0
0
0
s2sdefault

David BOWIE Blackstar

David Bowie est mort le 10 janvier 2016 soit 48 heures après la sortie de son dernier album studio, "Blackstar".

Quand un artiste de cette trempe disparaît, c'est tout naturellement que chacun se plaît à se rappeler des anecdotes à son sujet, ou tout simplement tente de se souvenir des faits les plus marquants s'y rapportant. Pour ma part je me souviens que mes premiers contacts musicaux avec Bowie remontent à la fin des années 80.
Ce fut d'abord le concert dit 'Band Aid' monté à l'époque par Bolb Geldof, au stade de Wembley à Londres, en juillet 85, puis le non moins fameux hommage à Freddy Mercury, dans ce même stade, en 1992, et je revois encore dans ma tête le dandy anglais arborant un costard vert classieux et chantant en duo avec Annie ('What a dress !') Lennox [Eurythmics], un "Under pressure" historique. Après çà, je me souviens m'être plongé dans la discographie pléthorique du musicien anglais...
Je fais bien sûr abstraction ici des singles que j'avais pu entendre jusque là sur des radios généralistes (comme le splendide "Ashes to ashes" [1980], sa participation au "Under pressure" [1981] de Queen, le contesté et tubesque "Let's dance" [1983], le suave "China girl" [1983], ou son duo avec Mick Jagger sur "Dancing in the street" [1985] et j'en passe..) en ne me référant qu'aux albums complets.

Mais comment l'aborder? -je choisis (comme souvent) le versant live et fis l'acquisition première du fameux "
Santa Monica '72" enregistré sur la tournée Ziggy ("The rise and fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars" paru en 1972) mais disponible dans les bacs qu'en 1994 (ré-édité ensuite en 2008). Live magistral sur lequel la gratte de Mick Ronson fait des merveilles...J'enchaînai sur un concert le 17 juin 1997, à Bordeaux (La Médoquine) sur la tournée "Earthling" [1997], billets obtenus de haute volée après plusieurs heures de queue dans les rues jouxtant le Virgin Mégastore de la cité girondine!
Dans la foulée je me plongeai dans "
Hunky Dory" [1971], qui deviendrait au fil du temps mon album préféré du Maître, puis ma soif musicale me transporta d "Aladdin Sane" [1973], à "Heroes" [1977], ou encore "Scary Monsters (and super creep)" [1980] pour les albums qui me marquèrent le plus, sans oublier le splendide album de reprises paru en 1973 sous le titre "Pin ups".

Même si "
Hours" [1999] m'avait légèrement déçu (il s'agit pourtant d'un très bon album de 'classic pop') le triple "Live at the Beeb" [2000], ainsi que le bootleg enregistré lors du concert donné pour ses 50 ans au Madison Square Garden de New York le 9 janvier 1997 (enregistrement qui vaut son pesant de cacahuètes salées par la présence de guests comme Frank Black, Sonic Youth ou [of course] Lou Reed parmi beaucoup d'autres) me réconfortèrent quant au potentiel toujours énorme du bonhomme en tous cas 'on stage'.
"
Heathen" sorti en 2002 fut un album en demi-teinte. J'en retiens surtout la reprise des Pixies ("Cactus") et le sensuel "Afraid", mais j'avoue que cette galette après la précédente tendait à me faire un peu perdre la foi. Et pourtant! Que dire de " Reality"? Superbe et magnifique sorti en 2003 soit peu de temps après "Heathen", comme si l'artiste voulait se faire pardonner, cette galette sera certainement celle que l'on retiendra parmi les derniers albums de Bowie. Dès lors, de nouveau hypnotisé par toutes ces effluves musicales addictives, je décidai de retourner le voir en live. Ce fut sur Paris, à Bercy (P.O.P.B.), le 20 octobre 2003 avec les Dandy Warhols en première partie. Bien m'en a pris puisque quelques semaines plus tard à Hambourg, la star faillit succomber à un premier malaise cardiaque en plein concert. Ses apparitions scéniques allaient alors nettement se raréfier.
C'est donc avec une surprise légitime qu'en 2013 nous accueillâmes sur ce site la livraison de "
The next day" après 10 ans de silence et des rumeurs allant bon train sur l'état de santé précaire de la star. L'album n'était pas un chef d'oeuvre mais se voulait suffisamment travaillé pour contenter (rassurer?) les fans.
Revenons donc à "Blackstar", ce testamentaire album du britannique aux yeux vairons sortit le jour de son anniversaire...

-7 titres; 41 minutes-

Le titre éponyme "
Blackstar" qui ouvre magistralement le LP est un morceau complexe de près de 10 minutes; la voix de Bowie évoque une complainte langoureuse dans sa première partie. L'orchestration associée mêle boucles de synthé et cuivres, ainsi que l'apparition d'un saxo (qui sera l'instrument clé du disque, comme une sorte de fil rouge tout au long des morceaux) saxo qui, à mi parcours va faire la transition avec une seconde partie débutant comme une sorte de délivrance après cette introduction plutôt sombre, la musique plus enlevée, 'éclairée', contrastant avec les paroles et les 'I'm a blackstar' qui résonnent en écho...Vous l'aurez compris, un premier titre kaléidoscopique, comme une sorte d'ultime biographie musicale pour le Maître.

"Tis a pity she was a whore": changement total d'ambiance avec une batterie à la manoeuvre, qui va assurer un beat permanant sur la totalité de ce deuxième titre. Se grefferont des trompettes et autres clarinettes, limite désaccordées, assurant une sorte de morceau jazzy, enlevé, Bowie plaçant ici des vocaux nous renvoyant vers des albums psychédéliques du milieu des années 80 ...

