0
0
0
s2sdefault

 Métallique. Un son froid et dénué d'affect se fait entendre et commence à placer les différents éléments du décor.

 Manifestement il s'agit d'une usine où les machines sont à l'ouvrage. Mad Max? Terminator? Ou peut-être sommes-nous   au sein d'un vaisseau spatial à la dérive. Alien? -Vous pourriez laisser aller votre imagination, mais si vous jetez un œil  (ou les 2) sur le site bandcamp de ce trio allemand, vous y apprendriez que cet album relate l'histoire du vaisseau  Mother Engine dans son 3e chapitre. Sur l'album précédent "Absturz" [2015, Fuzzmatazz Records] l'objet volant piloté par nos lascars s'était abimé sur   la planète X-Alpha Wolf...

 Le premier titre de ce nouvel effort studio "Prototyp" a été conçu pour vous dévoiler le processus de reconstruction  de leur nouvel engin interstellaire. C'est pourquoi, dans la cosmogonie de leur trip germanique, Mother Engine  ouvre ce "Hangar" à la façon d'un film de SF alliant un suspens angoissant à une impression   crispante de course contre la montre anxiogène. Tout sera ensuite balayé par l'arrivée du premier véritable instrument, à savoir  la basse. Ces lignes de basse ronflante vont simplement, lentement autour de quelques accords exécutés en boucles,  envelopper votre cerveau d'une foultitude de géniales envolées de guitare  en fuzz-tu en voilà, délivrant méthodiquement sa mélodie comme une seringue vous administrerait voluptueusement votre dose de morphine  en vous laissant totalement stoned.

 Après 15 minutes de ce déluge de psyché-rock progressif il vous faudra vous abreuver un peu. De l'eau? Non, plutôt un alcool fort et frelaté matérialisé par une dégoulinante traînée de notes délivrées par un piano placé en fin de titre. Première petite incartade en zone free-jazz. Vous ne
 vous en étiez pas rendus compte mais cette première piste, purement instrumentale vous a fait planer pendant près de 18 minutes 30...

 "Biosprit". Impossible de ne pas penser aux Portes Californiennes sur l'ambiance de l'intro très 'Celebration of the Lizard' de ce deuxième titre. Sur ce  morceau qui au final affichera lui aussi plus de 18 minutes au compteur, les 3 musiciens [Cornelius Grünert -batterie; Christian Dressel -basse; Chris Trautenbach -guitare] vont s'attacher à chercher le meilleur combustible pour leur néo-spaceship.
 Encore une totale et absolue immersion dans un prog-rock à forts relents de psychédélisme vintage. La redondance est l'écueil majeur de  ce type de morceau et reste la hantise de l'auditeur, mais ici elle est absente. Un pur instrumental dont on peine à croire qu'il ait pu  être conçu par des humanoïdes sans apports chimiques multiples...

 Débutant sur des samples évocateurs de contrées extra-terrestres fantastiques "Tokamak" va voir nos Mother Engine nous dévoiler  leur plasma fusion reactor qui devrait leur permettre de quitter la planète inhospitalière sur laquelle ils se sont échoués.
 Effluves orientales, senteurs et volutes de fumées hallucinogènes s'invitent sur ce 3e morceau
 ce qui vous fera passer plus de 21 minutes cette fois-ci dans un confort auditif exquis et en plein fuzz maîtrisé à la perfection par nos  trois teutons. Et toujours pas de chanteur à l'horizon! Mais l'apport de cuivres dans un style très jazz-rock en milieu de titre saura vous  faire oublier ce menu détail, cuivres dont l'unique objectif sera de lancer sur orbite la 6-cordes flamboyante et rutilante, soulevant par là-même notre vaisseau pour l'envoyer dans un espace-temps musical dont on pourra douter qu'il se situe dans une dimension humaine connue...

 Arrive donc le quatrième et dernier titre de la galette "Weihe/Leerlauf" dont on apprend qu'il n'est là que pour célébrer la (re)naissance du  vaisseau de nos 3 spationautes. Intro très orientalisante du meilleur effet, entraînant à souhaits, jubilatoire par ses breaks rythmés et son  tempo bien cadencé qui va là aussi permettre au fuzz stonerissime de Mother Engine de virevolter en totale apesanteur en vous entraînant avec  lui, avec eux, vers d'improbables sites intersidéraux remplis de délicieuses mélodies.

 En 75 minutes, Mother Engine réinvente le style stoner dans un genre totalement instrumental (j'ai oublié de vous préciser que le chanteur  s'est fait la malle avant leur premier album studio en 2012 et que les 3 loustics ont donc décidé de rester seuls maîtres à bord de leur vaisseau  amiral musical ce que  personnellement je ne leur reprocherai pas le moins du monde tant le résultat est époustouflant).

 Pour qui est fan du genre, un des meilleurs albums de l'année, sans contestation possible.




Tracklist : Line Up :  

1 Prototyp
2 Biospirit
3 Tokamak
4 Weihe-Leerlauf

Cornelius Grünert -batterie
Christian Dressel -basse
Chris Trautenbach -guitare
am

 

Label :

Heavy Psych

Sortie : 2017
Production : n/a



Liens multimédia - videos SITE OFFICIEL  

Notes des visiteurs :

Comments:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 950 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • BERSERKERS Lock And Load

    FranckAndFurious
    Fans de Deep Purple, Uriah Heep ...

    Lire la suite...

     
  • ROBIN BECK Love Is Coming

    MetalDen
    Un vrai plaisir de retrouver ...

    Lire la suite...

     
  • PRAYING MANTIS Gravity

    FranckAndFurious
    Merci Markus ! Très agréable ...

    Lire la suite...

     
  • SAXON RAVEN & FM qui remplace Y&T à Marseille, Lyon, Toulouse, Paris en Octobre 2018

    MetalDen
    oui comme indiqué sur l'affiche ...

    Lire la suite...

     
  • SAXON RAVEN & FM qui remplace Y&T à Marseille, Lyon, Toulouse, Paris en Octobre 2018

    phil_bzh
    Les dates, c'est en octobre ...

    Lire la suite...

     
  • Billy GIBBONS & the BFG's - Perfectamundo

    Seb.Roxx
    La salsa je ne doute pas que ...

    Lire la suite...

     
  • Billy GIBBONS & the BFG's - Perfectamundo

    FranckAndFurious
    La rencontre blues texan et la ...

    Lire la suite...

     
  • Franck AndFurious

    FranckAndFurious
    Né en 1970 écoutant de l'aor ...

    Lire la suite...

     
  • THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA - Sometimes The World Ain't Enough

    Seb.Roxx
    Ca faisait longtemps que je ...

    Lire la suite...

     
  • Billy GIBBONS & the BFG's - Perfectamundo

    Seb.Roxx
    Fan du TOP , Je m'interrogeais ...

    Lire la suite...

     
  • GIOELI - CASTRONOVO - Set The World On Fire

    Seb.Roxx
    Depuis le temps que tu affirmes ...

    Lire la suite...

     
  • GIOELI - CASTRONOVO - Set The World On Fire

    FranckAndFurious
    Toc Toc ! Seb ? tu occupes ...

    Lire la suite...

     
  • GIOELI - CASTRONOVO - Set The World On Fire

    Seb.Roxx
    mon cher , je viens ici sur ...

    Lire la suite...

     
  • GIOELI - CASTRONOVO - Set The World On Fire

    FranckAndFurious
    la seule personne qui se prétend ...

    Lire la suite...