0
0
0
s2sdefault

Quarantième anniversaire, vingtième album studio, si le vieux vaisseau anglais défie ainsi le temps, il le doit sûrement à l’opiniâtreté de son pilote et vieux loup des airs, Phil Mogg.

Et hors de question pour lui de se complaire dans une quelconque nostalgie puisque s'adressant à Classic Rock magazine, voici ce que Mogg a déclaré,   «Nous ne fêtons pas notre 40e anniversaire. STATUS QUO l'a fait. Pas nous. Savez-vous pourquoi, parce que je n’aime pas regarder en arrière. Ce n'est que du rock. Si vous commencez à chercher trop loin, alors vous laisser emporter par vos souvenirs. Vous disparaissez tout seul. Alors, je ne me prends pas trop la tête avec ça. Ce n’est qu’un groupe de rock, vous savez ! Ce n'est jamais ça le plus important. Certains trouvent cela très important pour leur amour propre, si vous voyez ce que je veux dire... Restons  en là et continuons. Allons sur scène pour jouer. C'est ma théorie, en tout cas. Je n 'aime pas ces conneries ». Une humilité qui force le respect quand on sait que ce groupe a rempli des stades à la fin des 70’s et au début des 80’s.

 

Rappelons par ailleurs que si le vaisseau n’a jamais dévié de sa route, cela tient à la volonté de son frontman de le maintenir à flot, contre vents et marées, la versatilité de la mode musicale, et une rotation importante de l’équipage, certains sont partis, puis revenus, d’autres pas.  Le poste guitariste semble consolidé durablement puisque il s’agit  déjà du troisième album du « guitar heroe » américain Vinnie Moore. Le précédent The Monkey Puzzle avait vu le retour de la veille garde au complet, avec le "come back" du batteur Andy Parker, à la grande joie du bassiste  légendaire du groupe, Pete Way, qui préfère sa frappe à celle de Jason Bonham qui l’avait précédé. Las, les problèmes d’égo ne sont plus là, ce sont les problèmes de santé qui prennent le relais, pas tout à fait surprenant après quatre décades de hard rock et les excès qui vont avec, et c’est donc Pete Way qui a du déclarer forfait pour cet album, pour cause de maladie du foie, neutralisant par ailleurs Waysted, souhaitons lui un retour en forme dans l’OVNI au plus vite. Le bassiste allemand Peter Pichl a pris momentanément le relais, un bassiste plus que confirmé pour avoir fait ses preuves dans Runing Wild, a plus récemment joué sur le dernier Herman Frank (Accept) et rejoint Nektar.

 

Avec Saving Me, The visitor démarre tout en douceur, un peu comme si le vaisseau était équipé d’un vieux moteur diésel nécessitant une période de chauffe ! Mais tous les ingrédients identifiés de l’OVNI sont déjà bien présents, la voix de Phil, bien en place, et Vinnie qui lui donne la réplique, mélodique à souhait, avec les premières lignes de slide guitare. On The Waterfront monte en puissance, et les claviers de Paul Raymond avec, mais c’est avec Hell Driver que le vaisseau atteint la vitesse de croisière, avec un riff d’enfer, Phil lançant un ouh ouh laissant transpirer sa joie de piloter, et Vinnie démontrant une fois de plus que virtuosité ne rimait pas forcément avec technique mais plutôt mélodie. Les titres s’enchainent ensuite sans faiblir, tous ayant ces refrains accrocheurs si bien mis en place par Phil  et des soli époustouflants, avec une diversité qui évite tout ennui, une diversité en partie due au choc des cultures US – Europe. Stranger In Town se veut par exemple emblématique du British hard rock défini dans les années 70, l’orgue Hammond de Paul Raymond se plaçant délibérément dans le sillage d’un DEEP PURPLE, la ballade Forsaken s’inscrivant elle aussi dans une longue tradition, UFO en étant l’un des spécialistes, bien avant les Scorpions.