"
Lazarus" vient ensuite et nous replonge dans une ambiance feutrée, langoureuse, évoquant un crépuscule automnal...Et que dire du clip montrant l'artiste dans un lit d'hôpital, comme s'il avait voulu mettre en scène ses derniers instants. Rappelons que Lazare pauvre et malade put après sa mort obtenir la resurrection par Jésus... Cela signifierait-il que Bowie envisageait de pouvoir revenir nous titiller les oreilles? -La question reste entière et pourra générer diverses hypothèses en guise de réponse.

"
Sue (or in a season of crime)" est d'abord sorti en 2014 sous forme de single (avec d'ailleurs "Tis a pity she was a whore" en face B). A noter que cette version album est plus courte que la précédente et a été remaniée. L'ambiance du morceau est complexe, et nécessite de multiples écoutes afin de pouvoir l'apprécier à sa juste valeur. Curieux pour un single qui d'ordinaire se veut plutôt d'accés facile (passages radio...). Il n'y a pas de réel refrain...et le thème est plutôt glauque puisqu'il évoque la mort, la maladie et la séparation.

"Girl loves me" débute par une sorte de chant en écho, vite relayé par une rythmique pulsatile. Si on se penche sur les paroles, leur côté hermétique est un peu repoussant au départ. Néanmoins, les allusions à la maladie sont omniprésentes, et au final il semble assez évident que le côté répétitif, les même paroles répétées linéairement doivent faire penser à une douleur profonde, probablement celles que l'artiste a dû endurer pendant longtemps...

"Dollar days" est une fantastique mélodie mélancolique (ah ce saxo magnifique!) sur laquelle la voix de Bowie paraît si fragile, si frêle...Un pur instant d'intense magie musicale.

"I cant give everything away" reste dans cette même veine avec une langoureuse mélodie sur lequel de nouveau le saxo apporte une note de naturelle liberté dont malheureusement au final on comprend qu'elle n'est que fantasmagorique, le refrain répété inlassablement rappelant sa dure condition au chanteur: celle d'un homme condamné à rester sur Terre...et à mourir.

Au final ce "Blackstar" referme brillament presque 50 années de carrière pour un artiste hors du commun.
La parabole de l'étoile est facile: elle a su briller au firmament pendant de nombreuses années mais à la fin, comme toute étoile, elle s'est éteinte progressivement.
Ainsi va la vie.
Long live Rock n'Roll!

 



Tracklist : Line Up :  
    Blackstar – 9:57
    'Tis a Pity She Was a Whore – 4:52
    Lazarus – 6:26
    Sue (Or in a Season of Crime) – 4:40
    Girl Loves Me – 4:51
    Dollar Days – 4:44
    I Can't Give Everything Away – 5:47
    David Bowie : chant, guitare acoustique, guitare Fender sur Lazarus, arrangements des cordes, mix, production
    Jason Lindner : piano, orgue, claviers
    Ben Monder : guitare
    Tim Lefebvre : basse
    Donny McCaslin : flûte, saxophone, bois
    Mark Guiliana : batterie, percussion
am

 

Label: Columbia
Date de sortie: 8 janvier 2016



Discographie :

1967 : David Bowie
1969 : Space Oddity
1970 :
The man who sold the world
1971 :
Hunky Dory
1972 :
The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars
1973 :
Aladdin sane
1973 :
Pin ups
1974 :
Diamond dogs
1975 :
Young Americans
1976 : Station to Station
1977 : Low
1977 : "Heroes"
1979 : Lodger
1980 : Scary Monsters (and Super Creeps)
1983 : Let's Dance
1984 : Tonight
1987 : Never Let Me Down
1993 : Black Tie White Noise
1993 : The Buddha of Suburbia
1995 : 1. Outside
1997 : Earthling
1999 : '
Hours...'
2002 : Heathen
2003 :
Reality
2013 : The Next Day
2016 : Blackstar


Liens multimédia - videos SITE OFFICIEL MYSPACE

 

 

Notes des visiteurs :

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 844 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • SWEDISH FUNK CONNECTION 1987

    Nico
    Trés bon album en effet. C'est ...

    Lire la suite...

     
  • ÖBLIVÏON Resilience

    MetalDen
    Jamais trop tard pour commenter ...

    Lire la suite...

     
  • STEVE PERRY Traces

    Seb.Roxx
    J'ai l'édition limitée U.S.

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    barjozo
    L'ami Furious a fait un immense ...

    Lire la suite...

     
  • GROUNDBREAKER

    Nico
    Pareil que pour Fab. La balade ...

    Lire la suite...

     
  • CREYE Creye

    Nico
    Un pur joyaux d'AOR ! Peut etre ...

    Lire la suite...

     
  • DIAMOND DAWN Overdrive

    Pilgrimwen
    C'est un excellent disque ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Revu une seconde fois en VO ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    MetalDen
    Superbe film ! Pour le gros son ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    FranckAndFurious
    4,75/5 Ce film fait passer les ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Perso j'ai adoré et j'irais le ...

    Lire la suite...

     
  • ANTIVERSE Under the regolith

    FranckAndFurious
    Chez RM, on aime bien ce genre ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Fab
    Très bon film car jamais évident ...

    Lire la suite...

     
  • THE SEA WITHIN Same

    MetalDen
    A la fois complexe et mélodique ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

Other Articles