0
0
0
s2smodern

BLACK COUNTRY COMMUNION BCCIVEntièrement d'accord avec Franck, BCC nous offre, là, avec ce 4ème opus, un excellent album, proche de la perfection.

 Il est, incontestablement, différent des trois autres, et, certainement, le plus progressif des quatre. Alors, certes, on peut noter une influence très nette de Led Zep sur Collide ( Moby Dick, Black Dog), et, Sway (Kashmir) mais, quand même, moi j'observe un éloignement assez net avec le Dirigeable sur les autres morceaux.
Over My Head tire vers les Who, Last Song vers Jethro Tull, The Cove vers Black Sabbath, Awake vers Deep Purple, et, When The Morning plutôt  vers les FREE. Ce qui est sûr, c'est que la construction, même, des morceaux s'apparente de très près, à la méthode Zeppelinienne, deuxième période, c'est à dire celle qui démarre à partir de Physical Grafiti, autrement dit la plus progressive.
The Crow, Wanderlust, et, Love Remains, sont des œuvres très originales, et, pour moi très novatrices tout en restant dans le style BCC. Globalement, Joe Bonamassa, qui ne s'est jamais pris pour Jimmy Page, mais, qui l'a simplement imité dans le style, innove en adoptant un son très actuel, bien loin des saturations fuzz des 70's, avec des riffs simples, sobrement syncopés, mettant en valeur la mélodie du chant sublimée par la voix stratosphérique de Glenn Hughes.
Jason Bonham, joue, certes, comme son père sur le premier morceau, mais son feeling personnel s'épanouit pleinement sur tout l'album. Quant à Tony Shérinian, il culmine sur The Crow, à la manière de Jon Lord, et, distille, çà et là, au fil de l'eau, de belles nappes de claviers qui donne un caractère classieux à l'ensemble, rappelant le temps où il oeuvrait dans Dream Theater. Au final, une belle complémentarité des quatre individualités au service du collectif. Un vœux pieux souhaité par le talentueux producteur Kévin Shirley. Comme Led Zep en son temps, les BCC ont fait évoluer leur musique en réalisant un album différent des autres. Pour ma part, BCC qui a relancé les vibrations Old School des 70's en 2010, est devenu une valeur de référence qui a ouvert des portes pour la nouvelle génération. Ce que l'on peut souhaiter à ce super groupe, même s'il est "bancal", car, occasionnel, c'est, éventuellement, de se produire sur scène et de venir en Europe.

 Mais, surtout, de continuer de se retrouver tous les deux ou trois ans pour nous gratifier d'un nouvel opus du même acabit. Un régal pour les oreilles, et, on ne s'en lasse pas.

Comments:

You have no rights to post comments

Connexion

On Line :

Nous avons 578 invités et un membre en ligne

  • MetalDen

Dernières Chroniques

Dernières chroniques (suite)

FB RockMeeting

Commentaires

  • ROBBIE ROBERTSON - How to become Clairvoyant - La chronique de l'album solo de l'ex guitariste de THE BAND

    MetalDen
    J'étais passé à côté de cet ...

    Lire la suite...

     
  • KHYMERA - Master Of Illusions - La chronique

    MetalDen
    En effet très bonne production ...

    Lire la suite...

     
  • KATATONIA - City Burials - La chronique

    MetalDen
    arf ! Behind The Blood, quel ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    Claude Blais
    D'accord avec Fab: un excellent ...

    Lire la suite...

     
  • HAREM SCAREM - Change The World - La Chronique

    MetalDen
    Beaucoup aimé aussi cet opus, pas ...

    Lire la suite...

Twitter RockMeeting

Articles Les Plus Lus

Articles les plus lus sur les 12 derniers mois(suite)