0
0
0
s2sdefault

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

raismesfest 2018 rose tattoo sons of apollo chris slade praying mantis l a guns eclipse raismes 15 16 09 18
Cette année le Raismesfest s'impose tout particulièrement dans mon calendrier des festivals d'été.

D'abord, parce que tout Ch'ti metallo se doit de soutenir Philippe DELORY et son équipe organisatrice, tous valeureux et persévérants bénévoles qui proposent chaque année de belles affiches et qui entretient une ambiance conviviale dans le joli cadre du château de la princesse d'Arenberg. Nous pouvons tous être collectivement fier de disposer de ce petit festival frontalier en France qui, avec un budget modeste, parvient tous les ans à proposer un lot de bons groupes de hardrock et de progmetal. D'ailleurs, mon p'tit côté cocardier aurait préféré voir 20ème anniversaire sur l'affiche (et non ce malheureux anglicisme "20th anniversary").

 Mais aussi parce qu'en cette année 2018, le festival fête donc ses vingt ans et l'affiche est à la hauteur de l'évènement ! Je suis fier d'avoir participé à l'appel de fonds de soutien ; le RAISMESFEST le vaut bien !

Je dois reconnaitre que ma septième participation depuis 2007 (2007, 2008, 2013, 2014, 2016, 2017) est facilitée par la proximité du site celui de mon noyau familial ! L'étape est donc toute trouvée, mais en contrepartie d'un bon accueil garanti, je m'abstiens de me précipiter dès l'ouverture des grilles. Que les artistes me pardonnent, je n'ai donc pas assisté aux prestations des premiers groupes qui passaient avant 15h. Samedi j'ai manqué Kinderfield, Raspy Junker, Max Pie. Dimanche j'ai manqué The Strikes, Rich Robin, et Bad Touch.

SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2018 - Ouverture des portes 11h30

15h40-16h25 : OBLIVION. Je ne connaissais absolument pas l'existence de ce groupe français. A ma décharge, leur fondation est récente puisque c'est en 2016 que les frangins Joe Amore (chant) et David Amore (batterie) ont décidé d'abandonner le navire Nightmare et de reprendre le flambeau sous l'oriflamme d'Oblivion.

Ce premier groupe de la journée sera ainsi ma première découverte. Des amis bien intentionnés m'avaient pourtant averti, ce hardrock traditionnel mais bourré d'énergie est plus que convaincant ! Certains accents rappellent notamment Pretty Maids. Mon attention bienveillante fut rapidement récompensée car ces musiciens aguerris démontrent efficacement leur maitrise par d'opportuns soli et une réjouissante fougue d'adulescents.

Je remarque tout particulièrement le bassiste Markus Fortunato, qui ne ménage pas sa peine, ainsi que les talentueux guitaristes Stef Rabilloud (ex-Nightmare aussi) et Florian Lagoutte, dont les duos sont du plus bel effet. Le charismatique chanteur galvanise le public qui participe volontiers ; à défaut de textes francophones, ce que je déplore pour ma part, le courant passe bien. Belle ovation finale.

Séduit au point d'aller me procurer à leur échoppe "Résilience" le CD/DVD qui vient de paraitre cette année et que je fais dédicacer par ces musiciens simples, sincères, et disponibles pour quelques portraits. Je leur souhaite un bel avenir !

PROGRAMME

Evil Spell
Shine in My Galaxy
Bells Of Babylon
I Thought I Was A King
Race Is On
Lord of the Sky (Reprise de Nightmare)
In The Arms Of The Queen
Dreamers, Believers.

16h55-17H45 : JARED JAMES NICHOLS. Cet impressionnant gaillard avait déjà favorablement attiré mon attention ce 25 avril 2015 alors qu'il chauffait le Dôme (ex-Palais des sports) de Paris, avant le concert de Lynyrd Skynyrd. Déjà à l'époque, il montrait une fougue et un talent très convaincant.

