0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

Pour sa 17ème édition le festival E.H.Z. à donc signé un accord qui sédentarise le festival dans la commune jusqu’en 2014.

Une étape positive dans les diverses difficultés rencontrées historiquement par le projet et un festival toujours fort en éclectisme musical.

 Il n’y pas eu de problèmes particuliers et les animations, concerts et débats qui étaient organisés dans les différents endroits ce sont très bien déroulés.
Apparemment environ 14 500 festivaliers ont foulé le site cette année, ce qui représenterait une légère baisse.

Le projet Sorgin a été un véritable succès, autant les bénévoles que les festivaliers étaient présents dans les différentes animations et concerts. Les festivaliers étaient également nombreux à participer aux différents débats, interventions et ateliers présentés à Erregelu. La réflexion à été un point clé du festival et c’est l'une des réussite les plus importantes de cette édition 2012.
De nouveaux axes et de nouvelles pistes pour les prochaines éditions sont déjà en cours de réflexion.

Comme les années précédentes, toutes les pensées vont à celles et ceux qui n’ont pu être présent pour le festival. Le "lip dub" réalisé démontre une fois de plus que la revendication du rapprochement des prisonniers et réfugiés politiques basque a un large soutien.

En vue des prochaines années l'objectif est de continuer sur le même chemin et faire venir des groupes et des animations du monde et d’Euskal Herri, tout en étant porte parole des réalités locales.
C'est donc des groupes les plus rock et metal dont nous parlerons dans ce récit, l'affiche étant composé de styles musicaux très variés.
Les Groupes sur 3 jours

Du metal à l'électro en passant par le reggae, cette première journée reflétera bien l'ambiance générale. Pour des raisons professionnelles je n'arriverai que sur un concert de Gojira bien entamé. Les Bayonnais et référence française actuelle en terme de death technique joueront en fin de soirée devant un public déjà bien joyeux mais pas encore au complet, beaucoup de personne étant encore sur la route où dans le montage des tentes malgré un site ouvert quelques heures plus tôt. environ 4500 personnes de présentes pour cette première journée sur un total de 5500 préventes. La soirée se déroulera principalement entre la scène Gibelherri et le chapiteau Urtbeltzeta, les groupes alternants de manière régulière et sans attente entre deux. L'alternance se situe aussi dans la programmation très variée pour cette soirée et des découvertes scéniques pour ma part. Après cette mise en condition rapide sur fond de metal, direction le chapiteau pour assister à la prestation des vainqueurs du tremplin EhrZ : Anai Arrebak. Changement d'ambiance radicale avec une prestation particulièrement déjanté du groupe "rock disco funk". Bienvenue dans les années 70 version 2012 : boules disco, robe à paillettes et coupe à faire pâlir un Jackson 5 pour la figure féminine de la soirée. Un jeu de scène survitaminé emprunté entre pas de danse et gestuelle robotisée, le tout exécuté avec un indécrochable sourire et un charisme relativement hypnotisant. Les cinq membres composés de deux duos de frères / sœurs allumeront le chapiteau pendant près de 45 minutes alors que la température extérieure perd quelques degrés.

 


  

 

On quitte le Pays Basque et la région parisienne pour un petit voyage au Japon en présence du duo Miyavi. Pour mon première concert de Visual Key je ne serai pas déçue du voyage : star du ledit style dans son pays, l'artiste Miyavi à également de sacrées 'aficionadas' dans la région à la vue du nombre de jeunes femmes accrochées à la barrière. Il y a bien longtemps que je n'avais pas vu un fanatisme féminin avec tout ce que cela comporte : cris stridents, arrachage de cheveux compulsifs et larmes. Si le Visual Key accorde autant d'importance à la musique qu'à la mise en scène, ce dernier, charmeur à lunette noire et tatouages, a repoussé les limites de sa guitare avec un jeu indescriptible, barré et basé sur une démonstration de slap. Un curieux mélange de funk manga halluciné. La batteuse, plus discrète n'en est pas moins un très bon accompagnement de qualité et de rythme à ce mélange dynamité, toute l'ampleur du charme asiatique dans ce petit bout de femme.

