0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

Avant toute chose, je voudrais souhaiter un excellent anniversaire à Nono qui faite aujourd'hui ses ... 55 ans !!! et oui ... 17/07/1956.

Tout le monde connait sa longue et riche carrière, donc je n'y reviendrais pas. Pour ceux qui auraient loupés des épisodes, séances de rattrapage : wiki trust, site, wiki Nono et myspace.
En préambule, je vous invite à vous replonger ... 31 ans en arrière ?!!! 1979, j'ai 10 ans. Ma mère revient d'une formation sur Paris et ramène pour son chérubin adoré, c'est à dire moi, "Let There Be Rock" d'AC/DC qu'un vendeur de la FNAC lui a conseillé. Première grosse claque. Dans une vie, l'avis d'un vendeur n'aura jamais eu autant d'importance. Que le saint homme soit béni et remercié jusqu'à la fin des temps. Dire qu'aujourd'hui, ma mère serait sûrement revenue avec un Christophe Mahé sous le bras. Horreur, j'en ai le frisson pour toute une génération !!! Comme quoi ça tient à peu de chose. 1980 "Back in Black" cartonne. J'ai eu un peu d'argent de poche pour mon anniversaire et je veux m'acheter un disque. Je me retrouve accompagné de ma mère dans un magasin, dans une petite rue de Grenoble, "Rock Contact" temple du hard rock. Haut comme trois pommes, je flâne au milieu des bacs de vinyles ne sachant que prendre. Le disquaire me voyant un peu perdu me demande s'il peut me conseiller. Je lui dis que j'adore AC/DC.
30 après, je le revois encore comme si c'était hier me tendre l'album "Trust". Cette pochette avec cette grosse main orangée suintant le goudron sur fond noir avec un liseré bleuté sur le haut qui laisse apparaitre Trust à droite. Un sticker rouge est collé en haut à gauche avec la mention "l'élite" en blanc. Au dos, en vignettes, les visages de Ray, Bernie, Nono cheveux longs, lunettes de soleil et Jeannot. Tu veux écouter ? J'acquiesce timidement. Il fait tourner le skud entre les paumes de ses mains. Le place sur la platine, me tend le gros casque qui enserre toute ma petite tête de môme et pose la pointe diamant sur le sillon.  J'ai encore l'impression d'entendre ce léger crépitement typique du vinyle avant l'entame du morceau. Et là ..., Pan ... dans les dents !!! Deuxième grosse claque, je me prends le riff de "Préfabriqués" en pleine face. De quoi me défigurer !!! Ce puuuutain de son de guitare ... et en plus ça chantait en Français et pour une fois je comprenais les paroles !!! Je me rappelle que ma mère a mis du temps pour arriver à m'enlever le casque.
Pourquoi une si longue intro à raconter ma vie me direz-vous ? Tout simplement pour que vous compreniez toute la passion qui m'anime dès qu'il s'agit de Trust, de Nono, de Bernie. Les mordus de musique comprendront. Nous avons chacun nos "Héros". Nono fait parti des miens.
Nono c'est, comme tout guitar "Hero" qui se respecte, un son reconnaissable de suite. A l'instar d'un Michael Schenker ou d'un John Norum. Tel un œnologue qui peut reconnaitre un grand vin, l'aficionado de rock peut reconnaître certains de ses artistes les yeux fermés (Ok c'est prétentieux ? j'assume ...). Vous doutez ? Faites le test. Prenez une rythmique de Billy Gibbons, un morceau comme  "Gimme all you lovin' ". C'est bon, vous avez le son en tête ? Maintenant placez ce son dans n'importe quel autre morceau et là vous dites à vos potes médusés. Là... c'est Billy Gibbons, obligé !!! Si ça, ça n'est pas un son reconnaissable entre mille ? Trouvez un autre gratteux qui a ce son si particulier, vous n'en trouverez pas ou alors ... des ersatz. Nono, disais-je, c'est ce son chaud et claquant caractéristique, typique Fender. Ce son qui remplit l'espace avec cette wha-wha qui taille dans le vif et qui redonnerait la gaule à n'importe quel individu atteint de troubles érectiles. 
L'album ? J'y viens ...
Première chose. La pochette. Elle est vraiment magnifique et originale et ferait presque regretter le vinyle, rien que pour avoir le visuel en grand. Ca sera sans nul doute pour moi "la" pochette de l'année. Sur le CD lui même, une femme sur des toilettes, culotte rouge en dessous des genoux avec Nono et sa gratte sur le côté. C'est du plus bel effet.  D'après les remerciements du livret, l'Artwork est de Christophe Tessier et les photos de konradbak dont vous pouvez découvrir le très chouette travail sur les liens suivants : konradbak et code
. Egalement, les photos de Philippe Glorioso ici.            
