0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Alors que je commence à rédiger, après une journée de travail, un redoutable récit de ce concert,

je ne peux pas éviter de faire état de ma consternation au contact de mes collègues. Encore sur mon nuage floydien 48 heures après, je tente de leur faire partager mon émotion. "Je suis allé voir David, samedi à Chantilly" - "qui ca ?" – "bah, David Gilmour quoi, vous n'avez pas entendu parler de sa tournée !" – "c ki lui ?" – (…) Interloqué, je n'en crois pas mes oreilles, mais je tente de garder un flegme apparent pour leur demander "Pink Floyd, vous connaissez ?" – "bah oui !" – "eh bien c'est son guitariste !" – "ah ?" – (…) abasourdi, je me résigne à tourner les talons et je vais voir ailleurs si j'y suis …

De nature obstinée, je persiste avec trois interlocuteurs différents ; trois bides … Complément affligé et abattu par le désespoir, je me suis finalement réfugié dans mon bureau. Heureusement seul en cette période estivale, je préfère rester sur mon nuage et les laisser disserter sur leurs petits soucis quotidiens.

Pink Floyd a bercé une bonne partie de mon adolescence, leur musique m'ayant touché bien au-delà du succès planétaire généré par "The Wall". Mais ce n'est que lors de la tournée "A Momentary Lapse of Reason" que j'ai pu enfin les voir (Gilmour, Mason, Wright) sur la scène de Bercy le 28 juin 1989. Ce fut une première claque monumentale, puis une deuxième sur la tournée "The Division Bell" le 30 juillet 1994, déjà au Château de Chantilly.

J'ai toujours rêvé du retour de Roger Waters au sein du groupe mais en attendant, je me suis rué sur ses mémorables tournées ("The Pros and the Cons", le 6 juillet 1984 – "the Wall", les 30 mai 2011 et 21 septembre 2013).

En revanche, je n'ai pas su, pu ou voulu aller voir David Gilmour seul. J'ignore la raison profonde ; il me semble que je l'ai soupçonné longtemps d'avoir causé la brouille avec Roger Waters, si bien que j'avais pris parti pour ce dernier. C'est sans doute regrettable, mais c'est ainsi.

Cette tournée "Rattle That Lock" est donc une excellente occasion de me replonger dans cet univers délicieux. D'autant plus que la petite Fée qui a eu la bonne idée de m'accompagner n'a jamais vu le Floyd et encore moins David, ce qui, même si elle a déjà vu Roger, est une lacune à combler de toute urgence ! Et il est grand temps, au regard des années qui passent ; le Monsieur vient quand même de fêter ses 70 ans le 6 mars dernier. Sans cynisme excessif, il est permis d'imaginer que cette tournée pourrait être la dernière.

Evidemment un talent de ce calibre se doit d'être bien entouré et on peut ainsi souligner la présence de deux claviers très talentueux ; Chuck Leavell (ex-Allman Brothers Band, qui a également tourné avec les Rolling Stones), et Greg Phillinganes, qui a participé aux activités de Toto ou de Clapton. A la basse (et contrebasse), c'est Guy Pratt, qui a déjà remplacé le grand Roger au sein du Floyd. Pour compléter le tableau de scène le guitariste Chester Kamen est en soutien, Steve DiStanislao est à la batterie et João Mello est au saxophone et clarinette. Enfin, trois choristes excellents Bryan Chambers (qui se chargera en particulier d'un large passage sur "In Any Tongue"), Lucita Jules (impressionnante notamment sur "The Great Gig in the Sky"), et Louise Clare Marshall.

Voilà pour les présentations des protagonistes (nous et eux, Us and Them … et oui, vous y aurez eu droit !) ; tout est en place pour le début du concert prévu à 21h.

Nous sommes arrivés sur site vers 17 heures, après une marche d'environ 2000 mètres qui nous séparent des parkings (…). Une heure d'attente sous une chaleur torride, et les grilles du Château s'ouvrent enfin peu après 18 heures. Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines puisque des chicanes et des fouilles minutieuses nous attendent ; nous devons prendre le temps de laisser notre perche d'auto-portraits à la consigne (ça tombe bien, on n'avait que ça à faire ! grrr).

Mais par un bonheur inattendu nous constatons que nous sommes finalement parmi les premiers et nous nous plaçons donc pas très loin de la scène, en face des choristes. Commence alors une attente qui sera bien plus longue que prévue. Les fouilles à l'entrée se sont avérées fastidieuses et David a voulu attendre que son public ait pu entrer avant de commencer : c'est tout à son honneur.

Mais cependant, à 21h45 nous avions déjà les jambes lourdes et la gorge bien sèche, lorsqu'une voix nous invite à respecter une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat à Nice. Un impressionnant silence est effectivement respecté.

Trêve de lamentations, nous sommes ici pour nous réjouir que Diable ! Et lorsque le Monsieur et son équipe déboulent sur scène nous oublions très vite notre longue attente !

