0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 Samedi 18 juin 2017, 2ème jour

 

 

The Dead Daisies Setlist Hellfest 2017, Live & Louder World Tour 2017

THE DEAD DAISIES (par Oso Garu)

Super groupe formé en 2012, The Dead Daisies essaye de mettre de leur côté toutes les chances pour se faire une place dans le classic hard rock US. Enormément de communication de leur part, tournant sans arrêt et bénéficiant d’un line up au pédigrée de luxe (en vrac, ex-Dio, ex-Whitesnake, ex-Motley Crue, ex-Thin Lizzy etc etc...), le groupe arpente toutes les scènes pour prouver qu’on doit leur porter la plus grande attention. Ils ont sorti 3 albums en 4 ans et le dernier au titre évocateur « Make Some Noise » est rempli de morceaux taillés pour la scène. Tous les musiciens étant très expérimentés, ça pose dur et l’avancée scénique installée le soir pour le concert Aerosmith est utilisée jusqu’au moindre cm2. Doug Aldritch et Marco Mendoza bombent le torse et John Corabi chante à merveille. Les morceaux s’enchainent et impossible de ne pas sentir l’influence de Def Leppard & co (« Make Some Noise ») . C’est propre, efficace et très bien joué. Le concert se termine par une reprise Helter Skelter (Beatles) bien efficace. Le groupe va-t-il percer ? Pas sur, mais dans tous les cas, ils font le maximum.



 


 

 

Ultra Vomit Setlist Hellfest 2017 2017, Panzer Surprise !

 

ULTRA VOMIT  (par Oso Garu)


Place maintenant à Ultra Vomit, qui, malgré l’heure (12h50) arrive à rameuter une foule énorme. Définitivement la première grosse affluence de la journée. Le public est donc venu en masse accueillir les locaux (Nantes) et découvrir sur scène pas mal de morceaux de leur dernier album « Panzer Surprise ». Le groupe se régale et les speechs entre les morceaux font rire le Hellfest. 9a chante sur « Les Bonnes manières », ça headbangue sur « Calojira » (un mélange entre Calogero et Gojira), ça fait la chenille sur ...  « La Ch’nille’ » et le public devient fou sur « Je Collectionne les Canards (vivants) ». Bref, carton plein pour le groupe qui se retrouve donc sur la Mainstage du Hellfest avec du metal comique. Petite déception sur « Kammthaar », en effet, autant sur album c’est facile d’avoir le son de Rammstein, autant en live, c’est une autre histoire. Malgré la chaleur et la poussière, Ultr Vomit a réussi le pari d’amener la joie de vivre à l’heure de l’apéro sur le Hellfest.




 

 

 

Plus de vidéos ICI

Phil Campbell and the Bastard Sons Setlist Hellfest 2017, European Summer Tour 2017

Phil Campbell & The Bastards Sons (par Oso Garu)
Place maintenant à un habitué du Hellfest (4 fois avec Motorhead, 1 fois l’année dernière en guest de Twisted Sister), ce sera donc la 6ième fois qu’il foule la Mainstage du Hellfest. Cette fois, Phil Campbell est accompagné de ses fils et du chanteur Neil Starr. La première chose qui frappe, c’est le chant, même si (forcément) on aura pas mal de reprises de Motörhead, à aucun moment, Neil Starr n’essaye d’imiter Lemmy (et il a raison). Les compos du groupe ne sont pas exceptionnelles et l’ambiance monte dès que le groupe joue du Motorhead, le public se réveille. Sur « Born to Raise Hell », on aura droit à un invité de marque, Whitfield Crane qui s’échauffe pour Ugly Kid Joe qui passera peu de temps après. C’est bien sur Ace Of Spades et Killed By Death qui remporteront le plus de succès. Au final, c’était un concert sympathique et ça fait plaisir de revoir Phil Campbell.


 

 

 

Plus de vidéos ICI.  