Le CD ... J'ai acheté l'édition spéciale avec le tee-shirt (que je porte sur moi au moment ou j'écris ces lignes.  Est-ce vraiment un hasard ?). Le seul regret, c'est un détail, c'est qu'il n'y avait que des tailles "L" pas de "M". Ok, j'aurai du dire à ma mère de me faire plus "baraqué". En tout cas, un grand bravo pour le packaging. A l'heure du téléchargement, pour nous, derniers acheteurs de CD, c'est fort appréciable.
Voilà pour l'emballage, côté musique ?
Et bien, cher(e)s ami(e)s, côté musique c'est résolument "Rock". Rock avec un grand "R" (J'aime ce genre de phrases qui ne veulent strictement rien dire). J'ai d'ailleurs trouvé l'album à la FNAC dans le rayon Rock Français et non Metal. A mon humble avis, les vendeurs devraient également en mettre quelques exemplaires au rayon Hard car pour le métalleux qui ne suit pas l'actualité (et oui ça existe) et qui ne fait pas forcément un détour au rayon Rock Français (c'est plus que très fréquent), il risque de passer à côté de ce petit bijou et c'est bien dommage ... (Nono reste avant tout dans les esprits "le" guitariste de Trust, donc en mettre aussi un ou 2 exemplaires dans le bac Trust serait pas mal aussi, non ?).
A l'achat, j'avais un peu peur que ce ne soit qu'un énième album instrumental. J'ai plusieurs albums instrumentaux à la maison et je m'aperçois que le seul que je ré écoute c'est "Surfin with the Alien" de Satriani. Le reste a vite tendance à passer aux oubliettes et ce, même si c'est très bon. Moi, il me faut du chant !!
Alléluia, sur 13 titres (que Nono a écrit en partie avec son grand frère, Jean-Claude Krief), on en a 9 avec du chant, 2 qu'on pourrait qualifier "d'ambiances" (Wavedream et Vagabondage) et 2 instrumentaux (Borderline et Charter 68). 
Ca frappe fort d'entrée de jeu avec ce "Blink Of An Eye". Petite intro de 11 secondes, gros son de guitare, break de batterie et c'est partie. De suite, on est gagné par la fraicheur qui se dégage de ce titre qui met de bonne humeur et donne envie de bouger, danser, de taper dans les mains. Comme, je le disais plus haut, on reconnait de suite la Nono's touch. Ce son de gratte incomparable. Nono sait jouer avec les ambiances et c'est un peu le fil conducteur de cet opus. Couplet plutôt cool, pré-refrain qui fait monter la sauce et refrain "uppercut" puis on relâche les tensions pour repartir de plus belle pour amener gentiment un solo assassin. C'est Rock, mais jamais monotone. Si vous devez un jour donner la définition à quelqu'un du mot "feeling", ne cherchez pas. Prenez n'importe lequel des solos présents, ne serait-ce que sur les 3 premiers titres, et vous avez largement votre explication. Cette album transpire, suinte, que dis-je sue ... le feeling.
Suit l'unique morceau chanté en français (et c'est bien dommage qu'il n'y en ait qu'un) "A dieu" l'un de mes morceaux préférés de l'album. Une voix nonchalante sur un couplet mid tempo avec de petites interventions "solo" sur une rythmique son clair qui tranche avec un gros refrain accrocheur où les guitares sont omniprésentes et rentre-dedans. Les chorus de Nono pleuvent en cascade et viennent vous titiller joyeusement votre cerveau droit. Waouw que c'est bon. On retrouve toute la maestria du maitre. Que dire de ce solo incisif qui démarre à la manière d'une échappée du tour de France. Il décolle à 2 minutes sans qu'on s'en rende vraiment compte et file pratiquement jusqu'à la fin. C'est comme si vous aviez le bouquet final du feu d'artifice du 14 juillet dans les oreilles. Remplacez les lumières par du son et voilà l'impression que ça donne. Ca jaillit, ça pète dans tous les sens, le tout bien relancé par des break de batterie bien placés qui rajoute à la dynamique. Le final se fait surprenant et plus cool, quelques interventions légères de batterie puis juste des violons et une guitare. L'accalmie après le déluge. Un peu comme la cigarette qui viendrait après un coït furieux. En fait, je dis ça, mais je ne suis pas fumeur ...
Puis, le très léger et Stonien (époque 90) "Do It Right". Rythme de batterie simple à la Charlie Watts. C'est "le genre de morceau qu'on aimerait que les Stones refassent" m'a dit un vieux pote en écoutant ce titre. Titre qui reflète bien la tendance générale de l'album "bonne humeur et plaisir". 2 solos plus que jouissifs et bourrés ... de quoi ?  feeling bien entendu, sont décochés pour notre plus grande joie. Vous vouliez un album de guitare ? Y en a !!!