Mais ne nous y trompons pas, même si les 4/5ème des effectifs sont européens, l’influence US apportée par Vinnie Moore est omniprésente, c’est particulièrement vrai dans Rock Ready, tout empreint de slide guitare et de blues, Living Proof, à la fois heavy et bluesy, et le nerveux Villains & Thieves, à la fois hard et boogie, au travers du piano jouissif de Paul Raymond. Au final Phil Mogg a bien été inspiré de ne pas perdre son énergie sur un quarantième anniversaire et de rester concentré sur l’avenir. Ce troisième album avec Vinnie Moore s’impose comme le meilleur, le petit plus qui fait la différence entre bon et excellent est là en permanence, il y a de la magie entre les vocaux et la guitare, qui n’est pas sans rappeler celle de l’époque Schencker – Mogg, la référence absolue pour ce vaisseau, un vaisseau qui décidément n’en finit pas de nous surprendre, un vrai paradoxe après tout ce temps !

 

Highlights : tous

Tracklist :

01. Saving Me                  

02. On The Waterfront       

03. Hell Driver                           

04. Stop Breaking Down

05. Rock Ready                    

06. Living Proof                        

07. Can't Buy A Thrill              

08. Forsaken                        

09. Villains & Thieves             

10. Stranger In Town                 

Bonustrack (Digipack)

11. Dancing with St. Peter (2009 Edition)

 

Line Up:

Phil Mogg  (chant)

Vinnie Moore (guitare)
Paul Raymond (claviers, guitare rythmique)
Peter Pichl (guest - basse)

Andy Parker (batterie)

 


Label :

Sortie :

Production :

SPV / Steamhammer

02/06/09

Tommy Newton


Discographie :

UFO 1 (1970)

Flying (One Hour Space Rock) (1971)

Live (Live, 1972)

Phenomenon (1974)

Force It (1975)

No Heavy Petting (1976)

Lights Out (1977)

Obsession (1978)

Strangers in the Night (Live, 1978)

No Place to Run (1980)

The Wild, the Willing and the Innocent (1981)

Mechanix (1982)

Making Contact (1983)

Misdemeanor (1985)

Ain't Misbehavin' (EP) (1988)

High Stakes & Dangerous Men (1992)

Lights Out in Tokyo (Live, 1992)

Walk on Water (1995)

Covenant (2000)

Sharks (2002)

You Are Here (2004)

Showtime (Live, 2005)

The Monkey Puzzle (2006)

The Visitor (2009)


Notes des visiteurs

Comments:

Commentaires   

0 #1 Pilgrimwen 26-07-2009 16:23
Il y a sur cet album de bonnes choses dont Can't Buy A Thrill, Hell Driver ou encore Stanger In Town. De plus, Vinnie Moore a su s'adapter admirablement au train-train d'UFO.

Que dois-je ajouter de plus pour vous convaincre que, malgré plus d'une trentaine d'années au compteur, UFO tient bien la route ? Notre chroniqueur a relaté avec brio cette nouvelle réunion 2009, et de la part d'un amoureux de cette formation britannique je n'en attendais pas moins !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

On Line :

Nous avons 1269 invités et aucun membre en ligne

Commentaires

  • GROUNDBREAKER

    Nico
    Pareil que pour Fab. La balade ...

    Lire la suite...

     
  • CREYE Creye

    Nico
    Un pur joyaux d'AOR ! Peut etre ...

    Lire la suite...

     
  • DIAMOND DAWN Overdrive

    Pilgrimwen
    C'est un excellent disque ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Revu une seconde fois en VO ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    MetalDen
    Superbe film ! Pour le gros son ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    FranckAndFurious
    4,75/5 Ce film fait passer les ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Queeny34
    Perso j'ai adoré et j'irais le ...

    Lire la suite...

     
  • ANTIVERSE Under the regolith

    FranckAndFurious
    Chez RM, on aime bien ce genre ...

    Lire la suite...

     
  • BOHEMIAN RHAPSODY - QUEEN - Le Film

    Fab
    Très bon film car jamais évident ...

    Lire la suite...

     
  • THE SEA WITHIN Same

    MetalDen
    A la fois complexe et mélodique ...

    Lire la suite...

     
  • VULCAIN Vinyle

    barjozo
    Du bon, du très bon Vulcain!

    Lire la suite...

     
  • VIXEN Live Fire

    barjozo
    En accord total avec Fab ...sur ...

    Lire la suite...

     
  • AIRRACE Untold Stories

    MetalDen
    J'ai aussi adoré cet opus, très ...

    Lire la suite...

     
  • CLUTCH - Book Of Bad Decisions

    MetalDen
    Oui notre hexagone franchouillard ...

    Lire la suite...

Articles Les Plus Lus

Other Articles