The Treatment Setlist Hellfest 2017 2017
 

THE TREATMENT
(par Oso Garu) J’avais vu le groupe en 2011 en première partie d’Alice Cooper et je m’étais dis à l’époque que ces jeunes en voulaient qu’ils avaient l’attitude et qu’ils pouvaient aller loin. Les revoilà donc 5 ans plus tard et avec, cette fois, 3 albums sous le coude. Ils ont également changé de chanteur en 2015 mais ça reste dans le même style. Sur scène, j’avoue que je me fais la même remarque qu’il y a 5 ans. C’est extrêmement bien fait, c’est efficace et le groupe se donne à fond. Ils arpentent la scène de long en large et je les plains car sous leurs cuirs ils doivent avoir bien chaud. Cela ne les arrête pas du tout et on sent qu’ils ont la hargne et qu’ils donnent tout. Le public, bien que clairsemé, les accueille bien et on sent qu’ils marquent des points aujourd’hui pour leur premier passage au Hellfest. L’excellent dernier album « Generation me » est bien représenté (5 morceaux sur les 8 joués) et on sent qu’on va devoir compté sur eux dans les années à venir si ils continuent comme ça. Le bassiste, visiblement emporté par un très bon set finira par slammer dans le public.


 


 

 

Ugly Kid Joe Setlist Hellfest 2017, European Tour 2017
UGLY KID JOE
(par Oso Garu) Depuis leur reformation en 2010, le groupe a resorti un album et un ep et semble s’éclater comme jamais. Les californiens sont ultra décontracté sur scène en short et casquettes et on sent dès leur arrivée sur scène que le niveau monte d’un cran. Le groupe est quasiment d’origine, à part le batteur, on a donc affaire à un groupe habitué des grandes scènes. Le set est assez bien équilibré avec des morceaux de tous leurs albums. Leur hard rock sautillant et funky est toujours aussi efficace et on se retrouve reparti au début des années 90 quand « everything About You » cartonnait. Le heavy « Neighbor » lance un set qui sera mené sans temps morts jusqu’à leur hit. Au milieu du set, le groupe interprète une reprise de Motorhead « même si Phil Campbell vient de la jouer juste avant » et je dois dire que j’ai préféré leur version à celle des Bastards Sons. Le funky « Funky Fresh Country Club » met en avant le jeu de basse de Cordell Crockett et la balade « Cat’s In The Cradle » est superbement interprétée. On remarquera aussi le t-shirt du guitariste ou est écrit Justin Bieber avec typographie de Judas Priest.  Whitfield Crane est en grande forme et arpente (lui aussi) l’avancée d’Aerosmith qui - cette année - semble autorisée à tout le monde. Il me semble en effet me rappeler qu’en 2014, elle était fermée pour les groupes de la journée, à vérifier. Ugly Kid Joe finira son set par leur classique « Everything About You » qui mettra une ambiance festive pour conclure ces 50 minutes bien fun.



 

 

Plus de vidéos ICI.   

Pretty Maids Setlist Hellfest 2017 2017, Kingmaker

 

PRETTY MAIDS (par Oso Garu).

En parlant d’expérimentés, les Pretty Maids sont eux aussi des habitués du corcuit live, tournant sans relache depuis le début des années 80 sans jamais avoir perdu leur passion et surtout en continuant à proposer à un rythme soutenu des albums de qualité. D’ailleurs, sur les 9 titres interprétés cette après midi, 5 sont issus des 3 derniers albums et seulement 4 sont des années 80. les années 90 étant - malheureusement - passées à la trappe. « Mother Of All Lies » ouvre leur set depuis maintenant 2013 et constitue une bonne entrée en la matière. Leur set est axé sur leur morceaux les plus heavy et à part la balade « Little Drops of Heaven », la tension ne baissera pas pendant les 50 minutes du set. Ronnie Atkins chante toujours aussi bien, même si par moments on sent que la voix se tend un peu. Le line up actuel est vraiment très bon et l’arrivée de Chris Laney aux claviers est un vrai plus car il n’hésite pas à rejoindre Ken hammer à la deuxième guitare sur les morceaux le nécessitant. « Kingmaker » et « Pandemonium » sont efficaces mais comment résister aux classiques que sont « Back To Back » ou « Rodeo », et surtout au chef d’œuvre « Future World ». Leur set bénéficiera d’un très bon son la ou j’étais (une constance sur cette édition 2017) et quand on arrive à la fin, on en aurait bien repris une louche.



 

 

 

Plus de vidéos ICI.    