L'instrumental bluesy "Borderline" vient calmer ce début d'album qui fleure bon le rock à plein nez. On est à des années lumières de la démonstration habituelle du guitariste qui se paluche sur son instrument pour en mettre plein la vue. Nono a l'intelligence de proposer quelque chose de différent. Un savant mélange de guitares et d'harmonica ponctué d'une sorte de gimmick vocal.
"Here And Now" est le genre de morceau cool à écouter en bagnole l'été quand vous êtes en vacances.  Fin de journée, vous longez le remblais à 50 km/h, fenêtres ouvertes, le coude gauche sur la portière, la main droite sur le volant, un léger vent chaud entre dans l'habitacle et vous caresse la joue. Vous sifflotez la ligne de chant. La voix suave d'Adeline vous invite à la rêverie. No stress, vous êtes bien ... direction l'apéro.
"She's Burning Up My Bed" ... quelques notes de guitares suivies de celles d'un sax, puis de nouveau, cette petite voix féminine craquante à souhait qui lâche "One cup of tea, with two sugars please ?" Coquine !!! Rythmique à la Keith Richards. Nono ne peut renier ses influences. La voix douce d'Adeline fait merveille sur ces quelques phrases chantées. Le charme opère. Puis entre, l'hallucinant sosie vocal de Mick Jagger. Miiiiick, sort de ce corps !!! On se croirait sur l'album "Wandering Spirit". C'est boogie, c'est blues, c'est rock ... c'est bon !!! On a 2, 3 voix dans les oreilles qui se répondent. Vient, un splendide duo de sax et harmonica enchainé avec un petit solo de gratte ... il est comment le solo ? hein ? il est comment ? (je crois que j'ai déjà dû épuiser tous les superlatifs connus). Final à l'harmonica de Greg Zlap, fils spirituel de Jean-Jacques Milteau.
"You Keep Me Satisfied" le morceau chanté le plus court de l'album. En 2'52 tout est dit. Pourquoi s'épuiser à faire de longs discours ?
Arrive mon deuxième morceau fétiche. On remet le feu aux poudres. Canonniers en position... Feu !!! "How Does It Feel". Heureux mélange des sons, "clairs" et "distos", cocktail multi-saveurs. Des guitares, des voix de partout puis de l'harmonica. Tout ça monte crescendo en puissance, se répond ... re feu d'artifice du 14 juillet dans la tête. Oh, la belle bleue !!! Oh, la belle rouge !!! Ca virevolte, ça tourbillonne ... ça flingue. Voilà, que dire, sinon qu'à la fin de l'écoute de ce titre, j'ai à chaque fois l'impression de me "retrouver, éparpillé, par petits bouts, façon puzzle". Ca dynamite, ça disperse, ça ventile ... ça surenchérisse !!! Non, non, je ne prends pas de substances illicites.
Deux instrumentaux "d'ambiances" "Wavedream" et "Vagabondage" servent de transition à une reprise de Canned Heat "On the road again", originale et personnalisée avec une intro à plusieurs voix a cappela. Je n'ai jamais été fan de Canned Heat et surtout de la voix de Bob Hite ... et oui désolé. J'ai toujours préféré sur cette période des groupes comme Steppenwolf, The Box Tops, The Kinks. Ceci dit, pour ceux qui aiment ce titre, je pense qu'ils ne seront pas déçus.
"Back To Rock'N'Roll" est comme son nom l'indique ? ...  un bon vieux Rock !!! Etonnant non ? qui pourrait lorgner vers les premiers Bowie ?
Enfin, le très apaisant "Charter 68" vient clôturer cet album de fort belle manière. J'étais un peu passé à côté de ce titre. Cependant, à force d'écoutes ... l'ambiance et l'esprit général du morceau me font penser à un morceau cool de Satriani sur l'album Flying in a Blue Dream ? Je n'arrive plus à me rappeler lequel. Peut-être aussi à un  "Always with me, always with you" du premier album ?
En résumé, 
Un excellent album dont je vous recommande vivement l'écoute avec un bon casque pour en découvrir toutes les subtilités du mixage ainsi que le travail des guitares et des voix. Depuis sa sortie, il passe en boucle sur mon PC, mon MP3, en voiture et sur ma chaine stéréo. A chaque fois, je découvre de nouvelles choses. La production est super bien léchée (vous qui connaissez Nono, ça vous étonne ?) C'est un album bien plus riche qu'il n'y paraît. Il peut paraître simple à la première écoute car "Rock". En fait, il faut prendre le temps de l'écouter, de le laisser, d'y revenir pour en tirer vraiment toute la "substantifique moelle" chère à Rabelais.
Si je veux chercher la petite bête, je pense qu'en ne mettant que les 9 titres chantés et un instrumental l'album aurait peut-être été plus compact. Les 3 autres morceaux pouvant être mis en bonus. Avoir un peu plus de titres en Français ça ne m'aurait pas déplu. Bon, je l'ai dit, c'est vraaaaiment pour chercher la petite bête, car hormis ça, cet album est du pur bonheur. Merci Nono.


