0
0
0
s2smodern

Allez, S.V.P. soyons francs … Aujourd’hui un festival de Hard, ça ressemble plus à un thé dansant qu’à un clip du passé.

Facile d’imaginer les zicos en période pré concerts tous sous perfusion, avec le gobelet et le dentier qui baigne. Si, si … Rien que le nom : le Grand Serpent blanc … Honnêtement, quand tu lui enlèves les crochets et le venin, c’est quoi ?
Oui, tout à fait ; dit le plus fort … Un gros ver de terre … Travesti. Regarder tous ces grands festivals. Je pourrais citer tous les groupes, et les faire voyager avec la carte vermeille ; mais ce n’est pas le but de cette chronique. Pour info’, je continuerais, certainement, d’acheter Whitesnake … Mais en albums studios, pas de Live, pas de concerts. Ce n’est pas parce que je débite des conneries, que j’en ai la racine du mot ancré profond dans la couenne.
 
Par contre … Malemort, « des jeunes qui n’en veulent.». Oui, jeunes ! Car, au passage, même moi je suis pubère. A côté du chanteur du grand serpent édenté. Là l’animal mord & ça fait mal ; normal Malemort.
 
Alors, il leur manque quoi à nos « Frenchies » ? Une émission télé réalité, où le jury ne serait pas constitué d’une fange de la musique ? Pardon, pardon, j’ai voulu écrire « frange ».
Oui, par exemple, ça et une main heureuse, ou pourquoi pas le bon génie, le personnage de confiance ? Voire la bonne fée.
J’avais vaguement pensé à Joséphine Ange gardien et je me suis dit avant le concert rien qu’au guichet dans la queue … Elle va toutes les prendre dans le front. Ensuite elle va pédaler pour remonter dans les sondages et avec ses petites jambes péda… Non, non ; ça ne va pas !
Bingo, Youkaïdi, Youkaïda, Alléluia, Habemus papamm ! Et là je me suis dit : « Mary Poppins, celle que tout le monde aime, charmante, une personne pleine de tendresse à qui on fait confiance … Pleinement. ». Bah oui, une nana plutôt mignonne, qui passe son temps avec un ramoneur sans prendre le moindre coup de goupillon … Moi je dis respect. Pour preuve je ne suis pas ramoneur et perso’, je me serai bien vu lui dire :
« Je sais, je sais, Marie j’ai les poils du mauvais côté du manche, mais je t’en prie si l’envie te prends de faire un tour sur mon balai ; You’re Welcome ! » … Je m’égare ; mais une ballade avec elle ; c’est quand elle veut.
Mais pour écouter Malemort et pas les chansons débiles de Disney. Ok, pour me promener dans un tableau, mais pas là où on s’enfuit dans le lointain avec des gosses et des animaux, pas zoophile et pas « Beat It ».
Sauf qu’il y a une Mme Maënora & pas de Poppins …
Donc, on oublie ma publiciste de luxe, pour porter louange et gloire à « Malemort » !
Et à chaque auditeur fana du groupe de devenir organisateur.
 
Même si Malemort au départ c’est eux qui en parlent le mieux :
Nous, musiciens sans nom, sans étendard et sans chapelle, avons décidé de créer Malemort à l’image de l’idée que nous nous faisons du Metal : libre !
& moi chroniqueur à pseudo, de sang braillard à la plume de mon scalpel, j’ai décidé de parler de Malemort, libre de ma culture Metal, du message reçu par wagons de décibels.
 
Le Hard Pop Punk’n’Roll, vous connaissez ? QUOI ! Ça n’existe pas ? T’as écouté Malemort ? Alors  bémol. On ne m’interrompe pas !
Dans une société où les gens n’ont de cesse de mettre à mal  la vie et celles de ceux qui les entourent, le groupe fait dans les paradoxes. Entre son nom de combo, le nom de son album et les textes qui le composent : un titre en « idiot » ; oui … En Anglais, pour un chant en Français … Quoi que ? Xavier, chante-t-il toujours en Français ?
Pour commencer, penchons-nous sur l’Artwork ; si le vinyl était encore contemporain, le livret aurait été livré sur du papier journal. Parfumé, certes mais quelles auraient été les odeurs ?
En se penchant dans les teintes vieillies, les images d’un passé, c’est une région qui transpire … Le Nord ? Pas celui du film et de son accent à faire fuir ; mais l’image d’un état d’esprit, d’une profondeur. De gens fiers et forts ; comme l’est leur musique. Ou alors je me trompe ? Que nenni ; Il y a un univers, un concept autour de ce groupe. Cela se voit, mais surtout cela s’entend. Car Malemort, c’est avant tout de la musique pas un tableau. Ni un décor minier.
 
