0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Mille sept cent personnes, environ, étaient présentes, en ce Mercredi 20 Décembre 2017, au Zénith de Pau.
Cela pour assister à l'un des concerts de la tournée Légends Of Rock, proposé par Camus Production. Au programme, trois Tribute Bands, aux répertoires dédiés à trois groupes de légende. D'abord, les Anglais de GUNS'N'ROSES EXPERIENCE pour le groupe Américain quasi éponyme,  les Italiens d'EUROSMITH pour Aérosmith, et, enfin, les Français de T.N.T, originaires de Bayonne, pour AC/DC.


 20h00, extinction des feux, et, ce sont les Guns'n'Roses Expérience qui ont la charge d'ouvrir le bal. Mise en place de la section rythmique, composée de Will Jones à la batterie, Rikk Malice à la basse, et, d'Archie Frost à la guitare rythmique. Entrée du guitariste Jack Warren, dans le role de Slash, avec son légendaire chapeau haut de forme, suivi, de près, par Laz Stradlin, jouant, lui, Axl Rose, en short, avec une chemise à carreaux autour de la taille, et, un bandana couvrant son large front.
En ouverture, les Anglais nous proposent un titre pas très connu, un peu bancal sur le plan sonore, et, sur lequel Laz Strandlin a du mal à ajuster sa voix. Qu'importe, le morceau suivant, Live And Let Die (Paul Mac Cartney), bien joué, et, doté d'un solo de guitare, distillé, en dilettante par Jack Warren/Slash, redonne des couleurs au groupe sous les acclamations. Parmi les autres bons moments, plébiscités par l'assistance, citons, les trois classiques des Guns, très bien maitrisés, que sont Sweet Child O'Mine, Knockin' On Heaven's Door (Bob Dylan), et, enfin, Paradise City, qui conclue ce set brillamment, après une première demi-heure, un peu fade, en raison d'une setlist plutôt décousue. Les Anglais saluent, donc, un public plutôt partagé. Néanmoins, bravo à Laz/Axl qui, en bon frontman, aura réussi à donner de l'authenticité à l'ensemble de la prestation.
Photos Thierry Loustauneau ici.

 

 

 
 
 

21h05, c'est au tour des Italiens d'Eurosmith, d'envahir la scène pour leur show Aérosmith. Dans la pénombre, on distingue  les musiciens en place, puis, surgit Luca Celletti, dans le role de Steven Tyler, avec le look complet, et, la voix éraillée qui va avec. Tout comme pour le groupe précédent, le premier morceau est un peu déséquilibré question sono, mais, il permet au public d'apprécier les attitudes scéniques de Luca/Tyler, avec son chapeau haut de forme, ses foulards, et, sa façon de danser autour de son pied de micro. Enchainement, sur Let The Music Do The Talking, avec un bon passage en slide, signé Mamo Giusti, qui joue le role de Joe Perry. Puis, arrive Toys In The Attic, mené tambour battant, par le sosie de Joe Kramer, Massimo Maraccini. Ensuite, on passe à Cryin, qui donne l'occasion aux spectateurs de balancer leurs bras en l'air sur ce titre, très bien chanté par Luca/Tyler. D'autres bons moments suivirent, avec, notamment, les superbes classiques Dream On, et, Walk This Way, ainsi que le titre qui conclue le set, le très mélodique I Don't Want To Miss A Thing. Acclamations, donc, pour les musiciens d'Eurosmith qui, en bons élèves, auront fait le job de façon, peut être, un peu trop scolaire, contrairement à leur chanteur, beaucoup plus impliqué, qui a tenu tout le show à bout de bras.
Photos Thierry Loustauneau ici.

 

 
 


