0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 1 / 5

Etoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

A l’occasion de la promo pour leur second disque Second Coming (Brennus), les 4 musiciens de  Heavy Duty ont eu la gentillesse de répondre aux questions de RockMeeting.

RockMeeting : Pour commencer, revenons sur l’historique du groupe, parlez-nous de votre parcours musical.

Alain (guitares) :
Moi, je suis parisien d’origine. J’ai joué dans plusieurs groupes sur Paris dans les années 80 avant de descendre dans le Var en 93 pour rejoindre Respect qui enregistrait son premier album. On a fait une tournée avec Paradise Lost, ouvert pour Suicidal Tendencies et Motörhead.
Chris (batterie) : Après avoir passé plus de dix ans sur Paris et joué dans des groupes comme Firefox et Sweet Lips, je suis redescendu dans le Sud où j’ai retrouvé Alain, un ami de longue date. On s’était toujours dit qu’on monterait un projet ensemble lorsque je reviendrais vivre dans le Var. En 2008, nous avons commencé à composer tous les deux. Pour avancer, il nous a fallu trouver un chanteur… et c’est une chanteuse, présentée par notre ingénieur du son, Luc Soundwalker, qui s’est pointée.
Ivan (chant) : Je suis arrivé en mars 2011. Chris et Alain, qui cherchaient un nouveau chanteur, m'ont contacté (je connais Alain depuis vingt ans) et m'ont envoyé une version instrumentale de ce qui est devenue Breaking Your Mind. J'ai tout de suite accroché. Notre première répét’ ensemble a été le déclencheur définitif pour moi. Je suis purement un artiste de scène et je sens immédiatement si j'ai le feeling ou pas pour jouer avec des musiciens. On peut dire qu'on a eu le coup de foudre les uns pour les autres – en tout bien tout honneur (rires) ! La suite de l'histoire, nous continuons à l'écrire au jour le jour en lettres de plus en plus grosses il me semble. En ce qui concerne mon parcours musical perso, j'ai commencé la musique comme guitariste de Métal autodidacte à 15 ans, avant de devenir chanteur quelques années plus tard. Je suis monté sur Paris en 2000 pour “faire le métier”, comme on dit. J'ai travaillé pour de nombreux studios d'enregistrement et de nombreuses prods de spectacle. Je vis correctement de la musique depuis 2008. Je suis vraiment accro à la musique, j'ai souvent du mal à débrancher, c'est toute ma vie et ce n'est pas près de s'arrêter !
Olivier (basse) : Moi, je me suis mis à la basse à 18 ans. J’ai joué dans des groupes locaux, dont Respect avec Alain. Quand le groupe s’est arrêté, j’ai commencé l’éveil musical pour les enfants avant de rejoindre Heavy Duty il y a deux ans. 

RM : Le line-up a beaucoup changé entre le premier album et Second Coming, comment l’expliquez-vous ?

Chris :
Au départ, l’idée d’une fille au chant ne nous emballait pas vraiment, et puis on s’est dit : “Pourquoi pas ?”. Au bout du compte, c’était une erreur et après avoir défendu pendant un an notre premier album, What We’ve Been Through, nous avons décidé de continuer l’aventure avec des personnes qui partageaient la même vision du Métal que nous. C’est aussi simple que ça.  

RM : Pourquoi ce nom HEAVY DUTY ? Que signifie-t-il pour vous ?

Chris :
Heavy Duty, en anglais, ça veut dire costaud, renforcé, qui tient le choc… Et si, après toutes ces années, nous sommes encore là à jouer du Métal, je me suis dit que c’est un nom qui nous conviendrait bien ! 

RM : Le chant en anglais était-il une évidence ?

Chris :
Pour moi, c’est effectivement primordial. Tous les groupes que j’aime et qui m’ont influencé sont anglo-saxons…
Ivan : Oui, c'était une évidence. Dans le style que nous pratiquons, je n'ai pas encore entendu de choses en français qui me le fassent, mais c'est juste un avis perso. De plus, ma femme est anglaise, j'ai la chance de parler couramment cette langue et du coup, ça me vient très naturellement. 

RM : Quelles sont vos influences principales ?

Chris :
Nos influences viennent du rock et du blues. Elles vont aussi bien de Black Sabbath à Pantera que de Van Halen à Faith No More… Quand on a grandi en écoutant Jimi Hendrix, Pink Floyd et Led Zeppelin, on pense obligatoirement plus feeling que vitesse. J’aime la musique organique, jouée avec de vrais instruments. Une guitare qui hurle à travers un Marshall, une batterie qui résonne, des cymbales crash qui déchirent les oreilles et une basse qui bastonne. Le tout avec un son live, puissant et groovy. Actuellement, le groupe qui fait l’unanimité chez Heavy Duty, c’est Stone Sour…
Ivan : Mes influences principales sont Pantera, Faith No More, Stone Sour, Metallica et Staind.
Alain : Le duo guitares/batterie que représentait Dimebag Darrell/Vinnie Paul de Pantera semble être aujourd’hui notre plus grosse influence à Chris et moi. Après, au niveau de la gratte, j’ai toujours adoré des solistes et des riffers comme Jake E.Lee ou George Lynch.
Olivier : Iron Maiden, Metallica, King’s X et Staind. 

