0
0
0
s2smodern

Gary Moore a 15 ans, lorsque le 27 Novembre 1967, il assiste au Queen's College de Belfast,
à un concert de Jimi Hendrix, qui fetait, ce soir là, son 25ème anniversaire. C'est, depuis cette époque, que Gary Moore voua une admiration sans borne à ce génie de la guitare qui révolutionna son monde à la fin des sixties. Hendrix disparu en 1970, non sans avoir laissé une empreinte réelle sur des guitaristes tels que  Robin Trower, Jimmy Ray Vaughn ou encore Ulrich Roth pour ne citer que les plus proches du feeling Hendrixien.  Techniquement, Hendrix a aussi  permis d'ouvrir des portes à d'autres prodiges comme Jeff Beck ou Eddy Van Halen . Gary Moore, lui, en a retiré, à la fois, le feeling et la technique, pour, au final, forger son propre style, et, on connait la brillante carrière qui fut la sienne. Fort de cette influence assimilée, Gary Moore décide de jouer sur scène des morceaux, extraits du concert que Jimi Hendrix donna au Festival Pop de Monterey, en 1967. Ainsi, le projet voit le jour et l'évènement se passe à  l'Hippodrome Theater de Londres, le 25 Octobre 2007,  40 ans après le " Live at Monterey". L’entrée en scène est des plus simples. Gary Moore, accompagné par Dave Bronze à la basse, et, de Darrin Mooney à la batterie, attaque le riff  torturé de Purple Haze avec un copié/collé parfait, même au niveau de la voix, on est dans le vintage le plus total, jusqu'au chorus alambiqué et exécuté sur le bout des doigts. Enchainement avec Manic Depression avec des petits phrasés incisifs que Gary se régale à exécuter entre les lignes vocales, puis c'est Foxy Lady avec son riff Rock/Bluesy et son chorus chaud bouillant. Un peu plus lent, on a droit à The Wind Cries Mary où le style Gary Moore reprend ses droits avec son feeling Bluesy si caractéristique. Ensuite, petit exercice de style, Gary prend une guitare avec un manche monté à l'envers, pour jouer I Don't Like Today dans les conditions exactes où Jimi Hendrix interprétait ses morceaux (Hendrix était gaucher et les guitares pour gaucher n'existaient pas à l'époque). On a droit à un beau numéro psychédélique et sur la deuxième partie du morceau, changement de rythme, et, Gary récupère sa Fender bleue pour terminer en beauté, avec le feeling qu'on lui connait. Changement de guitare. Gary prend sa Flying Gibson (si chère aux frères Schenker) pour amorcer My Angel, un morceau de sa composition qu'il  mélange à l'Angel de Jimi Hendrix, avec habileté et dextérité. Changement de rythme avec le flamboyant Fire au chorus incendiaire qui se termine avec une imitation d'une sirène de pompiers. A ce moment là du concert, petite surprise avec l'entrée en scène de deux ex pointures qui furent, jadis, les accompagnateurs du prodige Américain. Billy Cox (ex Band Of Gypsies) à la basse, et, Mitch Mitchell (ex Experience) à la batterie, remplacent Bronze et Mooney pour interpréter cette pièce maitresse du répertoire d'Hendrix qu'est:  Red House.  C'est Billy Cox qui chante, et, on sent, tout de suite, la différence du coté de la rythmique, qui est impériale de feeling, et, sur laquelle Gary laisse s'exprimer son talent absolument époustouflant. S'ensuivent deux autres morceaux avec Cox et Mitchell. D'abord, avec le très électrique Stone Fire et, ensuite, avec  Hey Joe, le grand classique composé par Billy Roberts, et, popularisé, en France par Johnny Hallyday. Ovation du public pour cette rythmique de rêve, et, retour des acolytes de Gary Moore pour terminer avec  Voodoo Chile et sa fabuleuse intro à la wah-wah. Gary Moore fait preuve d'un feeling inouï,  nous gratifie d'un chorus apocalyptique, et ,s'amuse à imiter Hendrix en jouant avec les dents sur le final.


Bref, vous l'aurez compris, ce DVD, meme s'il est un peu court, fait la part belle à la guitare, et, si vous aimez le répertoire de Jimi Hendrix et le jeu subtil de Gary Moore, ce DVD est pour vous.

 






Tracklist : Line Up :  
01. Purple Haze
02. Manic Depression
03. Foxy Lady
04. The Wind Cries Mary
05. I Don't Live Today
06. My Angel
07. Angel
08. Fire
09. Red House
10. Stone Free
11. Hey Joe
12. Voodoo Child (Slight Return)

Gary Moore (chant guitare )
Dave Bronze (basse )
Darrin Mooney (batterie)
invités 
Billy Cox (basse et chant )
Mitch Mitchell (batteries)
am

 

Label : Eagle Records
Sortie : 24/09/2012
Production : Terry Shand - Geoff Kempin


 Discographie

    Grinding Stone (1973)
    Back on the Streets (1978)
    Corridors of Power (1982)
    Live at the Marquee (1983)
    Rockin' Every Night - Live in Japan (1983)
    Victims of the Future (1983)
    Dirty Fingers (1984)
    We Want Moore (1984) (live)
    Run for Cover (1985)
    Wild Frontier (1987)
    And Then the Man Said to his Guitar (1988)
    After the War (1989)
    Still Got the Blues (1990)
    After Hours (1992)
    Blues Alive (1993)
    Ballads & Blues 1982-1994 (1994)
    Blues For Greeny (1995)
    Dark Days in Paradise (1997)
    Out in the Fields - The Very Best of Part 1 (1998)
    Blood of Emeralds - The Very Best of Part 2 (1999)
    A Different Beat (1999)
    Back to the Blues (2001)
    Scars (2002)
    Live at the Monsters of Rock (2003)
    Power of the Blues (2004)
    Old New Ballads Blues (2006)
    Gary Moore : The Platinum Collection (2006)
    Close As You Get (2007)
    Bad For You Baby (2008)
    Essential Montreux - Live at Montreux (Coffret 5CD) (2009)
    Live at Montreux 2010 (2011)


Liens multimédia - videosSITE OFFICIEL

Notes des visiteurs :

Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 426 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • ROBBIE ROBERTSON - How to become Clairvoyant - La chronique de l'album solo de l'ex guitariste de THE BAND

    MetalDen
    J'étais passé à côté de cet ...

    Lire la suite...

     
  • KHYMERA - Master Of Illusions - La chronique

    MetalDen
    En effet très bonne production ...

    Lire la suite...

     
  • KATATONIA - City Burials - La chronique

    MetalDen
    arf ! Behind The Blood, quel ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    Claude Blais
    D'accord avec Fab: un excellent ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    MetalDen
    Beaucoup aimé aussi cet opus, pas ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)