22h10, c'est au tour des Bayonnais de T.N.T. d'occuper la scène. Dans le fond, on distingue sur la gauche, le guitariste Sébastien Blanc dans le rôle de Malcolm Young, au centre le batteur Michel Camiade qui joue Phill Rudd, et, à droite, le bassiste Olivier Sentenac pour incarner Cliff Williams. Les premiers accords de Back In Black résonnent, et, voilà, que surgit en trombe, le guitariste soliste Didier Deboffe, en sosie d'Angus Young, avec la panoplie complète, le même jeu de scène, et, la mimique buccale, bien connue des fans. Enfin, c'est au tour de Pierre Placines d'entrer en scène pour interpréter, le rôle de Brian Johnson, avec sa casquette vissée sur la tète, et, sa voix passée au papier de verre, si caractéristique dans la musique d'AC/DC. Le visuel proposé est saisissant, et, le public se prend très vite au jeu, appréciant le professionnalisme du quintette, en offrant une salve d'applaudissements à la fin du morceau. Le groupe enchaine sur Shoot To Thrill, et, l'ensemble des spectateurs commence à taper du pied en dodelinant de la tète, convaincu par la gouaille parfaite de Pierre/Brian. Acclamations, et, les premières notes de Thunderstruck se font entendre entre les doigts magiques de Didier/Angus, avant que celui-ci ne traverse la scène en imitant le Duck Walk de Chuck Berry, classique du jeu de scène d'Angus Young. L'auditoire est conquis, et, la gente féminine apprécie le titre suivant, à savoir The Jack, sur lequel Didier/Angus effectue un strip tease avant de baisser son short pour montrer son caleçon estampillé T.N.T. Puis, sur l'écran apparait le visage du guitariste Malcom Young (1953-2017), très applaudi par l'assistance qui lui rend hommage. Les cloches retentissent, et, les premiers accords frissonnants d'Hells Bells enthousiasment les fans. Même adhésion sur le très énergique Whole Lotta Rosie, où les fans ponctuent le morceau par "Angus! Angus!", puis, sur l'explosif T.N.T, avec ses "Oy!Oy!Oy!". Dans la salle, la température monte, et, avec les trois morceaux qui suivent, ça devient chaud bouillant. D'abord, sur le très électrique Let There Be Rock, avec sa rythmique solide, pendant que Didier/Angus se faufile dans le public sur les épaules d'un roadie, puis, sur le très fédérateur Highway To Hell, qui fait chanter le Zénith tout entier, ou, enfin, sur For Those About To Rock, qui conclue, ce set époustouflant, au son du canon. Salut au public, et, standing ovation pour les Bayonnais, après ce spectacle bien huilé, fidèle à l'original, restitué par un quintette littéralement habité à 100% par l'esprit AC/DC. Un supplément d'âme qui n'a pas échappé à l'appréciation de ce public multi-générationnel, venu, en famille, ou, entre amis, découvrir ce Tribute Band Français plus vrai que nature.

La tournée des Legends Of Rock se poursuit en 2018, et, si elle passe près de chez vous, ne ratez, surtout, pas l'occasion de passer un bon moment de fun musical. C'est à voir, ou, à revoir! 
JOHN MARKUS.

Zénith de Toulouse le 19 décembre

Je ne reprends pas le déroulé des trois concerts, très proche de celui qu’à décrit John Markus pour Pau, que j’ai également suivi et filmé. La ferveur du public était la même dans les deux villes. Un public fort différent de celui que l’on croise dans les concerts metal sur Toulouse, pas de spécialistes et habitués ici, mais un public beaucoup plus familial et inter générationnel. Avec la raréfaction des artistes originaux frappés par l’âge ou qui nous ont quitté, comme Malcolm Young cette année, on peut pronostiquer  une montée en puissance des Tribute bands, car le répertoire d’un groupe comme AC/DC garde toute sa puissance et son potentiel, et la demande est là!  Ce qu’à sûrement compris et anticipé Camus Prod en se lançant dans cette aventure, déjouant  ainsi les pronostics des quelques détracteurs qui avaient prédit un échec. A noter que la mention  "Tribute" était pour certains un peu trop discrète dans les premières affiches, au démarrage de la tournée, Camus Prod en a tenu compte avec un nouveau design qui ne laisse  aucune place à la moindre ambigüité. La tournée a rapidement atteint son rythme de croisière, avec un nombreux public qui s'enthousiasme dans chaque ville visitée, et un signe qui ne trompe pas, beaucoup de ces villes se sont engagées pour retrouver les protagonistes de ce show grand public, l'année suivante. Legends Of Rock sera ainsi au Zénith de Pau le 1er décembre 2018 ! Nous reviendrons bientôt sur les dessous de cette aventure, avec l’interview de TNT. En résumé de gros moyens sur scène pour un prix attractif, on n’est plus dans du Tribute dans un bar avec 30 personnes, mais dans un concept de show époustouflant, qui est sans nul doute appelé  à une longue carrière...
METALDEN

Photos Thierry Loustauneau ici.

 

 
 
 
 
 
 
 

 

Comments:

Commentaires   

0 #3 deboffe pat 08-01-2018 10:22
Ce que je lis au dessus et particulièrement bien noté et très juste. TNT déchire par la perfection et le professionnalisme.les lumières et le son font le reste.