 

 


 
 
 

 

La partie Rap de la soirée sera représentée par les Américains de Public Enemy que je ne regarderai que de loin. Les pionniers du militantisme aux paroles aussi radicales que l'attitude scénique fête également ses 25 ans d’existence. Ce sera sans conteste l'affluence la plus importante de la soirée et l'un des plus gros show en terme de son et de lights. Multitudes de musiciens sur scènes qui mettront l'ambiance à Helette ce soir. Mais pour ma part c'est sous le chapiteau que j'attendrais l'arrivée des Basques de Matxura. Réputés pour être puissant sur scène, la groupe se révèle à la hauteur de la rumeur : dégaines des musiciens entre hardcore et metal, c'est un son ultra industriel composé de guitare et d'électronique qui déferlera en quelque minutes sous le chapiteau. On peut décerner au groupe le pogo et le niveau de saturation de la soirée. L'origine musicale des différents membres (Mikel Kazalis : Stigia, Anestesia, Negu Gorriak, Fer ApoA : El Corazón del Sapo, Kuria, Estricalla et Txarly Diaz : Censura, Anestesia, Gutural) influence fortement les compositions actuelles et c'est un mélange brutal accompagné de beats électroniques, guitares, voix aiguës, déformées, synthés sauvages qui terminera ma nuit. Malgré un gros côté rock on peut noter un petit manque de batterie traditionnelle. 

 


 
  
  

 

Sepultura Si aujourd’hui les frères Cavalera ont quitté le groupe, l’esprit des débuts persiste à travers Derrick Green et Paulo Jr. Après avoir lorgné du côté du métalcore lors du départ de Max, Sepultura revient aux sources du trash metal en 2011 avec Kairos, ce qui ma part n'est pas pour me déplaire étant restée fidèle aux débuts du groupe. Relativement déçue des dernières prestations auxquelles j'ai assisté j'attendais beaucoup du groupe, qui pour le moment n'avais pas réussi à me faire revivre la sensation des premiers albums. Gros son, belle scène et rage aux tripes l'imposant et massif Derrick enflammera la foule accompagnés de ses acolytes. Peut être le fait de se retrouver en festival devant une foule conséquente et non pas en petite salle, le groupe en impose et fait plaisir à voir. De mémoire les titres "Beneath the Remains / Refuse/Resist / Kairos / Dead Embryonic Cells / Convicted in Life / Septic Schizo / Escape to the Void et autres Arise / Ratamahatta / Roots Bloody Roots et rythmes Brésiliens seront de la partie. Un rouleau compresseur doublé d'un bon son ce soir me fera entièrement plonger et revivre les grandes années du groupe. Un super moment de thrash qui terminera ma soirée et achèvera mes cervicales un peu rouillées ces derniers temps. Les Brésiliens viennent de faire un retour en force dans mon top concert ! Malgré un gros côté rock on peut noter un petit manque de batterie traditionnelle. 

 

 


   

 

Cette 3ème et dernière journée sera la plus attendue pour ma part avec la présence de Su Ta Gar, toujours en tournée sous le signe de leur dernier opus "Ametsak Pilatzen". Les Basques formés à Eibar en 1987 aux influences heavy et thrash old school suscitent toujours autant d'intérêt et le public sera bien présent pour ce concert. Polémiques, accidents et interdictions de tournées appartiennent maintenant plus au passé qu'au présent, Aitor et Xabi, accompagnés de Igor et Galder sont bien là et montent régulièrement sur scène. Le groupe, symbole et porte-parole de la lutte en générale à déjà conquis sont public avant même de cracher une note. Un Aitor et un Xabi toujours aussi agréable aussi bien sur scène que hors scène, proches du public et qui ne cacheront pas leur plaisir d'être là ce soir, entre sourire et communication avec le public, le groupe interprétera titres thrash aux influences heavy en passant par les compositions plus douces et acoustiques défendant son dernier opus sans en oublier les titres phares du reste de la discographie et notamment 'Jo ka te". Un moment bonheur pour ma part, de par une ambiance qui n'était pas que dans le public mais également dans une bonne partie du staff en arrière et au front de scène. Un concert d'où j'aurais du mal à redescendre mais il le faudra bien pour aller assister à la site de la programmation bien différente.



 

ETSAIEN HITZAK
DAVID ETA GOLIATH
ITSASOZ BETERIKO MUGETAN
KANTARIK POLITENA
JAINKO HILEN UHARTEAN
HESIAN
PIZTIA
BETI TENTE ETA TINKO
GEROAREN HAZI HEZIAK
ITXAROPENA
JO TA KE
NORBERA BERE AMETSEN J.
GAU ILUNA AMAITU DA
MARI
BEGIRA
ROTAFLEXA GARRAXIKA


   
   

C'est après ce super concert que l'édition 2012 du Euskal Herria Zuzenean se terminera. Un très belle édition avec des groupes de qualités, que l'on aime le genre ou pas, et un festival à taille humaine, riche en diversités événementielles.

Remerciements personnels au staff et bénévoles du festival vraiment adorables !!

 Toutes les photos en ligne sur abigailbathory/albums

 

 

Comments:

Euskal Herria Zuzenean - Hélette 29-30/06 & 01/07/2012 - 4.1 out of 5 based on 8 votes