Jared James Nichols est un guitariste-chanteur américain (état du Wisconsin) âgé de 29 ans, qui excelle dans un style blues-rock typique des années 70. Il mène ainsi un trio très efficace en compagnie de Dennis Holm (Batterie) et Gregg Cash (Basse).

Sa notoriété paraît étonnamment stagner ; il me semble qu'il serait bien inspiré de s'établir en Europe, où j'imagine que sa musique paraitrait moins banale qu'en Amérique. Je lui souhaite de surmonter l'apathie des médias car je me souviens amèrement de la disparition des scènes d'autres guitaristes dans le même style et tout aussi talentueux ; je pense notamment à Ian MOORE ou à Chris DUARTE que j'avais vu en 1995.

En tout état de cause, le beau gosse (son allure athlétique me rappelle celle de Ted Nugent) est encore debout sur cette scène pour nous proposer des titres convaincants extraits de son dernier opus "Black Magic" ainsi que des reprises judicieusement sélectionnées dont "NIB" de Black Sabbath et "Mississipi Queen" de Mountain. Son adresse technique, l'émotion qui transparaît de ses accords plaintifs, doux ou agressifs alliées à sa fougue furent une série d'explosions du sens auditif !

Son concert en a convaincu plus d'un ; les échanges d'impressions des festivaliers éberlués furent légions !

18h15-19h15 : STOCKS. Lorsque j'ai vu ces Ch'tis ce 29 avril 1983 sur les planches de la Mutualité de Paris, je les prédestinais à un avenir radieux. A l'instar de Téléphone, Trust et d'autres Noirs Désir, ce trio démontrait la crédibilité du rock chanté en français. Et pas n'importe quel rock, un rock sudiste à la fois énergique et bluesy à souhait. Christophe Marquilly (guitare, chant, ex-Travaux Publics), né le 25 mars 1955, avait fondé le groupe Stocks au début des années 1980. Sa notoriété restera fondée sur un unique album enregistré en public, mais aussi un très bon opus en studio "Eclats de Rock". Hélas, Christophe Marquilly a décidé d'arrêter en 1987, lassé du peu d'écho perçu dans les média. Manque d'opportunité, ou manque d'ambition ou manque de volonté ? Toujours est-il que le groupe ne me semble pas avoir eu le parcours mérité.

C'est donc avec une bonne part de nostalgie que j'apprécie ce retour sur scène. Les petits ennuis techniques de sonorisation ont contrarié le guitariste, déjà pas très souriant, mais ne sont toutefois pas parvenu à dissiper le plaisir d'un public ravi de cette piqure de rappel. Malgré les années passées dans l'oubli, le guitariste conserve de beaux restes, mis en évidence par une section rythmique correcte. Des chansons du mémorable "Enregistré En Public" de 1982 sont interprétées de manière relativement académique et pas très enthousiaste, à l'instar de la reprise de ZZ Top, "La Grange".

Cela dit, je ne peux pas m'empêcher d'entretenir une certaine amertume en comparant ce qui est et ce qui aurait dû être. Finalement, Christophe Marquilly a interprété ce que le public, fortement composé de quinquas, attendait de lui ; c’est-à-dire un hommage à son éphémère carrière.


19h45-20h45 : ECLIPSE. Ce groupe suédois est composé de Erik Mårtensson (chant, guitare, basse depuis 1999), Magnus Henriksson (guitare, depuis 1999), Magnus Ulfstedt (basse depuis 2014), et Philip Crusner (batterie, depuis 2015). Leur concert s'inscrit dans le cadre de la promotion de "Monumentum" leur opus paru en 2017. Il constitue ma première découverte de la journée… mais aussi ma première déception.

Intrigué par quelques vidéos prometteuses et par une bonne réputation auprès de mes sources d'information, je m'attendais à un rock plus convaincant et surtout plus authentique. Les bandes-sons préenregistrées ont eu le don de m'agacer alors que les musiciens me semblèrent relativement transparents.

