0
0
0
s2sdefault
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
La première d’Arena à Toulouse, cela s’annonçait à priori très bien !
Je pris rendez-vous avec l’organisateur enthousiaste de cette date, Capitaine Dom, pour des interviews préalables avec Weend’ô, le groupe Agenais  qui assurait la première partie, et Arena. Las, quelques temps plus tard une 2eme date s’est ajoutée à l’agenda toulousain, les Rival Sons au Bikini. Bien que n’étant pas tout à fait dans le même créneau, ces derniers étant axés hard blues, pour le public adepte des deux genres, rock prog et hard blues, le choix allait être rude. Mais pour ma part, ce choix était fait, les Rival Sons, ce sera pour une autre fois, il y en aura surement, le combo est jeune !
C’est en fin d’après-midi que je me retrouve au Connexion Live pour les deux interviews, l’une en terrasse avec Weend’ô au grand complet, puis dans les loges avec Clive Nolan et Mick Pointer (le fondateur de Marillion avec FISH), les deux fondateurs d’ Arena en 1995, il y a 20 ans donc !
Puis à l’heure d’ouverture des portes, les craintes concernant la concurrence des Rival Sons se confirmait malheureusement, nous serons à peine 140 fans ce soir, et encore en comptant certains qui se sont déplacés depuis la Normandie !
Ce sont donc les quatre agenais de WEEND’Ô qui ouvrent vers 20h45 les hostilités avec le titre éponyme de leur album : You Need To Know Yourself sous un éclairage vert. Leur rock prog dynamique est bien en place, et bien en phase avec le style de  ARENA, avec qui ils ont déjà collaboré, m’ont-ils confié en interview. Laëtitia et son look un peu gothique ce soir, assure le chant avec un joli grain de voix,  et les claviers, tandis que son époux Terence nous offre quelques belles lignes de guitare racées. Max, le bassiste colle à la batterie de Nathanaël, les deux larrons nous offrirons d’ailleurs une belle passe d’armes sur le dernier titre, Deadline, avec un spécial rythmique endiablée ! Les huit titres passent malheureusement beaucoup trop vite, et le public salue bruyamment une bien belle prestation (voir la vidéo de Deadline).

01. You Need To Know Yourself
02. Welcome In my Mind
03. run away
04. The Soulmate
05. intro experience
06. experience
07. dark element
08. Deadline



 
 

 
Arena entre en scène à 22h06 très exactement sous une lumière bleue, et après l’intro, c’est un tout nouveau titre, The Demon Strikes, qui lance le show de manière très dynamique, car le rock prog d’ARENA, ce n’est pas de l’atmosphérique où les instrumentistes s’écoutent jouer, ici le mot rock n’est pas galvaudé, la rythmique assurée par Mick Pointer à la batterie et Kylan Kajamera Amos à la basse (dernière recrue du groupe l’an dernier) ne fait pas dans la figuration. Paul Manzi, dans le groupe depuis 2011, reproduit impeccablement les lignes vocales de l’album, assurément une bonne recrue. John Mitchell arbore un look de magasinier peu soigné, mais autant le look parait négligé, ou pour le moins ce n’est pas une obsession pour lui, autant son jeu est brillant.  Le boss, Clive Nolan se tient discrètement en retrait sur la partie droite, derrière Mitchell sur ce premier titre. Il se mettra un peu plus en valeur sur les titres suivants en faisant tourner son clavier, mais dans l’ensemble reste discret, un peu à la façon du gardien du temple. Trois nouveaux autres titres sont joués, promotion oblige, dont le déjà fameux et epontyme The Unquiet Sky, tout aussi addictif en live que sur album, un titre que j’ai passé en boucle tellement je suis accroc. The Tinder Box sonne déjà la fin de ce magnifique concert, avec une set-list apparemment un peu allégée, mais avec une brillante prestation acclamée par les privilégiés qui sont présents. Dans la foulée Capitaine Dom amène le gâteau d'anniversaire sur scène, le groupe se fera un plaisir de souffler les bougies sous les applaudissements, merci au Capitaine, à l'association GENEZIA, Philippe Brocas, Laetitia de Weend'o pour leur travail collectif pour la réussite de cette soirée un peu spéciale, et définitivement tant pis pour les Rival Sons, ce sera pour une autre fois !


The Demon Strikes
Rapture
Double Vision
A Crack in the Ice
Moviedrome
How Did It Come to This?
Salamander
Serenity
The Unquiet Sky
Traveller Beware
The City of Lanterns
Riding the Tide
The Hanging Tree
The Tinder Box

 

 

 

 

 

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 1592 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • TED POLEY Modern Art

    Seb.Roxx
    J'ai adoré cet album après ...

    Lire la suite...

     
  • SAPPHIRE EYES - Breath Of Ages

    Claude Blais
    Je suis d'accord avec Fab ...

    Lire la suite...

     
  • SWEDISH FUNK CONNECTION 1987

    Nico
    Trés bon album en effet. C'est ...

    Lire la suite...

     
  • ÖBLIVÏON Resilience

    MetalDen
    Jamais trop tard pour commenter ...

    Lire la suite...

     
  • STEVE PERRY Traces

    Seb.Roxx
    J'ai l'édition limitée U.S.

    Lire la suite...

     
  • DEEP PURPLE – 50 ans – La maison des légendes - 1968 – 2018

    barjozo
    L'ami Furious a fait un immense ...

    Lire la suite...

     
  • GROUNDBREAKER

    Nico
    Pareil que pour Fab. La balade ...

    Lire la suite...

     
  • CREYE Creye

    Nico
    Un pur joyaux d'AOR ! Peut etre ...

    Lire la suite...

     
  • DIAMOND DAWN Overdrive

    Pilgrimwen
    C'est un excellent disque ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Revu une seconde fois en VO ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    MetalDen
    Superbe film ! Pour le gros son ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    FranckAndFurious
    4,75/5 Ce film fait passer les ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Perso j'ai adoré et j'irais le ...

    Lire la suite...

     
  • ANTIVERSE Under the regolith

    FranckAndFurious
    Chez RM, on aime bien ce genre ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

Other Articles