime en français est un réel atout. Falk Maria Schlegel (aux claviers) vient régulièrement devant la scène faire participer le public aussi, et c’est un vrai plus pour la communion avec le public (on a bien dit que c’était une messe). « Amen &Attack » fera bien monter la température mais ce sera sur « Armata Strigoi » que l’osmose entre le public et le groupe sera au top avec une participation sur les ohoho de la fin aux petits oignons. Il faut dire qu’avant chaque morceau, le loup garou/vampire/chanteur (rayer la mention inutile) explique au public ce qu’il va devoir faire, et… ça fonctionne ! Les « Hou / Ha » de « Werewolves of Armenia » seront aussi un grand moment de participation du public avant un final en apothéose sur un « We Drink Your Blood » taillé pour le live (encore un). Powerwolf, n’en déplaise à ses détracteurs est un groupe taillé pour là scène et j’espère pouvoir avoir la prochaine fois au Hellfest un show plus long et de nuit, ils le méritent amplement après 8 albums et ceci mettrait bien plus en valeur leur magnifique décors de scène.

Powerwolf Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019 2019

ROB ZOMBIE  21h15-22h15 (par Oso Garu)

Place au maitre de l’horreur sur la Mainstage 1 : Rob Zombie, qui est lui aussi un habitué du Hellfest puisque c’est son 4ième passage en terres Clissonnaises. Rob Zombie est capable du meilleur comme du pire, et depuis 2/3 ans a décidé de venir en Europe avec son show complet (qu’il ne proposait avant qu’aux USA et en Grande Bretagne). Nous avons donc droit pour la 2ième fois à Clisson aux écrans, projections et effets divers. Cette fois, il n’a qu’une heure donc pas de temps à perdre, début du show sur les chapeaux de roue avec 3 titres de l’excellent « Hellbilly Deluxe » : « Meet the Creeper »,  « Living Dead Girl » et « Superbeast ». Le groupe est en grande forme et comme à son habitude enchaine les déguisements tous issus d’une galerie des horreurs qui collent parfaitement à l’univers si particulier du Zombie. Piggy D (basse, pantalons à rayures roues et divers masques), John 5 (guitare et maquillage éclairs) et Ginger Fish (batterie et croix renversée sur le visage) assurent le show chacun à leur niveau, mais ce soir, ce qui fait vraiment plaisir, c’est le degré d’implication de Monsieur Zombie. Il est souriant, dansant, sautillant, malsain et concerné ! Sur certains lives précédents, on avait l’impression qu’il était là sans être là, mais pas ce soir. N’ayant pas d’album sorti depuis 2016, il n’y a pas trop de renouvellement dans le set mais ce n’est pas grave tant l’enchainement est bien pensé ce soir. Les reprises de White Zombie ont toujours autant de succès (« More Human Than Human » et « Thunder Kiss '65 ») et remportent toujours l’adhésion du public. Ils nous interpréteront également 2 autres reprises « sans risque » : « Blitzkrieg Bop » des Ramones et « Helter Skelter » des Beatles : très efficaces. A coté du dansant Rob Zombie, John 5 maltraite ses différentes guitares (guitares monstres, guitares à bulles vertes, guitares clignotantes) et prouve à quel point il est talentueux. Sur «Well, Everybody’s Fucking In A U.F.O. », de gros ballons viennent sur le public mais à cause du vent, ils s’envolent très vite sur le coté gauche de la scène. Nous aurons également 2 clins d’œil à sa carrière cinématographique : le premier est l’interprétation de l’excellent titre « House of 1000 Corpses » qui porte le même titre que l’un de ses films et le 2ième clin d’œil n’est autre que … la bande annonce de son prochain film : « 3 From Hell » bientôt en salle : pas très fin, mais bon, autant en profiter, un peu de self promo ne fait jamais de mal à personne. Finalement, l’heure de show passe à une vitesse incroyable et un « Dragula » énorme vient clôturer la première claque du festival.