Je me suis assez rapidement retiré des premiers rangs afin de vérifier mes impressions avec un peu de recul. Entretemps, la sonorisation s'est améliorée et certains segments sont apparus intéressants mais cela n'a pas suffi à me convaincre ; j'ai préféré continuer l'écoute depuis une file d'attente afin d'obtenir une dédicace des Sons of Apollo.

 

21h15-22H30 : L.A. GUNS. La judicieuse programmation de ce festival aura eu également le mérite de focaliser mon attention sur l'existence de ce groupe, car leur histoire tumultueuse et leur parenté avec Guns'n'Roses (dont je n'étais pas particulièrement friand) m'avaient éloigné de leur parcours. Outre les similitudes sonores, l'arbre généalogique dénonce en effet des liens indéniables.

L.A. Guns est un groupe de rock américain, originaire de Los Angeles (Californie). En 1983, le guitariste Tracii Guns, fonde le L.A. GUNS mais il décide de fusionner le groupe avec Hollywood Rose pour former Guns N' Roses en 1984. L'expérience ne semble pas concluante pour le monsieur qui, en 1985, reforme le groupe qui est actuellement composé de Phil Lewis (chant, depuis 1987), Johnny Martin (basse depuis 2016), Shane Fitzgibbon (batterie, depuis 2016) et Adam Hamilton (guitare rythmique, depuis cette année). Un onzième album, "The Missing Peace" vient de paraitre en 2017.

Ce pédigrée n'était pas de nature à me séduire particulièrement car depuis trois décennies je me suis maintenu éloigné de la carrière des prestigieux mais sulfureux californiens ; le succès fulgurant des G'nR m'a toujours semblé quelque peu usurpé.

Et pourtant, est-ce le cadre, est-ce mon humeur du moment, toujours est-il que ce soir L.A. Guns m'a paru suffisamment convaincant pour fixer mon attention. J'en ai même profité pour remuer la nuque et les jambes, histoire sans doute de me réchauffer car la température commença à dégringoler en cours de prestation. Sans être mon style de prédilection, je peux confesser avoir passé un agréable moment. Je réécouterai volontiers, si toutefois le flot des nouveautés m'en laisse le temps !

23h00-00h30 : SONS OF APOLLO. Même si j'ai déjà vu ce supergroupe cet été au BeProg festival de Barcelone, leur présence ici en tête d'affiche a constitué une indéniable motivation pour venir ! Je suis en effet un grand admirateur de Monsieur Portnoy ; tous les projets auxquels il participe justifient mon plus grand intérêt ! De surcroit, SoA est constitué de musiciens de très hautes pointures, au pédigrée impressionnant. L'intérêt musical d'un groupe ne se limite évidemment pas au potentiel de ses artistes, mais néanmoins cela permet aux moins avertis et aux curieux et ouverts d'esprit de prêter une oreille attentive à leur création.

Je comprends que cette avalanche de démonstrations de talents individuels puisse impressionner à l'occasion d'une première écoute, mais une fois que la porte est trouvée, l'auditeur pourra s'évader vers les vertigineux espaces proposés ! Je déplore que des détracteurs focalisent leur évaluation sur une prétendue somme d'individualités, alors que ces artistes mettent leur talent au service d'une musique certes dense et musclée, mais cette richesse laisse transparaître de magnifiques mélodies. Au final SoA me semble dégager une belle harmonie, même si je doute fort de la durée de cette union … Raison de plus pour ouvrir grand ses yeux et ses oreilles !

Pour rappel, au cas où leur CV aurait été oublié :

  • • Jeff Scott Soto, 52 ans, fut chanteur au sein de Trans-Siberian Orchestra, Talisman, Journey, Yngwie Malmsteen, Axel Rudi Pell ;
  • • Billy Sheehan, 65 ans, fut bassiste au sein de Talas, UFO (en 1983, je l'ai vu, au Bataclan !!!), The Winery Dogs, Mr. Big, Steve Vai, David Lee Roth ;
  • • Mike Portnoy, 51 ans, fut batteur au sein de Dream Theater, The Winery Dogs, Transatlantic, Flying Colors, Neal Morse Band, Adrenaline Mob, Avenged Sevenfold, Twisted Sister.
  • • Ron "Bumblefoot" Thal, 48 ans, fut guitariste au sein de d'Art of Anarchy, Guns N' Roses (2006-2014) ;
  • • Derek Sherinian, 51 ans, fut claviériste au sein de Dream Theater (1994-1999), de Black Country Communion (depuis 2009), Planet X, Alice Cooper, Platypus, Yngwie Malmsteen, Kiss ;

