0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

heart line paris la boule noire 29 05 2022

La direction de la Boule Noire boudait depuis quelques années notre style de musique, mais six mois et demi après MOLYBARON, je suis content d'y revenir pour soutenir un autre nouveau groupe français très prometteur !

La Pandémie et le confinement n'aura pas eu que des effets négatifs ; HEART LINE est un nouveau projet conçu par le guitariste lorientais Yvan Guillevic en 2020. Il a ainsi décidé de promouvoir un style de hard mélodique et puissant qui a séduit bon nombre de mélomanes de ma génération. C'est grâce au referendum de fin d'année 2021 organisé sur RockMeeting que j'ai découvert, intrigué, l'existence de ce groupe qui défiait avec insolence les plus grands dans le classement … Ce n'est qu'à ce moment que j'ai percuté qu'il s'agissait d'un nouveau groupe autour de Yvan, que j'avais déjà apprécié par ailleurs avec PYG (merci Lionel !). Cette fois, Yvan GUILLEVIC (YGAS, PYG, United Guitars) me semble être passé un cran au-dessus avec un album vraiment très séduisant, à la hauteur des grosses productions américaines. Il s'en est donné les moyens artistiques en s'entourant d'Emmanuel CREIS (Shadyo, Equinox ; chant), Jorris GUILBAUD (Devoid, Shadyon ; claviers), Dominique BRAUD (YGAS, EBH ; basse), et Walter FRANÇAIS (Shadyon ; batterie). Ensemble, ils ont écrit des compositions solides avec des arrangements et intros particulièrement soignés. Notons toutefois que, Anne Sorgues* (YGAS-YvanGuillevicAnneSorgues), présente ce soir dans le public, a écrit les paroles de trois titres "Once In A Lifetime", "I Long To Rise", et "Back in the Game".

Le groupe est soutenu par le label allemand "Pride & Joy Music"(Soul Food Music / Europe), qui a permis la parution européenne du premier album "Back In The Game" le 19 novembre 2021. Mais comme d'habitude, l'élite culturelle de notre douce France a ignoré cette parution, pourtant digne d'intérêt à plus d'un titre ! En l'absence d'un soutien médiatique conséquent, la salle est cependant parvenue à attirer une petite assemblée, difficile à quantifier, mais composée assurément de vrais mélomanes avertis. C'était leur premier concert parisien et je compte bien le promouvoir à mon modeste niveau, pour tenter d'accroitre leur notoriété.

Afin de ne pas laisser ricaner le lecteur d'un prétendu paradoxe dans ma démarche de ce soir, je tiens à le rassurer dans un petit préambule au récit. Ceux qui me connaissent savent combien je porte haut l'étendard de l'ardent défenseur de la langue française dans le rock. Ceux-là pourraient légitiment s'étonner que je me rende à un concert célébrant le hard français … anglophone. Bah ouai, mais après quatre décennies à trainer mes semelles dans les salles de concerts, je n'en suis plus à une contradiction près, hein ! Et puis cette nouvelle production de Yvan GUILLEVIC me parait suffisamment convaincante pour justifier une exception qui confirme ma règle. Je m'estime assez tolérant pour admettre que la musique de HEART LINE est conforme à la qualité attendue pour ce style, et tant pis pour mes principes.

Mais bon, je continue à brandir ma petite pancarte revendicatrice ; je persiste à valoriser les exemples réussis du rock francophone qui ne manquent pas ; ni dans le passé (TRUST, TELEPHONE, VULCAIN, BANLIEUE EST, STOCKS, KLAXON notamment), ni dans le présent (LAZULI, MANIGANCE, …). Qu'on ne m'oppose pas l'argument commercial qui prétendrait que l'anglais serait LA langue du rock ; cela ne tient pas une seconde face au succès colossal de RAMMSTEIN (…entre autres). Je demeure convaincu que les lignes de chant d'Emmanuel sonneraient tout aussi bien en français. Cela aurait d'ailleurs au moins le mérite d'ajouter une touche d'originalité, une transgression des codes et des sons déjà entendus. Il suffit, pour s'en convaincre, de réécouter la récente réédition de l'album "Musique Dans La Peau" de KLAXON (paru initialement le 21 juin 1982). Tous les choix artistiques sont respectables certes, mais j'ai un avis en tant que modeste auditeur, que je tiens à revendiquer ici. Comme dirait l'autre, c'est mon avis et je le partage, voilà qui est fait n'en parlons plus (pour cette fois !).

Puisqu'ils le revendiquent eux-mêmes, je ne pense pas insulter HEART LINE en soulignant une influence marquée par la mouvance du hard mélodique et puissant des années 80. Chacun, en fonction de son vécu, trouvera des similitudes avec tel groupe ou tel autre. Personnellement, en écoutant le chant comme les guitares, l'ensemble m'évoque tantôt JOURNEY (Steve Perry), tantôt FOREIGNER, parfois BON JOVI. Honnêtement, je ne peux pas me vanter d'en être un grand spécialiste, puisque à l'âge d'or de ces groupes-là, j'étais davantage sensible à un rock plus explosif, tel que celui des anglais (Motörhead, Judas Priest, …) ou encore celui des américains hors normes (Metallica, …). Pour me détendre, mes références Nord-américaines étaient plutôt RUSH, BOSTON, BLUE OYSTER CULT, ou VAN HALEN.

Néanmoins, ces sonorités calibrées pour les radios en FM avaient fini par laisser des traces dans ma mémoire, ne fut-ce que par l'intermédiaire des programmations de Tonton Zézé sur Wango-Tango, mais également par mes participations à des festivals…

Tel est mon contexte psychologique qui justifie ma démarche de ce soir. C'est donc entretenu par une certaine nostalgie que j'emmène ma P'tite Fée à cette messe d'un autre temps.