Saucissonnage ; Made By Maënora !
Home Sweet Home, Dunkerque ; c’est comme Alabama … Mais plus Roots.
On rentre dans l’album, en claquant les portières, le moteur vrombit, et la musique s’associe à ce métronome. D’entrée, on part dans un univers proche d’un Parabellum – Bérurier Foncé ; mais avec la science du refrain, la parfaite assimilation de la mélodicité. Ça pulse et on vous embarque, aidez par une boite à rythme maison : Fabien à la basse et Aurel en guest studio … Aux baguettes. Aurel qui s’est vraiment adapté à l’esprit du combo, même sur un travail studio. Un groupe, également, identifiable à sa signature vocale : Xavier donne parfois avec son phrasé des coups de médiateurs dans ses lignes de chants. Et il touche sa cible comme sur ce titre avec le pré refrain & son refrain pour vous coller à la chanson. Croyez-moi la rime en « ole » elle fait papier tue-mouche.
Insoumission, le  groupe s’est composé un album dans un esprit Live ; avec comme là des titres pour Headangers et pogotteurs collés à la scène. Pour un bras de fer, un bras de chair ; entre scène et fosse. Le métronome est celui du lapin Duracell en version modèle lapinou épicé, seul le chorus solistique, donne dans « le soft » pour appuyer une ligne mélodique. La mélodie est une composante et une recherche présente sur chacun des titres. Livraison d’un chorus guitare qui reste fidèle au titre. Par Mr Jean Roch.
Atomique Diplomatie, sur ce morceau il y a quelque chose de l’univers d’un Mano Solo, à qui on aurait expliqué l’utilité d’une mélodie Metal, pour capter un public en Live. La guitare s’amuse à offrir quelques lignes inter chants. Toujours cette signature : du changement de ton. L’impression d’avoir autant un tribun sur son monticule dans un pied de grèves, pour délivrer son message. Xavier … Chanteur ou leader syndicaliste ? Ou politique du peuple ?
La Meute soyons sincère on arrive sur un de mes premiers coups de cœur, un rythme mid tempo, un choix de paroles pour vous coller au morceau. Un phrasé unique, toujours adapté au morceau et des chœurs qui excellent. Ouais, j’assume … J’adore ce titre ! Le morceau qui ne vous lâche plus. En live le public doit se régaler autant que le groupe. D’ailleurs il y a ce son et cet enregistrement très Live. Même si les arrangements sont parfaits ils gardent une authenticité d’enregistrement cohérent de groupe. Superbe final en sus.
Le Domaine ; aie, j’ai un problème. Surement mon titre préféré. Il y a du Renaud dans le chant, oui Docteur Picolo, Mister soiffard. Nous n’avons pas six octaves dans la voix, mais une palette chromatique parfaitement utilisée. C’est ça chanter ! Pas gueulé dès l’ouverture du micro ; mais faire de sa voix cet énième instrument. Le cadre et la liaison du groupe. Parfois les mots sont tranchés, étendus, tout ce qu’il est possible est offert sur l’opus. Une fois encore s’appuyant sur la rythmique de Xavier, Jean nous joue son chorus avec utilisation des effets, pour coller à l’esprit.
L’Enfant Machette : Je pense que ces mecs ont un problème, la peur et le syndrome de la salle qui s’endort. Donc, s.t.p. Aurel, tu peux voir avec Fabien pour imposer un petit tempo, cascade kayak … Oui un peu chasse d’eau – distors et t’inquiètes on va te mettre les riffs de grattes. Bilan ; visites médicales des cervicales garanties pour le lundi. QUOI ! Ce n’est pas du Hard Pop Punk’n’Roll ? Pour info’ pour ceux qui voudraient caler leur rythme cardiaque au tempo … Je vous dis Adieu ! L’accalmie à 2mn40 vient trop tard.
Jamais ;  voilà le chant médiateur ! Plus un refrain hyper mémorisable, un mid-tempo pulsé. Là aussi j’adhère complètement. Des chœurs pour transformer le morceau en hymne. Le morceau que j’entends porter sur les barricades de Paname dans le 5ème mois de l’autre siècle en 68. Avec un look de jaquette.
L’enfant Machette ; petit aveu … ça surprend ! Sur le coup, je me suis demandé s’ils ne voulaient pas réaliser la B.O. du Marsipulami II. A moins que quelqu’un ait encore laissé la cage de Kirikou ouverte ? Mais non, le sujet est sérieux, lisez les textes. Cela vous permettra d’apprécier quelques exercices, comme les  changements de lignes vocales : « Au visage des Innocents qu’on prend » ; cela en deviendrait presque beau, si le sujet n’était pas aussi grave. Un titre Punkisant, mais avec chorus mélodique. Belle prouesse !
Nous Les Barbares. Si il reste une identité Malemort à retenir, en fin d’album il y aura deux clans. Ceux qui privilégieront l’Hyper pulsé et comme moi, les plus fans de cette patte Mid pulsé, également, donnant plus de liberté aux variations et richesses de rythmes et ambiances. Mais pourquoi scinder, il y a fromage et dessert. Je garde tout et amenez l’addition.
Diamond. Entre l’identité vocale d’un Renaud et Mano Solo, il y a le chant de Xavier et quelques réminiscences du Belge Arno. Attention vous allez vite vous retrouver dépendant de cet album et à fortiori du groupe. Car une fois encore, comme mes dernières chro’s (pur hasard) il y a surtout cette grande force du : « Désolé, mais on n’a pas de concurrence ! » Encore un de mes gros coups de cœurs de l’album, je sais ça en fait beaucoup ; mais si vous ne gardez pas le refrain … Mettez-vous à l’Aqua-napperons ! On sort de nos frontières et de notre continent, mais quel voyage.
Les Derniers ; hum ! Enfin, Fabien impose sa basse ; elle porte superbement le morceau et le tempo contretemps d’Aurel est à enseigner dans les écoles de cogneurs de fûts inspirés. Ces mecs ont digéré le Hard, le grunge et … Ce qu’il y a de mieux chez un Mano Negra. La mélodie guitare est à hauteur de ses comparses. Encore un bel exercice de chant. Des variations de tempos, que demande le peuple. Assez hymnique !
Fils D’Eve. Il y a toujours ce moment douloureux, où à la fin du livre on se retrouve à regarder la faible épaisseur du : « Peu qui reste ». Mais la musique a cette magie, du flacon toujours plein avec plaisirs maintenus garantis. Comme un grand vin bien chambré. Les écoutes répétées sauront vous faire découvrir des arômes et fruits différents. Sur ce titre à la limite du Big Rock, vous pourrez rechercher quels sont les chemins pentus qu’ont emprunté, arpenté ces musiciens. Pour garder deux choses : énergie et beauté du titre. C’est le paradoxe de fin. De faim on en reste, la suite on attend ; la Malemort débute de fort belle manière.