Rob Zombie Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019 2019, Twins of Evil: Hell Never Dies, Warm Up Shows

AMON AMARTH (par Oso Garu)

Place maintenant aux Vikings les plus heavy du moment avec l’artillerie lourde : Amon Amarth. Ils ressortent une de leurs anciennes scènes (celle en forme de casque de Viking) pour un show qui s’annonce noyé dans la pyrotechnie et un bon mélange entre tournée du nouvel album et best of. La nuit est maintenant tombée et le show commence avec un rideau qui cache la scène le temps de l’introduction symphonique.Ce soir, pas de quartiers, Ils attaquent directement par 2 de leurs plus gros hits joués plus souvent en clôture de set (« Deceiver of the Gods » et « The Pursuit of Vikings »). Les 2 titres suivants sont issus du précédent album (« Jomsviking ») et il faudra donc attendre le 5ième titre pour avoir un titre du petit dernier « Berseker » avec « Crack the Sky », un titre plutôt mid tempo qui reste dans la lignée de ce qu’ils proposent depuis quelques albums. Le son (comme pour tous les groupes du jour) est excellent, puissant et précis. Johan Hegg, grand maitre viking chanteur, est en voix ce soir et harangue la foule entre 2 gorgées de corne (qui y a-t-il comme boisson dedans ? hydromel ? bière ? eau ? rien ?). En tout cas, à chaque fois il en bois de bonnes gorgées mais elle ne semble jamais vide. Il a peut-être trouvé la corne d’abondance. Mais retour aux affaires avec un « Death In Fire » plus death mélodique suivi du lourd « Shield Wall » qui passe bien l’épreuve du live. Comme sur les dernières tournées, nous aurons droit à des figurants déguisés en viking qui viennent mettre un peu d’ambiance sur scène. Il est déjà temps de lever les cornes (pour boire un petit coup dans la corne sans fond) sur « Raise Your Horns » avant l’arrivée du dragon sur scène qui annonce la fin du show avec un énorme « Twilight of the Thunder God » très speed. Amon Amarth ce soir, a encore montré qu’il était l’un des prochains gros groupes et sa programmation en fin d’année au Zenith est la prochaine étape dans leur conquête.

SLIPKNOT (par Oso Garu)

Place maintenant à la tête d’affiche du jour, les co-organisateurs de ce jeudi un peu spécial : Slipknot ! Il est 23h25 et leur énorme décor est révélé en même temps que le drap tombe (ou s’envole). Les 9 membres du groupe sont repartis sur 3 niveaux : en bas, chant, guitares, basse ; derrière au milieu : batterie et les 2 claviers ; et sur les 2 cotés surélevés, les percussionnistes/animateurs. Ils arrivent en terrain conquis et les 37 000 personnes présentes reprennent en chœur les refrains « People = shit » ou de « The Heretic Anthem ». « Le « If you're 555, then I'm 666» est imparable en live. Le secret de Slipknot c’est qu’il y toujours quelque chose qui se passe sur scène, les 9 membres du groupe se donnant à fond. Les claviers et les percussionnistes changeant de place en permanence. Sid Wilson (claviers) est peut-être le plus mobile, il fait pas mal le clown sur un tapis roulant avec son masque de quasimodo affreux. Parlons-en des masques d’ailleurs, surtout le nouveau masque de Corey Taylor, dessiné par Tom Savini, ils sont bien affreux comme il faut. Je trouve celui du clown (lumineux) pas très réussi mais bon, l’objectif n’est pas d’être beaux, mais d’être malsains, et, en ce sens, l’objectif est bien atteint ! Les2 seuls titres récents « All Out Life » (2018) et « Unsainted » (qui figurera sur le prochain album qui sort en aout) s’intègrent bien dans le set. Mais ce soir, le groupe aura récompensé ses fans pour leur fidélité en jouant énormément de vieux titres (11 titres sur les 17 joués ce soir sont issus des 3 premiers albums). En attendant une future tournée après la sortie de l’album, cette tournée des festivals est donc un très bon moyen pour Slipknot de se remettre sur le devant de la scène.

Au final, le concept est gagnant/gagnant pour le Hellfest et le Knotfest. Le Hellfest rentabilise son site une journée de plus en le louant (et en écoulant quelques litres de bières je suppose) et le Knotfest attire 37 000 fans pour une première édition en Europe, ce qui envoie un signal fort pour l’année prochaine. Il est clair et net que le festival organisé n’importe où ailleurs en France et à une autre date n’aurait jamais attiré autant de monde. Et comme Slipknot, à priori, souhaitent en refaire d’autres en Europe en 2020, c’est une opération marketing très bien pensée ! Opération marketing réussie aussi pour le Hellfest. Pour l’instant, il n’y aurait aucun plan pour une 4ième journée sur l’édition 2020, mais parions que si une opportunité « crédible » émerge, cela serait dommage de ne pas la saisir !