Ces messieurs se sont logiquement lancés il y a quelques mois dans la tournée promotionnelle de leur opus paru l'an dernier "Psychotic Symphony" (2017).

L'accueil a failli être contrarié par un ingénieur du son manifestement incompétent. Durant les premières minutes, le micro du chanteur était sous-mixé et le son fut globalement brouillon. Sacrilège, au regard de la musique subtile et dense que sont venus nous délivrer ces valeureux américains. Les mieux avertis comme moi n'ont pas été trop gênés pour s'y retrouver car il nous suffisait de chanter intérieurement les airs ; en revanche, à ce stade je peux comprendre la répulsion ressentie par ceux qui étaient venus les découvrir… Néanmoins les équilibres ont fini par se rétablir et une très large part du public a été conquise !

A l'instar de leur prestation au BeProg, ces très talentueux artistes ont démontré toute leur maîtrise, sans omettre de produire un univers à la fois mélodique et brutal à souhait ! Mike est toujours très volontaire et participatif, même derrière ses fûts ; un régal ! Billy impressionne par son application et sa fougue pour tricoter sa basse. Jeff dispose d'une tessiture remarquable (quoiqu'en dise le prétentieux et ingrat Malmsteen !), et d'un charisme efficace. Ron m'avait inquiété lors de la séance dédicace avec son mystérieux masque de protection, mais finalement il s'est montré toujours aussi convaincant et efficace. Quant à Derek, il semble balancer ses accords harmoniques avec aisance et décontraction.

Le programme est similaire qu'au BeProg, avec deux reprises de Dream Theater, sauf qu'étant ici en tête d'affiche, SoA nous a gratifié d'une magnifique reprise de Queen.

Enorme prestation au pied du château de la Princesse, pour clore une première journée de ce festival décidément très attractif !

PROGRAMME

God of the Sun
Signs of the Time
Divine Addiction
Just Let Me Breathe (Reprise de Dream Theater)
Labyrinth

Lost in Oblivion
The Prophet's Song / Save Me (Reprise de Queen)
Alive

Opus Maximus
Lines in the Sand (Reprise de Dream Theater)
Coming Home.

DIMANCHE 16 SEPTEMBRE 2018   Ouverture des portes 11h30

15h40-16H25 : MISS AMERICA. Ce 24 mars 2018, alors que j'assistais à mon tout premier festival de l'année 2018, le Lax'n blues, ce quatuor avait scotché son auditoire à une heure pourtant très tardive. C'est donc avec un très grand plaisir que je les retrouve cet après-midi !… Ces niçois, qui se situent dans un univers rock'n roll des années 70 et 80, ont déjà sévi dans de nombreux festivals mais aussi en première partie des Insus, Kool & the Gang, Simple Minds et même Johnny Hallyday. Ils n'ont que deux mini-opus à leur actif (que je possède déjà dédicacé bien sûr !) qu’ils ont vendu toutefois à plus de 7000 exemplaires, à la fin de leurs concerts puisqu'ils continuent à être méprisés des circuits de vente.

L'extrême-Sud vient donc dans l'extrême-Nord. Leur prestation d'aujourd'hui ne dément pas ma première impression. Deux femmes, Mathilde Malaussena à la basse/choeur et Morgane Taylor à la batterie, animent une très bonne section rythmique, pendant que deux hommes Dimitri Walas à la guitare et Tommy Roves au chant/guitare, se chargent du reste.