 

 

 


Tracklist : Line Up :  
01. Home Sweet Home
02. Insoumission
03. Atomique Diplomatique
04. La Meute
05. Le Domaine
06. L’Enfant-Machette
07. Jamais !
08. Japan Airline
09. Nous Les Barbares
10. Diamond
11. Les Derniers
12. Fils D’Eve


Xavier : Chant & Guitare Rythmique ;
Jean ROCH : Guitare Solo ;
Fabien : Basse ;
Aurel : Batterie, studio

Sur scène : Sébastien – Guitare Rythmique & Cedrico - Batterie.
am

 

Label : Brennus Webstore
Sortie : 09/2012
Production : Mobo


Discographie :

French Romances (2012)


Liens multimédia - videos SITE OFFICIEL  

 

 

 

 

 

 

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires

  • THE NIGHTS - The Nights

    Chasseur Immobilier
    Merci pour la kro, très bon ...

    Lire la suite...

     
  • W.E.T. Earthrage

    FranckAndFurious
    ''Unanimisme sur cet album'' ...

    Lire la suite...

     
  • TRUST - Dans Le Même Sang

    MetalDen
    Superbe album, un retour au ...

    Lire la suite...

     
  • BLACK STONE CHERRY Family Tree

    MetalDen
    Pas mal en effet, mais comme ...

    Lire la suite...

     
  • ANGRA ØMNI

    MetalDen
    Un peu de promotion pour l'outil ...

    Lire la suite...

     
  • STEVE WALSH Black Butterfly / THE RADIO SUN Unstoppable / DUKES OF THE ORIENT / TRAGIK Tainted

    FranckAndFurious
    DUKE OF THE ORIENT. Quand ...

    Lire la suite...

     
  • ANGRA ØMNI

    FranckAndFurious
    Merci Markus, ça fait plaisir.

    Lire la suite...

     
  • ANGRA ØMNI

    John Markus
    Belle chronique qui donne envie ...

    Lire la suite...

     
  • TRUST - Dans Le Même Sang

    FranckAndFurious
    Musicalement, j'accroche bien au ...

    Lire la suite...

     
  • NO ONE IS INNOCENT - LES SHERIFF - LES DESTROPOUILLAVES - Zénith de Pau - 14/04/2018

    John Markus
    Merci Franck pour ton humour ...

    Lire la suite...

     
  • REVERTIGO Revertigo

    MetalDen
    J'apprécie aussi beaucoup Mats ...

    Lire la suite...

     
  • W.E.T. Earthrage

    Chasseur Immobilier
    Une bombe de chez bombe !!!!

    Lire la suite...

     
  • TRUST - Dans Le Même Sang

    Chasseur de biens
    Pas mal du tout, certains titres ...

    Lire la suite...

     
  • TOTO - Toulouse Le Zenith - 26/03/2018 40 TRIPS AROUND THE SUN WORLD TOUR

    Nico
    J'y étais aussi ! J'ai beaucoup ...

    Lire la suite...

Connexion

On Line :

Nous avons 476 invités et aucun membre en ligne