La soirée était spectaculaire et forte d émotion, de pouvoir se revoir dans un concert d acdc.
Citer
0 #2 Manu Viola 06-01-2018 19:00
C’était une super petite tournée Rock n Roll , une tournée Zenith, un peut plus d’une vingtaine de dates ,mais franchement je me suis éclaté comme un petit fou , je me suis propulsé 30 ans en arrière
Citer
0 #1 FranckAndFurious 06-01-2018 17:20
A la vue des images, en fait c'était une soirée travestis pour hardeux ? lol ... rooo vous fachez pas, on peut rire un peu de dérision ! Si 1.700 personnes ont envie de voir ce genre de show dont on peut comprendre que le Euro d Eurosmith veut davantage dire monnaie qu'Europe, cela se respecte ! Ils font ce qu'ils veulent de leur argent durement gagné. Personnellement, trop frustré de ne pas voir le moindre concert de hard rock de haut niveau dans ce Zenith de Pau en 18 ans, j'ai du mal à m'enflammer pour ce genre de soirée Dalidhard ! D'autant plus, alors que j'ai pu voir certains de ces musiciens avec leur propre groupe, dans des petits clubs à des prix abordables. Si on avait enfin du choix à Pau, j'aurais probablement un avis inverse, car j'imagine les musiciens sincères et passionnément fans, et qu'on doit en avoir pour son argent. Mais hélas je l'ai mauvaise, quand il n y en a pas pour tout le monde. Si on rajoute les risques de playback qui existent déjà dans des groupes de renom, on se dit que le truc sent le souffre. Bref, éternel débat que ces tributes ! Mais je reste ravi que cela fasse vivre des musiciens, que le public puisse s'y amuser et d'après Denis, même y découvrir le genre ; mais qlq part un peu gêné voire triste, que ces mêmes gens ne se déplacent pas pour voir ces mêmes artistes dans leur propre groupe (hors tribute) : pourtant ce sont les mêmes voix ! Donc au final, j'en veux davantage aux gens qui sont paresseux à soutenir des artistes, et en même temps des petites salles de concerts formatrices, qui crèvent de ça ! à moins qu'elles ne puissent désormais aussi profiter de cette novelle mode ? Ce serait un bon retour de leur investissement dans le soutien et la découverte d'artistes ! Il en faut pour tout le monde, mais hélas, le Zenith de Pau n'en donne pas pour tout le monde. Là est mon agacement. Tant pis ! en attendant des jours meilleurs : Keep on rockin ! et merci pour vos reports
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 23492 invités et 5 inscrits en ligne

  • fab
  • FranckAndFurious
  • John MarKus
  • noursmetal
Mer, Fév 14, 18 barjozo Hard Rock - Heavy Metal - Power Metal 136
Profitons de cette ré-édition chez Heavy Psych Sound du premier Nebula paru en 1998 chez Relapse, pour se remémorer un petit historique stoner .
Vous en avez l’habitude maintenant, un petit retour sur quelques albums qui méritent qu’on en parle sur Meeting. On commence par Pacific Daydream le dernier album du groupe de pop rock Us, Weezer.
"Meilleure vente effectuée dès la première semaine de commercialisation, depuis 15 ans..."
Mar, Fév 13, 18 Phil93 Hard Rock - Heavy Metal - Power Metal 268
1983 : Thin Lizzy décide de mettre un terme à une carrière prolifique suite aux écarts regrettables de son leader, Phil Lynott.
Grâce à Sebastien Chabot, chanteur guitariste de GALDERIA, j'ai appris l'existence des norvégiens de KELDIAN. A l'époque, ce fut le coup de foudre !
Jeu, Fév 08, 18 Fab AOR 350
Je n'en suis encore pas revenu !!! Robin Beck est née en 1954 ??????? Putain plus de 60 balais et un physique toujours au top.
Mar, Fév 06, 18 John Markus Hard Rock - Heavy Metal - Power Metal 331
Troisième opus pour le légendaire guitariste Américain d'Aérosmith, né le 10 Septembre 1950 à Lawrence, dans le Massachussets.
Mar, Fév 06, 18 FranckAndFurious Metal Melodique Progressif Symphonique Gothique 129
Quelle ironie que de présenter un premier album de la part de musiciens aussi chevronnés, à la discographie aussi longue que le bottin !?
Dire que l'on attendait cette nouvelle galette des scandinaves est un doux euphémisme tant " The Children of the night " datant de 2015 nous avait excité le système limbique et inondé de dopamine, comme sous la giclée d'une méga-dose d'endorphines vénales.
Lun, Fév 05, 18 barjozo Hard Rock - Heavy Metal - Power Metal 94
Et de neuf! Après un correct " Bloodstone & diamonds " paru il y a (déjà) 4 ans, ayant fait suite à un très bon " Unto the locust " datant quant à lui de 2011, revoici venir la bande à Robb Flynn (gratteux, compositeur, mélodiste et hurleur en chef) avec un "Catharsis" expiatoire en plein début d'année et dans les frimas de l'hiver.
Dim, Fév 04, 18 FranckAndFurious Live report 637
Attention ! Soirée 3 en 1 au programme ! 1 comme qualité 3 comme 3 bons groupes 3 comme 3 surprises et avant premières 3 comme 3 montagnes
Au départ j’ai cru que Michael Oakley était le fils du chanteur de Human League jusqu’à ce que je m’aperçoive que ce dernier c’était Phil Oakey !!!
NOUVEL ALBUM Actuellement disponible depuis le 26 janvier CD, double vinyle (avec MP3 + titre bonus) & digital Edition limitée (5000 copies) : double vinyle rouge (avec MP3 + titre bonus) Coffret : CD + double vinyle + 2 dessous de tasse + carte postale + titre bonus
Depuis le temps que je m’étais promis d’évoquer Nathan Angelo…La sortie l’an dernier de son nouvel essai, A Matter Of Time m’en donne ENFIN la possibilité.
Sam, Jan 27, 18 barjozo Hard Rock - Heavy Metal - Power Metal 435
Il y a bien longtemps que je n'avais pas pris un tel pied en écoutant une galette du Satch.