Donc, cher(e)s ami(e)s, si vous ne l'avez pas encore, précipitez-vous. C'est un CD qu'il faut avoir dans la voiture pour partir en vacances. Un album qui fait du bien et qui colle avec le temps estival. Rock'n 'rooooooll et vive la vie !!!

A noter, la participation d'Erick Bamy au chant et de Fred Guillemet à la basse et un spécial hommage à Mr Gary Moore.
Un souhait, si Nono pouvait rajouter une date à Grenoble, voire Lyon ce serait méga top. 
Après ce concert Parisien, je n'ai qu'une envie, celle de pouvoir à nouveau m'égosiller sur "Hear me, save me from myself, Take me back to what I am, I can't live here anymore, Save me from my living hell, Take my hand and lead the way, Show me just where I belong, I need a friend who understands ..."

PS : Je viens de m'apercevoir qu'il y a des bonus accessibles sur internet via le CD (Comme quoi ça sert de regarder les pochettes dans le détail). Un morceau instrumental supplémentaire à télécharger, 3 fonds d'écrans, une galerie de photos et une enquête d'opinions à laquelle je n'ai malheureusement pu participer car on m'indique que ... j'ai déjà participé. Il doit y avoir un bug. Dommage, j'aime bien donner mon avis !!!

 



Tracklist : Line Up :  
01. Blink Of An Eye
02. A Dieu
03. Do It Right
04. Borderline
05. Here And Now
06. She’s Burning Up My Bed
07. You Keep Me Satisfied
08. How Does it Feel
09. Wavedream
10. Vagabondage
11. On The Road Again
12. Back To Rock & Roll
13. Charter 68
Norbert Krief (chant, guitare)
Sylvain Combettes  (basse et chant)
Pat Llabéria (guitare, chant)
Jimmy Montout (batterie, chant)
Adeline "Douce Angoisse" chant sur "Here & Now" & "She's burning up my bed"
"La belle fée magique" Daisie Faye
 
Musiciens additionnels :
 
Greg Zlap / harmonica
Thierry Tamain / piano & rhodes on "Charter 68"
"The great" Mr Erick Bamy / Vocals
"The wonderful" Dalida Chair / Vocals & Saxophone
Fred Guillemet / Bass
Alex Place / drums on "She's burning up my bed"
Pascal "Bako" Mikealian / Harmonica on "On the road again"

am

 

Label : XIII Bis Records
Sortie : 06/06/11
Production : n/a


Discographie :

NONO (2011)


Liens multimédia - videos SITE OFFICIEL Myspace

 


 

Notes des visiteurs :

Comments:

Commentaires   

#5 Maximus 01-10-2011 02:57
Plus du tout le NONO qui jadis, fit vibrer ses fans, je suis également surpris de voir cet album en HARD ROCK, car ce n'est pas du tout ça. C'est de la pop de très moyenne classe, voir obsolète, malgré les belles phrases citées plus haut. 30 ans pour nous faire un album solo de cette trempe ? Tristounet non ?
#4 MetalDen 07-08-2011 11:31

Voila un album qui ne laisse pas indifférent ! Des avis diamétralement opposés !
Moi je rejoins l'avis de Chisel, cet album me plait, pour a peu près les même raisons, donc je ne m'étends pas !