Dès les premières notes de "5AM/RTL" notre peau fait la chair de poule et les poils s'hérissent irrésistiblement, le son est d'une limpidité et d'une puissance saisissante. Pas besoin de protection auditive, la pureté du son s'impose pour entendre David pester contre son matériel qui le trahit et l'oblige à abandonner sa Stratocaster après avoir dû terminer le premier titre sans instrument ! Il s'excuse dans un très bon français "La guitare, c'est tout vieux, comme moi" !

Le désagrément est vite oublié car il enchaine avec le titre suivant de l'opus RTL, ca tombe bien c'est celui que nous préférons ; "Faces of stone" !

Splendide, que de délicatesse et que de virtuosité !! Nous ne pouvons que savourer notre plaisir en écoutant celui dont tant de nos virtuoses préférés se sont inspirés, tels que Andrew Latimer (Camel), Steve Rothery (Marillion), Nick Barrett (Pendragon) et tant d'autres ! Aussi talentueux à la guitare acoustique qu'électrique, en bandoulière ou sur une table pour jouer en slide. Il fait corps avec sa vieille guitare toute usée par les innombrables sollicitations, et il parvient à pousser les cordes pour en extraire des sons si caractéristiques de son jeu ; souvent dans les aigus, parfois dans les graves mais toujours avec une force qui tranche avec son calme, sa sérénité.

Et, pour ne rien gâcher, il communique aisément en français (il s'applique bien sur les "r" !) avec son public, notamment pour plaider davantage de fraternité dans notre société. Je pense profondément que le choix de la musique générique de la SNCF pour introduire "Rattle That Lock" n'est pas anodin. Il est probablement plus francophile que la plupart de ses compatriotes.

Autre petit détail : J'ignore ce qu'il pense du Brexit mais en tous cas il a laissé son bassiste arborer un t-shirt aux couleurs du drapeau européen…

Le sentiment de plénitude est accru avec un gigantesque écran sphérique qui diffuse les images en gros plans du jeu du Maître, celles de ses complices, ainsi que celles des vidéos illustrant les chansons. L'éclairage, encore timide tant que le jour n'est pas encore tombé, s'est révélé somptueux et adapté aux différentes atmosphères.

Le spectacle est parfaitement en place, tous les musiciens sont impliqués dans leur partition mais également dans les chœurs et contre-chants, ce qui me touche tout particulièrement.

La voix de David peut parfois laisser penser à une légère faiblesse mais rien de bien gênant en fait ; d'ailleurs durant la soirée son intonation m'a parfois fait penser à Joe Cocker.

J'insiste particulièrement sur les trois choristes, non pas parce qu'ils étaient en face de moi, mais parce que je les ai trouvés excellents, vraiment. Tant pour leur virtuosité vocale sur les titres phares qui requiert un vrai talent, que sur leur gestuelle. Inlassablement ils contribuèrent à donner du mouvement à la grande scène sur laquelle les autres musiciens étaient relativement statiques, excepté peut-être Chester. Leur bonheur de mettre en valeur l'œuvre de David faisait réellement plaisir à voir. J'ai déploré d'ailleurs qu'au moment des présentations David, après un hommage appuyé pour ces comparses, était passé un peu rapidement sur leur identité, mais ils ne semblent pas s'en être offusqués.

Je pourrais disserter ainsi sur chaque titre, mais à quoi bon. Je ne me sens pas capable de détailler la palette des émotions vécues dans ce cadre royal.

Ce fut juste un moment inoubliable pour moi, un modeste mélomane, ainsi que pour les quelques 24000 personnes présentes (seule évaluation relevée dans le journal "le Parisien", ce dont nous devrons nous contenter faute de transparence, attitude aussi habituelle qu'exaspérante de la part de GDP). Notre positionnement était quasi-idéal pour déguster cette soirée puisque d'autres admirateurs placés dans les premiers rangs s'en sont écartés pour fuir la violence des tonalités basses et que d'autres encore étaient trop loin devant ainsi se contenter des écrans comme à la maison …

Le premier acte de la soirée se clôt vers 23 heures ; un premier bilan s'impose et les discussions sont animées entre mélomanes déjà émerveillés. Et pourtant à mon avis, avec le recul, le meilleur allait venir en seconde partie. Mais déjà à ce stade, le quart d'heure de pause n'a pas suffi pour échanger nos sentiments. En ce qui me concerne je fus ravi des choix de titres de Pink Floyd, même si j'ai été un peu frustré de les entendre ainsi tiré de leur contexte conceptuel. Excellente idée cette vraie cloche que le batteur fait tinter sur "High Hopes". Quant à son répertoire personnel je retiendrai les titres particulièrement merveilleux "Faces of Stone" et "In Any Tongue" (magnifique vidéo).

Vers 23h15, David revient nous asséner l'acte fatal, à coup de titres auxquels je ne m'attendais pas ; en particulier "One of These Days" et surtout "Fat Old Sun" que je n'aurais jamais imaginé écouter un jour sur scène avec (au moins) un des membres du Floyd. Tout juste imaginais-je vaguement écouter un jour un hommage interprété par un "Britfloyd" ou un autre ! Là, je peux dire que je me suis pris un pied inouï ! Les quatre premiers titres étourdissants étant passés, on se calme avec un retour à son répertoire plus récent et personnel.

