Home L'équipe - prochaines chroniques Rock Blues Country - Auteurs JONNY LANG Signs

JONNY LANG Signs

Rock Country Blues - Chroniques albums reviews

JONNY LANG Signs

Joe Bonamassa ! prépare toi à profiter de ta place de régent, le prince is back !

20 ans après ma découverte et la sortie de son indispensable second album Lie to me, le prodige, Jonny Lang nous revient avec son septième album. Enchaînant en 1998, un brillant Wander this word le propulsant star aux côtés des stars (Prince, Clapton, Sting, Blues Brothers…), trop jeune, le beau gosse se perdit quelques peu dans les méandres de la gloire, comme souvent chez les stars pubères. (Je vous invite à lire sa bio très bien argumentée sur wikipédia).

Ayant retrouvé la sérénité, marié, 4 enfants, à 36 ans, (ça s'est fait!) mieux entouré, et donc débarrassé des parasites de la célébrité, et suite à quelques albums un coup trop accès soul, ou trop gospel, l'homme devenu, revient aux sources avec un son davantage roots et blues, tout en conservant ses influences de la Motow, donc, du gospel, de la soul, du funk, et aussi de la pop, la classieuse pas la baveuse, car trop talentueux qu'il est pour rester dans une case.

Après une première écoute surprenante, voire déroutante, vu la diversité et les divers chemins de traverses que l'artiste pris, il m'aura fallu plusieurs écoutes pour me replonger dans son univers vaste, et 4 ans après Fight for you soul, apprécier cet album que je jugerai du renouveau.

On sent l'homme enfin apaisé, et parti pour retrouver la place qu'il n'aurait jamais du laisser : celle de numéro Un du blues classieux et mainstream, dans le bon sens du terme.

C'est simple : en plus d'avoir un joli minois, d'être un excellent guitariste, sa voix est juste LA voix du blues. Sorte de mix entre la voix de Joe Cocker et la soul de Stevie Wonder, son organe est juste déchirant de beauté dans la dramaturgie. Je ne lui vois pas d'égal dans le genre. Au point, que l'homme au visage encore juvénile, privilégie la voi(e)x de l'âme, et peut laisser sa guitare discrète si la voix se suffit à elle-même pour toucher l'émotion d'une chanson : comme sur le bayou et ses choeurs d'esclaves de Make it move (retour au source on a dit), ou la ballade mélancolique Singing songs.

Mais pour les amateurs de guitare, n'ayez crainte ! Si l'homme ne rend pas sa guitare bavarde, il sait la faire s'exprimer avec un feeling, et une inventivité, aussi rare dans le genre. Ici, il lui donnera un son davantage saturé, parfois jusqu'à la distorsion sans que cela ne soit désagréable à l'oreille, donnant ainsi, par rapport à ses œuvres précédentes, une nouvelle couleur à sa discographie. Winsdow est le morceau type qui marrie voix-guitare à la perfection - quel solo empli de finesse ! - et sur laquelle son talent peut rendre une chanson simple en véritable oeuvre d'art. Et que dire de celui de l'autre ballade intimiste Bring me back home ?

Par ailleurs, Snakes ravira les fans de Brian Setzer avec son tempo assez rockabilly, et sur lequel Jonny retrouve le ''Kid'' énergique qu'il fût. Last man standing rappellera sa passion pour le grunge avec un riff et une batterie déchirant tout sur leur passage, et dont le refrain rebelle et hymnesque, en feront un classique ; vite secondé par l'autre hit explosif Bitter End, dont le refrain et le solo bref mais lumineux au son écorché, vous arracheront les tripes. Le mainstream n'est pas omis avec le funky gospel What you're made of, le popy gospel Stronger together, et surtout Into the light, autre méga-tube en puissance


Mais quelque soit le genre, il y met vocalement toute son âme avec un blues et une soul jamais absents : signature des plus grands.

Si l'homme semble ne plus se chercher, et espérons-le, semble retrouver enfin une certaine fougue et une certaine dynamique de production, l'album pourra toutefois paraître assez décousu pour ceux qui ont des goûts plus accentués vers un style de blues. Lui ne se prend pas la tête, se laissant porter par l'envie, préférant distiller les influences et faire partager sa jovialité. Quoiqu'il en soit, cela reste un retour de bonne augure pour la suite. Ce mec est si brillant qu'il n'est pas prêt de s'arrêter de nous émerveiller.

Joe Bonamassa ! prépare toi de profiter de ta place de régent, le prince is back !


PS : Grosse précision : son humilité et son envie de découverte du monde, nous offre le privilège de le voir tourner en Europe, et même en France, alors qu'un artiste de son niveau, se contenterait de cachetonner aux USA. Alors soyons humble aussi, et jouissons de ce privilège en allant voir ce talent pur qui a encore beaucoup à donner. Et allez-y pour moi qui suis cloîtrer du mauvais côté du pays... grrrr

11/07   Cleon, France                                                              La Travene (Blues de Travene)
11/09   Marseille, France                                                         Espace Julien
11/10   Six-Fours-les-Plages, France                                        Espace Malraux
11/11   Paris, France                                                               La Cigale



Tracklist :  

1 - Make It Move

2 - Snakes

3 - Last Man Standing

4 - Signs

5 - What You're Made Of

6 - Bitter End

7 - Stronger Together

8 - Into The Light

9 - Bring Me Back Home

10 - Wisdom

11 - Singing Song

am

 

Label :

Concord Records

Sortie :

08/09/2017

Production :

J.Lang, Drew Ramsey et Shannon Sanders



Discographie :

 

  • 1995 - Smokin (as Kid Jonny Lang & The Big Bang) 4,5/5

      un boutonneux de 14 ans vient faire la nique aux maitres avec son blues and roll et ce, avec une voix de bluesman noir de 70 ans élevé au Whisky ! Incroyable !

  • 1997 - Lie to Me 5/5

      Un must de blues rock ! Indispensable.

  • 1998 - Wander This World 5/5

      un blues davantage mainstream et donc abordable ! Inspiré ! Indispensable (re)

  • 2003 - Long Time Coming 3,75/5

      manque d'inspiration niveau compositions

  • 2006 - Turn Around 4,25/5

      Bon (mais?) très (trop?) gospel !

  • 1999 - Live at Montreux (DVD)

  • 2010 - Live At The Ryman

  • 2013 - Fight For My Soul 4,5/5

      Une guitare sage, un peu trop ''popy'' et moins habité, mais du très bon

  • 2017 - Signs 4,75/5

               Peut être moins (?) bon en terme de        compo que son prédécesseur, mais un retour aux racines avec une grosse envie, et une guitare sortie du placard



Liens multimédia - videos    

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jonny_Lang

http://jonnylang.com/

https://www.facebook.com/JonnyLang

 

 

Notes des visiteurs :


( 0 Votes )

Mis à jour (Dimanche, 08 Octobre 2017 13:53)

 

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Votre email:
Sujet:
Commentaire: