0
0
0
s2smodern
KAMELOT, c’est à ce jour une histoire faite d’évolutions toujours passionnantes, et riche d’œuvres très denses magnifiées par un chanteur d’exception, Roy Khan.

A tel point que le groupe s’était solidement et apparemment durablement dans mon « top ten » des groupes, et que rien ne semblait pouvoir les y en déloger, et surtout pas les deux prestations scéniques passionnantes sur Toulouse puis Montpellier. Mais toute chose a une fin,  même les bonnes ! La nouvelle production 2010 Poetry For The Poisoned vient illustrer ce propos, en espérant qu’il ne s’agit que d’une parenthèse, et pas une fin. Ce n’est pas faute d’avoir pris le temps de l’écouter, pour éviter de tomber dans le piège des chroniques hâtives, et donc d’y être fréquemment revenu depuis la sortie le 10 septembre, force est de constater que trois mois après, le constat reste entier, même si un peu moins sévère que sur les premières écoutes, franchement déroutantes. Le style s’inscrit toujours dans un métal progressif, symphonique  et moderne qui nécessite de toute façon une approche sur la durée, mais cette fois ci, le bonus apporté par le temps n’est pas très important. L’équipe de Roy Khan et Thomas Youngblood semble en perte d’inspiration, ou bien a fait preuve d’une ambition démesurée dans un domaine qui n’est pas vraiment le sien, j’en veux pour preuve l’éponyme Poetry For The Poisoned, qui se développe suivant quatre chapitres, qui ambitionne de se hisser au niveau d’une BO de film, mais et qui traine passablement en longueur. En fait l’album peut être découpé en trois parties, la première, plutôt réussie, du Kamelot classique avec des refrains convaincants sur The Great Pandemonium, qui a fait l’objet de la vidéo promo, If Tomorrow Came, The Zodiac, ou encore Hunter’s Season. La deuxième partie est moyenne, avec une ballade plutôt passe partout,  House On A Hill, jusqu’à Seal Of Woven Years peu inspiré ! La troisième partie, constituée par le pavé Poetry For The Poisoned, s’avère quand à elle un peu indigeste. Peut être que la perte de la mère de Youngblood a joué un rôle, ce dernier avait en effet déclaré en décrivant l’album : «C'est un mélange d'éléments progressifs, de rock moderne, et de métal puissant et parfois sombre, Il arrive à un moment où de nombreuses personnes à travers le monde sont sur une recherche spirituelle, moi y compris. Récemment, j'ai perdu ma mère et pour être honnête cela a été très dur pour moi. Il y a donc de la mélancolie sur cet album. ". A noter que la présence des invités est plutôt discrète, participent donc Simone Simons (Epica), Gus G. (Ozzy Osbourne, Firewind), Björn "Speed" Strid (SOILWORK) et Jon Oliva (Savatage, Jon Oliva's Pain).

Bilan mitigé donc, pas vraiment un mauvais album, il y a quelques bons titres, mais étant habitué à une barre fixée au plus haut, la déception est de mise, ceci étant, gageons que de tels talents sauront redresser la barre et nous faire oublier ce passage en demi teinte.

Tracklist :Line Up :  

01. The Great Pandemonium 
02. If Tomorrow Came        
03. Dear Editor  
04. The Zodiac                 
05. Hunter’s Season   
06. House On A Hill    
07. Necropolis              
08. My Train Of Thoughts 
09. Seal Of Woven Years  
-Poetry For The Poisoned-         
10. PT I Incubus          
11. PT II So Long
12. PT III All Is Over
13. PT IV Dissection
14. Once Upon A Time

Roy Khan (chant)
Thomas Youngblood (guitare)
Oliver Palotai (clavier)
Glenn Barry (basse)
Casey Grillo (batterie)
am

 

Label :earMUSIC / Edel.
Sortie :10/09/2010
Production :Sascha Paeth - Miro
Discographie :

Eternity (1996)
Dominion (1997)
Siege Perilous (1998)
The Fourth Legacy (2000)
The Expedition - live (2000)
Karma (2001)
Epica (2003)
The Black Halo (2005)
One Cold Winters Night (2006)
Ghost Opera (2007)
Ghost Opera - The Second Coming (2008)[rééd. 2 cd]
Poetry For The Poisoned (2010)
Silverthorn (2012)

 

Liens multimédia - videosSITE OFFICIELMYSPACE

 

 

 
Notes des visiteurs :

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 546 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • JUDAS PRIEST - Zénith de Paris - 27/01/2019

    FranckAndFurious
    Chouette report empli de passions ...

    Lire la suite...

     
  • Kenny Leckremo's SPECTRA - Spectra

    Seb.Roxx
    Si la chronique est alléchante ...

    Lire la suite...

     
  • THE STRUTS Young And Dangerous

    John Markus
    Moi, aussi, comme Fab, j'ai eu ...

    Lire la suite...

     
  • ANTIVERSE Under the regolith

    MetalDen
    Le débat sur les chroniques et ...

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    MetalDen
    Votre photo dans le bouquin ...

    Lire la suite...

     
  • TED POLEY Modern Art

    Seb.Roxx
    J'ai adoré cet album après ...

    Lire la suite...

     
  • SAPPHIRE EYES - Breath Of Ages

    Claude Blais
    Je suis d'accord avec Fab ...

    Lire la suite...

     
  • SWEDISH FUNK CONNECTION 1987

    Nico
    Trés bon album en effet. C'est ...

    Lire la suite...

     
  • ÖBLIVÏON Resilience

    MetalDen
    Jamais trop tard pour commenter ...

    Lire la suite...

     
  • STEVE PERRY Traces

    Seb.Roxx
    J'ai l'édition limitée U.S.

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    barjozo
    L'ami Furious a fait un immense ...

    Lire la suite...

     
  • GROUNDBREAKER

    Nico
    Pareil que pour Fab. La balade ...

    Lire la suite...

     
  • CREYE Creye

    Nico
    Un pur joyaux d'AOR ! Peut etre ...

    Lire la suite...

     
  • DIAMOND DAWN Overdrive

    Pilgrimwen
    C'est un excellent disque ...

    Lire la suite...