Steel Panther Setlist Hellfest 2017 2017, 2017 Girls in a Row Tour

 

STEEL PANTHER  (par Oso Garu)

Retour sur la Mainstage 1 pour un concert qui s’annonce doublement chaud. La foule se masse à nouveau et on retrouve l’affluence d’Ultra Vomit. Steel panther n’avait pas foulé les planches du Hellfest depuis 2012 et – entre temps – le groupe a continué d’accroitre son aura de fêtards/ party band et a surtout sorti 3 nouveaux albums studios. Et aujourd’hui, quelle fiesta ça va être ! Le groupe disposant d’un temps de jeu confortable (1 heure), ils vont pouvoir en plus des morceaux, parler, parler et... parler. C’est toujours aussi fun, les speechs de  Satchel (guitare) qui entrecoupent les morceaux étant souvent excellents. « Je vais vous présenter le meilleur chanteur de hard rock du monde. Excusez-moi, Steven Tyler n’est pas la... Du coup, je vais vous présenter le meilleur chanteur de Steel Panther ». Et quand il ne se moque pas (gentiment) de ses compagnons de jeu, ça vole souvent au-dessous de la ceinture. Musicalement, le groupe est toujours aussi en place. Le premier album se taillant quand même la part principale du set avec 5 morceaux, nous aurons quand même droit à 3 titres du dernier album. Michael Starr (chant) est toujours aussi en forme aussi vocalement que scéniquement parlant. Sa plus grande influence étant bien sur Diamond Dave, si Van Halen n’arrive pas à se décider pour venir en Europe (2018 ? 2019 ? 2020 ?) avec David Lee Roth ou avec Sammy hagar ou les 2, ils ont qu’à venir avec lui. Au bout de 40 minutes de show, le groupe se sentant un peu seul sur scène, ils font monter sur scène une cinquantaine de demoiselles peu farouches qui profiteront d’être sur scène pour s’aérer les poumons. Du coup, le groupe peut enchainer sur « 17 Girls in a Row » et « Gloryhole » en bonne compagnie. Le temps de faire redescendre tout le monde (même celles qui ne voulaient pas), le groupe peut finaliser un concert excellent sur  le tube parfait  « Party All Day (Fuck All Night) » et déborder un peu sur leur horaire.



 

 

 

 

Dee Snider Setlist Hellfest 2017 2017

 

DEE SNIDER (par Oso Garu)


Cette fois, par contre, voici un autre habitué du Hellfest, ceci étant sa 4ième participation mais cette fois sans son groupe Twisted Sister, celui-ci ayant officiellement pris sa retraite.
C’est donc en solo qu’il se présente aujourd’hui. Ne l’ayant pas vu en solo depuis 2001, je ne sais pas à quoi m’attendre, puisqu’entre temps, on a eu droit à 15 ans de Twisted Sister. Comme prévu, nous avons droit à 5 nouveaux titres de son album solo sorti l’année dernière. L’efficace « We Are The Ones » ouvrant le set. Néanmoins, Dee sait bien qu’en festival, si il veut capter l’attention, il faut dégainer rapidement quelques classiques, c’est chose faite avec un « The Kids Are Back » envoyé dans la sono et même si le line up est assez étrange (une bassiste en robe, un guitariste looké à la Krusty qui fait également les claviers et un guitariste à chapeau), ça joue parfaitement et le son est puissant. Dee Snider est toujours autant en verve et ses speechs sont généralement excellents, ce soir on aura en même temps que la présentation du groupe, un petit discours ou il nous explique que la setlist de ce concert va être composée de morceaux récents et d’anciens morceaux mais qu’il ne nous préviendra pas afin d’éviter que tout le monde aille aux toilettes pendant les nouveaux morceaux. Retour donc à son album solo (sans prévenir) avec un « Close To You » et la reprise de NIN « Head Like a Hole » sympathiques. Même si ces 2 morceaux sont bons, le public veut entendre du Twisted, et voici un « We’re Not Gonna Take It » des familles qui sera étiré pendant plus de 10 minutes : version acoustique (superbe) puis version électrique puis les 2 reprises du refrain comme le faisait son maintenant ex-groupe. Dee profite de l’ambiance pour prendre le micro et rendre un hommage à une autre icône du rock tombée cette année Chris Cornell avec la reprise d’ « Outshined ». « I Wanna Rock » remettra le feu avant un final plus posé avec un dernier titre de son dernier album « So What ». Au final, on sent bien que Dee Snider a envie de défendre ses nouvelles aventures musicales et c’est tout à son honneur après 15 ans passés à jouer les mêmes titres en boucle, Twisted refusant de sortir du nouveau matériel, surement sous la pression de Jay Jay French et aussi par flemmardise. Au final, un très bon show d’un des meilleurs frontman du circuit actuel et on espère pour les années à venir.