Par contre je prends le temps de répondre à Maximus. D'abord pour le classement de l'album, quand j'ai mis en ligne la chronique de Chisel, je ne l'avais pas encore écouté, donc effectivement dans le sillage de Trust je l'ai mis en hard rock, mais après écoute, en effet il est plus rock pop blues, c'est donc modifié.
Par contre pas du tout d'accord avec le titre " Pitoyablement mauvais ", encore un exemple de confusion entre gouts perso et qualité de CD.
Donc je traduis : cet album ne t'as pas plu car orienté rock blues pop. Par contre force est de reconnaitre que la qualité est au RDV, et que quand on est ouvert à ces styles, on ne peut que rejoindre le point de vue de Chisel ! Cool la reprise de On The Road Again, un 45 tours que j'ai pas mal joué à la fin des 60's ! Et le How Does It Feel" est pas loin d'être hard et en tout cas très bon !

Au final je note que les 2 commentateurs qui descendent Nono proposent Superfiz à la place.  Heureusement pour Superfiz que je les avais écouté avant ces commentaires, car si ç’avait été après avoir lu Nono "Pitoyablement mauvais", j'aurais soigneusement évité en mettant en doute l’appréciation du ou des commentateurs !
Je veux dire par là que ce genre de raisonnement est contre productif ! Et il n'y a pas besoin de mettre les anciens à la poubelle pour écouter les jeunes, on peut écouter toutes les générations !
Il en est qui aiment le pop, blues rock et le aussi le hard et le métal, donc inutile de casser un artiste qui fait du blues, énergie perdue ! Et donc certains peuvent écouter à la fois Nono et Superfiz !
C'est un peu comme en cuisine, certains vous disent : moi je suis "fromage", d'autres moi je suis "dessert" et attendent tout un repas pour enfin se faire plaisir à la fin. D'autres aiment toutes les phases et se font plaisir tout le repas ! Autrement dit les gouts et les couleurs ....

Nota : cette zone du site étant réservée aux commentaires sur l'album, pour poursuivre un débat plus général sur blues hard etc ... utiliser de préférence le forum. Merci !

#3 Maximus 06-08-2011 12:44
Bizarre de voir un album comme celui ci dans la catégorie "HARD EOCK", je crois que là, on se trompe.....
Cet album est plutot Pop-variète-blues qu'autre chose (difficile de définir)
En tous cas, je suis également très déçu, après plusieurs écoutes, du Nono que l'on a aperçu lors des premiers albums de Trust, ça s'est ramolli dur !
#2 wagner noel 05-08-2011 17:16

Fan de Trust mais avant tout de Norbert ou je découvre une autre facette de ce magicien de la musique , pas conquis a la première écoute(honte à moi) , mais les meilleures choses se savourent avec le temps, je decouvre chaque jour un peu  plus cet album original plein de richesse.

 Je serais vraiment très heureux de decouvrir "NoNo" en live chez paulette en compagnie de mes amis ...

@+ nono55

#1 Alexis 01-08-2011 18:32
Moi un grand fan des débuts de TRUST, je suis vraiment déçu de cet opus du soit disant guitar hero. Il vaut mieux parfois prendre sa retraite la tète haute que de nous pondre des trucs pop-rock n roll à la Stones, du déjà vu, déjà entendu.... On se rattrape sur SUPERFIZ, heureusement !

You have no rights to post comments

NORBERT KRIEF Nono - 4.2 out of 5 based on 5 votes

Connexion

On Line :

Nous avons 479 invités et aucun membre en ligne

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • KHYMERA - Master Of Illusions - La chronique

    MetalDen
    En effet très bonne production ...

    Lire la suite...

     
  • KATATONIA - City Burials - La chronique

    MetalDen
    arf ! Behind The Blood, quel ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    Claude Blais
    D'accord avec Fab: un excellent ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    MetalDen
    Beaucoup aimé aussi cet opus, pas ...

    Lire la suite...

     
  • ONE DESIRE - Midnight Empire - La chronique

    MetalDen
    Bienvenue Walt dans l'équipe ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)