Ce qui surprend de prime abord c'est la voix puissante et rauque qui émane de ce corps plutôt juvénile. Elle me rappelle celle de Joe Cocker. Mon regard se porte souvent sur la fougueuse Mathilde, toujours souriante et bondissante qui assure pourtant de très bons accords de basse. Morgane est imperturbable, elle semble s'obstiner envers et contre tout à rythmer les déhanchements de ses complices. Quant à Dimitri, il commet de nombreux soli forts à- propos. Des titres accrocheurs, tous hélas anglophone à mon humble avis, tels que "Cocaine Cola", "Sextasy" ou "One Minute Before Glory", promettent un bel avenir à cette belle équipe.

En tout état de cause, la porte n'est pas bien difficile à trouver pour l'accès au gymnase spécialisé dans l'assouplissement des nuques et des articulations. C'est très bon et j'en redemande !


16h55-17H45 : STICKY BOYS. C'est ici même au Raismesfest, le 14 septembre 2013, que je découvrais ce trio de gros malades ! Ils sont franciliens et semblent avoir pris goût au pays des Ch'tis ; Alex Kourelis
le chanteur/guitariste ne manquera pas de remercier chaudement l'orga, mais aussi de vanter l'hospitalité et la gastronomie locale ! (ah ! les carbonades … m'en parlez pas !!! mmmmh) Sticky Boys a sorti l’année dernière son troisième album, "Calling The Devil".

Avec le bassiste J-B Chesnot et le batteur Tom Bullot, le trio se donne à fond pour délivrer un concert de fous-furieux, bien rageur, bien pêchu, en un terme : bien heavy rock’n’roll ! Ca me rappelle les Soundroots, un autre groupe français composé de fêlés du même acabit ! Alex est très charismatique et parvient à emmener une bonne part du public dans son sillage de folie. Bousculades complices et pogos vigoureux ont animé une franche ambiance dans la fosse !

Voilà un bel exemple de pugnacité et d'envie qui devrait être davantage reconnus par nos média nationaux sclérosés et obtus. Le public, lui, les reconnait et leur accorde l'ovation méritée !

 

18h15-19H15 : PRAYING MANTIS. Ah, la NWOBHM ! ("new wave of british heavy metal", pour les plus jeunes non-initiés !) Que de chers souvenirs, dans nos chambres d'ado à rêvasser en écoutant les accords métalliques collés sur des chants à la fois mélodiques et féroces ! A l'époque, (début 80's, pour les plus jeunes toujours pas-initiés !) nous n'imaginions pas les trois décennies glorieuses à venir pour Iron Maiden, ni le maintien de Saxon, Girlschool, Diamond Head, Tygers of Pan-Tang et autre Pretty Maids… et pourtant ils sont tous encore là, plus ou moins au complet, plus ou moins chauves, ou plus ou moins blanchis … mais toujours là ! Il m'avait échappé que Praying Mantis faisait partie de ceux-là, jusqu'au jour où Phil et son équipe de bienfaiteur du Raismesfest les invite à la fête, ici ! Même si Praying Mantis est un groupe britannique de hard-rock formé en Angleterre au milieu des années 1970 par les frères Troy, on peut cependant les classer dans cette vague car leur trop modeste notoriété est née véritablement à l'occasion de la parution de leur premier album "Time Tells No Lies" (1981). Ils n'ont toutefois pas été reconnus à leur juste valeur, même s'il y eu beaucoup de passages illustres au sein du groupe ; Dennis Stratton (ex-Iron Maiden 1980, guitare, chant, de 1990 à 2003), Paul Di'Anno (ex-Iron Maiden jusqu'en 80, chant en 1990), Clive Burr (ex-Iron Maiden de 1980 à 82, batterie, percussion en 1984 et en 1996), Gary Barden (ex-MSG de 1980 à 84, chant de 1995 à 1996), mais aussi Bernie Shaw (chant de 1982 à 84, avant de rejoindre les prestigieux Uriah Heep en 86) ! Cruel paradoxe, Praying Mantis signifie mante-religieuse mais contrairement à l'ordre naturel, ce sont eux qui se sont fait dévorer par les autres !!!...