HEART LINE [20h20-21h45] jouera seul ce soir, à l'instar de Molybaron ici même en dernier lieu.

L'auditorium ne m'a pourtant pas toujours laissé de bons souvenirs, mais ce soir la sonorisation m'a paru très bonne. Il faut croire que l'ingé-son était cette fois à la hauteur de l'enjeu. Certes, il y aura autant d'avis que de paires d'oreilles, les uns attendant davantage de puissance au micro, les autres à l'ampli ici ou là … mais franchement, le confort d'écoute était très agréable. Les protections auditives à peine nécessaires. Chaque pupitre fut perceptible, même depuis le premier rang, où nous étions calés avec mon fils et ma p'tite Fée.

 


En fond de scène était étendu le rideau estampillé au logo du groupe. L'éclairage lumineux et coloré m'a permis de bonnes prises de photo. La taille modeste de la scène n'a pas semblé pénaliser le jeu du groupe, le chanteur a pu exploiter l'espace pour exprimer un réel charisme.

Les musiciens montrent tous une belle maitrise de la scène, ainsi qu'une cohésion qui parvient à reproduire assez fidèlement les sons produits dans "Back in the Game". Nous nous sommes souvent échangés des regards ébahis dans le public. A tout seigneur, tout honneur, Yvan GUILLEVIC a démontré avec sa guitare tout son talent, par des soli bourrés de sensibilité et d'énergie et de conviction. Mais honnêtement ce n'était pas vraiment une surprise. En revanche, à l'écoute du disque, il était permis de s'interroger sur la capacité du chanteur à interpréter correctement les titres ambitieux sur scène. Eh bien, je ne ferai pas durer le suspense plus longtemps, j'ai été époustouflé par le timbre, la tessiture, le charisme de cet artiste exceptionnel ! Je n'en suis pourtant pas à mon premier concert, mais je pense sincèrement qu'Emmanuel est pour moi actuellement le meilleur chanteur français (mais pas francophone, je le concède). En dépit d'une remarquable éloquence, je n'ai pas pigé un traitre mot de ce qu'il chantait, et pourtant sa force de conviction et son interprétation auraient pu me convaincre de tout et son contraire !

Les autres musiciens ont assumé leur pupitre avec régularité et efficacité. J'ai apprécié l'absence de bandes-son, trop souvent inhérentes au genre. Exception notable ; pour l'introduction de "Fire Dance", avec le son d'une moto (rappelant celle de "Wheel of Steel" de Saxon !).

Soixante-quinze minutes de concert, c'est un peu court, surtout sans première partie de soirée. Mais la prestation n'en fut pas moins convaincante et réussie. Gageons qu'avec un deuxième album (en cours) ils pourront allonger un peu leur temps de passage. En tous cas, l'auditoire fut conquis avec seize titres, dont l'intégralité des onze titres issus de l'opus promu ce soir. Nous avons eu droit en outre à un titre inédit, qui sera probablement inclus dans l'album en préparation. De surcroît, HEART LINE a une la bonne idée d'interpréter quatre reprises. Personnellement, je n'avais reconnu que celle de JOURNEY, connaissant un peu moins TRIUMPH et pas du tout AVIATOR, ni Paul LAINE. Objectif atteint, puisque ces titres me donnent envie de réécouter ces groupes.

PROGRAMME
Fighting To Live (Back in the Game, 2021)

Hold On (Back in the Game, 2021)
Front Line (reprise de AVIATOR)
I’m In Heaven (Back in the Game, 2021)
Back in the Game (Back in the Game, 2021)*
I Long To Rise (Back in the Game, 2021)*
In The City (Back in the Game, 2021)
Never say never (reprise de TRIUMPH)
Stranger In The Night (Back in the Game, 2021)
Fire Dance (Back in the Game, 2021)
Once In A Lifetime (Back in the Game, 2021)*
Edge of the Blade (reprise de JOURNEY)
I am the Night (nouveau titre, inédit)
One Night In Paradise (Back in the Game, 2021).
RAPPEL :
We are the Young (reprise de PAUL LAINE)

On Fire (Back in the Game, 2021).


Après le concert, nous nous rendons à leur échoppe pour nous procurer le CD (16€), avant de le faire dédicacer par le quintet, qui s'est immédiatement rendu très disponible auprès du public. Au comptoir nous échangeons les impressions, et posons pour quelques portraits autour d'une bonne mousse pour clore une bien belle soirée !








Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

HEART LINE - Paris - La Boule Noire - 29/05/2022. - 5.0 out of 5 based on 1 vote

Connexion

On Line :

Nous avons 619 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • OUSEY MANN - Is Anybody Listening - Chronique

    aorgod
    Du Hard rock mélodique enlevé avec ...

    Lire la suite...

     
  • TRANSATLANTIC - Paris – L'Olympia - 28/07/2022

    Eric Berger
    merci pour ce live report ...

    Lire la suite...

     
  • HELLFEST 2022 - 19 juin - Judas Priest, Gojira, Michael Schenker, Korn, Killing Joke, Running Wild, Lacuna Coil, Doro, Battle Beast, Sortilege, Maximum The Hormone

    Eric Berger
    j'ai vu le concert de ...

    Lire la suite...

     
  • HEADWAY Featuring Steven McCLINTOCK

    Fab
    Les compos sont plutôt intéressantes ...

    Lire la suite...

     
  • BERNIE CHIARAVALLE - Long Before I Knew You - Chronique

    Eagles05
    Hello et merci pour cette chro ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

21 Nov 2021 13:00 - Maënora
HEART LINE - Back In The Game - Chronique
AOR
08 Oct 2021 15:45 - WALT 42
NIGHT RANGER  - ATBPO - Chronique
AOR
Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)