 

 

 


 

Trust Setlist Hellfest 2017 2017

TRUST (par Metalden)

 

Quarante ans de Trust! Enfin pas tout à fait pour moi, tout a commencé avec le mythique 1er album en 1979, puis en live dans la foulée le17 octobre 1980 à Pau  au Parc des expositions, c’était la « Répression dans l’hexagone », un vrai délire à l'époque.

Il y a 20 ans, je n’avais pas loupé le 12 fevrier 1997 au  Confluent à Portet-sur-Garonne, l’ « Insurrection dans l'Hexagone » , qui faisait suite à l’album Europe et haines.
Le 11 Octobre 2008 je remettais ça au Zénith de  Toulouse pour la très controversée tournée à l’appui de 13 à table, où les sifflets avaient notamment accompagné l’intro de Deck le DJ sur « Le Mitard », mais qui, pour ma part, ne m’avait pas déçu.

Mais point de DJ pour la tournée du 40ème, qui se veut un retour aux sources, dans des salles à dimension humaine. Alors bien sûr les changements de line-up, les discours polémiques de Bernie, ou un nouveau titre F-Haine, qui bouscule les frontistes, sont autant d’éléments qui perturbent quelques « rageux » ou autres « haters » sur les réseaux sociaux. Mais finalement, c’est une petite minorité à la vue de l’enthousiasme  que suscite cette tournée  « Au Nom De La Rage », qui semble avoir terrassé … les "rageux", pour faire un mauvais jeu de mot !  Avec notamment la plupart des concerts sold out. Restait à vérifier ce ça allait donner dans le plus gros festival de métal de l’hexagone. Et bien pour le coup, le combo s’est donné toutes les chances, avec un set très condensé et hyper efficace. Pas de discours pour Bernie, qui va droit à l’essentiel,  pas de polémique, le titre F-Haine ne sera pas joué. Reste les textes corrosifs, notamment dans le nouveau titre Démocratie,  un formidable titre hard boogie bluesy, un mid tempo largement accompagné par les applaudissements du public, avec un Nono très enjoué.

Les classiques sont bien sûr au menu, un peu ré arrangés, mais dans un esprit « root », un titre  comme Le Temps Efface Tout dure presque 2mn de plus que l’original, et Bernie prend manifestement du plaisir en faisant reprendre au public en chœur « c’est dégueulasse ! »

La chaleur ne faiblit pas sur Surveille Ton Look, une pompe à eau arrose copieusement le public près de la scène, au look mouillé pas maitrisé, mais rafraichi ! L’élite remet les gaz, avec une rythmique très efficace, et un line-up bien rodé. C’est évidemment avec Anti-Social que le combo enflamme littéralement le public, qui chante généreusement, Nono et Bernie, très complices, utilisent une dernière fois, et largement, l’avancée dans le public normalement dédiée à Aerosmith, devant une forêt de bras en l’air. Après ce beau final, le groupe a droit à une belle ovation du public, pas de doute,  après 40 ans au compteur, la rage est toujours là, en rien émoussée !



 


 

 

Plus de vidéos ICI.     

 

 

 

Saxon Setlist Hellfest 2017, The Battering Ram Tour 2017

 

 SAXON (par Oso Garu)
Les Anglais pour leur 4ième passage au Hellfest bénéficient enfin d’un horaire de passage digne de leur rang : le créneau 20h00-21h00 étant au parfait, même si il fait encore jour et je suis sur qu’avec un peu d’effort, ils finiront encore plus haut. Le groupe sait qu’il a une carte à jouer et sortira une setlist aux petits oignons parfaitement repartie entre les vieux et les nouveaux morceaux avec un dénominateur commun : l’efficacité. « Battering Ram », « Sacrifice », « Batallions of Steel » pour les plus récents, ou « 20000 Ft » et autres « Heavy Metal Thunder » pour les plus anciens, impossible de résister à cette déflagration de pur heavy. Biff Byford en solidarité avec le public se versera plusieurs fois des bouteilles d’eau sur la tête. A noter le retour de quelques titres joués rarement sur la tournée en salle, Saxon étant toujours un groupe modifiant ses setlists en permanence. De toute façon ils sont obligés vu le nombre de morceaux « classiques » qu’ils ont dans leur répertoire. Biff nous annonce que le concert va bientôt finir et nous laisse le choix entre 3 morceaux « Wheels of Steel », « Denim and Leather » et « Princess of the Night ». Le public n’arrivant pas à choisir, il nous annonce finalement qu’on aura les 3. C’est donc reparti pour 15 minutes de headbanging. Le groupe ayant décidé de jouer un maximum de titres, Biff ne nous fera chanter qu’une seule fois sur « Wheels Of Steel », fait assez rare, je ne me rappelle pas l’avoir vu nous faire chanter moins de 3 fois au minimum. Le maitre mot étant ce soir définitivement efficacité. Avec un show d’une telle qualité, j’espère que pour leur prochain passage, ils passeront de nuit avec l’aigle !