Bref, toujours à la manœuvre, on retrouve quand-même Tino Troy (guitare, clavier, chant, depuis 1974) et Chris Troy (basse, clavier, chant, depuis 1974). Ils sont désormais entourés de Andy Burgess (guitare, depuis 2007), John Cuijpers (chant, depuis 2013), et Hans in 't Zandt (batterie, percussions, depuis 2013). Ils ont une bonne dizaine d'album à leur actif dont le petit dernier, "Gravity" (2018).

Je devrais cesser de m'inquiéter avant de revoir ces anciens ; j'avais déjà été heureusement surpris par le bon maintien de Diamond Head, Tygers of Pan-Tang (ici au Raismesfest) et de Pretty Maids (à l'Alcatraz). Il en sera de même aujourd'hui avec Praying Mantis ! Toujours crédibles, alliant toujours chants et chœurs mélodiques avec des accords et soli de guitares rageurs. Bon, j'ai bien entendu ici et là des p'tites nappes de synthé pré-enregistrées, ce qui m'agace toujours, mais à eux je leur pardonne volontiers pour une fois… J'ai vraiment pris un grand plaisir à écouter ce bon vieux hardrock tradi. Ces musiciens conservent l'envie, la complicité et l'énergie d'entretenir une belle communion avec son public. Ovation méritée pour ces artistes qui auraient mérité une carrière davantage remarquée !

Je me précipite à l'échoppe pour acheter "Gravity" (Petite merveille qui, depuis, tourne plus souvent qu'à son tour sur ma platine !)

PROGRAMME

Captured City (Captured Live in Tokyo City, 1996)
Panic in the Streets (Time Tells No Lies, 1981)
Praying Mantis (1980)
Fight For Your Honour (Legacy, 2015)
Highway (Sanctuary, 2009)
Keep It Alive (Gravity, 2018)
Dream On (A Cry For The New World, 1993)
Lovers to the Grave (Time Tells No Lies, 1981)
Turn the Tables (Ep 1982)
Time Slipping Away (Predator In Disguise, 1991)
RAPPEL
Children of the Earth (Time Tells No Lies, 1981).

 


19h45-21H : CHRIS SLADE TIMELINE. A l'instar de Miss America, j'ai pu assister à la prestation de CST lors du Lax'n Blues le 24 mars 2018. Pour apprécier pleinement, il faut voir cette prestation comme celle d'un groupe commémoratif (en anglais on dirait "tribute band"). Chris SLADE a vraiment un parcours surprenant, remarquable et honorable. Il a participé à un grand nombre de groupes qui ont marqué l'Histoire du Rock. Bien évidemment une majorité du public l'associe à son passage au sein d'AC/DC ; il n'a pas d'autre choix que d'insister sur cette expérience pour attirer son public. Et pourtant en se penchant sur son CV, preuve de son talent, comment ne pas remarquer ses employeurs et ses complices ; Tom Jones (1965-68), Manfred Mann (1972-78), Uriah Heep (1980), David Gilmour (1984), The Firm (1985-86), Gary Moore (1988), Asia (2001, 2004) et d'autres encore !...

Avec ce recul, on peut écouter avec indulgence ce groupe qui tente, avec ses moyens, d'évoquer ce prestigieux passé. Personnellement, j'ai ainsi pris beaucoup de plaisir lors ce voyage dans le temps, même si j'ai grincé des dents sur les mélodies sacrées de Gilmour et Moore. J'aurais aussi apprécié qu'il évoque sa période passé au sein de The Firm; je me demande bien pourquoi il l'a masqué au profit un peu facile de nombreuses reprises d'AC/DC. Certes, il est ainsi parvenu à maintenir le public attentif, mais bon…

Quant, aux reprises d'AC/DC ("Dirty Deeds done Dirt Cheap", "Highway To Hell", "You Shook Me All Night Long", "Hell's Bells", "Back In Black", et "Thunderstruck") certaines étaient réussies, d'autres moins. N'est pas Angus Young qui veut ! (pas plus que Gary Moore et encore moins David Gilmour !!) Mais il faut reconnaitre qu'elles ont eu le mérite de faire monter l'ambiance alors que le soleil se couchait définitivement sur le festival 2018.