RM : Quel est le processus de création ?

Ivan :
En général, Chris et Alain apportent des structures de morceaux déjà très avancées et m'envoient tout ça. Je reviens avec un yaourt en anglais, on met tout ça en forme ensemble et en dernier lieu, j'écris le texte. 

RM : Les textes ont-ils une grande importance ? De quoi parlent-ils ?

Ivan :
Les textes sont évidemment importants, il y a des morceaux en mode ego trip comme  You've Been Told, des titres sur la trahison : Friend ou sur l'incapacité à se relever d'une déception sentimentale : Get Out. D'une manière générale, mes lyrics sont tirés d'expériences réelles, qu'elles soient personnelles ou pas, et j'aime bien que les gens puissent retrouver une partie de leur propre vie là-dedans. 
RM : Comment s’est passé l’enregistrement de ce nouvel album ?
Chris :
Nous avons enregistré “à la maison“, pas dans un “vrai” studio, avec Luc Soundwalker aux manettes et dans une ambiance très détendue, sans aucune pression, aucun stress ni aucun horaire imposé. Tout s’est fait au feeling avec cinq mecs qui avaient le même état d’esprit et l’envie de sortir un bon skeud de Métal.
Ivan : Ce qui est génial avec Luc, c'est qu'il ne nous ménage pas et c'est comme ça que l'on peut donner le meilleur de soi-même. Un petit mot également sur la personne qui gère notre promo et tous nos visuels, y compris les affiches de concert : Laurence. Elle fait vraiment un gros travail dans l'ombre.  

RM : La production est signée par votre batteur Chris Caprin, pouvez-vous nous expliquer les raisons de ce choix ?

Chris :
Ce n’est pas un choix et c’est presque naturellement que je me suis retrouvé à produire le disque. Je voulais absolument que le groupe sonne live et nous avons enregistré toutes les parties rythmiques dans cette optique-là. Pas de clic, pas de batterie quantisée, rien qu’un groupe de rock avec ses qualités et ses défauts… Mais au bout de compte, je pense avoir réussi à retranscrire sur disque ce qu’est l’essence même de Heavy Duty. Le rôle d’un producteur, c’est d’avoir une implication de tous les instants auprès de l’ingé son et de tous les membres du groupe. C’est celui qui pousse chaque musicien à donner le meilleur de lui-même en l’incitant parfois à essayer des choses dont il n’a pas forcément l’idée, dans le but de servir les morceaux et de travailler pour l’unité de l’album.
Ivan : C’était juste naturel d'avoir Chris aux commandes de ce projet. Olivier et moi étant encore des "nouveaux venus", même si nos idées et nos envies ont toujours été respectées, nous avions plutôt envie de nous laisser guider dans l'univers de Heavy Duty. Evidemment, nous étions déjà très investis, mais la substance originelle de HD a toujours été le duo guitares-batterie. Chris a une belle et grande vision du groupe, il fourmille d'idées et surtout, il travaille en permanence pour que Heavy Duty continue à évoluer vers plus de maturité. C'était donc tout naturellement qu'il a pris les rênes de cette prod’ et nous ne sommes pas peu fiers du résultat ! 

RM : Vous êtes distribués par Brennus, quels sont vos rapports avec Alain Ricard ?

Chris :
Ça se passe bien. Il ne faut pas être trop difficile. Alain et Brennus font ce qu’ils peuvent en matière d’envois et de promo à une période où le marché du disque s’effondre complètement… Et nous, eh bien on vend des skeuds sur nos concerts et ce n’est déjà pas si mal.  

RM : Etes-vous pour l’instant satisfaits des retours (presse, webzine) à propos de Second Coming ?

Olivier :
Faudrait être difficile (rires) !
Ivan : Très satisfaits et même agréablement surpris par des chroniques telles que celles de Christophe Darras pour Hard Force ou encore Charlélie Arnaud pour Rock Hard. Avoir de la presse nationale quand on est un groupe varois, ça faisait longtemps que ça n'était pas arrivé.
Chris : Tu m’étonnes, bien sûr qu’on est contents ! Vu que le premier album était passé complètement sous le faisceau des radars, nous ne nous attendions pas à recevoir un si bon accueil… Ça fait plaisir de voir que nous ne sommes pas les seuls à kiffer notre musique ! 

RM : Quels sont vos projets de tournées ? Y a-t-il des dates prévues à l’étranger ?

