Nouvelles:

Auteur Sujet: DAVID BOWIE  (Lu 6532 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne MetalDen

  • Administrator
  • Hero
  • *****
  • Messages: 39127
    • Voir le profil
    • rockmeeting
DAVID BOWIE
« Réponse #15 le: Jeu 26 Jan 17 23:12:53 »

Le leader de SLIPKNOT et de STONE SOUR, Corey Taylor, a été l'un des musiciens qui a joué le mardi etm ercredi  (24-25 janvier) au Wiltern Theatre à Los Angeles pour le concert Celebrating David Bowie. En plus de ces légendaires musiciens de Bowie comme les guitaristes Earl Slick et Adrian Belew, le pianiste Mike Garson et le bassiste Gail Ann Dorsey, d'autres chanteurs invités incluent Joe Elliott de DEF LEPPARD, Perry Farrell de JANE'S ADDICTION, Gavin Rossdale de BUSH, Sting, Sumner, le fils de Donovan, Donovan Leitch, et Bernard Fowler.

La video de la reprise par Taylor du "China Girl" de Bowie du concert de la nuit dernière ci-dessous.

Le spectacle "Celebrating David Bowie", qui a déjà touché Londres et New York, continue sa route, jouant le 2 février à Tokyo.

http://www.youtube.com/watch?v=bXemxo-9-kA#ws





Hors ligne MetalDen

  • Administrator
  • Hero
  • *****
  • Messages: 39127
    • Voir le profil
    • rockmeeting
DAVID BOWIE
« Réponse #16 le: Ven 23 Nov 18 22:08:09 »



ARTE -  vendredi 23 novembre à 22h20, le docu : David Bowie - Les cinq dernières années , la video qui va être diffusée aussi en ligne ci-dessous.

Plus de deux ans après sa disparition, cet émouvant documentaire revient sur les dernières années de la vie de David Bowie, particulièrement riches. Le réalisateur Francis Whately rassemble des archives rares ou inédites, des interviews audio encore jamais diffusées, et donne la parole à celles et ceux qui ont côtoyé le chanteur dans ces années ultimes.

Après le documentaire acclamé David Bowie en cinq actes (2013), qui retraçait cinq années charnières dans la carrière de l’icône britannique, le réalisateur anglais Francis Whately revenait avec un nouvel opus en forme d’hommage, à l’occasion de la première commémoration de la disparition de l’artiste à 69 ans, le 10 janvier 2016, deux jours après la sortie de son 25e album. Le film se concentre sur les cinq dernières années de la vie de David Bowie, d'une richesse et d'une créativité exceptionnelles. Il revient sur les trois projets musicaux qui l’ont occupé : ses albums The Next Day (2013) et Blackstar (2016), et la comédie musicale Lazarus, que l'on découvre ici depuis les coulisses. Mettant en parallèle l'art transformiste du musicien caméléon et les thèmes qui traversent son œuvre avec une remarquable constance, Francis Whately rassemble des archives rares ou inédites, des interviews audio jamais diffusées avant, et donne la parole à celles et ceux qui ont côtoyé le chanteur dans ces ultimes années – amis proches, producteurs ou réalisateurs de ses derniers clips… Un rendez-vous à ne pas manquer avec l'immense Bowie.


Hors ligne MetalDen

  • Administrator
  • Hero
  • *****
  • Messages: 39127
    • Voir le profil
    • rockmeeting
DAVID BOWIE
« Réponse #17 le: Mer 21 Août 19 17:36:43 »
La première photo de l'acteur Johnny Flynn dans le rôle de David Bowie dans le prochain film biographique Stardust a été publiée ci-dessous.

L'un des producteurs du film, Paul Van Carter, a téléchargé la photo sur Instagram. Le film raconte l’histoire de la tournée américaine de Bowie en 1971 qui a conduit à la naissance de son personnage de Ziggy Stardust. Le film est actuellement en production.

Aucune nouvelle information n'a été révélée concernant le film, qui avait été annoncé en février avec des informations concernant son réalisateur (Gabriel Range) et la distribution principale. En plus du rôle principal de Flynn, Jena Malone joue la première femme de Bowie, Angie, et Marc Maron joue le rôle de publiciste.

Flynn est surtout connu du public américain en tant que star de la série Netflix Lovesick, qui a été diffusée pour la première fois sur la chaîne britannique Channel 4. Il est également le leader du groupe de folk-rock britannique Johnny Flynn & the Sussex Wit. On ne sait pas s'il fournira sa propre voix à Stardust.