Mais jamais l'émerveillement ne baisse totalement et surtout pas pendant le délicieux bluesy-jazzy "The Girl in the Yellow Dress"

Remarquable interprétation de "Sorrow" que personnellement j'adore car ce titre me rappelle une période de relative insouciance. Le temps passe très, trop vite et déjà "Run like Hell" est sensé clore la soirée.

David feint de nous abandonner mais, évidemment, le rappel s'impose peu après minuit et demi. Les trois titres qui suivent nous transportent de joie et, cerise sur le gâteau, c'est un somptueux "Comfortably Numb" qui termine définitivement la soirée, dans un jeu de fumigènes et d'éclairages en faisceaux absolument étourdissants !

 

C'est fini, il nous faut redescendre sur Terre. La foule tente de sortir dans un des deux goulots de sortie (le nôtre est particulièrement étroit), la sonorisation aurait pu (dû) diffuser l'opus "Animals" et ses bêlements pour coller à l'ambiance.

Après une longue et épuisante (après cette journée) marche dans la pénombre nous retrouvons notre titine pour la noyer dans une interminable guirlande rouge de voitures impatientes …Mais là encore nous ne pouvons pas nous plaindre car, en arrivant avant 17 heures, nous avons bénéficié d'une place proche de la sortie. La majorité des automobilistes a sans doute perdu de nombreuses demi-heures avant de pouvoir sortir !...

Nonobstant, avec le temps je suis persuadé que tous nous ne conserverons de cette soirée que les souvenirs radieux de cette parenthèse magique dans le monde post-floydien. Tant pis pour les hermétiques à ces sensations, ils ne savent pas ce qu'ils perdent …

 

PROGRAMME [21h45-00h50] :

Acte 1:

5 A.M. (Rattle That Lock) Rattle That Lock (Rattle That Lock) Faces of Stone (Rattle That Lock) What Do You Want From Me (reprise de Pink Floyd-The Division Bell) The Blue (On an Island) The Great Gig in the Sky (reprise de Pink Floyd-The Dark Side of the Moon) A Boat Lies Waiting (Rattle That Lock) Wish You Were Here (reprise de Pink Floyd) Money (reprise de Pink Floyd-The Dark Side of the Moon) In Any Tongue (Rattle That Lock) High Hopes (reprise de Pink Floyd-The Division Bell).

Acte 2:

One of These Days (reprise de Pink Floyd-Meddle) Shine On You Crazy Diamond (Parts I-V) (reprise de Pink Floyd-Wish You Were Here) Fat Old Sun (reprise de Pink Floyd-Atom Heart Mother) Coming Back to Life (reprise de Pink Floyd-The Division Bell) On an Island (On an Island) The Girl in the Yellow Dress (Rattle That Lock) Today (Rattle That Lock) Sorrow (reprise de Pink Floyd-A Momentary Lapse of Reason) Run Like Hell (reprise de Pink Floyd-The Wall).

Rappel :

Time (reprise de Pink Floyd-Dark Side of the Moon) Breathe (reprise de Pink Floyd-Dark Side of the Moon) Comfortably Numb (reprise de Pink Floyd-The Wall).

 Patrice du Houblon·

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires

  • YOUNG GUN SILVER FOX West End Coast

    Eagles05
    Hello ! pour ceux que ça ...

    Lire la suite...

     
  • WILLIAM SIKSTROM Running Out Of Time

    Eagles05
    De la bombe west coast ! et en ...

    Lire la suite...

     
  • VEGA Only Human

    Eagles05
    Dommage J'avais été emballé par ...

    Lire la suite...

     
  • GHOST Prequelle

    FranckAndFurious
    Pop n'est pas un gros mot pour ...

    Lire la suite...

     
  • GHOST Prequelle

    MetalDen
    Pas du tout le même ressenti ...

    Lire la suite...

     
  • TOTO 35th Anniversary Tour - Live In Poland

    FranckAndFurious
    Toto et moi, c'est je t'aime ...

    Lire la suite...

     
  • JUDAS PRIEST Firepower

    MetalDen
    Dans mon top 5 pour l'instant !

    Lire la suite...

     
  • ALICE COOPER Paranormal

    MetalDen
    Un petit peu a la bourre pour le ...

    Lire la suite...

     
  • DDENT Toro

    MetalDen
    C'est vrai que c'est une ...

    Lire la suite...

     
  • DDENT Toro

    FranckAndFurious
    Chro de l'année ? Wahou ! Quelle ...

    Lire la suite...

     
  • ARENA – Paris - La Maroquinerie – 11/05/2018

    FranckAndFurious
    Merci pour ce report d'un groupe ...

    Lire la suite...

     
  • THE NIGHTS - The Nights

    Chasseur Immobilier
    Merci pour la kro, très bon ...

    Lire la suite...

     
  • W.E.T. Earthrage

    FranckAndFurious
    ''Unanimisme sur cet album'' ...

    Lire la suite...

     
  • TRUST - Dans Le Même Sang

    MetalDen
    Superbe album, un retour au ...

    Lire la suite...

Connexion

On Line :

Nous avons 792 invités et aucun membre en ligne