Ivan :
Pour l'instant, nous allons surtout jouer à partir de fin mai. D'abord vers chez nous, à Draguignan, le 29 au Bucéphale, une super nouvelle salle ; ensuite, il y aura une date que nous produisons nous-mêmes, le 1er Rock'n'Metal Fest au Crep des Lices de Toulon le 1er juin avec Greenwich Cavern, Faction Rock et Until The Uprising. Trois groupes de potes pratiquant une musique différente mais toujours super énergique et positive. Ça va être une très bonne soirée! Du 4 au 8 juin, nous partons en tournée en Lorraine et nous avons l'immense plaisir d'avoir été programmés au Sonisphère 2013 aux côtés de groupes que nous vénérons, comme Motörhead, Maiden, Slayer ou Stone Sour… Puis le 3 août, nous serons en première partie de Mass Hysteria pour les 110 ans d'Harley Davidson sur le circuit du Luc-en-Provence, un événement sur trois jours qui va foutre un sacré bordel dans le bassin varois ! Pour l'instant pas de dates à l'étranger mais on y travaille. 

RM : Est-ce un handicap d’être éloigné de la capitale ?

Chris :
Ce n’est pas gênant en soi… C’est plutôt être basé dans la région toulonnaise qui est un problème. C’est un euphémisme de dire que le Var n’est pas une région très Métal… Seulement, il y a tout de même des clients pour ce style de musique de par chez nous, alors on s’en occupe !
Ivan : Je ne pense pas que ce soit un réel handicap. Aujourd'hui, quasiment plus aucune major ne s’intéresse au Métal et il y a une telle profusion de groupes sur Paname qu'il me semble encore plus difficile de se produire là-bas. Si je devais m'installer quelque part pour faire plus de concerts avec Heavy Duty, ce serait entre la Belgique et l'Allemagne, dans le Nord-Est de la France, quoi. 

RM : Quel regard portez-vous sur la scène Métal en France ?

Ivan :
Disons qu'on n’est pas vraiment dans la mouvance de ce qui se fait de plus "hype" en France. On est plutôt de l'ancienne école, on aime écrire des chansons. Alors faire des titres avec 220 plans de gratte différents avec un chanteur qui ne fait que growler, même si certains le font avec un grand talent  et que nous  serions bien incapables techniquement de les suivre, ce n'est pas notre truc. Après, la scène française est riche de bons et de très bons groupes et cette musique n'est pas prête de s'éteindre dans l'Hexagone. Mais à part certains tels que Gojira, Mass Hysteria ou Loudblast, les autres comme nous doivent se débrouiller avec leur bite et leur couteau…
Olivier : A part Mass Hysteria et Lofofora que j’aime bien, je ne connais pas assez la scène actuelle pour émettre un jugement. 

RM : Pour terminer, avez-vous un message pour les lecteurs de RockMeeting ?

Ivan :
Venez nous voir en concert, c'est là que vous ferez une vraie rencontre avec Heavy Duty. Je pense que si nous avons un talent, c'est celui de savoir capter les gens et de les emmener avec nous en voyage lors de nos concerts et ce, même si notre style n'est pas forcément celui que vous préférez. Venez nous découvrir, vous ne le regretterez pas !!!
Chris : Effectivement, venez nous voir sur scène… C’est notre milieu naturel.
Alain : N’hésitez pas à aller jeter une oreille à ce que l’on fait.
Olivier : Venez nous voir ! Et merci à RockMeeting de nous avoir donné l’occasion de nous exprimer.  

Facebook : Heavy Duty Officialhttp://www.facebook.com/pages/Heavy-DUTY-Official/175874305793231 
Liens vidéo :“Too Far”
http://www.youtube.com/watch?v=UcffA9-cSWQ
 “100,000 Times” (live)http://www.youtube.com/watch?v=vDA77vU5qsQ 
“Crushing Your Business” (live unplugged)http://www.youtube.com/watch?v=FODPr0W2S70 


Comments:

You have no rights to post comments

INTERVIEW HEAVY DUTY - 1.0 out of 5 based on 1 vote

Connexion

On Line :

Nous avons 949 invités et aucun membre en ligne

FB RockMeeting

Commentaires

  • DORO dévoile un nouveau titre : Brickwall (vidéo clip)

    terry RM
    Doro ! Excellent !!!!

    Lire la suite...

     
  • MYRKUR - Folkesange

    MetalDen
    Quel dépaysement ! Quelle ...

    Lire la suite...

     
  • ELECTRIC MOB Discharge - Un premier album avec un finaliste de The Voice Brésil

    MetalDen
    Oui belle surprise, oui un ...

    Lire la suite...

     
  • THIN LIZZY - Live And Dangerous - Chronique

    MetalDen
    Merci Phil d'avoir pris le temps ...

    Lire la suite...

     
  • BUTCH WALKER American Love Story

    MetalDen
    Ha Ha ben joué en effet Flyover ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)