Les crédits de réalisateur de Range incluent I Am Slave (2010) et Death of a President (2006). Maron est un vétéran  humoriste qui anime l'un des podcasts d'interviews les plus populaires, WTF. Il a également joué dans les films GLOW et Easy de Netflix. Malone a joué le rôle de Johanna Mason dans la franchise Hunger Games et a joué un rôle dans la minisérie télévisée Too Old to Die Young.

Stardust n'est pas autorisé par la succession de Bowie. Le fils de l'icône, Duncan Jones, a déclaré dans une série de tweets qu'il "est quasiment certain que personne n'a obtenu les droits musicaux pour un biopic. ... je le saurais

"Je ne dis pas que ce film ne se produire pas. Honnêtement, je ne le saurais pas. Je dis que tel quel, ce film ne contiendra aucune musique de papa, et je ne peux pas imaginer que cela change. Si vous voulez voir un film biographique sans sa musique ou la bénédiction de la famille, c'est au public de décider. ”



« Modifié: Mer 21 Août 19 17:41:09 par MetalDen »

Hors ligne MetalDen

  • Administrator
  • Hero
  • *****
  • Messages: 39127
    • Voir le profil
    • rockmeeting
DAVID BOWIE
« Réponse #18 le: Ven 30 Avr 21 21:35:26 »



ARTE - VENDREDI 30 AVRIL À 22 H 30 - « David avant Bowie » retrace les années galères d’une future star, la vidéo replay ci-dessous pour ceux qui vont le manquer.


Le réalisateur britannique Francis Whately avait déjà fait sensation en 2016 avec un documentaire passionnant consacré aux cinq dernières années de la vie de David Bowie. En s’attaquant cette fois aux années galère de David Robert ­Jones, alias David Bowie (1947-2016), des années 1960 jusqu’au tout début des années 1970, Whately réussit une nouvelle performance.


Entre la voix off au timbre si chic et aisément identifiable de Bowie, les nombreuses images d’archives (sur scène, en loge, mais aussi dans l’intimité familiale, amicale et amoureuse) et la diversité des témoignages recueillis (musiciens, petites amies, amant, cousine, amis d’enfance, pro­ducteurs…), c’est aussi l’adolescence de David Robert Jones qui se dessine et permet de mieux ­comprendre la complexité d’une personnalité hors norme.

Le jeune homme introverti, ambitieux et ouvert à toutes les expériences est finalement devenu ce qu’il voulait, une star mondiale, après avoir multiplié les échecs commerciaux au début de sa carrière. Onze années de galère, neuf groupes différents, des tentatives de mêler mime, danse, poésie et musique aux concerts sans lendemain, tout est décortiqué dans un décor, celui de l’Angleterre des sixties, qui laisse sa chance aux audacieux mais n’a pas de pitié pour les apprentis rock stars. En 1965, avec son groupe, The Lower Third, le jeune Bowie passe une audition à la BBC. Verdict sans appel : le chanteur chante faux, le groupe n’a aucun intérêt.
« Plusieurs personnalités »

« J’ai toujours eu besoin d’affection. Et j’ai passé toute mon adolescence à adopter plusieurs personnalités, à changer de style », avoue l’in­téressé, en évoquant avec retenue ses parents, le manque de tendresse de sa mère, son enfance et son adolescence à Bromley, banlieue sans swing de Londres, où ses parents s’étaient installés alors que David, né à Brixton, avait 6 ans.

A la poursuite de l’amour maternel, Bowie deviendra « différent », selon son ami d’enfance Geoff MacCormack. « A 8-9 ans, ses centres d’intérêt n’étaient pas ceux des autres gosses. Il lisait ­notamment beaucoup… » A 15 ans, il joue du saxophone dans le groupe The Konrads. Suivront les King Bees, les Manish Boys. Autant de groupes oubliés qui forgent le caractère du jeune homme. « J’ai toujours été prétentieux », avoue-t-il sans se faire prier.

Nouveau groupe (The Buzz) en 1966, et voilà David qui quitte enfin Bromley pour le centre-ville londonien qui l’attire tant. En 1967, il déclare : « La musique rock n’a pas le monopole de la pensée rebelle. Je suis complètement ouvert aux influences, aux nouvelles et aux vieilles idées ! » Sa musique se cherche encore, et ses albums sont des bides. Fin janvier 1968, rencontre avec la danseuse classique Hermione Farthingale, « le grand amour de a vie ». En juillet 1969, le succès arrive enfin avec le tube Space Oddity. « En 1970, tout a commencé à avoir du sens », résume-t-il.