 

Slipknot Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019, European Tour 2019

SABATON
(Par Metalden )
Grosse actualité pour les Suédois, dont le nouvel opus, The Great War, sortira le 19 juillet. (détails dans les news)

Une  tournée de promotion en Europe en 2020 passera par Paris,  avec APOCALYPTICA & AMARANTHE, au Zénith de Paris le 7 février 2020. Mais en attendant, place à ce concert, dont, au moment où il s’ouvre avec Ghost Division, on n’imagine pas que le lendemain serait un bis repetita, avec nos vaillants guerriers remplaçant Manowar au pied levé, puis faire face a une extinction de voix du chanteur, remplacé au chant par les deux guitaristes … Mais ceci est une autre histoire à découvrir dans le live report à venir, pour l’instant Joakim Brodén est en voix, et les guitaristes moins sollicités au chant ! La bataille en terres Clissonaises livrée ce soir fait rage et nos guerriers sont en forme pour en découdre ! La set-list  de 15 titres ne fait bizarrement pas de part aux nouveaux titres, surement une stratégie bien définie, mais les classiques clôturent en beauté cette première édition, qui pourrait être la seule, comme l’a souligné Oso Garu ci-dessus.
Sabaton Setlist Knotfest Meets Hellfest 2019 2019, The Great Tour

Mainstage1
Sick Of It All 16h30 – 17h10
Ministry 18h – 18h40
Papa Roach 19h35 – 20h20
Rob Zombie 21h15 – 22h15
Slipknot 23h25 – 00h55

Mainstage2
Amaranthe 17h15 – 17h55
Behemoth 18h45 – 19h30
Powerwolf 20h25 – 21h10
Amon Amarth 22h20 – 23h20
Sabaton 01h – 02h


Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 642 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • VULCAIN Vinyle

    MetalDen
    Je rejoins Emmanuel et Barjozo ...

    Lire la suite...

     
  • WEEZER - The Teal Album

    Pilgrimwen
    Merci ! J'ai écouté attentivement ...

    Lire la suite...

     
  • RESTLESS SPIRITS - Restless Spirits

    Tis
    J'aime bien cet album, je me ...

    Lire la suite...

     
  • AC/DC - Highway to Hell

    MetalDen
    En attendant un SDF 2020 suggéré ...

    Lire la suite...

     
  • HARDLINE - Life

    FranckAndFurious
    A la rescousse de Fab ! Comme je ...

    Lire la suite...

     
  • R.I.P. ANDRE MATOS - L'ancien chanteur d'ANGRA est décédé à l'âge de 47 ans.

    FranckAndFurious
    Pour ceux qui veulent se ...

    Lire la suite...

     
  • THE TREATMENT Power Crazy

    MetalDen
    Excellent opus, un hard rock ...

    Lire la suite...

     
  • ANDRE MATOS Time To Be Free

    FranckAndFurious
    Un rappel qui s'impose ! j'avais ...

    Lire la suite...

     
  • STARBREAKER Dysphoria

    Seb.Roxx
    Oui idem , j'ai adoré aussi ...

    Lire la suite...

     
  • R.I.P. ANDRE MATOS - L'ancien chanteur d'ANGRA est décédé à l'âge de 47 ans.

    FranckAndFurious
    :sad: :( Il aura marqué l'histoire ...

    Lire la suite...

     
  • CRAZY LIXX - Forever Wild

    Tis
    Reçu hier, excellent cet album ...

    Lire la suite...

     
  • STARBREAKER Dysphoria

    MetalDen
    Un seul mot, excellent ! A voir ...

    Lire la suite...

     
  • SOUNDGARDEN Louder than love

    MetalDen
    Merci pour cette rétrospective ...

    Lire la suite...

     
  • BATTLE BEAST + ARION - Toulouse - Connexion Live 26/04/2019

    MetalDen
    Étonnant l'ambiance dans ce ...

    Lire la suite...

DJ-ImageSlider

  • 114va4.jpg
  • 21Octayne_-_Into_The_Open.jpg
  • 21octayne.jpg
  • 3-doors-down-us-and-the-night.jpg
  • 36crazyfists-time-and-trauma.jpg
  • 4th _dimension_kingdom_of_thyne_illusions_single.jpg
  • 4th-dimension-dispelling-the-veil-of-illusions.jpg
  • 69-eyes-universal-monsters.jpg
  • 6h33-deadly-scenes.jpg
  • 6h33andarnostrobl_thestenchfromtheswelling.jpg
  • 7-weeks-a-farewelleTodawn.jpg
  • 7THHEAVEN_Luminous.JPG
  • 7th-heaven-spectrum.jpg
  • 7thheaven-bestof19852015.jpg
  • 7thheaven-next.jpg
  • 7thheaven.jpg
  • 7thheaven2013.jpg
  • 8.jpg
  • 9chambers9.jpg
  • Alter-Bridge-Fortress.jpg