Home L'équipe - prochaines chroniques Rock Blues Country - Auteurs KING KING Exile and Grace

KING KING Exile and Grace

Rock Country Blues - Chroniques albums reviews

KING KING Exile and GraceDifficile de succéder à un troisième album qui a raflé une majorité de récompenses au British Blues Awards dans les catégories (source Wikipédia) :

  • Bass Player of the Year (Lindsay Coulson)

  • Blues Album of the Year (Reaching for the LightKing King)

  • Blues Song of the Year (Rush HourKing King)

  • Songwriter of the Year (King King)

  • Male Vocalist of the Year (Alan Nimmo) …

et qu'on vient d'être introduit au 'British Blues Awards Hall of Fame' pour avoir remporté le titre de Meilleur Groupe trois années de suite, rien que ça. Cela donne le ton de suite à qui on a à faire.

Pour le profane, King King se situe entre Joe Bonamassa pour le côté voix velouté et un blues posé, et un Johnny Lang pour le côté rock mainstream, voire fm. D'ailleurs, vu que Rockmeeting est côtoyé par beaucoup de fans de rock mélodique, une ressemblance stylistique, et même vocale, n'est pas sans rappelé Steve Overland et son groupe de classic rock AOR, FM, voire un Toto avec Steve Lukather au micro.

Deux ans après, ce quatrième album suit la même voie que son prédécesseur avec son blues fm classieux. On retrouvera des tubes en puissance avec le sombre Broken, les accrocheurs Tear it all up, Betrayed me, le très Toto, l'entraînant I don't wanna lie, voire la ballade Find your way home qui rentrera probablement dans les cases des fans d'aor, mais pas les miennes.

Ceci dit, si les radios devraient se délecter de ce nouveau chapitre, les fans les plus hardus du blues pur, pourront regretter une guitare timide et un son trop propret. Bien qu'ils pourront se rassasier tout de même sur les titres plus boogie rock comme Gimme no lovin', Long time running, ou le très Lynyrd Skynyrd Nobody knows your name,

Bref ceux qui n'aiment pas Bonamassa et Toto pour leur côté trop lisse, vont exiler ce disque, pour les autres cette galette devrait trouver grâce à leurs oreilles. Quoiqu'il en soit, King King mérite amplement ses récompenses, et apporte un vent de fraîcheur au blues, en lui additionnant des mélodies dites ''fm''. Mais attention toutefois de ne pas trop s'éloigner du groove et de la sueur du blues non plus.


Tracklist : Line Up :  

1- She Don't Gimme No Lovin'

2- Heed The Warning

3- Broken

4- Find Your Way Home

5- Tear It All Up

6- Betrayed Me

7- Long Time Running

8- Nobody Knows Your Name

9- I Don't Wanna Lie

Alan Nimmo - chant, guitare

Lindsay Coulson - basse

Bob Fridzema - claviers

Wayne Proctor – batterie


am

 

Label :

Manhaton

Sortie : 13/10/2017
Production : n/a


Discographie :

 

2011 : Take my hand

2013 : Standing in the Shadow

2015 : Reaching for the Light

2017 : Exile and Grace


Liens multimédia - videos SITE OFFICIE FACEBOOK

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes des visiteurs :


( 0 Votes )

Mis à jour (Jeudi, 26 Octobre 2017 16:18)

 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Sujet:
Commentaire: