0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

the niro featuring gary lucas the complete jeff buckley and gary lucas songbook chronique

Ce disque voit sa génèse commencer en 1991/1992. Gary Lucas rencontre Jeff Buckley lors d'un concert hommage à Tim Buckley, le père de Jeff. ..

Gary et Jeff décident d'écrire ensemble pour le groupe de Gary, Gods And Monsters et il en ressortira douze titres. Gary Lucas est un excellent compositeur et un guitariste accompli puisqu'il a joué cinq années avec Captain Beefheart ce qui lui vaut une belle réputation sur la scène newyorkaise.

Gary Lucas compose les riffs et la structure harmonique pendant que Jeff Buckley se charge des mélodies vocales et des paroles. Le 13 mars 1992, à la Saint Ann Church à Brooklyn, le duo accompagné par les Gods And Monsters font un concert pour présenter leur projet. Mais contre toute attente, Jeff décide de quitter le projet et de continuer l'aventure en solo. En 1994, Jeff Buckley sort le phénoménal Grace dans lequel il reprend Mojo Pin et Grace, écrites avec Gary. Pour cela, Jeff invite Gary a joué les parties de guitare. En 2002, on retrouve certaines chansons écrites par les deux hommes sur l'album Songs To No One. La possibilité de retravailler ensemble avait été évoquée mais la mort de Jeff Buckley en 1997 a bien évidemment stoppé cette éventualité.

Jusqu'en 2018, Gary Lucas se trouvait frustré de ne pas avoir pu concrétiser ce projet avec Jeff, aussi il demande au chanteur italien Davide Combusti et son groupe The Niro d'enregistrer en entier le projet original, en incluant cinq morceaux jamais sortis avant. Ca s'appellera The Complete Jeff Buckley & Gary Lucas Songbook.

No One Must Find You Here est un long morceau rempli de sublimes passages de guitares comme le prouve l'intro puis le passage aux arpèges. Et, oui, mesdames et messieurs Davide Combusti est à la hauteur de l'évènement. Il a dû ressentir sur ses épaules une énorme pression avant d'accepter le projet mais, l'italien a lui aussi une voix exceptionnelle. Même si pour moi, considérant que Jeff était un génie, l'américain reste intouchable. La production de Pierre Ruiz est respectueuse, soyeuse et le son est agréable à l'oreille.

Story Without Words propose encore de bien belles parties de guitares, de somptueuses harmonies vocales, et le tout fait parfois penser aux moments acoustiques de Led Zeppelin. On retrouve bien les ambiances qu'aimaient Jeff sur In The Cantina et sur le blues Bluebird Blues (très Led Zeppelin lui aussi). Un blues magnifique, aux sublimes guitares et au chant plein de sensibilité.

On change d'émotion musicale avec le planant Mojo Pin que Jeff avait enregistré pour son album Grace. Les échanges guitare acoustique/voix sont d'une beauté divine. Davide Combusti se montre parfaitement à la hauteur de l'évènement, et c'est un grand fan de Jeff Buckley qui vous le dit. Les harmonies vocales sont éblouissantes. Même remarque pour She is Free, un titre ensoleillé, sur lequel les interventions de violoncelle et les choeurs sont absolument époustouflants.

Harem Man est un autre blues. Toujours d'inspiration zeppelinienne. Beaucoup de guitares, de claviers et une rythmique de plomb. Quant à Malign Fiesta (No Soul) c'est un rock'n'roll rapide et nerveux. De généreuses parties de guitares introduisent Song To No One, aux influences That's The Way de... Led Zeppelin. Une très belle chanson sur laquelle Davide est parfait une fois de plus. Cruel est électrique, Davide véhiculant parfaitement l'esprit vocal et harmonique de Jeff.

On reconnait Grace grâce à ses parties de guitares bien originales. Et si nous avons en tête le chant bien particulier de Jeff Buckley, on ne peut que reconnaitre que Davide Combusti s'est approprié mélodie et musique comme si ce titre avait été écrit pour sa voix.

Je suis sûr que Gary Lucas peut refermer fièrement le chapitre de sa collaboration non conclue avec Jeff Buckley car il a trouvé avec Davide Combusti & The Niro un chanteur et un groupe parfaitement à la hauteur de l'aventure. Et la tâche était loin d'être gagnée. Jeff Buckley peut reposer en paix.


Tracklist :
01. No One Must Find You Here
02. Story Without Words
03. In The Cantina
04. Bluebird Blues
05. Distortion
06. Mojo Pin
07. She is Free
08. Harem Man
09. Malign Fiesta
10. Song to No One
11. Cruel
12. Grace



Line Up :
Davide Combusti : chant et choeurs
Gary Lucas : guitares acoustiques et électriques
Francesco Arpino : piano, claviers, ajouter. guitares
Phil Spalding : basse - Maurizio Mariani: basse (6, 7, 8, 12) - Puccio Panettieri: batterie -Mattia Boschi: violoncelleµ


Label : Esordisco ‎– ESOCD1902
Sortie : 2019


Notes des visiteurs :

Comments:

THE NIRO featuring Gary Lucas - The Complete Jeff Buckley And Gary Lucas Songbook - Chronique - 4.0 out of 5 based on 1 vote