 

 

Airbourne Setlist Hellfest 2017 2017, Breakin' Outta Hell

AIRBOURNE
(par Oso Garu)


Encore des habitués de la Mainstage avec les Australiens d’Airboune. Comme à chaque fois – c’est leur marque de fabrique – le groupe va nous délivrer une performance « 100% energy ».
Le groupe se présente aujourd’hui avec un line up modifié avec l’arrivée d’un nouveau guitariste Harri  Harrison qui s’est parfaitement intégré dans le groupe. On aura droit ce soir à 3 nouveaux titres de leur dernier album « Breakin’ Outta Hell » et que dire des nouveaux titres à part qu’ils s’intégrent parfaitement dans le set, Airbourne faisant du Airbourne.
« Too Much, Too Young, Too Fast » ou « Girls in Black » sont toujours aussi efficaces. Les gimmicks habituels sont présents, Joel va s’éclater des canettes de bières sur la tête, faire un tour sur le dos d’un roadie déguisé en kangourou, on aura droit à la Sirene sur l’intro de « Live It Up ». Sur « Runnin’ Wild », Joel O’Keeffe va nous montrer encore une fois ses talents d’escalade en montant presque tout en haut de la structure de la Mainstage et nous gratifier d’un petit bout de solo de « Let There Be Rock » de leurs tontons. A noter que cette année, le groupe n’aura eu aucun problème de son, on se rappelle encore de l’énorme coupure qu’ils avaient eu pendant leur dernier passage au Hellfest. Enorme Ambiance comme d’habitude pour Airbourne, ils restent une valeur sure.



 

 


 

 

 

Apocalyptica Setlist Hellfest 2017 2017, 20 Years of

APOCALYPTICA (par Franck AndFurious)

N'ayant jamais vu Aerosmith, je m'installe au plus tôt pour avoir une place correcte. Ayant lu aussi de nombreux report positif sur les violoncellistes, et curieux d'en découvrir la magie aussi pour la première fois, c'est avec envie que je m'apprête donc à écouter l'apocalypse. Et ma foi, ce le fût, mais pas dans le sens escompté. Poussif, long, fade, plat : un vrai calvaire ! Aucune énergie ! Aucun son ne sort réellement suffisamment pour faire face à 30.000 hellfestoyers. Pire, alors que je suis à l'opposé de leur scène, on entend des sifflets. Totalement soporifique, et devant supporter la fatigue, l'heure de leur sert sera un vrai poids. Bien sûr, la moitié du public a aimé, mais est-ce suffisant pour jouer 1heure avant une tête d'affiche devant autant de monde, et ce alors que des groupes reconnus, n'ont droit qu'à 30 ou 40mn ? Le vrai flop des 3j … et je mets une étoile pour saluer probablement leur dextérité technique, mais on a beau jouer des reprises de Metallica, quand ça ne sonne pas, ça ne sonne pas ! A quand un groupe de triangles tant qu 'on y est ? Je ne pensai pas trouver là, pire que le dernier Blackmore's Night. Pensant être hors service, c'est anxieux que je demandai à mes voisins s'il n'y avait que moi qui trouvait cela aussi pénible ? Ouf, tout le monde acquiesca, certains s'asseyant sur la pelouse pour ceux qui avaient encore un peu de surface pour, vu le monde qui attendait Steven Tyler et sa bande.
Bref, je ne comprends pas les éloges envers ce groupe de la presse spécialisée !, Certes, il en faut pour tous les goûts, mais il ne doit pas y avoir du lobbying qu'à l'Assemblée Nationale et Européenne !? Plus jamais ça à cet horaire et durée de passage !
Merci !





                                                             

 


 

 

 

 

Aerosmith Setlist Hellfest 2017 2017, Aero-Vederci Baby!