Dirty Deeds Done Dirt Cheap (reprise de AC/DC)
Blinded by the Light (reprise de Bruce Springsteen)
You Shook Me All Night Long (reprise de AC/DC)
July Morning (reprise de Uriah Heep)
Hell's Bells (reprise de AC/DC)
Parisienne Walkways (reprise de Gary Moore)
Solo de batterie
Delilah (reprise de Tom Jones)

Back in Black (reprise de AC/DC)
Comfortably Numb (reprise de Pink Floyd)
Thunderstruck (reprise de AC/DC)
Rappel :
Highway to Hell (reprise de AC/DC).

 

21h30-23H : ROSE TATTOO. Voilà maintenant pas moins de trente-sept années que ces satanés australiens passent au travers des mailles de mon filet ! J'ai toujours raté les rares occasions de les voir ; je me souviens notamment ne pas m'être décidé pour ce dimanche 25 octobre 1981 alors qu'ils étaient en première partie de ZZ-Top au pavillon Baltard. A l'époque, ils ne passaient pas si souvent que ça par chez nous, quoiqu'un peu plus que The Angels, avec lesquels ils partageaient souvent l'affiche, …mais en Australie…

Et puis le temps est passé, les morts aux champs d'horreurs sont tombés les uns après les autres autour du pauvre Angry qui se retrouve le seul survivant alors qu'il n'est pourtant pas réputé avoir été le plus sobre… Le groupe s'est arrêté en 1987, a repris en 1992 pour s'arrêter de nouveau l'année d'après… Bref, j'avais donc définitivement renoncé à voir un groupe intitulé Rose Tattoo un jour.

Mais voilà, le vieux n'avait pas dit son dernier mot ; depuis août 2017, une nouvelle formation des Rose Tattoo se recompose autour d'Angry Anderson (chant, 1976–1987, 1992–1993, depuis 1998). Il s'entoure de Dai Pritchard (slide guitare, depuis 2007), Bob Spencer (ex-The Angels, guitare, depuis 2017), Mark Evans (ex-AC/DC, basse depuis 2017) et Jackie Barnes (fils du chanteur australien Jimmy Barnes, batterie, depuis aout 2018).

Autant dire que c'est avec une grande envie que je me suis positionné en bonne place pour assister enfin à ce concert tant attendu. Je comprends vite le secret du maintien en forme du père Angry : il s'est calmé. Lui qui avait la réputation de s'éclater sur scène (dans tous les sens du terme ; dans les années 80 un ami m'avait relaté l'avoir vu se cogner au sang le front avec son micro !), le voilà en train de philosopher entre chaque chanson, sur la nature humaine et la communion des esprits ! Ô, certes il arpente la scène en chantant mais d'un pas posé et serein comme assuré de sa notoriété et de l'estime de son public. Et c'est le cas, l'auditoire composé en grande part de quinqua nostalgiques ovationne chaque titre, d'autant plus qu'à l'exception de trois titres issus de "Blood Brothers" (2007) le programme était en fait un hommage aux lointaines années de gloire (1978-1982).

Cette succession de titres, qui ont contribué dans les 80's à m'occasionner tant de torticolis les lendemains de fête entre potes, ravivent des souvenirs lointains. Etant placé aux pieds de Pritchard, j'ai particulièrement gouté aux sons bluesy et rageurs à la fois ; je dois admettre que les remplaçants font bien leur boulot. Ravi de voir Spencer et Evans qui ont contribué à d'autres légendes australiennes. Barnes ne laisse rien transparaitre de son noviciat dans le groupe. Je déguste de bons accords de guitares transpirant la chaleur torride du pays des kangourous, ainsi qu'une rythmique bien en place. La voix de Gary Stephen Anderson alias Angry reste la même ; le p'tit chauve vêtu comme un épouvantail-à-moineaux ne semble pas souffrir de ses 71 ans. En fermant les yeux ont pourrait s'imaginer trois décennies en arrière…

Toutefois, je ne parviendrai pas à ressentir la même excitation débridée qu'à l'occasion du concert des Angels (4 juin 15, Vauréal). Je compare les deux groupes, d'abord parce qu'ils sont dans la même veine musicale, à la fois bluesy, hardrock binaire et redoutables pour les nuques fragiles. Mais aussi parce que ces australiens ont été trop rares sur nos terres. Je me demande encore aujourd'hui pourquoi AC/DC ne les a pas systématiquement embarqués en tournée(s) … Bref, j'entretenais donc pour ces deux groupes une envie similaire.

The Angels, bien qu'amputé de leur chanteur emblématique m'avait complètement explosé les neurones et les muscles, j'étais sorti de Vauréal épuisé, vidé, lessivé, heureux quoi, même si cet épisode me rappelait douloureusement que le temps passe à mes dépends !

Lors de ce concert des Rose Tattoo, j'ai ressenti un réel plaisir, mais teinté de mélancolie. Dans le blues-rock, on peut trouver de la folie et/ou une relative mollesse. C'est surtout cette dernière sensation qui a prévalu. J'ai conscience en écrivant que mon état d'esprit déclinait peut-être d'un certain état de fatigue pour clore ces deux jours de festival, mais ce qui est certain c'est que plus de trente-cinq années après cette faste période pour le hardrock, The Angels conserve ma préférence nette et sans bavure.

PROGRAMME

One of the Boys (Rose Tattoo, 1978)
Juice on the Loose (Scarred for Life, 1982)
Man About Town (Blood Brothers, 2007)
Assault & Battery (Assault & Battery, 1981)
Tramp (Rose Tattoo, 1978)
Rock 'n' Roll Outlaw (Rose Tattoo, 1978)
Once in a Lifetime (Blood Brothers, 2007)
Branded (Scarred for Life, 1982)
1854 (Blood Brothers, 2007)
King (Assault & Battery, 1981)
Bad Boy for Love (Rose Tattoo, 1978)
Remedy (Rose Tattoo, 1978)
Scarred for Life (Scarred for Life, 1982)
Astra Wally (Rose Tattoo, 1978)
We Can't Be Beaten (Scarred for Life, 1982)
Nice Boys Don't Play Rock n' Roll (Rose Tattoo, 1978).



Patrice Du Houblon - Photo - Videos Metal Addiction

Notes des visiteurs :

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 1015 invités et un membre en ligne

  • FranckAndFurious

Commentaires

  • GROUNDBREAKER

    Nico
    Pareil que pour Fab. La balade ...

    Lire la suite...

     
  • CREYE Creye

    Nico
    Un pur joyaux d'AOR ! Peut etre ...

    Lire la suite...

     
  • DIAMOND DAWN Overdrive

    Pilgrimwen
    C'est un excellent disque ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Revu une seconde fois en VO ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    MetalDen
    Superbe film ! Pour le gros son ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    FranckAndFurious
    4,75/5 Ce film fait passer les ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Perso j'ai adoré et j'irais le ...

    Lire la suite...

     
  • ANTIVERSE Under the regolith

    FranckAndFurious
    Chez RM, on aime bien ce genre ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Fab
    Très bon film car jamais évident ...

    Lire la suite...

     
  • THE SEA WITHIN Same

    MetalDen
    A la fois complexe et mélodique ...

    Lire la suite...

     
  • VULCAIN Vinyle

    barjozo
    Du bon, du très bon Vulcain!

    Lire la suite...

     
  • VIXEN Live Fire

    barjozo
    En accord total avec Fab ...sur ...

    Lire la suite...

     
  • AIRRACE Untold Stories

    MetalDen
    J'ai aussi adoré cet opus, très ...

    Lire la suite...

     
  • CLUTCH - Book Of Bad Decisions

    MetalDen
    Oui notre hexagone franchouillard ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

Other Articles