AEROSMITH (par Oso Garu)


Après une journée aussi chargée en hard rock/heavy, il fallait au moins une légende pour clôturer ceci, et qui de mieux qu’Aerosmith pour remplir la tache. Les Américains viennent de s’embarquer dans une tournée d’adieu qui n’en est pas une (comme Deep Purple) et reviennent donc après une prestation en 2014 qui avait mis tout le monde d’accord. Je note par contre que le groupe n’est prévu qu’1h30 alors qu’ils étaient prévus 2 heures il y a 3 ans. C’est pour moi, la grosse erreur de programmation, on ne fait pas venir une exclusivité Française comme Aerosmith sans leur laisser faire leur show complet qui est d’environ 1h45 sur les autres dates. A noter que le lendemain, Linkin Park (c’est la seule fois ou je vais en parler) aura droit à 1h45 de set et ne jouera qu’1h30, bref double erreur). Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos Bostoniens qui eux, après une intro retraçant un peu leurs débuts, envoie leur set avec un « Let the Music Do the Talking » enchainé d’un « Young Lust » qui met de suite les points sur les I. on sait pourquoi ils sont la. L’avancée de scène va être bien amortie puisque Steven Tyler ne la quitte presque jamais. Il sera rejoints régulièrement par les autres membres du groupe, qui même si on sent le poids des années, savent encore bien ce que c’est que le rock n’roll. Steven Tyler est appuyé sur les aigues (depuis maintenant plusieurs années) par leur clavier et il fait participer régulièrement Joe Perry sur les chœurs pour s’économiser. Ce dernier chantera d’ailleurs la reprise de Fleetwood Mac « Stop messin’ Around ». En parlant de reprises, le groupe en jouera d’ailleurs 5 ce soir, ce qui est beaucoup sur 17 titres. Même si les titres sont bons, personnellement, je préférerai avoir 5 titres de plus d’Aerosmith, vu leur discographie fournie, le groupe doit déjà faire des choix et l’impasse sur un paquet de morceaux. Une reprise comme « Come Together » (des Beatles) n’a pas grand interet à mon avis. Comme  tous les concerts d’Aerosmith, on fera le plein de balades, « Cryin’ » ou « I Don't Want to Miss a Thing » font vibrer le public. Mais les morceaux qui mettront le plus d’ambiance resteront les plus rock, on aura un « Mama Kin » exceptionnel et un « Train Kept A-Rollin’ » ou il est dur de ne pas taper du pied. Le groupe quitte déjà la scène, le temps que les roadies montent le piano blanc sur l’avancée. Tout le monde sait que c’est l’heure de Dream On. Morceau magique comme à chaque fois, surement l’un des moments forts de ce Hellfest avec un steven Tyler vocalement en forme et un solo de Joe Perry debout sur le piano qui file des frissons. Petit interlude avec la reprise de James Brown « Mother Popcorn » avant un final endiablé sur l’obligatoire « Walk This Way ». Le concert est déjà fini (1h35, trop court...), j’espère vraiment que ce ne sera pas la dernière date en France, et je ne pense pas être le seul.





                                                             

 


 

 

 

Suicidal Tendencies Setlist Hellfest 2017 2017, World Gone Mad

 

 

SUICIDAL TENDENCIES (par Franck AndFurious)

C'est sur les rotules qu'on s'avance vers une War Zone blindée. Dans ma vie, je suis passé à côté d'un tas de groupe, et le pensant accès à tort, rap métal, ST en fait parti ! Est-il trop tard pour se convertir ? Bien sûr que non ! Aussi au bout de quelques titres, le groupe nous a mis d'accord ! On est trop crevé pour s'opposer à son diktat, mais on lui donne rendez vous où il veut quand il veut ! En quelques titres, l'énergie déployée nous aura mis ko. Quelle baffe ! On s'est alors demandé comment un ST peut ne pas jouer en tête d'affiche sur une Mainstage, comme un Slayer ou un Behemoth, quand un Apocalyptica a cet honneur, et ce alors que la War Zone était saturée ?
Bref le Hellfest est le fest parfait ! Mais quand on pense qu'il a encore une marge de progression, on peut se demander vers combien d'orgasmes la bande à Barraud pourra nous apporter encore !

 

 

 

 

 

Kreator Setlist Hellfest 2017 2017, Gods of Violence

KREATOR (par Oso Garu)

Pour conclure la journée, un peu de poésie avec les allemands qui ont décidé ce soir de ne pas nous laisser nous reposer. « Hordes of Chaos », bam, « Phobia », re-bam, en 10 minutes, tout le monde a rangé son chapeau d’Aerosmith pour enfiler la panoplie de thrasheur. Les roadies avec des masques affreux (surement piqués à Rob zombie) viendront comme à tous les festivals ouvrir le show (et le rappel) avec des fumigènes, mettant de suite dans l’ambiance post apocalyptique du groupe. Le son est – encore une fois – d’une puissance exceptionnelle, fort, net et précis. Le groupe est en très grande forme et la scène magnifique. En 1 heure de set, le groupe nous prouvera une fois de plus pourquoi ils sont les leaders de la scène thrash Allemande. On aura droit à 4 titres de leur dernière offrande « Gods Of violence » qui s’intégrèrent parfaitement au milieu de tous les classiques du groupe. « People of the Lie » restera un de mes titres préférés en live et l’interprétation de ce soir est parfaite. Le groupe adore mettre de la fumée et ça sort de tous les cotés de la scène. Revenons sur la cène, Violent Mind, leur mascotte était en relief derrière comme un Eddie géant de qui vous savez, et elle était entourée d’un décor style cathédrale avec des écrans partout. J’avoue que j’ai du mal à la décrire, le mieux c’est d’aller voir une vidéo, mais c’était – je pense – une des plus belles scènes de tout le festival. « Phantom Antichrist » est maintenant un pilier du set mais les vieux albums ne sont pas oubliés avec un « Total Death » ultra speed. Il est 2h00 du matin, et il est déjà l’heure des rappels. Retour sur «Violent Revolution », le titre (et l’album) qui les a remis en selle en 2001, est maintenant considéré comme un de leur plus gros hits. Ce soir, durée du concvert oblige, on n’aura pas le temps de lever le « Flag of Hate », on se prendra donc un « Pleasure to Kill » des familles avant d’aller se reposer après cette journée extrêmement bien remplie. La dernière image de la journée étant un gros plan sur le t-shirt des Misfits de Mille Petrozza. J’espère que les organisateurs auront la bonne idée de les faire passer l’année prochaine à la même heure sur la même scène que Kreator, ce serait parfait.





                                                             

 








Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires

  • GHOST Prequelle

    FranckAndFurious
    Pop n'est pas un gros mot pour ...

    Lire la suite...

     
  • GHOST Prequelle

    MetalDen
    Pas du tout le même ressenti ...

    Lire la suite...

     
  • TOTO 35th Anniversary Tour - Live In Poland

    FranckAndFurious
    Toto et moi, c'est je t'aime ...

    Lire la suite...

     
  • JUDAS PRIEST Firepower

    MetalDen
    Dans mon top 5 pour l'instant !

    Lire la suite...

     
  • ALICE COOPER Paranormal

    MetalDen
    Un petit peu a la bourre pour le ...

    Lire la suite...

     
  • DDENT Toro

    MetalDen
    C'est vrai que c'est une ...

    Lire la suite...

     
  • DDENT Toro

    FranckAndFurious
    Chro de l'année ? Wahou ! Quelle ...

    Lire la suite...

     
  • ARENA – Paris - La Maroquinerie – 11/05/2018

    FranckAndFurious
    Merci pour ce report d'un groupe ...

    Lire la suite...

     
  • THE NIGHTS - The Nights

    Chasseur Immobilier
    Merci pour la kro, très bon ...

    Lire la suite...

     
  • W.E.T. Earthrage

    FranckAndFurious
    ''Unanimisme sur cet album'' ...

    Lire la suite...

     
  • TRUST - Dans Le Même Sang

    MetalDen
    Superbe album, un retour au ...

    Lire la suite...

     
  • BLACK STONE CHERRY Family Tree

    MetalDen
    Pas mal en effet, mais comme ...

    Lire la suite...

     
  • ANGRA ØMNI

    MetalDen
    Un peu de promotion pour l'outil ...

    Lire la suite...

     
  • STEVE WALSH Black Butterfly / THE RADIO SUN Unstoppable / DUKES OF THE ORIENT / TRAGIK Tainted

    FranckAndFurious
    DUKE OF THE ORIENT. Quand ...

    Lire la suite...

Connexion

On Line :

Nous avons 404 invités et aucun membre en ligne